AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 harga un mort et dix huit blessés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
conditionnelle

avatar

Nombre de messages : 1497
Localisation : pas à guenzet
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: harga un mort et dix huit blessés   Sam Aoû 08, 2009 9:29 pm

Une véritable catastrophe s’est produite hier au large des eaux territoriales d’Annaba. Il s’agit d’une opération d’interception, de poursuite et de sauvetage de 3 embarcations artisanales, menée par les unités semi-rigides du Groupement territorial des garde-côtes (GTGC) d’Annaba. Bilan : 1 mort, Hamza Ikram, 32 ans, 18 blessés, dont l’un a eu la jambe amputée, 11 disparus, 2 embarcations coulées et une 3e en fuite. Ne voulant pas obtempérer à la sommation des gardes-côtes, les 24 jeunes infortunés, dont un Tunisien, ont décidé de poursuivre leur « croisière ». Et comme pour confirmer leur ferme détermination de rejoindre les côtes européennes, les jeunes harraga scandaient leur leitmotiv « N’foutou walla n’moutou » (nous passons ou nous mourons)…. Quant aux disparus, ils sont au nombre de 11…Quant à l’embarcation qui a pris la fuite dont le nombre d’occupants reste encore indéfini, le même responsable affirme qu’« elle fait l’objet d’intenses recherches... El watan.

« N’foutou walla n’moutou »,Cette phrase m'a bouleverseé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Sam Aoû 08, 2009 10:09 pm

honte au pouvoir qui pousse ses enfants au suicide , s'il avait un gamme de nif ce gouvernement aurait démissionné collectivement avec à sa tète li ma yathsamach hachakoum, honte aussi à l'armée algérienne qui empêche les gens de fuir la misère et la hogra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Dim Aoû 09, 2009 1:10 am

Ce que je ne comprend pas, où est la notion de responsabilité?? ce n'est pas la première fois qu'on entend ce genre d'information (des morts).
c'est bouleversant Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Dim Aoû 09, 2009 2:53 pm

--------------------------------------------------------------------------------

Témoignage du frère du harrag mort hier à Annaba

« Ikram devait rejoindre Christelle via la Sardaigne »
« Il était prévu que Christelle vienne au mois de juillet dernier pour se marier avec Ikram en Algérie. Elle n’a pas pu obtenir le visa. Puis ça a été reporté à la fin du Ramadhan. Elle comptait venir avec sa famille pour concrétiser son union avec mon frère », nous raconte, en pleurs, Hicham, son frère aîné.


Rejoindre sa bien-aimée Christelle, une Française de 20 ans qu’il connaissait depuis quatre ans, était le rêve d’Ikram. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Cet amour est né d’un chat sur un site de rencontres. Au fil des années, les dialogues anodins se sont transformés en un grand amour. Ikram voulait coûte que coûte exaucer son rêve, celui d’être auprès de la femme qu’il avait choisie. Ses tentatives d’obtenir un visa sont restées vaines ; c’était le refus à chaque fois. L’idée de la harga a alors commencé à germer dans la tête d’Ikram, qui était un génie de l’informatique, un technicien de dessin en bâtiment des plus avertis. « Il était prévu que Christelle vienne au mois de juillet dernier pour se marier avec Ikram en Algérie. Elle n’a pas pu obtenir le visa. Puis ça été reporté à la fin du Ramadhan. Elle comptait venir avec sa famille pour concrétiser son union avec mon frère », nous raconte, en pleurs, Hicham, son frère aîné et son confident, un gardien de parking, père de la petite Anfal (Fifi).
C’est d’ailleurs par la photo de cette petite qu’il aimait tant à appeler Sahbati (mon amie) qu’Ikram s’affichait sur le Net à son amie Christelle avant qu’ils ne passent tous deux à la webcam (discussion en live). « C’est la veille de son départ, c’est-à-dire mercredi vers 3h, qu’il est venu me voir pour m’annoncer son départ. Après une longue discussion, il a réussi à me convaincre puisque je m’y étais opposé. Puis il est rentré à la maison. Le jour J, c’est-à-dire le jeudi matin, il est parti régler le prix de sa place dans l’embarcation de la mort : 45 000 DA au passeur et 5000 DA à l’intermédiaire. C’était tout ce qu’il avait, fruit d’une dizaine d’années d’économies », poursuit Hicham. Entre-temps, ce dernier devait préparer le nécessaire au voyage d’Ikram. « J’avais 700 DA seulement sur moi, je lui ai acheté un flacon de shampoing, un déodorant, des lames de rasoir et deux savonnettes. Il n’avait même pas de quoi se payer les cigarettes qu’il devait emporter. J’ai dû alors emprunter 2000 DA auprès d’un ami pour lui en acheter deux cartouches. J’ai tout mis dans un sac à dos que j’ai soigneusement caché car mes parents ne savaient rien », indique Hicham. Interrogé sur le pécule en devises d’Ikram, notre interlocuteur précise qu’il avait seulement 35 euros. Une somme qu’il avait procurée à son frère en cédant au bijoutier du quartier la bague de fiançailles de sa femme. Vers 21h de la fatidique journée de jeudi, c’est une sorte d’adieu qu’a fait Ikram à ses proches. Hicham l’attendait, avec deux autres harraga du même quartier, dans une librairie pour l’accompagner à la plage Rizzi Ameur, le point de départ. « Une fois arrivés, nous avons trouvé au moins une trentaine de personnes entre harraga et curieux. Sur les lieux, il y avait deux embarcations cachées par le passeur dans un tunnel, à même la plage. Le moteur était accroché à une barque de pêche. Le passeur était sur place, il coordonnait l’opération par portable. Il y avait toute une équipe. Chacun sa mission pour 500 à 1000 DA », explique Hicham. Selon lui, la première embarcation est partie vide vers Ras El Hamra (le Vivier).
Quant à la deuxième, sept harraga y avaient pris place, dont Ikram. Les autres ont tous pris des taxis vers le Vivier d’où devaient appareiller les deux embarcations, poursuit Hicham. « Une fois arrivés, nous avons été surpris de constater qu’il y avait une troisième embarcation. Sur place, nous avons trouvé près d’une centaine de personnes, c’était la confusion totale. Puis le passeur "en chef" a entamé la répartition des harraga entre les trois felouques. Ikram m’a lancé un ultime regard en me priant de prendre soin de mes parents », se souvient Hicham, en sanglots, tenant les 35 euros enroulés telle une cigarette par Ikram et murmurant d’une voix presque inaudible : « Pardonne-moi mon frère, pardonne-moi. » Il a toutefois tenu à nous signaler que c’est à cause d’une candidate à l’émigration clandestine, membre d’une des trois expéditions, que la tentative des 74 jeunes harraga a échoué. « C’est certainement son frère qui a vendu la mèche aux gendarmes postés au niveau du cap de Garde. Il était venu chercher sa sœur pour l’empêcher de partir. Mais, il n’a pas réussi à l’en dissuader. Sinon comment expliquer l’arrivée des gendarmes au Vivier alors que la troisième embarcation était encore visible ? Peu de temps après, nous avons reçu un appel de Mehdi, le compagnon et ami d’Ikram, qui nous a informés que les gardes-côtes étaient à leurs trousses, puis la communication s’est brutalement interrompue », poursuit Hicham. Flairant déjà ce qui allait se passer, ce dernier se dirigea avec des amis du quartier vers le port. Il était une heure du matin lorsque les unités des garde-côtes ont commencé à déposer les harraga sur le quai n°9. « C’était le cafouillage. Des ambulances de la Protection civile, des véhicules des garde-côtes, de la gendarmerie… J’ai fini par comprendre qu’un drame était arrivé aux malheureux aventuriers, y compris mon frère. Je me suis alors précipité vers les urgences de l’hôpital Ibn Rochd. » C’est alors que Farid, le meilleur ami d’Ikram, prend la parole pour nous dire que l’évacuation des blessés a duré jusqu’à 3h. Au total, 18 harraga ont été évacués. Ils étaient gravement atteints de brûlures à différents degrés. Ce n’est que vers 4h que la dernière ambulance est arrivée mais, à la différence des autres, elle était escortée par des éléments de la Gendarmerie nationale. Elle ramenait le cadavre d’Ikram. « Voilà comment finissent les jeunes de la République bananière de Bouteflika, d’Ahmed Ouyahia et de leurs compères », s’indigne Farid. Ainsi, le rêve d’Ikram Hamza, né le 11 avril 1977, de rejoindre sa bien-aimée Christelle dans le nord de la France via la Sardaigne, se termine au cimetière de Sidi Aïssa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
radius

avatar

Nombre de messages : 950
Localisation : un pays mal mené
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Dim Aoû 09, 2009 5:22 pm

echourouk donne aussi la version des gardes cotes..ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chichi

avatar

Nombre de messages : 347
Age : 28
Date d'inscription : 08/06/2009

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Lun Aoû 10, 2009 5:50 pm

y'en a marre des sujetes de harga,je ne sais pas que est ce qu'il arrive a nos jeunes,peut etre que nous les algeriens comme trabina f mizirya w tmarmida on les aime...comme les 4jeunes skikdiens qui voulaient partir a l'italie et grace a un baron de harga ils ont decouvert qu'ils sont a israel pas en italie,et hereusement le croisson rouge a tt fait pour les sortir apres 1mois de soufrance je pense...
http://www.echoroukonline.com/fra/index.php?news=4740
dommage wellh dommage Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.biocool.exprimetoi.net
radius

avatar

Nombre de messages : 950
Localisation : un pays mal mené
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Jeu Aoû 20, 2009 3:34 am

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Ven Aoû 21, 2009 11:51 am


Même les vieux vous fuient !


Par Hakim Laâlam


Bouguerra Soltani à propos du livre de Khaled
Bentounes : «Il faut le corriger ou le retirer du marché.»
Moi, je propose de le corriger, de bien le corriger, de le
corriger sévèrement. Ensuite, de le retirer du marché.

Soltani, bien sûr !


Jusque-là, les candidats à la harga nous étaient présentés par la propagande officielle comme des jeunes désœuvrés, des post-pubères attirés par la chimérique vie facile en Europe. J’ai même le souvenir d’un «sujet homérique» présenté au journal télévisé de 20 heures et dans lequel des gendarmes découvraient «tout coup soudain» sur une plage de l’ouest du pays une bouteille rejetée par les flots. Dans cette bouteille, un message rudimentairement rédigé sur un bout de papier cigarette et dans lequel un jeune demandait pardon à ses parents d’avoir fui le pays ainsi. Le même jeune, décidément très en plume malgré une mer démontée et des conditions de traversée atroces, trouvait la force littéraire d’envoyer un avertissement aux jeunes de son âge tentés par la harga : «Ne faites pas comme moi, regardez où cela m’a mené». Allez savoir pourquoi j’ai eu dans les narines l'odeur des embruns de Cap Sigli alors que cette bouteille-là avait été repêchée à l’autre bout du pays. Il reste qu’aujourd’hui, la théorie du jeune désœuvré et écervelé peine à tenir la route. Et pour cause ! Les gardes-côtes viennent d’arrêter en mer un jeune de 70 ans ! Ah Yal Baraka ! Comment on va faire avec toi, l’ancêtre ? Dans quelle catégorie nous allons bien pouvoir te caser. On ne va tout de même pas te faire écrire un message dans la bouteille ! 70 piges ! Mazette ! Voilà bien là un casse-tête pour les scénaristes officiels. Comment expliquer qu’un vieillard paye un passeur, grimpe de nuit dans une barque déglinguée et risque le peu de vie qui lui reste à tenter de joindre l’autre rive ? Comment faire avaler à l’opinion que les septuagénaires algériens, plutôt que de profiter d’une retraite méritée, d’un parasol frais, d’une vigne à l’ombre apaisante et de petits-enfants qui gazouillent autour d’eux ne rêvent que de se casser d’ici ? Autant admettre tout de suite et publiquement qu’en plus d’avoir échoué à gouverner convenablement ce pays, à le développer, on a poussé à l’exil ces papys. Même les vieux vous fuient ya boureb ! Vous vous en rendez-compte, au moins ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2009/08/21/hakim.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Dim Aoû 23, 2009 3:09 pm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Mar Aoû 25, 2009 8:47 pm

Actualités : EN DIFFICULTÉ DEPUIS 48 HEURES EN HAUTE MER
16 harraga secourus au large des côtes sardes

Les gardes-côtes algériens et italiens ont secouru, hier, vers 6h30, 16 jeunes harraga qui étaient en détresse au large des côtes sardes.
Ces seize harraga auraient pris le large en fin de semaine à partir de la plage d’Oued Bakrat, commune de Seraïdi, dans la wilaya de Annaba. Après plus de 24 heures en mer, et alors qu’ils étaient à quelques dizaines de kilomètres des côtes sardes, une panne s’est déclarée dans le moteur de leur barque. En difficulté, ils ont appelé, à l’aide de portables, leurs parents pour les informer de leur mésaventure et alerter les autorités algériennes pour leur sauvetage. L’information faisant état de la présence d’un groupe de harraga en détresse à quelques dizaines de kilomètres des côtes italiennes est parvenue dans la matinée de dimanche aux gardes-côtes du groupement territorial de Annaba. Le Centre opérationnel de sécurité, recherches et sauvetage en mer (Cnoss), relevant de la direction des gardes-côtes, a confirmé la position du groupe dans une zone de compétence italienne — la réglementation internationale de recherches et secours en mer définit les zones de compétence pour chaque pays. De ce fait, un dispositif de secours a été mis en place en coordination entre les gardes-côtes des deux pays. «Nos services ont immédiatement contacté les gardes-côtes italiens en vue de la localisation de l’embarcation pour l’organisation des sauvetages. Les unités 355 et 344 des gardes-côtes du groupement territorial de Annaba ont participé aux côtés des unités italiennes aux recherches et sauvetage du groupe de harraga», nous a indiqué Abdelaziz Zaïdi, chef de la station maritime principale des gardes-côtes de Annaba. Les 16 membres de ce groupe sont sains et saufs, selon Abdelaziz Zaïdi, qui a ajouté qu’ils ont «échappé à une mort certaine grâce à l’intervention de nos services et à la bonne collaboration entre les gardes-côtes algériens et leurs homologues italiens». Ainsi donc a pris fin une aventure qui a failli finir en cauchemar pour ces jeunes candidats à l’émigration clandestine et leurs familles. Reste à savoir s’ils pourront quitter rapidement le territoire italien du fait des nouvelles lois promulguées par ce pays et stipulant des peines de prison et de fortes amendes à l’encontre de tout immigrant clandestin.
A. Bouacha

source le soir d´Algérie 25 Aout 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   Jeu Aoû 27, 2009 11:36 am

Pause-Café : Pause-Café
Le Ramadan 1430 des tontons (1)

Tata Aldjia est en colère contre le gouvernement ! Elle dit qu’en supprimant le crédit auto, il pénalise les gens qui achètent les Maruti et les voitures pas chères. Ceux qui s’offrent les grosses cylindrées ne le font jamais par facilité de paiement ! Tata, qu’on a surnommée «Hadja Maruti» à cause de son penchant pour ces bagnoles qui sentent la craie et l’encre, voudrait bien s’offrir la nouvelle version ! Mais notre gouvernement en a décidé autrement !

Pourtant, tout en s’acharnant contre les petites bourses, il va payer rubis sur l’ongle 40 limousines acquises par la Présidence et qui viendront s’ajouter à toutes les autres avoisinant le prix d’un village socialiste ! Tata est contre cette caste de bourgeois qui n’a plus aucune décence et qui veut chasser, des routes encombrées, toutes les autos qui sont le produit de la sueur et du sacrifice !

farah maamar

P.S. : En inventant un personnage de 60 ans qui devient un harrag dans Le Rêve sarde, je pensais être un original. Mais la réalité dépasse la fiction et le tonton de 70 ans qui a été pris en flagrant délit de «harba» par mer me montre qu’il faut que je fasse des efforts pour mes prochaines fictions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: harga un mort et dix huit blessés   

Revenir en haut Aller en bas
 
harga un mort et dix huit blessés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2008] Flashpoint
» Des militaires tirent lors d'une manifestation à Kinshasa: un mort et des blessés
» Sabo: Mort ou Vivant ?
» Undertaker serait mort !!!!
» Dieu de la mort : 03/2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: