AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les bâtisseurs anonymes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
la candide

avatar

Nombre de messages : 74
Age : 62
Localisation : quelque part sur cette terre bénie
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Les bâtisseurs anonymes !   Ven Fév 02, 2007 2:24 am



Ils ont construit des murs sur des kilomètres, des maisons et bâtisses diverses, des digues, des trottoirs, travaillé des jardins, foré et nettoyé des puits, cassé de la pierre, creusé des dizaines de kilomètres de terre et autres besognes sans jamais rechigner à l’ouvrage en dépit de l’absence de tout moyen de protection et des outils de travail des plus rudimentaires. Maigres, ils portent des haillons, aux pieds souvent des sandales reprisées par des fils de fer et ce, par tous les temps notamment la chaleur suffocante qui dure des mois et des mois.

Arriver à bon port est une gageure - sans papiers et dans des conditions de voyages inimaginables - y rester est d’autant plus risqué mais l’instinct de survie est plus fort que le reste : aucune chance de croiser un qui respire la santé.

Ils sont à la fois indispensables pour la construction de la ville et font juste partie du décor : pour nous, c’est « normal » de les voir en train de courber l’échine, sans oser lever les yeux car dépendant entièrement de notre bonne charité ou cruauté, besoin ou fantaisie ! Certains les considèrent comme des sous-hommes – TAILLABLES ET CORVEABLES A MERCI ! et donc ne les rétribue que par de la monnaie de singe après des jours de labeur !oui s’est arrivé ! - et malgré cela, rien ne les rebute, pourvu qu’ils aient de quoi manger quant au logis, aucun problème, le sable leur sert de lit et leurs chiffons de couvertures pour les nuits de froid qui vous taillade la peau.

Lorsque la ville fait sa sieste, il ne reste quasiment qu’eux dehors à l’ouvrage, sous un soleil de plomb en train de faire grandir, mètre après mètre un mur ; les mains abîmées de partout à force de porter des parpaings, pierres, et manier le ciment etc… En un mot, les damnés de la terre !

Certains n’arrivent pas à « cette joie » de rejoindre la ville et ses « bienfaits » plusieurs fois, on les découvre morts sur la route et on les enterre sous X, si loin de leurs proches, d’autres , pires, sont mangés par les chacals et autres animaux.

Ils transportent sur leur dos toute la misère humaine, de leur pays qu’ils ont quitté à cause de la pauvreté qui les a arraché à leur famille et les a jetté comme des épaves sur le bord de la vie à la recherche d’une certaine dignité qu’ils ne trouvent pas chez eux. Braves, vous êtes braves mes frères africains, j’aime ce terme de brave qu’on utilise presque plus et je le déplore !

J’ai voulu rendre hommage à nos frères africains anonymes bâtisseurs de beaucoup de constructions dans notre pays, certains y ont laissé leur vie, d’autres ont plus ou moins réussi en continuant vers le nord du pays, d’autres sont repartis, refoulés puisque clandestins et beaucoup y demeurent. Ils font le travail que beaucoup d’algériens rechignent à effectuer.



Il faudrait qu’un jour notre pays reconnaisse le mérite de toute cette main d’œuvre jamais déclarée, sous payée, souvent exploitée qui a participé à beaucoup de projets qui ont vu le jour dans notre pays. Je pense à eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Les bâtisseurs anonymes !   Ven Mai 02, 2008 2:41 pm

la candide a écrit:


Ils ont construit des murs sur des kilomètres, des maisons et bâtisses diverses, des digues, des trottoirs, travaillé des jardins, foré et nettoyé des puits, cassé de la pierre, creusé des dizaines de kilomètres de terre et autres besognes sans jamais rechigner à l’ouvrage en dépit de l’absence de tout moyen de protection et des outils de travail des plus rudimentaires. Maigres, ils portent des haillons, aux pieds souvent des sandales reprisées par des fils de fer et ce, par tous les temps notamment la chaleur suffocante qui dure des mois et des mois.

Arriver à bon port est une gageure - sans papiers et dans des conditions de voyages inimaginables - y rester est d’autant plus risqué mais l’instinct de survie est plus fort que le reste : aucune chance de croiser un qui respire la santé.

Ils sont à la fois indispensables pour la construction de la ville et font juste partie du décor : pour nous, c’est « normal » de les voir en train de courber l’échine, sans oser lever les yeux car dépendant entièrement de notre bonne charité ou cruauté, besoin ou fantaisie ! Certains les considèrent comme des sous-hommes – TAILLABLES ET CORVEABLES A MERCI ! et donc ne les rétribue que par de la monnaie de singe après des jours de labeur !oui s’est arrivé ! - et malgré cela, rien ne les rebute, pourvu qu’ils aient de quoi manger quant au logis, aucun problème, le sable leur sert de lit et leurs chiffons de couvertures pour les nuits de froid qui vous taillade la peau.

Lorsque la ville fait sa sieste, il ne reste quasiment qu’eux dehors à l’ouvrage, sous un soleil de plomb en train de faire grandir, mètre après mètre un mur ; les mains abîmées de partout à force de porter des parpaings, pierres, et manier le ciment etc… En un mot, les damnés de la terre !

Certains n’arrivent pas à « cette joie » de rejoindre la ville et ses « bienfaits » plusieurs fois, on les découvre morts sur la route et on les enterre sous X, si loin de leurs proches, d’autres , pires, sont mangés par les chacals et autres animaux.

Ils transportent sur leur dos toute la misère humaine, de leur pays qu’ils ont quitté à cause de la pauvreté qui les a arraché à leur famille et les a jetté comme des épaves sur le bord de la vie à la recherche d’une certaine dignité qu’ils ne trouvent pas chez eux. Braves, vous êtes braves mes frères africains, j’aime ce terme de brave qu’on utilise presque plus et je le déplore !

J’ai voulu rendre hommage à nos frères africains anonymes bâtisseurs de beaucoup de constructions dans notre pays, certains y ont laissé leur vie, d’autres ont plus ou moins réussi en continuant vers le nord du pays, d’autres sont repartis, refoulés puisque clandestins et beaucoup y demeurent. Ils font le travail que beaucoup d’algériens rechignent à effectuer.



Il faudrait qu’un jour notre pays reconnaisse le mérite de toute cette main d’œuvre jamais déclarée, sous payée, souvent exploitée qui a participé à beaucoup de projets qui ont vu le jour dans notre pays. Je pense à eux.




Bonne fête du 1er mai à ceux là aussi !
ps: qu'est donc devenue cette dame au verbe si élégant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les bâtisseurs anonymes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES ANONYMES de R.J. Ellory
» association des racistes anonymes
» SMS anonymes
» AUTEURS ANONYMES
» obole du Puy 1150-1200 AUVERGNE-ÉVÊCHÉ DU PUY-ANONYMES-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives :: Hna Fi Hna (2006-2008)-
Sauter vers: