AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 12:05 am

sabrina a écrit:
En tout cas je trouve ça dégueulasse (dixit Fadéla Ammara), d'attaquer Sarkozy sur ses origines c'est limite raciste surtout quand ça sort de la bouche d'un ministre, Sarko a été élu démocratiquement par 53% des français et l'islam est la deuxième religion en France après le christianisme.

Pourquoi quand on dit "juif" ou "origines juives" on est antisémite???c'est simple qu'il a reçu le soutien des juifs, comme on a enterré Dieudonné farao farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 12:09 am

kamel Eddine a écrit:
sabrina a écrit:
En tout cas je trouve ça dégueulasse (dixit Fadéla Ammara), d'attaquer Sarkozy sur ses origines c'est limite raciste surtout quand ça sort de la bouche d'un ministre, Sarko a été élu démocratiquement par 53% des français et l'islam est la deuxième religion en France après le christianisme.

Pourquoi quand on dit "juif" ou "origines juive" on est antisémite???c'est simple qu'il a reçu le soutien des juifs, comme on a enterré Dieudonné farao farao

Dieudonné c'est d'abord enterré lui -même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 12:12 am

oui mais pas avant de s'en prendre aux juifs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 1:58 am

kamel Eddine a écrit:
je sais, pas de cette façon pititchi
à mon humble avis, c'est de la politique, et nous on s'y connais rien nous, mais je crois que le ministre n'a pas commis une imprudence, sinon boutef l'aurait dit " you are fired" Laughing
tu sais trés bien kamel que chez les ministre font des connerie de tout genres et ne demissionne pas parce que leurs attachement au KOURSI et inconditionel.
Sabrina a écrit:
Sarko a été élu démocratiquement par 53% des français
je suis d'accord avec toi mais sous reserve que le lobby juif detient les media et dieu sais l'influence de ces dernier dans une election presidentielle.


Dernière édition par le Lun Déc 03, 2007 10:28 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 3:16 am

je pense que notre ministre a fait une grosse connerie.
critiquer par les origine un president, c vraiment nul et irresponsable.

apres discuter des des affaires et des choses qui fache..........il ya des manieres plus digne

..........et bien sur bienvenue M Sarkozy a constantine

pitchichi ,bon courage ya weld bladi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 03, 2007 12:06 pm

Le président de la République française, Nicolas Sarkozy, a accordé dimanche, à la veille de la visite d'Etat qu'il doit effectuer en Algérie, une interview à l'agence nationale de presse Algérie Presse Service (APS), dont voici le texte intégral :

Q: Pour votre première visite d’Etat en Algérie, peut-on savoir, Monsieur le Président, quelle est votre perception de la relation algéro-française ? Quel contenu concret proposez-vous de lui donner ?

R: J’aime l’Algérie. Je m’y suis rendu plusieurs fois avant mon élection, une fois depuis et c’est aussi, à mes yeux, un pays-clé pour la France, en termes humains et culturels, en termes économiques et énergétiques, en termes enfin de sécurité et de paix autour du bassin méditerranéen.

Vous le savez, car je me suis souvent exprimé sur ce sujet, je pense que nous devons nous tourner d’abord vers l’avenir, car les nouvelles générations, qui forment dans votre pays la grande majorité de la population, ne vont pas attendre que les adultes aient fini de régler les problèmes du passé. Ces jeunes sont une priorité pour le président Bouteflika et ils le sont aussi pour moi.

Au cours de ma visite, je me rendrai à l’université Mentouri de Constantine pour y rencontrer les étudiants. A travers eux, c’est à l’ensemble de la jeunesse algérienne que je veux m’adresser. Ces nouvelles générations ont besoin qu’on leur propose des projets concrets, vous avez vous-même employé le mot, qui améliorent leur quotidien, qui leur donnent de l’espoir pour l’avenir.

Cela passe d’abord par une formation de qualité, qui leur donnera davantage de chances dans la vie. C’est tout le sens de la Convention de coopération qui sera signée à l’occasion de cette visite. Au-delà de ce texte ambitieux, nous voulons poursuivre les coopérations concrètes dans le domaine de la formation.

Nous participons déjà à d’importantes actions de formation, comme l’Ecole supérieure des affaires d’Alger, qui vient d’être reconnue comme la meilleure du continent africain, et participerons à d’autres, comme l’Institut supérieur de technologie ou la réforme des grandes écoles algériennes. Et puis nous devons aussi penser aux sportifs ou aux plus jeunes, c’est pourquoi je propose un programme d’échange de jeunes dans le cadre de la future Union de la Méditerranée. Le point de départ pourrait être une initiative franco-algérienne, que je voudrais appeler "1000 jeunes pour l’amitié".

Bien sûr, il y a aussi l’histoire, qui est là et continue parfois à s’interposer entre nous. Il ne faut pas l’ignorer mais l’assumer. Cela demandera encore un peu de temps de part et d’autre, car il y a des blessures, des deux côtés, qui ne sont pas refermées. Mais on peut progresser et je suis sûr que, pas à pas, nous pourrons rapprocher notre lecture de l’histoire et réconcilier nos mémoires.

Les médias, la télévision, ont déjà fait beaucoup pour cela. Chacun doit faire sa part. Par exemple, aussitôt après mon élection, j’ai demandé que l’on remette à l’Algérie les plans de pose de mines. Je me suis même étonné qu’on ne l’ait pas fait plus tôt et je suis prêt à voir si l’on peut aller plus loin dans ce domaine.

Il y a d’autres dossiers de mémoire sur lesquels il sera possible de progresser, comme celui des archives, et on y arrivera, dès lors que ce travail sera confié à des experts, dans un esprit de recherche de la vérité, en évitant, de part et d’autre, toute approche idéologique ou toute instrumentalisation politique, comme cela est, malheureusement, encore parfois le cas.

Mais, sans attendre, il nous faut avancer sur du concret, et le concret, c’est aussi l’interdépendance énergétique : il s’agit pour nous de sécuriser l’approvisionnement du marché français et, pour vous, de sécuriser les débouchés et de préparer l’après pétrole.

C’est pourquoi je suis très heureux que puissent être signés, pendant ma visite, à la fois les contrats gaziers qui garantiront notre approvisionnement jusqu’en 2019 et un accord de coopération nucléaire, que j’avais évoqué avec le président Bouteflika avant même mon élection.

Le concret, ce sont aussi des emplois, du travail pour vos entreprises et les nôtres et des investissements. Les contrats dont nous espérons la signature ou la confirmation à l’occasion de ma visite pourraient ainsi représenter jusqu’à 7000 emplois directs supplémentaires en Algérie.

Q: On estime à Alger que l’ambition économique algéro-française est souvent réduite à des relations majoritairement commerciales. Comment aller, selon vous, vers un véritable partenariat économique, "le partenariat gagnant-gagnant" comme vous l’avez vous-même qualifié en juillet dernier ?

R: Il ne faut pas mépriser le commerce car le commerce, comme je viens de le dire, ce sont des emplois dans les deux pays, mais aussi des transferts de technologie.

Nos échanges sont équilibrés et c’est une bonne chose. Nous sommes prêts à aider l’Algérie à diversifier son industrie et donc ses exportations. La question des investissements est également fondamentale : la France est devenue le premier investisseur hors hydrocarbures en Algérie et elle pourrait même devenir très bientôt le premier tous secteurs confondus, grâce aux projets de nos grandes compagnies. Ainsi, Gaz de France va investir un milliard de dollars sur le gisement de Touat et Total un milliard et demi de dollars à Arzew.

Des investissements industriels devraient aussi être confirmés à l’occasion de ma visite, comme par exemple une usine de montage de tramways et une autre de montage de véhicules de lutte contre l’incendie. Nous allons également lancer un programme de "compagnonnage" entre PME françaises et algériennes, pour leur permettre d’investir ou d'exporter ensemble.

Pour autant, les investissements ne se décrètent pas et, en dépit de tous les efforts qui ont déjà été faits du côté algérien et des réformes qui ont été engagées, il y a encore beaucoup à faire pour lever certains obstacles et attirer les entreprises françaises. Celles-ci ont d’ailleurs préparé le "Livre blanc" qui traite très exactement de cette question, qui est essentielle pour le développement des investissements en Algérie. Un des points essentiels pour attirer les investisseurs étrangers est de disposer d’un secteur bancaire performant, et nos entreprises espèrent que les réformes entreprises dans ce secteur seront poursuivies.

Et puis, j’aurai l’occasion, pendant ma visite, d’évoquer avec le président Bouteflika d’autres éléments qui permettraient d’attirer davantage encore d’investissements français car c’est une priorité pour nos deux pays.

Q: La densité des relations humaines entre la France et l’Algérie est également un élément central dans les relations bilatérales. On constate par exemple que la vision française tend à organiser "une immigration choisie", mais n’est-ce pas aussi, dans le même temps, une "fuite de cerveaux organisée"? Quel est votre point de vue sur ce sujet sensible ? Pour demeurer toujours dans le registre des relations humaines, votre gouvernement, Monsieur le Président, compte-t-il lever les obstacles existant toujours dans la libre circulation des personnes ?

R: L’immigration choisie est celle qui correspond aux besoins de la société et de l’économie française. Les pays d’immigration, comme les Etats-Unis, le Canada ou l’Australie sont très sélectifs, et beaucoup plus que la France. L’Algérie, elle-même, commence à être confrontée à ce type de problématique. Mais il ne s’agit pas de permettre la fuite des cerveaux dont vous mentionnez le risque, à très juste titre. Car l’immigration choisie peut aussi être une immigration concertée, qui répond à la fois aux besoins des pays d’origine et de destination.

C’est dans cet esprit que nous avons instauré une carte "compétences et talents" qui prévoit le retour de son bénéficiaire au bout de 3 ans, et qui est renouvelable une fois seulement, ce qui fait que celui-ci revient dans son pays d’origine pour mettre la compétence acquise à son service. Cette carte ne s’applique malheureusement pas, pour le moment, aux ressortissants algériens séjournant en France, qui relèvent d’une convention particulière, celle de 1968.

Mais on peut en discuter et il le faut d’ailleurs car les textes adoptés au lendemain de l’indépendance ne doivent pas rester figés. Par exemple, il y a actuellement un peu plus de 21.000 étudiants algériens en France. Combien reviendront travailler dans leur pays ? Chaque année, ce sont environ 3000 étudiants algériens supplémentaires que nous inscrivons dans nos universités par le canal des centres pour l’enseignement en France, et je pose la même question. Il est difficile d’obliger ces étudiants à revenir chez eux s’ils ne le souhaitent pas. Mais il faut leur proposer un suivi, qui n’existe pas du tout actuellement et ne relève pas principalement des autorités françaises, les informer sur les possibilités d’emploi dans leur pays d’origine. Voilà quelles sont, à mon avis, les vraies questions sur lesquelles tous nous devons nous interroger.

Quant à la question de la circulation des personnes, le président Bouteflika a eu l’occasion de me dire, et même de m’écrire, que c’était pour lui un sujet important, et je vous assure qu’il ne l’est pas moins pour moi. Je vous rappelle que c’est moi qui, en novembre 2006, ait négocié avec nos partenaires la fin de la consultation préalable Schengen dans les procédures d’attribution des visas. Je suis, en effet, convaincu qu’il faut faciliter les échanges humains des deux côtés de la Méditerranée, sans pour autant ignorer l’existence d’une forte pression migratoire, dont témoigne le drame des harragas.

L’objectif, c’est de parvenir avec les autorités algériennes à une gestion concertée des flux migratoires. Les choses se sont améliorées de notre côté, avec l’ouverture du Consulat général à Oran en septembre dernier, conformément aux engagements pris, et le rapatriement en Algérie, depuis le mois de juillet, de toutes les procédures de visas.

La délivrance des visas étudiants fonctionne bien désormais, grâce à nos cinq centres pour l’enseignement en France, adossés aux CCF, et dont je viens de parler.

Enfin, nous avons développé les visas de circulation de longue durée, qui représentent actuellement le quart des demandes de visas (ce qui explique aussi la baisse du nombre de visas demandés et accordés, car il y a plus de voyageurs pour le même nombre de visas). Mais je veux faire plus.

Je veux que ces visas de circulation soient beaucoup plus systématiques pour les personnes qui ne présentent pas de risque migratoire, je veux qu’ils aient la durée la plus longue possible. Et tout cela, je le souligne, sur la base de la réciprocité, car il ne faut pas voir les choses dans un seul sens, Algérie-France, mais aussi France-Algérie.

En effet, les hommes d’affaires français ou les experts qui viennent dans le cadre des accords de coopération n’obtiennent que des visas de très courte durée. Je comprends que cette question est en train d’évoluer dans le bon sens et si c’est le cas, je m’en réjouirai. Cela étant, je vous accorde que tout n’est pas parfait et qu’il reste encore des progrès à faire, notamment concernant les délais de délivrance des visas ou le traitement de certains cas particuliers.

La biométrie, qui sera introduite en Algérie dans le courant de 2008, devrait permettre une diminution du taux de refus, actuellement assez élevé, grâce à une approche plus personnalisée et donc plus fine des dossiers. Sachez, en tout cas, que j’ai donné des instructions pour que l’on attache une attention prioritaire à ces problèmes, et que l’on traite les demandeurs de visa avec le maximum de respect et d’humanité.

Q: Parmi les préoccupations communes, il y a la lutte contre le terrorisme et l’action concertée contre ce phénomène transnational. Monsieur le Président, comment voyez-vous une plus grande coopération dans cette lutte ?

R: La sécurité de l’Algérie, c’est notre sécurité, et inversement. Il existe entre nos deux pays une coopération importante et particulièrement efficace. Je suis bien placé pour le savoir car nous avons beaucoup fait, avec mes homologues algériens lorsque j’étais ministre de l’Intérieur, pour développer cette coopération.

Progressivement, des relations de grande confiance se sont tissées entre les services spécialisés. C’est essentiel, car le terrorisme est notre ennemi commun.

Q: Que pourrait apporter, Monsieur le Président, votre idée d’Union Méditerranéenne pour aller vers un cadre de coopération qualitativement supérieur à ceux existant déjà ?

R: D’abord, je voudrais rappeler très clairement que l’Union Méditerranéenne n’a pas vocation à remplacer les cadres de coopération existants, qu’il s’agisse du partenariat euro-méditerranéen ou d’enceintes plus informelles, comme le dialogue 5+5 ou le forum méditerranéen, auxquels nous restons, comme l’Algérie je crois, très attachés.

A travers le projet d’Union Méditerranéenne, je souhaite surtout donner un nouveau souffle, une nouvelle impulsion, à nos relations avec les pays du sud de la Méditerranée, alors que depuis quinze ans, il faut le reconnaître, l’Union européenne a plutôt concentré ses efforts vers l’Est, et que les objectifs ambitieux du processus de Barcelone n’ont pas vraiment été atteints.

Il s’agit pour les pays riverains du nord et du sud de la Méditerranée de répondre ensemble, dans une véritable logique de partenariat d’égal à égal et non plus dans une simple logique d’aide au développement, aux immenses défis qui se posent à nous, afin de réduire enfin l’écart entre les deux rives de la Méditerranée.

Pour répondre à ces défis, l’Union Méditerranéenne se construira autour de projets concrets et efficaces, dans des secteurs prioritaires comme l’économie, je pense aux investissements ou aux transports, le développement durable, je pense à l’eau et à l’énergie, en particulier les énergies renouvelables, et le capital humain, je pense à l’éducation, à la formation et à la culture.

L’Algérie est évidemment un partenaire essentiel dans ce projet d’Union Méditerranéenne. Nous en avions déjà beaucoup parlé avec le président Bouteflika lors de ma première visite, en juillet dernier. Cette nouvelle visite sera l’occasion d’aller encore plus loin dans la réflexion et de discuter avec lui des projets qui intéressent plus particulièrement l’Algérie et que nous pourrions porter ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sabrina

avatar

Nombre de messages : 1064
Localisation : Blida
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 12:05 am

pititchi a écrit:

Sabrina a écrit:
Sarko a été élu démocratiquement par 53% des français
je suis d'accord avec toi mais sous reserve que le lobby juif detient les media et dieu sais l'influence de ces dernier dans une election presidentielle.

Le lobby juif détient les médias?et même si c'était le cas et alors? ou est le lien entre une élection présidentielle et les médias, je te rappel qu'en France la séparation des pouvoirs est totalement respectée et personne ne peut contester une éléction présidentielle française, hadik fi wahéd él bléd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 12:49 am

Citation :
Le lobby juif détient les médias?et même si c'était le cas et alors? ou est le lien entre une élection présidentielle et les médias

4ème pouvoir sabrina Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 1:06 am

sabrina a écrit:
pititchi a écrit:

Sabrina a écrit:
Sarko a été élu démocratiquement par 53% des français
je suis d'accord avec toi mais sous reserve que le lobby juif detient les media et dieu sais l'influence de ces dernier dans une election presidentielle.

Le lobby juif détient les médias?et même si c'était le cas et alors? ou est le lien entre une élection présidentielle et les médias, je te rappel qu'en France la séparation des pouvoirs est totalement respectée et personne ne peut contester une éléction présidentielle française, hadik fi wahéd él bléd.

même le Vnezuella nous donne des cours de Democratie voir le lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sabrina

avatar

Nombre de messages : 1064
Localisation : Blida
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 1:14 am

Que vient faire le Vanezuela dans tout ça ? je te parle des relations algéro-françaises qui sont déja assez compliquées, le Venezuela c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 1:18 am

sabrina a écrit:
Que vient faire le Vanezuela dans tout ça ? je te parle des relations algéro-françaises qui sont déja assez compliquées, le Venezuela c'est une autre histoire.
tu me parlais de vote reglo et tout le reste .
tu doit surement savoir que les media pese trés trés lourd dans une election et quand tu a les media dans la poche (ce qu'avait sarko) tu double ou triple tes chance de gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 1:24 am

t'as raison, mais il faut dire que Sarko travaillait dur, il avait un prog très clair, et biensur quand tu as une politique pro-américaine tu as de la chance de gagner. Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bizmut

avatar

Nombre de messages : 1472
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 04, 2007 6:01 pm

ya jma3a il s'agit plus de politique maintenant, il sera là dans quelques heures, je ferai comment pour aller à mon stage demain et rentrer le soir
affraid confused pale cyclops Evil or Very Mad No

hawji yenna, hawji yenna transport makanouche bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starsans-maquillage.skyrock.com/
bizmut

avatar

Nombre de messages : 1472
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 1:22 am

j'espere que c'est la derniere fois qu'un president visite constantine, c'etait vraiment emmerdant ( Embarassed )
je suis en colere vue que tout était bloqué depuis 8 h du matin ( inutilement )
aaaaah les algerien et la gestion Evil or Very Mad ils sont nuuuls
non seulement pas de transport publique pdt tte la journnée, en plus aucun vehicule ne peut entrer à constantine, y'avait des personnes agées LI KRASSOU FI LES ARRETS DE BUS, des automobilistes qui ont carrement quitter leurs voitures en plein milieu de la route ( de 11 h à 16 de l'aprem pour les plus chanceux affraid )
et moi meme, j'ai du me tapper DES KILOMETRES, pour arriver extenuée à la maison, et totalement essoufflée Evil or Very Mad ( heureusement que je suis rentrée au moment oû on annoçait REC Smile ) sans pareler du bruit horrible qu'emet le baroud, j'ai dû sursauter une 10 aine de fois, ................................................................................................... je vous laisse deviner le reste Rolling Eyes Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starsans-maquillage.skyrock.com/
antigone 1

avatar

Nombre de messages : 1126
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 1:25 am

la pauvre
elle c tapé des kilometres c trop meskina Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bizmut

avatar

Nombre de messages : 1472
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 1:26 am

leh c'etait pas ton cas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starsans-maquillage.skyrock.com/
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 4:44 am

je ne te le fait pas dire bizmut parce que moi j'ai passé de loins ma pire journée depuis bien longtemps parce que aujourd'hui j' fait une 15aine de kilommetre a pied 3 heures de bus j'ai garré la voiture au milieu de nul part parce qu'il n'etait pas possible de circulé en plus 600 DA de taxi et 2heures d'attentes au arrets de bus et puis a 16h mon pere m'appel pour me demander ou j'etait et il me requpere a 16h10 (heureusement pile poil avec l'intro du chikh et des que je suis rentré a 18h30 (2heur et demis pour faire 5KM ) j'était vraiment extenuer et j'ai detestté encore plus sarko et boutef!!!!!!!!!!
des amis qui ont assisté a la conferance de sarko m'ont dit qu'il etait vraiment impressionant un trés beau parleur (j'aurai aimé assisté a la conferance mais quand j'ai solicité ma ma3rifa s'etait trop tard parce que les liste de l'assistance ont était envoyé quelque jours auparavent au service secret fr et dz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 2:00 pm

Citation :
Le président français Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois dénoncé mercredi en Algérie le système colonial "injuste par nature", devant les étudiants de Constantine (est), et a exhorté les Algériens à "regarder vers l'avenir".


"Beaucoup de ceux qui étaient venus s'installer en Algérie étaient de bonne foi. Ils étaient venus pour travailler et pour construire, sans l'intention d'asservir ni d'exploiter personne", a déclaré M. Sarkozy dans un discours prononcé devant les étudiants de l'université Mentouri.

"Mais le système colonial était injuste par nature et il ne pouvait être vécu autrement que comme une entreprise d'asservissement et d'exploitation", a-t-il poursuivi. "De part et d'autre, il y a eu des douleurs, des souffrances et des peines", a également déclaré M. Sarkozy, en présence de son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika.

"Je n'oublie ni ceux qui sont tombés les armes à la main pour que le peuple algérien soit de nouveau un peuple libre, ni les victimes d'une répression aveugle et brutale, ni ceux qui ont été tués dans les attentats (...) ni ceux qui ont dû tout abandonner", a-t-il insisté. "Je ne suis pas venu nier le passé, mais je suis venu vous dire que le futur est plus important", a souligné le président français, qui s'est refusé à prononcer les excuses attendues côté algérien pour les crimes imputés à la France pendant la colonisation (1830-1962).

"Ce qui compte, c'est ce que nous allons accomplir ensemble, et ce que nous allons accomplir ensemble ne dépend que de nous (...) Les fautes et les crimes du passé furent impardonnables. Mais c'est sur notre capacité à conjurer l'intolérance, le fanatisme et le racisme qui préparent les crimes et les guerres de demain que nos enfants nous jugerons", a-t-il ajouté.

Evoquant les propos du ministre algérien des Anciens combattants Mohammed-Chérif Abbas attribuant son élection à un "lobby juif", M. Sarkozy a dénoncé une nouvelle fois l'antisémitisme, qualifié "crime contre tous les hommes" et de "crime contre toutes les religions".

Les présidents Sarkozy et Bouteflika ont été accueillis à l'université Mentouri par plusieurs milliers d'étudiants, certains criant "Bouteflika, un troisième mandat!" ou "One, two, three Algérie!"

Dès son arrivée en Algérie lundi, Nicolas Sarkozy avait dénoncé "l'injustice" du colonialisme, mais sans présenter d'excuses de la France. Le ministre algérien de l'Intérieur Yazid Zerhouni avait estimé que les propos du président français constituaient un "progrès", mais que celui-ci restait insuffisant.

Un haut responsable de la présidence française a annoncé mardi soir que M. Sarkozy n'irait pas plus loin dans la repentance. "C'est une question d'honnêteté et de lucidité", a-t-il commenté. "Quand vous circulez dans Alger, vous voyez bien qu'il n'y a pas que matière à excuses", a-t-il ajouté.


j'ai pas bien compris la derniere citaion du responsable français quelqu'un peut m'expliquer.

Citation :
Recevant, juste après son retour d'Algérie, des associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord, Nicolas Sarkozy a souhaité mercredi que la France honore sa dette vis-à-vis des harkis, tout en prônant un "discours de réconciliation" entre Paris et Alger.


"Il est légitime et juste que (les harkis) reçoivent l'hommage solennel de la nation", a déclaré M. Sarkozy, à l'occasion de la journée d'hommage annuel aux combattants morts pour la France pendant la guerre d'Algérie.

Alors que sa visite d'Etat de trois jours en Algérie s'est déroulée dans un climat toujours perturbé par la controverse sur le passé colonial de la France, M. Sarkozy a affirmé que sa génération devait "porter le discours de la réconciliation" entre la France et l'Algérie. Et ce "justement parce que ma génération n'a pas connu les souffrances que vous avez connues", a-t-il dit.

"Pour les harkis aussi, si les accords d'Evian ont scellé la fin des hostilités militaires, ils n'ont pas marqué la fin des souffrances. D'autres épreuves, douloureuses, sont venues s'ajouter aux peines endurées au cours de huit années de guerre", a-t-il affirmé.

"Pour la France, il s'agit aujourd'hui d'une question d'honneur. Il faut réparer les fautes qui ont été commises", a poursuivi M. Sarkozy.

Il faisait allusion au sort réservé aux supplétifs musulmans de l'armée française en Algérie pendant la guerre (1954-1962).Après les accords d'Evian du 19 mars 1962, plusieurs dizaines de milliers de harkis avaient été assassinés par le FLN. Des dizaines d'autres milliers avaient rejoint la France pour y être souvent parqués dans des camps de transit.

"Pendant très longtemps, les harkis n'ont pas bénéficié de mesures qui auraient permis d'assumer dignement leur insertion au sein de la communauté nationale", a affirmé M. Sarkozy.

"Les conséquences en sont encore visibles aujourd'hui" "et les jeunes ont particulièrement souffert".

Aussi, "pour les enfants de harkis (...) j'ai demandé au gouvernement de mobiliser tous les moyens pour mettre en oeuvre une politique de formation, une politique individualisée d'accès à l'emploi, une politique d'accès au logement, une politique particulière d'accès à la fonction publique", a déclaré le président, en revendiquant cette politique de "discrimination positive".

Le président a également rendu hommage à "toutes les victimes civiles" de la guerre d'Algérie, "de toute origine et de toutes confessions", à "ceux et celles qui ont laissé leurs biens de l'autre côté de la mer".

Ce discours a été diversement apprécié. Pour Bernard Coll, secrétaire général de l'association Jeunes Pieds noirs, c'est "un discours d'une grande lâcheté politique". Il a déploré que M. Sarkozy ne tienne pas sa promesse de campagne, quand, le 31 mars, il avait dit aux représentants des harkis qu'il recevait à son siège de campagne que s'il était élu, il reconnaîtrait "officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis".

Au contraire, le chanteur Enrico Macias, pied noir d'Algérie chassé de son pays par la guerre, empêché par les autorités algériennes d'accompagner le président en Algérie, s'est déclaré "extrêmement ému". "Il a tendu la main, dès son retour d'Algérie, à tous les pieds noirs, à tous les harkis, à tous les rapatriés", s'est-il félicité.

Le président français Nicolas Sarkozy a achevé mercredi à Constantine sa visite en Algérie comme il l'avait commencée, avec une condamnation ferme du colonialisme, mais sans présenter d'excuses, et en appelant l'Algérie à se "tourner vers l'avenir".

Reprenant le ton du discours qu'il avait prononcé à Alger devant un parterre de patrons à son arrivée lundi, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois dénoncé, cette fois devant les étudiants de l'université Mentouri et son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika, le système colonial "injuste" mis en place par la France en Algérie (1830-1962).

Répétant le message qu'il a délivré pendant les trois jours de sa visite, le chef de l'Etat français a associé dans son hommage toutes les victimes de la guerre d'indépendance (1954-1962).
ecevant, juste après son retour d'Algérie, des associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord, Nicolas Sarkozy a souhaité mercredi que la France honore sa dette vis-à-vis des harkis, tout en prônant un "discours de réconciliation" entre Paris et Alger.
(Publicité)

"Il est légitime et juste que (les harkis) reçoivent l'hommage solennel de la nation", a déclaré M. Sarkozy, à l'occasion de la journée d'hommage annuel aux combattants morts pour la France pendant la guerre d'Algérie.

Alors que sa visite d'Etat de trois jours en Algérie s'est déroulée dans un climat toujours perturbé par la controverse sur le passé colonial de la France, M. Sarkozy a affirmé que sa génération devait "porter le discours de la réconciliation" entre la France et l'Algérie. Et ce "justement parce que ma génération n'a pas connu les souffrances que vous avez connues", a-t-il dit.

"Pour les harkis aussi, si les accords d'Evian ont scellé la fin des hostilités militaires, ils n'ont pas marqué la fin des souffrances. D'autres épreuves, douloureuses, sont venues s'ajouter aux peines endurées au cours de huit années de guerre", a-t-il affirmé.

"Pour la France, il s'agit aujourd'hui d'une question d'honneur. Il faut réparer les fautes qui ont été commises", a poursuivi M. Sarkozy.

Il faisait allusion au sort réservé aux supplétifs musulmans de l'armée française en Algérie pendant la guerre (1954-1962).Après les accords d'Evian du 19 mars 1962, plusieurs dizaines de milliers de harkis avaient été assassinés par le FLN. Des dizaines d'autres milliers avaient rejoint la France pour y être souvent parqués dans des camps de transit.

"Pendant très longtemps, les harkis n'ont pas bénéficié de mesures qui auraient permis d'assumer dignement leur insertion au sein de la communauté nationale", a affirmé M. Sarkozy.

"Les conséquences en sont encore visibles aujourd'hui" "et les jeunes ont particulièrement souffert".

Aussi, "pour les enfants de harkis (...) j'ai demandé au gouvernement de mobiliser tous les moyens pour mettre en oeuvre une politique de formation, une politique individualisée d'accès à l'emploi, une politique d'accès au logement, une politique particulière d'accès à la fonction publique", a déclaré le président, en revendiquant cette politique de "discrimination positive".

Le président a également rendu hommage à "toutes les victimes civiles" de la guerre d'Algérie, "de toute origine et de toutes confessions", à "ceux et celles qui ont laissé leurs biens de l'autre côté de la mer".

Ce discours a été diversement apprécié. Pour Bernard Coll, secrétaire général de l'association Jeunes Pieds noirs, c'est "un discours d'une grande lâcheté politique". Il a déploré que M. Sarkozy ne tienne pas sa promesse de campagne, quand, le 31 mars, il avait dit aux représentants des harkis qu'il recevait à son siège de campagne que s'il était élu, il reconnaîtrait "officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis".

Au contraire, le chanteur Enrico Macias, pied noir d'Algérie chassé de son pays par la guerre, empêché par les autorités algériennes d'accompagner le président en Algérie, s'est déclaré "extrêmement ému". "Il a tendu la main, dès son retour d'Algérie, à tous les pieds noirs, à tous les harkis, à tous les rapatriés", s'est-il félicité.

Le président français Nicolas Sarkozy a achevé mercredi à Constantine sa visite en Algérie comme il l'avait commencée, avec une condamnation ferme du colonialisme, mais sans présenter d'excuses, et en appelant l'Algérie à se "tourner vers l'avenir".

Reprenant le ton du discours qu'il avait prononcé à Alger devant un parterre de patrons à son arrivée lundi, Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois dénoncé, cette fois devant les étudiants de l'université Mentouri et son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika, le système colonial "injuste" mis en place par la France en Algérie (1830-1962).

Répétant le message qu'il a délivré pendant les trois jours de sa visite, le chef de l'Etat français a associé dans son hommage toutes les victimes de la guerre d'indépendance (1954-1962).


Dernière édition par le Sam Déc 08, 2007 11:14 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antigone 1

avatar

Nombre de messages : 1126
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Jeu Déc 06, 2007 2:04 pm

mais la marche c benefique c bien pour la santé Laughing quesque vs avez tous a vs pleindre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Ven Déc 07, 2007 12:39 am

salam ya wled bladi

raconter moi cette journée pas comme les autres
pour kel aison sarko est venu a constantine ...........visites, contrats, ccoperation ........

constantine etait plus belle ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Ven Déc 07, 2007 2:34 pm

kkader a écrit:
salam ya wled bladi

raconter moi cette journée pas comme les autres
pour kel aison sarko est venu a constantine ...........visites, contrats, ccoperation ........

constantine etait plus belle ??

Rien de concré un discours devant les etudiant pour dire venez faire des etudes chez et repartez pour faire evoluer votre pays sinon mis apart que constantine a arreter de bouger pendant une journée elle était belle et dire que le bleu du drapeau français (desolé OMK mais c'est l'avis de tout le monde ici) a donnée une belle vue au centre ville et la route de l'aeroport.sinon il se dit par ce et par la qu'il venu pour negocié quelque contrat pour des entreprise française comme la gestion de l'alimentation en eau pour Eaux de Marseille et la realisaton du tramway pour une entreprise française et il y a aussi le pont geant qui part du fej jusqu'au fobourg (les images 3D du pont sont impressionantes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bizmut

avatar

Nombre de messages : 1472
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Ven Déc 07, 2007 9:17 pm

Constantine sans flamme pour Sarkozy
Envoyé spécial à Constantine ANTOINE GUIRAL
QUOTIDIEN Liberation: jeudi 6 décembre 2007


Ça commence comme un match de foot avec des supporteurs surchauffés. Mais les cris de ces milliers d’étudiants du campus de Constantine (450 km à l’est d’Alger) ne sont pas pour Nicolas Sarkozy. «One, two, three… Viva l’Algeria…». Et lorsqu’ils arrivent, hier matin, le président français et son homologue algérien sont précédés par un souffleur qui fait chanter à la foule «Bouteflika, troisième mandat». Les élections n’ont lieu qu’en 2009, Abdelaziz Bouteflika (70 ans) est en mauvaise santé, mais le voilà en précampagne présidentielle au côté de Nicolas Sarkozy. Tous deux s’étalent d’ailleurs sur de gigantesques affiches partout en ville....

scratch

Au président français, les Constantinois n’ont pas grand-chose d’autre à demander que ces visas distribués avec parcimonie par Paris. Bien informés du début de sa visite et de son refus de présenter la moindre excuse pour les crimes de la guerre d’Algérie, ils font le service minimum : soit une belle mise en scène avec pétarade, maisons repeintes et orchestres folkloriques. Mais sans la ferveur de l’accueil reçu par Chirac lors de sa visite d’Etat en 2003. Comme depuis son arrivée lundi, Sarkozy essuie le même flot de critiques violentes de la presse algérienne.

«Ego». «La dérobade de Sarkozy», titre El Watan qui parle de lui comme d’un homme «enfermé dans cet ego patriotique typique des militants d’extrême droite français qui rechignent à regarder leur passé, aussi terrifiant qu’abominable en Algérie». Et même si le chef de l’Etat français est allé assez loin dans la condamnation du colonialisme, le fond de sa pensée reste le même : «Quand vous circulez dans les rues d’Alger, il n’y a pas matière à s’excuser. On voit bien qu’à l’intérieur du système colonial que je dénonce il y a des gens qui ont fait des choses bien», a-t-il confié à un proche mardi soir. Face aux étudiants de Constantine, le voilà maintenant qui discourt, plein de lyrisme, jouant l’apaisement. «Je ne suis pas venu nier le passé. Je suis venu vous dire que le futur est plus important. Ce qui compte c’est ce que nous allons accomplir et qui ne dépend que de nous.» Il parle du colonialisme comme d’une «entreprise d’asservissement et d’exploitation», de ceux «qui sont tombés les armes à la main pour que le peuple algérien soit de nouveau libre» et des «victimes innocentes d’une répression aveugle et brutale».

«Amitié». Pour surmonter ce passé, Nicolas Sarkozy propose de bâtir son projet d’Union méditerranéenne «sur l’amitié franco-algérienne», comme l’Europe fut lancée sur la réconciliation franco-allemande. Cela ne déclenche aucun applaudissement dans l’amphithéâtre. Enfin, Sarkozy en profite pour glisser des messages aux musulmans de France en affirmant que «la France va repenser son modèle d’intégration». Un dernier bain de foule, une ultime nouba dans les rues et il s’envole pour Paris. En fin de journée, il a reçu à l’Elysée des anciens combattants d’Afrique du Nord et de rapatriés harkis «morts pour la France».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://starsans-maquillage.skyrock.com/
ismouche

avatar

Nombre de messages : 943
Age : 38
Localisation : La bas chez nous
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Lun Déc 10, 2007 10:26 pm

Salut à tous,
ces jours ci, Enrico me tape sur le systeme nerveux...je trouve qu'il revoi un message tous ce qu'il y a de plus raciste...il prendt tous le temps la position du faible, il a un language de maijaires...c'est vrai je suis un peu mechante envers...les mégéres aussi apprivoisées soient elles.
je l'ai entendue hier dans l'emission Ripostes sur france5, et il m'a dégouté, il dit tout le temps que l'algerie a refusé qu'il vienne par ce qu'il est juif, alors que nous recevons tout le temps des pieds noirs juifs tels que Roger hanin, B.H.L, ...etc.
ce qui m'a choqué c'est qu'il parle ouvertement qu'il est pour israel, mais il ne comprtendt pas que nous prenions partis, la probléme d'Enrico est qu'il veut venir en conquairant, il ne veut pas arriver en algerie discrétement comme l'ont fait ses acolites.
en tous cas dans l'emission sus-citées, il y avait Giselle Hlimi, celebre avocate ayant defendue les algeriens pednat la guerre, elle est juive, mais elle a défendue nos droits mieu que quiconque d'entre nous....chose que j'ai apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 11, 2007 12:41 am

c'est vrai qu'il veut faire du tapage médiatique en visitant l'Algérie, mais d'un autre coté les voix qui s'élévent pour empêcher Enrico de venir ici sont les barons de la corruption en algérie, comme si eux, sont plus propre et moins raciste que le juif Enrico.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   Mar Déc 11, 2007 12:44 am

kamel Eddine a écrit:
c'est vrai qu'il veut faire du tapage médiatique en visitant l'Algérie, mais d'un autre coté les voix qui s'élévent pour empêcher Enrico de venir ici sont les barons de la corruption en algérie, comme si eux, sont plus propre et moins raciste que le juif Enrico.
je suis tout a faitd'accord avec toi il font plus de mals au peuple algeriens que les juifs on ont fait en 60 au palestiniensans affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicolas Sarkozy se rendra à Constantine avec Enrico Macias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» L’étrange discours sur la Culture de Nicolas Sarkozy
» Nicolas Sarkozy au petit journal
» Le couple Sarkozy dans un épisode des Simpson !!
» Nouvelle Marianne de Nicolas Sarkozy
» Lettre de Démission de Nicolas Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: