AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Obama, l'illusioniste

Aller en bas 
AuteurMessage
yacine

avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Obama, l'illusioniste   Dim Juin 14, 2009 9:15 pm

Barack Obama au Caire a fait des envieux à travers le "monde musulman"...

Ils se tapotaient le front en l'écoutant, ils regrettaient de n' y avoir pas pensé avant lui... a ces phrases tellement sublimes qu'elles deviennent subliminales, si spirituelles qu'on pourrait les mystifier et tellement fortes qu'elles nous feraient paradoxalement aimer les défendre...

A l'écoute de son discours il devait y avoir une pléthore d'Imams qui se sont tellement tapotés le front que leur "3alamat essoudjoud" a fini par se relever.

Le geste joint à la parole, le regard rassembleur et citations du Coran à l'appui, j'en connais des imams qui vont se repasser la vidéo sur Youtube pour mettre à jour leur formation.

L'image est un peu forcée me direz-vous, et ce n'est pas en tirant sur les cheveux d'Obama que je verrai la barbe de Karadaoui ou de Amrou Khaled (il en a une invisible selon des bruits qui courent), mais ce n'est pas le but.

En fait les Imams n'ont rien à prendre de cet exercice de mauvaise foi (fois 2). Les raisons évidentes n'ont même pas besoin d'être citées, mais une doit quand même être rappelée : aucun imam au monde peut se targuer de parler au tout "monde musulman" pour la simple raison que l'expression "monde musulman" n'a pas lieu d'exister, il y a des pays différents où vivent des musulmans différents aussi différents que le sont les noirs dans le monde.

Oui ! les noirs dans le monde que ne peu jamais représenter un seul homme, fut-il, le président de la plus grande puissance du monde, je dirais même, surtout s'il est président de cette puissance-la.

Comme lors de l'élection de Barack Obama, qui avait donné cette fausse bonne conscience à tous les "blancs" du monde, parce que maintenant tous les noirs (tous azimut selon le fantasme) sont enfin heureux d'avoir un des leurs à la maison blanche (quel symbole...mais qui ne veut rien dire pour des Luthers), ils vont désormais avoir, les "blancs", grâce à ce discours et au père musulman d'Obama, une autre fausse bonne conscience, parce que maintenant tous les musulmans (toujours tous azimut) doivent être heureux d'entendre dire le président de la puissance mondiale, que l'Islam est en fait tolérance et qu'il sont en réalité des gens bien avec qui on doit avoir des relations.

Quand je vois Obama, je ne peux m'empêcher de voir les Etats Unis d'Amérique (évidemment, quel scoop), puis je ferme les yeux et je n'ai en images incrustées que des images de guerres, dans le passé, au présent et surtout dans le futur.

Parce qu'à force de faire la guerre la bête s'est blessée alors elle devient plus violente, face aux crocs des ennemis, forcement de plus en plus nombreux, il lui faut alors montrer patte blanche, alors elle part se cacher derrière le "noir"...d'Obama (si j'ose dire )...mais zut, il n'est pas assez noir, pas assez clair non plus, on commence à mieux voir derrière, on s'équipe d'infrarouges, d'infradiscours, d'infrarnaques...et là on remarque que la bête hégémonique est toujours là.

Pour le petit Algérien que je suis, les Etats Unis ne représentent plus rien, sauf une puissance temporaire qui veut prolonger une hégémonie destructrice. Alors Obama, l'indien qui le suivra, le boudhiste ou le Juif-musulman (s'il fallait l'inventer) ne fera que prolonger l'illusion de l'ordre mondiale tel qu'on le connait...attendez que je mette mes lunettes à rayons infrarouge... SACRE désordre.

PS : Si vous avez eu l'impression d'avoir perdu un sacré temps en lisant ces balivernes je vous propose de vous rattraper avec une vraie lecture par un très bon journaliste algérien Yassin Temelali (tient un autre Yassin ! matkhafouch c'est une autre orthographe), paru dans Elwatan d'aujourd'hui, mais si au contraire vous avez trouvé mon post intéressant, alors vous pouvez toujours vous rattraper (aux yeux des premiers) en lisant cet article bien plus pointu.




Barack Obama et l’illusion d’une nouvelle Amérique « islamophile »

Le 4 juin, depuis le Caire, Barack Obama s’est adressé aux « musulmans » leur promettant que « l’Amérique ne sera jamais en guerre contre l’Islam ». Il a rejeté la thèse du « conflit des civilisations » et au bonheur de ses auditeurs habitués à entendre diaboliser leur religion, il a émaillé son discours de citations coraniques.


Il a réaffirmé son soutien à la constitution d’un Etat palestinien et a pressé Israël d’arrêter la colonisation de la Cisjordanie. Ce sont là quelques importants points du discours prononcé par le président américain dans la capitale égyptienne. Par son appel à une coopération amicale entre l’Amérique et le « monde islamique », par sa reconnaissance des souffrances des Palestiniens, ce discours est en rupture avec la rhétorique habituelle de la Maison-Blanche. Hélas, c’est en réalité son unique nouveauté. Barack Obama a rejeté la thèse du « conflit des civilisations », mais prôner le « dialogue des civilisations » ne renvoie-t-il pas aussi à cette vision étriquée de l’humanité, qui la divise en aires culturelles étanches ? Le président américain n’est-il pas prisonnier de la doctrine de Samuel Huntington lorsqu’implicitement, dans l’intitulé même de son discours, il pose que la principale identité des 57 Etats du « monde islamique » est une identité religieuse ? Ne suppose-t-il pas ainsi, comme ces néo-conservateurs au service de l’hégémonie US, que la compréhension de l’islam est un préalable nécessaire — et suffisant ? — à la compréhension des « musulmans » ? Barack Obama n’a vraisemblablement pas réfléchi à la réalité du « monde islamique » auquel il s’est si brillamment adressé : existe-il vraiment ou est-il la création d’idéologues qui avaient besoin de trouver à l’Amérique un « nouvel ennemi stratégique » après la dislocation du bloc de l’Est ? Car la question se pose : qu’est-ce que le « monde islamique » ? Sont-ce les royaumes du Golfe dont certains font partie des Etats les plus nantis de la planète, ou la Somalie et le Tchad, épuisés par les guerres et les famines ? Est-ce la Turquie au régime parlementaire ou le Qatar au système politique tribal autocratique ? Est-ce l’Algérie où les islamistes participent au gouvernement ou bien la Libye où on les fait pendre dans leurs cellules ?
Les musulmans : des « êtres foncièrement religieux » ?

En s’adressant à un milliard et demi de musulmans en leur qualité de « croyants » et non de citoyens, le président américain a ressuscité un vieux préjugé « occidental ». Comme en des siècles obscurs, les « mahométans » seraient essentiellement des êtres « religieux », et, dans leurs pays, la religion est le principal moteur de la vie sociale ; il suffit d’évoquer la grandeur de leur foi, de s’étendre sur leurs lauriers passés pour conquérir leurs cœurs et leurs terres. C’est ce même préjugé qui avait fait écrire à Napoléon Bonaparte, dans une lettre à un notable égyptien, le cheikh Al Messiri : « J’espère que le moment ne tardera pas où je pourrai réunir tous les hommes sages et instruits du pays et établir un régime uniforme, fondé sur les principes de l’Alcoran, qui sont les seuls vrais et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes. » C’est également ce préjugé qui fait de l’expression du « respect de l’Islam » une constante du discours officiel américain, de Dwight D. Eisenhower et à Barack Obama. Considérer le monde islamique comme une entité unique par delà ses différences politiques, économiques et linguistiques n’est pas seulement une erreur théorique. C’est aussi, tacitement, donner raison aux courants intégristes qui affirment l’existence d’une seule nation de « l’océan à l’Océan » aujourd’hui agressée par les « impies judéo-chrétiens ». C’est donner une nouvelle légitimité aux dirigeants islamistes et reconnaître en eux les authentiques représentants de leurs « coreligionnaires ». L’Amérique ne sera jamais en guerre contre l’Islam, a promis le président américain comme pour s’excuser de ce que son prédécesseur ait allumé le feu d’une « guerre de religions » moderne. Mais les campagnes de George W. Bush en Afghanistan et en Irak étaient-elles des « campagnes contre les musulmans », comme aiment à le répéter les islamistes ? Il est permis d’en douter. Les Etats-Unis ont renversé les Talibans avec le concours de l’« Alliance du Nord », une milice islamiste. Ils ont installé à leur place le régime de Hamid Karzaï, un adepte de l’application de la chariaa tout « modéré » qu’il soit. Ils ont remplacé le régime laïcisant de Saddam Hussein par un autre, presque théocratique. La liste des alliés « musulmans » de l’Amérique bushienne comportait un Etat comme l’Arabie Saoudite qui défend aux femmes de conduire les voitures et un autre, comme la Tunisie, qui autorise l’avortement libre et gratuit ; des Etats qui reconnaissent les mouvements islamistes comme la Jordanie et d’autres qui, comme l’Egypte, les interdisent. George W. Bush avait, selon toute vraisemblance, de solides convictions islamophobes mais ses mises en garde contre la « menace islamique » semblaient destinées principalement à la consommation intérieure. Elles étaient censées aligner les électeurs derrière une Maison-Blanche occupée à la défense militaire des intérêts du capitalisme américain déclinant. Chaque fois qu’il s’était agi de rassurer les « musulmans », l’ancien président des Etats-Unis avait rappelé l’« humanisme de l’Islam » en des termes que ne renieraient pas son successeur. Se souvient-on qu’en 2003, lors d’une visite en Indonésie, il avait affirmé que l’islam était l’« une des plus prestigieuses religions » de l’humanité. Se souvient-on qu’en 2007, au centre islamique de Boston, il avait rappelé l’« apport des musulmans à la civilisation universelle » ? Qu’a dit Barack Obama au Caire de si différent ?
Le président américain aux Palestiniens : « Encore des concessions »

Le président américain a eu pour le peuple palestinien des mots généreux qu’aucun politicien américain - à l’exception notable de Jimmy Carter - n’avait jamais eus pour lui. Mais que lui a-t-il concrètement offert ? Le journaliste égyptien Mohamed Hassanine Haykal a résumé la situation en ces mots : « A nous les Arabes, il a déclamé un poème d’amour. Aux Israéliens, il a clairement promis une inébranlable et éternelle amitié » ( Al Chourouk, le Caire, le 8 juin 2009). Le nouveau chef de la Maison-Blanche a critiqué la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens et exprimé son soutien à l’idée d’« un Etat palestinien vivant côte-à-côte avec Israël ». Cependant, si ces positions paraissent révolutionnaires, c’est probablement parce que le gouvernement israélien a reculé sur les engagements du gouvernement Olmert, eux-mêmes véritablement mineurs. Il poursuit la colonisation et ne manque pas une occasion pour réaffirmer son opposition à « la solution des deux Etats ». Non seulement le soutien américain à la création d’une entité palestinienne n’est pas nouveau (George W. Bush l’a exprimé pour la première fois en 2001), mais la nature de cette entité reste vague dans le discours de Barack Obama. S’agit-il d’un Etat souverain ou d’un réseau de bantoustans, dont les espaces aérien et maritime seraient contrôlés par Israël ? S’agit-il d’un Etat ou, comme le propose Benyamin Netanyahou, d’une nouvelle Andorre — misérable, celle-ci —, qui n’aurait des attributs de la souveraineté qu’un simple drapeau ? Le président américain ne l’a pas précisé. En revanche, le lendemain de son discours au Caire, il demandait aux Arabes depuis l’Allemagne de faire des « concessions douloureuses », soulignant, sur un ton plutôt bushien, que « Mahmoud Abbas a progressé (sur cette voie) mais pas encore suffisamment » ! Cette déclaration semblait curieuse, car si l’Autorité palestinienne avait bien accueilli le discours de Barack Obama au Caire, ce n’était pas le cas du gouvernement Netanyahou. Dans un geste de défi à Washington, le ministre de l’Intérieur israélien, Eli Yishai, avait même promis d’« user de ses prérogatives pour étendre les colonies » et s’était engagé à « ne jamais accepter qu’un seul foyer de colonisation soit supprimé ». Mais le réajustement rapide de la position de Barack Obama sur la question palestinienne n’était pas surprenant. Sa compassion pour les Palestiniens avait beau être toute rhétorique, elle avait révolté les officiels israéliens et la droite conservatrice américaine. La clarté avec laquelle il a demandé aux Palestiniens plus de concessions renseigne sur l’étroitesse de sa marge de manœuvre pour contraindre Benyamin Netanyahou à reconnaître les droits nationaux palestiniens. Est-ce que, pour autant, Barack Obama et George W. Bush, « c’est du pareil au même » ? Le président qui a fait fermer le camp de Guantanamo ressemble-t-il à celui qui l’avait fait ouvrir ? Un président qui appelle au respect des libertés religieuses des musulmans est-il comparable à un autre qui a fait de ces derniers les suspects préférentiels de la CIA et du FBI ? Non. Mais la différence entre les deux présidents n’est pas leur amour ou haine des « musulmans ». Elle est dans la volonté de l’un de reconnaître la contribution des alliés de l’Amérique au maintien de son hégémonie et l’obstination de l’autre à les considérer comme des épigones interchangeables. Elle est dans le pragmatisme de Barack Obama tranchant avec les projets illuminés de son prédécesseur, qui entendait démocratiser le « monde musulman » par la force des armes. Le changement de la politique extérieure des Etats-Unis ne s’explique pas seulement par les idées et l’histoire personnelles du président américain car cette politique est le fruit de difficiles arbitrages entre les élites américaines, républicaines et démocrates. Bien avant l’élection de Barack Obama, une partie de ces élites s’étaient montrée critique envers la conduite de l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan et la gestion du dossier du nucléaire iranien. Leurs pressions avaient abouti au limogeage de l’ancien ministre de la Défense, Donald Rumsfeld, et à la publication en novembre 2007 d’un rapport des agences de renseignement attestant l’inexistence d’un programme nucléaire militaire en Iran. Ainsi, sous le règne George W. Bush déjà, la révision de sa politique extérieure était devenue, pour la plus grande puissance mondiale, une nécessité de survie. Et si elle l’était devenue c’est parce que les résistances des peuples, en Amérique latine et au Moyen-Orient, avaient mis en échec les plans hégémonistes US. Barack Obama, de ce point de vue, est « l’homme de la situation ». Son nom, sa culture et ses origines l’habilitent à accélérer cette révision et à adoucir, pour mieux le faire avaler à la planète, l’éternel expansionnisme yankee.


Par Yassin Temlali
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chems Eddine

avatar

Nombre de messages : 726
Age : 36
Localisation : Alger-Ouest
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 1:24 am

Obama l'égyptien
J’ai essayé de l’éviter, par tous les moyens j’ai essayé... je n’ai pas réussi !
Son voyage en Egypte était annoncé avec fracas : Oyez, oyez braves gens, le président américain s’adressera à partir du Caire aux musulmans ! Je croyais qu’il l’avait déjà fait à partir d’Ankara en avril dernier, non?
Non, son opération marketing "Nouveau visage de l'Amérique" ne m’intéresse pas et je ne voulais rien entendre... seulement, les mails n'en finissent pas de tomber quotidiennement dans ma boite... que faire?

J'apprends que ce discours du Caire a été concocté et mijoté sous les conseils (indirects) d'une femme : Dalia Mogahed. Elle explique dans une interview au Spiegle son rôle de conseillère pour les "affaires musulmanes" à la Maison Blanche. Et comment le discours du Caire amorcerait un nouveau départ avec les musulmans... Seulement, et mis à part cette prétention d'Obama à vouloir opposer l'Islam à l'Amérique (USA), comme si les Etats-Unis étaient une Idéologie en soi, une Religion... son discours du Caire n'a rien de nouveau...

Ses soldats restent en Afghanistan (même s'il affirme ne pas le vouloir), en Irak encore pour..., le dossier nucléaire iranien est toujours sur la table et la "question palestinienne" plus épineuse que jamais... les (bons) musulmans (de bonne volonté) devront dorénavant s'allier avec Obama qui a décidé de faire de ce monde, un havre de paix (avec Israel au centre)... la nouveauté dans tout ça? Obama semble marcher sur les pas de Bonaparte dans la région... à la seule différence qu'il n'essaie pas d'avancer en "conquérant" au vu d'une conjoncture nouvelle et de risques certains pour son armée, mais plutôt sous la couverture d'une nouvelle doctrine : le "Smart Power" qui consiste à nous faire avaler la pilule (très amère) avec le sourire...

Petit rappel historique puisque Barack Obama est "étudiant en Histoire"...

Napoléon Bonaparte, dans sa campagne d'Egypte lancée en 1798 avait pris soin de faire un discours du même genre aux égyptiens, où bien avant Obama, il avait exprimé son grand et profond respect pour l'Islam, et s'était déclaré allié des (bons) musulmans dans un même élan vers la liberté et le progrès. Les méchants à l'époque et selon Napoléon, étaient les Mamelouks, d'anciens esclaves des Ayyoubides, affranchis et devenus par la suite des Sultans respectables et respectés (comme quoi "le miracle" Obama n'est pas unique dans l'Histoire). Barack Obama a d'ailleurs au cours de son passage (éclair) au Caire visité l'une des nombreuses mosquées/écoles de la ville, la mosquée du Sultan Mamelouk, Hassan Ibn Al Nasir Mohammad Ibn Qalaoun.

Les Mamelouks avaient bravement et courageusement combattu l'invasion mongole. Les Mongols qui ont détruit Baghdad en 1258 ont été stoppés net aux portes de l'Egypte. Napoléon a préféré les Ottomans aux Mamelouks, même si les Turcs ne se priveront pas de le combattre... c'était bien sur avant que l'Empire ottoman ne devienne l'ennemi n°1 de l'Europe toute entière qui travaillera à le détruire, et que la France par la suite ne se dispute ses restes avec ses voisins européens...

Napoléon Bonaparte et à l'occasion de sa campagne d'Egypte avait lancé un "appel aux israélites" afin de rétablir l'ancienne Jérusalem... Barack Obama n'a pas oublié pendant son discours du Caire de préciser à une assistance "égyptienne", le lien indéfectible qui unit Israel aux Etats-Unis... Barack Obama propose (comme ses prédéceseurs) la solution à deux états et dit souhaiter voir en Jérusalem "un foyer sûr et éternel pour les juifs (première position) les chrétiens et les musulmans)", la première position accordée aux juifs sur Jérusalem est très significative puisqu'un peu plus loin dans son discours et en évoquant la "liberté de culte" aux Etats-Unis, Obama parle de projets pour "réunir les chrétiens, les musulmans et les juifs"... Question de priorités ! Il a évoqué sur le sol égyptien les souffrances du peuple juif en Europe, et exprimé depuis le Caire, et à quelques centaines de kilomètres de Ghazza, son projet de visiter le lendemain en Allemagne, le camp de Buchenwald...

Aujourd'hui, les méchants selon Obama seraient les "extrémistes" (palestiniens) qui doivent abandonner la "violence" parce qu'elle est "mauvaise et ne peut pas réussir"... Cet amalgame sciemment fait entre "violence" et "résistance" a provoqué Djamila Bouhired, la Moudjahida algérienne, résistante par excellence... Mais Barack Obama se contredit lui-même dans ce même discours, puisqu'il a bien vanté les mérites d'une révolution américaine contre un empire, où le combat a été dur et long et où du sang a été versé pour un idéal d'égalité (et de liberté)... , pour un peu plus loin, et lorsqu'il s'agira des Palestiniens, oublier sa révolution, et son "independance day" en assimilant la résistance palestinienne au combat des noirs américains depuis l'esclavage jusqu'aux droits civiques, qui n'aurait été qu'un combat pacifique selon Obama... il fait sciemment référence à Martin Luther King en occultant tout le reste pour affirmer que le "combat armé" est un suicide, et que les roquettes (des palestiniens, rien sur les bombes israéliennes) sur des enfants (israéliens) endormis sont signe de lâcheté...

Depuis le temps que Barack Obama avait promis de parler et d'avoir beaucoup de choses à dire sur le sujet... le résultat est bien maigre ! Toujours cette même tendance américaine au "deux poids/ deux mesures", et cette même suffisance paternaliste... Barack Obama n'a que faire des souffrances "présentes" du peuple palestinien, ni des enfants de Ghazza qui subissent les pires souffrances dans un "grand camp" fermé depuis... trois ans!!! Barack Obama ne connaît certainement pas Yasser qui ne rêve que de respirer, tout simplement... Obama n'a pas du voir Louay (ni Djamila, ni tous les autres enfants de Ghazza)... Le petit Louay qui a perdu ses yeux sous l'effet des bombes au phosphore d'Israel, l'allié indéfectible des Etats-Unis... Louay qui dans son interview en janvier dernier, avait ému le monde (arabe et musulman) par sa lucidité malgré le malheur, malgré les blessures... Louay, pris en charge en Arabie Saoudite s'est fait placer des yeux (en verre), ce qui lui a redonné un visage, mais pas la vue.... Il ne pourra plus voir la lumière du jour sur sa terre, ni le bleu des vagues de la méditerranée, ni même son joli visage (avec ce regard vide)...


Si vous pouvez dormir Obama, faites de beaux rêves!


Par Oum el Khir Rahal sur son blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 42
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 11:32 am

Je sens comme une jubilation a l'idée qu'Obama puisse échouer a contribuer un tant soi peu a rétablir la paix au moyen orient, ça conforterait certains et leur donnerait des raisons de dénigrer la démocratie américaine, on dirait qu'ils n'attendent que ça, ils n'arrivent pas digérer le fait qu'un noir puisse être élu démocratiquement président des USA, c'est un miroir de leurs propre échec démocratique et une image de réussite social américaine qu'il ne peuvent tolérer, du moment qu'ils on décidés dans leur têtes que les USA c'est le mal absolue, tout ce qui vient de la bas est suspect ! D'ailleurs c'est marrant a la lecture de ces articles on perçoit l'idée que son élection n'est pas due a une volonté populaire mais a la décision d'un cercle de "blancs" (judéo-blancs je serait tenté de dire...) qui à placer cette homme pour engranger du capital sympathie dans le monde... Que de cynisme et de racisme sous jacent !

Et puis il ne faut pas se leurrer les américains ont votés Obama parce qu'il représente a leurs yeux un espoir de changement et pour qu'il sorte les états-unis du marasme économique dans lequel il se débat mais aussi pour se défaire du bourbier irakien, tout le reste est accessoire. Les américains jugeront le mandat de leur président a la lumière de ses réussites (ou échecs) au niveau intérieur, pas autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 42
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 12:28 pm

Chems Eddine a écrit:
Napoléon a préféré les Ottomans aux Mamelouks, même si les Turcs ne se priveront pas de le combattre... c'était bien sur avant que l'Empire ottoman ne devienne l'ennemi n°1 de l'Europe toute entière qui travaillera à le détruire, et que la France par la suite ne se dispute ses restes avec ses voisins européens...
D'abord la campagne d'Égypte a été mené pour contrer l'influence britannique au moyen orient, c'était avant tout une guerre entre nations européennes, l'empire Ottoman était déjà en pleine déliquescence et ensuite les mamelouks d'Égypte avaient le titre de beys attribué par la sublime porte et furent maintenue la bas pour assurer a l'empire Ottoman sa main mise sur l'Égypte, Napoléon en lançant sa campagne s'attaque donc a l'Empire ottoman et indirectement a la Grande Bretagne... Dire qu'il "préfère" les ottomans aux mamelouks est donc historiquement faux.

Et a titre d'anecdote je rappel que Napoléon était tellement admiratif des mamelouks qu'ils rallia a lui une partie de ces derniers pour les intégrer a sa garde impérial (ils combattirent même en Europe).

Chems Eddine a écrit:
...d'anciens esclaves des Ayyoubides, affranchis et devenus par la suite des Sultans respectables et respectés (comme quoi "le miracle" Obama n'est pas unique dans l'Histoire).
Ah encore un exemple d'anachronisme ! Pourquoi faire des raccourcis aussi facile et anti-historique ! Comment comparer l'incomparable ? Les mamelouks ont pris le pouvoir par la force, Obama par la voie des urnes... c'est pourtant simple.


Dernière édition par Kwitzach le Lun Juin 15, 2009 3:13 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 12:55 pm

j toujours éprouvé des resreves pour cette enthousiasme mondial o tour de Barak, je fus même déçu quand il c gardé de tout commentaire lors ce que gaza été bombardé, mais je me refuse de rentrer dans une critique systématique et a de l'anti-américanisme primaire qui fait toujours appelé au même argument nourri par des antisémite frustré et monomanique !

on va voir ce qu'il va faire et j'espére sincèrement qu'il fera changer un peu les choses ! je n'inspire pas a un ratage pour venir par la suite me réjouir de cela ! car quand l'Amérique échoue c toujours les même qui s'en prenne plein la gueule, donc vouloir que OBAMA se planter c indirectement et inconsciemment espérer que la Palestine reste dans le même statut a fin de nourrir la haines et des discours a la mort moi le nœud !

PS: ahhhh les photos d'enfants mutilé, ca m'avais manqué tien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 2:33 pm

Les attentes des musulmans « Iraq, Afghanistan, Palestine» ont été à un degré convenable satisfait par ces paroles, par rapport à se qu’il en était avant, le new président fort de son « yes we can » a allégé les tensions et, a commencé par des sorties timide a satisfaire les attentes d’un milliard et demi de personnes….. mais peut il réellement le faire ???? son coté modéré et assez ferme contre le radicalisme du gouvernement Netanyahou apaise les tensions au sein du monde musulman et, ouvre la voie au dialogue et à la sagesse, on peut lui reconnaitre sa ténacité contre les pressions des différents lobbies….. une sorte de porte de sortie temporaire pour assagir et calmer la situation actuelle Dans la région mais jusqu'a quand?????

La politique US qu’on peut qualifier d’impériale n’est pas née avec l’arrivée de ce dernier ou devra changer pour autant, le discourt du président US au Caire était certes moralisateur « sur les bords » pour faire bonne apparence, arrogant !!! Ou l’ennemie juré du monde musulman « petite contradiction au poste de Yacine, car on n’est pas vu comme chaque pays et ses caractéristiques mais plutôt comme références et domination croyante au sein de la société » est venu en messie venter l’slam et est protecteur de celui-ci contre l’intégrisme fanatique dont il est victime, nombre d’entre eux « musulmans » se sont sentis blesser et narguer, ou chez eux ! ou un non musulman est venu leur apprendre leur religion et ses principes.

La cause palestinienne qui a pris un virage serrer ou maintenant toute action sera considéré comme acte terroriste, est le fruit de la lâcheté du monde arabe, cette cause qui n’a trouvé aucune main tendue de leur propre frères, ou par la force des choses ! la nature de sa cause a changé en radical, ou le combat nationaliste arabe pour la Palestine s’est transformé en combat religieux idéologique fanatique palestinien!!! la vie de la population palestinienne est devenue un enjeu et une arme qu’on peut exhiber à tout moment contre l’armada de l’armée israélienne, tout le monde connaissait les buts et elles étaient clairement affichés des sioniste et ce dés 1948, mais pourquoi rien n’a était fait ?

On en veut pas certes d’obama, il nous a pas donné ou offert se dont nous avions besoin, et n’a pas était l’image de la justice et son protecteur comme beaucoup l'espéraient, en attendant peut être un signe du bon dieu ou le prochain président US « qui sait !! il serai un peau rouge et ressentirai nos souffrance comme celle de ses ancêtres » et les dirigeants arabo-musulmans continuerons à regarder les choses se passer tout en condamnant tel ou tel acte ou telle ou telle parole jusqu'à se que la puissance divine vienne leur apporter secours et les faire triompher…… dici là on restera toujours à attendre et les autres venir chez nous et nous donner des leçons de savoir vivre.


Dernière édition par sangi le Lun Juin 15, 2009 4:31 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 3:33 pm

j remarqué o passage un petit truc , c que pour taper sur des hommes politique étranger et démocrate ya du monde ! mais pour taper sur les notres ... alors la ya déjà bq moins de personne ! pourtant c pas les problémes et les promesse sans l'endemain qui manque !
enfin , j hate de lire un jour un réquisitoire de Yacine ou OMK sure un discours de Bouteflika Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 4:03 pm

moi parcontre ce que j'ai remarquer c'est que certains ont des sous-titres pour poster leur articles, ils ne se deignent meme pas à poster eux meme ( porter madame, porter monsieur )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yacine

avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 10:36 pm

je me réjouis de voir que cette question ouvre ainsi le débat, avec une majorité de réponses sur le fond (pas tous, bien évidement...il faut bien de tout pour faire un forum)

Retour à notre à Obama. j'étais moi aussi très nuancé sur la question , voire presque enthousiaste, à la façon dont il a mené sa campagne et cette volonté de faire participer tout le monde en restant ouvert à ses concitoyens et média. Pourtant quelques signes venaient raisonner cet enthousiasme : fermeture de la campagne aux média étrangers ; le choix de son entourage professionnel ; son mutisme face à l'attaque sur GHazza... aussi la lecture de son livre, qui ne donne finalement pas assez de pistes sur le personnage sauf celui d'un homme, certes conscient des injustices (à commencer par celles faites aux noirs américains) mais très peu, voire pas du tout utopiste comme le son les grands de ce monde...du coup son "yes we can" manqué d'un "only, if it possible" pour lui ressembler plus.

ce qui explique pour moi le non unanimisme du peuple américain, loin d'être idiot, il s'est bien gardé de lui offrir un score historique, un score à la hauteur du "rêve". et c'est là tout mon problème.

Je trouve que cet homme ne donne pas matière à rêver. oui il partage tout avec son peuple et le monde, oui il propose des solutions réalisables, qui peuvent devenir des actes concrets...mais voilà, il ne fait pas rêver les foules ! et faire rêver les foules, c'est pour moi poser la première pierre pour réaliser des miracles et je parle bien des plus beaux miracles : les miracles des humains.

vous trouverez trop utopiste (ou mystique, je laisse ça aux choix des préjuges) de rêver de miracles réalisables. Puéril et non avenu dans une discussion sérieuse ! peut-être bien, mais je suis de ceux qui trouven que c'est ce qu'on vit aujourd'hui qui rlève de l'absurde et du cauchemar. je suis trop naif de croire qu'un seul homme peut faire de grandes choses...certainement, mais c'est des hommes, souvent seuls au départ, qui ont fait basculer bien des choses dans l'histoire (demandez à kwi, ilpeut vous donner des détails historiques précis), non pas parce qu'ils avaient le pouvoir de shwarzi, mais parce qu'ils étaient l'étincelle.

ce dicours au Caire n'a fait que renforcer une conviction (parce qu'il faut bien en avoir dans un débat) que Barack Obama n'est ni l'étincelle qui allume les espoirs, ni le seau d'aeuqui éteint les incendies. Juste le chiffon placebo qu'on se met sur le front et qu'on jette très vite pour chercher le vrai remède. parce que c'est évident, et on a pas besoin de medecin spécialiste pour nous le dire, ce qu'on a c('est bien plus qu'une simple fièvre.

Et puis ce n'est pas parce qu'n est rêveur, qu'on doit encore continuer à croire que "l'image de la réussite sociale américaine" est plus qu'une image. et les usa ne sont certainement pas le mal absolue, mais pour des milliards d'êtres humains sur terre en souffrance à cause de son modèle économique et ses dégâts collatéraux, vouloir le maintenir une seconde de plus pour préserver une homogénéité intérieur ou un hégémonie exterieure, ça devient insupportablement douloureux.

Croire en BArack Obama vue comme il parti, c'est au contraire prolonger des souffrances, et l'idée justement ce n'est pas d'attendre qu'un autre sauveur surgisse, mais c'est d'aller voir ailleurs, etça commence par ne plus donner d'importance aux discours d'Obama, en mettant en relief incohérences et sa mollesse face à une situation qui se durcie pour beaucoup dansle monde.

quant au réquisitoire contre Bouteflika, c'est pour moi se méprendre sur le rôle qu'on a en tant que forumeur dans un forum comme celui-ci. Ce post sur Obama ne peut pas aller plus loin que le débat d'idées entre anonymes sur le web (l'anonymat qui, soit dit en passant, inhibe parfois le débat quand il s'encombre de jugements de valeur), et faire un "réquisitoire" sur notre politique intérieur algérienne pourrait transformer involontairement ou volontairement ce forum (algérien, faut-il le préciser) en tribune, dès lors que des personnes publiques y participent...je pense personnellement que le sérieux d'une tribne (aussi insignifiante soit-elle) ne pourrait qu'être en décalage avec et les possibilités et la désinvolture que permet un forum où discutent des anonymes, et tant mieux qui le permette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 39
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 11:13 pm

Franchement... On n'est pas content quand ils sont méchants, mais on n'est pas content non plus quand ils sont gentils... Qu'est-ce qu'il vous faut?

D'abord, les discours d'Obama, quoique bien écrits, et remarquablement dits, je ne les trouve pas "sublimes" (ça serait inquiétant, d'ailleurs. Les grands esprits ne font en général pas de bons politiques). Non, je les trouve juste pleins de bon sens, de justesse et d'esprit de justice. Peut être pas de la grande philosophie, peu être un peu trop d'envolées lyriques, mais de la bonne volonté, de la décence, de l'intelligence, de l'efficacité. Et c'est amplement suffisant, pour des discours.

Il est clair que s'il y a plus que des discours, ça serait formidablement bien venu. Mais il l'a dit lui-même, et malgré cela beaucoup continuent de vouloir l'ignorer: Obama est le président des Américains, et pas le sauveur du monde. Son job est de protéger les intérêts de son peuple, et s'il ne fait que cela, ce sera déjà un bon président.

C'est clair que j'aimerais avoir un Obama à moi, un bien de chez nous. Mais nous ne le méritons pas. Nous ne lui avons pas donné l'éducation, les valeurs, l'environnement politique, et nous ne l'avons certainement pas élu. Nous avons Bouteflika, et nous continuerons à l'avoir (ou pire que lui) tant que nous n'aurons pas fait ce qu'il faut.

Nous sommes ineptes, incapables. De vrais perdants. Mais ayons au moins la grâce de ne pas être mesquins. Les Américains, quoiqu'on en dise, ont élu un Noir à la Maison Blanche. Ce n'est QU'un symbole, mais un symbole, c'est déjà énorme. En une seule génération, on est passé du simple droit de vote à un candidat élu. On n'y croyait même pas, maintenant que c'est fait: "bof, ça veut rien dire". Quelle mauvaise foi! Allez! Avouez que les Etats-Unis ont prouvé que c'était une grande nation, capable de faire des trucs qu'on est incapables de faire. Toute l'Europe est en train de virer au bleu.

"Ca veut rien dire" mais on voudrait tout de même que le bon negro de service fasse le ménage sur la planète. Arrêtez. S'il avait répété les mêmes discours guerriers que son prédécesseur, vous auriez dit: "vous avez vu!". S'il avait rien dit, vous auriez dit "c'est un lâche, tous les mêmes". Et quand il dit ce qu'on avait envie d'entendre, y'en a qui continuent de râler.

D'abord ça fait même pas un an qu'il a été élu. Si ça se trouve il va fermer les vannes en direction d'Israel. Oui, pourquoi pas? Et même si ce n'est pas le cas, il est en train de réformer le système social aux States. C'est pour ça qu'il est président. Pas pour notre pomme. Mais il prend tout de même la peine de faire un geste. Moi ça me suffit amplement. Qu'on nous respecte, au moins en parole, nous les perdants, nous les minables, nous les faibles.

Maintenant, le reste, c'est à nous de le faire. et tant qu'on ne le fait pas, on ne mérite pas mieux. Purée les autres cons de Fatah et de Hamas en train de se saboter, et nos dirigeants arabes de chkouppi, et nous, echa3b encore plus chkouppi. Ignorants, corrompus, intolérants, paresseux, manipulables, CONS! Et en plus on se permet de l'ouvrir!!!!!!!!!!!!!!

(je pense tout ce que j'ai dit, mais si je le fais plus brutalement que d'habitude, mettez ça sur le compte du surmenage)


Dernière édition par RyMantys le Mar Juin 16, 2009 3:04 am, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
yacine

avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Lun Juin 15, 2009 11:51 pm

RyMantys a écrit:
Franchement... On n'est pas content quand ils sont méchants, mais on n'est pas content non plus quand ils sont gentils... Qu'est-ce qu'il vous faut?

D'abord, les discours d'Obama, quoique bien écrits, et remarquablement dits, je ne les trouve pas "sublimes" (ça serait inquiétant, d'ailleurs. Les grands esprits ne font en général pas de bons politiques). Non, je les trouve juste pleins de bon sens, de justesse et d'esprit de ...

Oulah Rym c'est quoi cette crise de "haine de soi" que tu nous fais là(comme dirait Abdellah) ...c'est pas bien le rurmenage ça fait trembler la main...après comment tu vas dessiner de jolies choses ?

Sur le fond du discours y a pas grand chose à dire, il est bien écrit, ça sens le brain storming intensif, mais peu importe, sans mauvaises surprises de la part d'un démocrate, on s'attendait pas à moins, d'un discours écrit.

Mais je pense qu'on a le droit de mettre en cause sa légitimité dans le temps plus que dans le ton, s'il n'est pas le maitre du monde, pourquoi ce discours alors, et si tu veux que je te crois quand tu me dis que je suis bon alors que font encore tes troupes sur mes territoires, pourquoi ne rates-tu jamais l'occasion de rappeler ton soutient à l'Etat d'israel qui me fait si mal...Bref commence par faire des gestes après on pourra parler plus sereinement en confiance parce que bons ou mauvais, les discours on en a eu notre dose, tout ça pour peu qu'il y ait déjà un "on" qui tienne, et ça tu le sais très bien qu'on est pas les états unis islamiques, alors ne me théologise pas mes territoires, ne me stigmatise pas, ne me résume pas.

Bref, les discours venteux, moi le musulman à qui tu t'adresses, je les connais trop bien, et même si je me trompes sur ta bonne volonté...je crois que j'ai toutes les raisons d'en douter encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 39
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 1:16 am

Tout d'abord, j'ai pas la haine de moi. Ce que je suis, mes ancêtres, ma culture, ma religion, mon histoire, ma race, j'aime et j'assume.
Les conneries de mes dirigeants, de mes concitoyens, de mes coreligionnaires (et les miennes), je les dénonce. Je dis qu'on ne fait pas grand chose, moi y compris, pour vivre dans un monde meilleur.

Sinon, pour le "monde musulman", ne nous voilons pas la face. On est tous différents, on a des systèmes politiques variés, mais même entre sunnites et chiites, il y a quelque chose qui nous lie. Ne serait-ce que notre colère commune contre l'Occident. On a tous plus ou moins des dirigeants corrompus qui se foutent de notre gueule. On a tous plus ou moins des leaders religieux qui nous mènent par le bout du nez. Et on se lève comme un seul homme quand un kafer se moque de notre prophète. On a les mêmes atavismes: brûler des drapeaux, entonner des chants guerriers, emmerder les dames. Et on a tous de sombres illuminés qui terrorisent à tout va. Ces choses-là, c'est du nous typique. C'est pas une spécialité finlandaise ou néo-zélandaise.

Alors ouais, maintenant, les gros clichés, d'accord. Mais appelons un chat un chat. Et si tu as des doutes sur la composante religieuse de tout ça, c'est que tu lis pas les journaux ou que tu regardes pas les infos, ce qu m'étonnerait fort. Peut être que c'est que des gros méchants médias qui diabolisent les musulmans? Possible, mais ça fait un peu beaucoup, pour de la fumée sans feu. Je ne suis pas en contact direct avec ce qui se passe en Iran ou en Arabie Saoudite, mais ça ressemble sacrément (à des degrés divers) à ce que je vois tous les jours autour de moi, avec les discours que je peux entendre, de la part de voisins, de chauffeurs de taxi, d'étudiants, etc.

Non, moi je crois vraiment qu'il y a un monde musulman, qui a en commun l'Islam que beaucoup interprètent différemment. Mais que les leaders religieux sont d'accord sur beaucoup de choses et sont influents sur une grande partie de la population. Que celle-ci est majoritairement conservatrice bien que pacifique. Et au sein de cette population, il y a une minorité d'excités, malheureusement c'est les plus actifs. Et eux ils partagent les mêmes idées.

Pour en revenir à Obama, je lui accorde le plein bénéfice du doute. Tu attend des actes avant de lui accorder ta confiance. Moi j'attends des actes avant de la lui retirer. Jusqu'à présent, tout ce qu'il dit rejoint pleinement mes propres convictions. C'est déjà un point positif. Je n'ai (encore) aucune raison de le taxer d'hypocrisie.
Comme tout le monde, j'aime pas les guerres, mais j'aime encore moins ce qui se passait en Afghanistan AVANT que les GIs l'envahissent. Par contre, pour ce qui est de l'Irak il a pris des engagements. Pas suffisant?
Pour Israel, personne de sensé ne s'attendait à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 1:48 am

yacine a écrit:

quant au réquisitoire contre Bouteflika, c'est pour moi se méprendre sur le rôle qu'on a en tant que forumeur dans un forum comme celui-ci. Ce post sur Obama ne peut pas aller plus loin que le débat d'idées entre anonymes sur le web (l'anonymat qui, soit dit en passant, inhibe parfois le débat quand il s'encombre de jugements de valeur), et faire un "réquisitoire" sur notre politique intérieur algérienne pourrait transformer involontairement ou volontairement ce forum (algérien, faut-il le préciser) en tribune, dès lors que des personnes publiques y participent...je pense personnellement que le sérieux d'une tribne (aussi insignifiante soit-elle) ne pourrait qu'être en décalage avec et les possibilités et la désinvolture que permet un forum où discutent des anonymes, et tant mieux qui le permette.

hé ben ! pourquoi faire simple quand on peu faire compliqué confused

pas compris grand choses a ces phrase a rallonge et a ce discours qui se veut démago avec tt plein de rhétorique et des mots !

tu m'excusera mais sérieux j pas capté grand choz a " c'est pour moi se méprendre sur le rôle qu'on a en tant que forumeur dans un forum comme celui-ci " ,.... le problème vient surement de moi, je dois pas être d'un bon niveau en français c la seul explication que je vois ...enfin bref !
en d'autre terme, je vais essayer d'interpréter ton poste, tu me dit si je me goure, tu ne veux pas débattre sur des problèmes nationaux car tu es une personne publique et que par conséquence ta pas envie de te retrouver pointer a l'ANPE ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 42
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 1:57 am

Je te rassure mon vieux, j'ai moi aussi eu du mal avec ce passage, mais je plussoie ta déduction c'est bel et bien un problème d'étincelle Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yacine

avatar

Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 15/11/2006

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 12:37 pm

RyMantys a écrit:
Tout d'abord, j'ai pas la haine de moi. Ce que je suis, mes ancêtres, ma culture, ma religion, mon histoire, ma race, j'aime et j'assume.
Les conneries de mes dirigeants, de mes concitoyens, de mes coreligionnaires (et les miennes), je les dénonce. Je dis qu'on ne fait pas grand chose, moi y compris, pour vivre dans un monde meilleur.

Sinon, pour le "monde musulman", ne nous voilons pas la face. On est tous différents, on a des systèmes politiques variés, mais même entre sunnites et chiites, il y a quelque chose qui nous lie. Ne serait-ce que notre colère commune contre l'Occident. On a tous plus ou moins des dirigeants corrompus qui se foutent de notre gueule. On a tous plus ou moins des leaders religieux qui nous mènent par le bout du nez. Et on se lève comme un seul homme quand un kafer se moque de notre prophète. On a les mêmes atavismes: brûler des drapeaux, entonner des chants guerriers, emmerder les dames. Et on a tous de sombres illuminés qui terrorisent à tout va. Ces choses-là, c'est du nous typique. C'est pas une spécialité finlandaise ou néo-zélandaise.

Alors ouais, maintenant, les gros clichés, d'accord. Mais appelons un chat un chat. Et si tu as des doutes sur la composante religieuse de tout ça, c'est que tu lis pas les journaux ou que tu regardes pas les infos, ce qu m'étonnerait fort...

Je crois que notre désaccord est clair, toi tu vois un "monde musulman" comme le montrent les infos occidentaux parce que finalement y a pas de fumée sans feu, moi je trouve que plus c'est gros mieux ça passe et moins, effectivement, je regarde ces infos la.

je comprends tout à fait qu'en tant que femme vivant dans un pays musulman, t'aurais plus tendance à confirmer, avec un certain désespoir refoulé, cette vision de ce "monde musulman" qui ne peut se partager, et n'a en commun que conservatisme et injustices.

Mais moi en tant qu'homme conscient de cette supériorité injuste et rétrograde que m'octroie notre société (traditionalistes et religieuses : un très mauvais cocktail) et a des niveaux vraiment différents les autres sociétés des pays musulmans, je ne peux que voir l'espoir d'un changement. Parce que justement on est à des niveaux différents, cela implique que les moins évolués se tourneront vers ceux qui le sont plus, pas le contraire (même si vue certaines situations j'ai presque envi de m'excuser pour cet espoir affiché). ça se vérifie par le rejet (progressif forcement) des visions moyenâgeuses et erronées...un peu comme la démocratie s'est propagée dans d'autre pays, la forme d'évolution politique, la plus juste et adéquate pour nos sociétés commence à trouver des brèches pour s'intailler, bien évidement ça ne se mesurera qu'on voyant du coté de la situation des femmes qui, même si elle ne peuvent pas encore s'habiller, sortir ou se marier comme elles veulent, imposent de plus en plus de droits fondamentaux.

Je revient à Obama, c'est pour moi une forme de haine de soi que d'attendre le salue ou le changement de son coté, parce qu'il n'est pas là pour nos pommes, ni pour nous donner le manuel de notre propre évolution, alors que la sienne, avec ses violences et surtout sa crise économique a montré clairement ses limites.

quoi qu'il en soit, avec et peut-être encore mieux, sans Obama, on ne peut qu'évoluer, la vitesse dépendra, comme dans un moteur de voiture, du nombre d'étincelles qu'on aura (plussoyons mon cher Kwi ça passe mieux qu'être d'accord), plus y en aura plus vite on y arrivera. C'est pour ça on n'a plus assez de confiance à accorder à Obama ou à quiconque, sauf à nous mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 2:24 pm

je ne pense pas que sans obama les choses vont freiner, mis à part lui je ne vois aucunement un autre dirigeant occidental qui puisse se targuer et afficher une politique comme la sienne, ni son prédécesseur qui a laisser de très mauvais souvenirs au monde ni son ex adversaire un va-t-en-guerre de première, ni les néo-conservateurs européens ne seront près ou ne voudrons en faire autant, je ne vois pas mis à part lui qui a une telle politique, même si parfois la pièces jouée est écrite, produite te réalisé par les states eux même.
ne nous leurrons, parce qu'il ne prend pas position avec nous ...etc les arabes peuvent soufflé un chwya en attendant de trouver d'autre parade pour cacher et dissimuler leur lâcheté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 3:10 pm

Qui ne dit mot consent ! de toute façon je n'en attendais pas moins que cette indélicatesse manque de courtoisie .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 39
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Mar Juin 16, 2009 9:03 pm

yacine a écrit:
Je crois que notre désaccord est clair, toi tu vois un "monde musulman" comme le montrent les infos occidentaux parce que finalement y a pas de fumée sans feu, moi je trouve que plus c'est gros mieux ça passe et moins, effectivement, je regarde ces infos la.

je comprends tout à fait qu'en tant que femme vivant dans un pays musulman, t'aurais plus tendance à confirmer, avec un certain désespoir refoulé, cette vision de ce "monde musulman" qui ne peut se partager, et n'a en commun que conservatisme et injustices.

Mais moi en tant qu'homme conscient de cette supériorité injuste et rétrograde que m'octroie notre société (traditionalistes et religieuses : un très mauvais cocktail) et a des niveaux vraiment différents les autres sociétés des pays musulmans, je ne peux que voir l'espoir d'un changement. Parce que justement on est à des niveaux différents, cela implique que les moins évolués se tourneront vers ceux qui le sont plus, pas le contraire (même si vue certaines situations j'ai presque envi de m'excuser pour cet espoir affiché). ça se vérifie par le rejet (progressif forcement) des visions moyenâgeuses et erronées...un peu comme la démocratie s'est propagée dans d'autre pays, la forme d'évolution politique, la plus juste et adéquate pour nos sociétés commence à trouver des brèches pour s'intailler, bien évidement ça ne se mesurera qu'on voyant du coté de la situation des femmes qui, même si elle ne peuvent pas encore s'habiller, sortir ou se marier comme elles veulent, imposent de plus en plus de droits fondamentaux.

Ben non, justement, je ne vois pas les choses avec désespoir. Je suis une femme mais je ne suis pas enfermée et pas trop limitée dans mes libertés. Il y a peut être des choses que je ne peux pas faire en tant que femme ici, mais bon, rien de tragique. Je sais que beaucoup n'ont pas ma chance, mais c'est à elles de s'imposer, et il y a des moyens. Beaucoup (pas toutes) ne sont dans leur situation que parce qu'elles l'acceptent et reproduisent les mêmes schémas.

Et en effet, il y a mieux ailleurs, et il y a aussi pire (je crois qu'en Algérie, on est plus ou moins dans une espèce de moyenne des pays musulmans dans ce domaine)

Mais une évolution positive (et je la crois possible) ne se fera pas forcément en copiant les schémas occidentaux, même s'ils sont beaucoup plus en avance que nous pour ce qui est des libertés individuelles. Je ne suis pas traditionaliste, loin de là, mais comme justement je n'ai pas "la haine de soi", je n'ai pas envie de renier tout ce qui nous est propre. Il y a du bon, du très bon, même, et je pense qu'il faudra trouver un savant dosage. On n'est pas obligés de tout jeter, ni de tout garder.

Et parmi ces choses qu'il faut garder, il y en a qui sont liées à la religion. Même si on est athée ou d'une autre religion, nos cultures, dans leurs différences, ont cet élément commun qui influe sur notre vie à tous. C'est dans ce sens que je parle d'un "monde musulman". L'unité dans la diversité. Et c'est cet élément commun qui fait peur aux autres, parce que c'est de cet élément commun que les islamistes forcenés tirent leur idéologie qui nous tire tous vers le bas. C'est donc logique que ce soit sur cet élément là que la discussion doit porter.

yacine a écrit:
Je revient à Obama, c'est pour moi une forme de haine de soi que d'attendre le salue ou le changement de son coté, parce qu'il n'est pas là pour nos pommes,

Là je t'avoue que je ne vois plus en quoi on est en désaccord. C'est exactement ce que j'ai dit.

yacine a écrit:
ni pour nous donner le manuel de notre propre évolution, alors que la sienne, avec ses violences et surtout sa crise économique a montré clairement ses limites.

Et là c'est exactement ce qu'il a dit lui. Et comme je l'ai dit plus haut, c'est tout à fait mon opinion.

yacine a écrit:
quoi qu'il en soit, avec et peut-être encore mieux, sans Obama, on ne peut qu'évoluer, la vitesse dépendra, comme dans un moteur de voiture, du nombre d'étincelles qu'on aura (plussoyons mon cher Kwi ça passe mieux qu'être d'accord), plus y en aura plus vite on y arrivera. C'est pour ça on n'a plus assez de confiance à accorder à Obama ou à quiconque, sauf à nous mêmes.

Encore une fois, je suis d'accord. Quand je parle de confiance, c'est pas la confiance qu'on accorde à un sauveur. C'est la confiance qu'on accorde à un interlocuteur. Le respect mutuel, l'absence de mépris, même dans un rapport de force, est la première étape du dialogue. C'est dans ce sens que Obama me plaît infiniment. Après, les actes, qu'ils viennent ou qu'ils ne viennent pas, ce sera déjà ça de gagné.

Et puis, entre nous, je crois qu'il y a une chose beaucoup plus important dans notre monde que les cas de l'Irak, de l'Afghanistan, et même de la Palestine. Quelque chose de beaucoup plus insidieux, qui fait beaucoup plus de mal et qui sera beaucoup plus difficile à régler: c'est ce système qui pompe les uns pour le bénéfice des autres, qui maintient certains dans une misère abjecte pour que les autres puissent vivre dans le maximum de confort. Ca concerne les pays musulmans, mais aussi les pays du tiers-monde. Et là, oui, on a notre responsabilité, mais c'est à eux surtout, puisqu'ils sont les plus forts, d'arrêter de nous maintenir la tête sous l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   Sam Juin 20, 2009 12:34 pm

El mouhim ........ Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes qu'est ce que je donnerais pas pour recevoir un mot d'excuse de la part de ........boffff .......tout compte fait ....je ne sais plus!! je ne vois pas qui !




@ych et Abdou : je sais que vous allez faire une connotation à propos de....." la maitresse " lol! lol! lol! lol!
Ah! oui une derniere chose : c'est sympa de voir un Obama faire des calins à sa femme ...enfin jveux dire c'est ....."humain ".


et ça c'est mimi non ? Wink Wink Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Obama, l'illusioniste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Obama, l'illusioniste
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Obama, Barack] Les rêves de mon père
» DID - BARACK OBAMA - US PRESIDENT
» Barack Obama
» Michelle Obama – Carla Bruni Sarkosy
» Mc Cain ou Obama ? Ça y est, Obama est Président»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Vu, lu et entendu-
Sauter vers: