AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 BONNE FETE DES FEMMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:01 pm

dans un monde et un pays ou les droits des femmes sont bafoues...j´espere que les femmes d´aujourd´hui releverons le defi que represente l´etablissement de leur droit dans tout les domaines et aussi le combat de la parite ... je souhaite une tres bonne fete des femmes a toutes les femmes et particulierement les femmes du forum flower Meme si c´est un jour par an, on doit pas oublier que les femmes sont encore considerees comme une minorite et qu´elles n´ont pas, dans certaines regions du monde, le droit d´avoir une carte d´identite, de voter, d´exercer un metier, de choisir un mari, un style de vie et j´en passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:08 pm

parru dans liberte du 08.03.2009

Une enquête du Ciddef sur l’Algérie le révèle
38% des hommes contre le travail des femmes
Par :Hafida Ameyar
Lu : (1052 fois)

Au-delà des études et des dénonciations régulières sur les injustices et les discriminations dont est victime la femme dans notre pays, on ne peut nier cette autre réalité prometteuse, qui montre que l’Algérienne a investi massivement l’espace public.

L’enquête publiée récemment par le Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (Ciddef) vient confirmer l’état de mutation de la société algérienne et révèle les nombreuses contradictions qui la traversent. L’étude rendue publique à la fin février concerne en fait deux enquêtes menées en juin 2008 par Eco Technics, auprès des adultes (18 ans et plus) et des adolescents (âgés de 14 à 17 ans). Elle procède à des comparaisons avec les résultats d’une enquête réalisée auprès des adultes par le Collectif 95 Maghreb-Égalité (CME 95), en 2000. L’enquête du Ciddef énonce que seuls 3 individus sur 10 sont favorables au travail des femmes. La réaction des hommes célibataires par rapport à leur future épouse nous renseigne davantage sur l’insuffisante insertion des femmes dans le marché du travail : pas moins de 45% des hommes interviewés refusent le travail féminin, alors que 37% d’entre eux y sont favorables. Seuls 18% conditionnent leur accord par la naissance des enfants ou l’insuffisance de leurs revenus.
De plus, on constate un recul dans les positions, aussi bien des femmes que des hommes. Alors qu’en 2000, un tiers des hommes était réfractaire au travail féminin, le taux a atteint les 38% en 2008. Quant aux femmes, 18% d’entre elles étaient opposées au travail féminin en 2000, contre 25% en 2008. Concernant l’éligibilité des femmes à des postes de décision politique (maire, députée ou présidente de la République), les avis des adultes et des adolescents se rejoignent. L’enquête dévoile ainsi que quel que soit le sexe, les personnes “très favorables” à l’implication politique des femmes (34% chez les adolescents et 34% chez les adultes) et les individus hostiles (38% chez les adolescents et 39% chez les adultes) sont presque à égalité. La surprise vient lorsque l’on procède à la comparaison entre 2000 et 2008 : les Algériens, tous sexes confondus, semblent moins disposés aujourd’hui à élire une femme à un poste de décision politique.
Sur le registre de la polygamie, les adolescents se distinguent des adultes : 6 adolescents sur 10, soit 57%, sont favorables à la suppression de la polygamie, contre près de 5 adultes sur 10 (48%). Par ailleurs, 11% des adolescents et 15% des adultes justifient leur accord seulement si “la femme ne peut pas avoir des enfants”. La comparaison entre 2000 et 2008 montre, quant à elle, un recul sensible sur la question, puisque 41% des hommes et 62% des femmes étaient favorables en 2000 à la suppression de la polygamie, contre 40% pour les premiers et 55% pour les secondes en 2008.
L’enquête du Ciddef aborde également le droit des femmes au divorce et met en évidence la régression sur ce chapitre : 34% des Algériens (dont 38% d’hommes et 31% de femmes) pensent en 2008 qu’il n’est pas raisonnable à une femme de demander le divorce si son mari prend une seconde femme, alors que leur taux n’était que de 29% en 2000.
La même tendance existe dans le cas où une femme conditionne le divorce par l’interdiction de l’époux à la laisser travailler (78% en 2000 contre 89% en 2008) ou à la laisser poursuivre ses études (63% en 2000 contre 82% en 2008). La proportion des adolescents (9%), qui trouvent normal qu’une femme demande le divorce si le mari lui interdit de travailler à l’extérieur de la maison, de poursuivre ses études ou encore si celui-ci la violente ou désire prendre une deuxième épouse, est très faible. On retiendra cependant que plus de la moitié des personnes enquêtées (61% des adolescents et 64% des adultes) trouvent raisonnable que l’épouse demande le divorce en cas de polygamie et de violence exercée par le mari. En plus clair, les positions se durcissent notamment lorsqu’il s’agit du travail féminin ou des études de la femme mariée.
Concernant le droit de garde des enfants par la femme divorcée, les choses n’ont pas vraiment changé en 8 ans : 62% des Algériens, tous sexes confondus, y sont favorables en 2008 contre 64% en 2000. Mais, un clivage net sur le sujet apparaît chez les adultes, entre les femmes et les hommes : 75% des femmes défendent ce droit de garde contre 55% d’hommes.
Il est clair que l’étude du Ciddef nous aide dans l’approche de la société algérienne. Elle met surtout le doigt sur la difficulté qu’a cette dernière à assumer pleinement les valeurs de modernité et d’égalité. Dans leur conclusion, les rédacteurs relèvent qu’en 2008 la question des droits de la femme et celle relative aux valeurs d’égalité entre les deux sexes continue de diviser la société en deux grands courants. Sur un autre plan, ils notent que 19% d’Algériens, soit 2 Algériens sur 10, sont “nettement favorables” à une Algérie moderne, défendant l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce courant d’opinion minoritaire, avertissent-ils, s’est affaibli au profit, non seulement du courant conservateur, mais également de ceux qui se dérobent derrière des positions du “centre”. À qui la faute ? Les initiateurs de l’enquête révèlent que des paramètres, comme la région, l’appartenance au sexe, la situation par rapport à l’activité et le niveau d’instruction, jouent le rôle “le plus discriminant” dans le façonnement des positions, y compris vis-à-vis des relations femme/homme. Bien que l’ordre d’importance soit différent chez les adultes et les adolescents. Chez ces derniers, à l’exception de la dimension régionale qui joue le rôle le plus discriminant, c’est surtout l’instruction des parents puis l’appartenance du sexe qui semblent le plus influencer leurs positions.
Devant ces résultats, les rédacteurs de l’étude n’écartent pas le risque d’assombrissement des perspectives “d’une avancée plus grande et plus rapide des valeurs d’égalité”. Ils indiquent en outre que les adolescents, “ces adultes de demain”, ne sont pas “suffisamment armés pour se protéger contre les idéologies dogmatiques”, encore moins pour s’inscrire dans “une démarche d’ouverture d’esprit”, qui intègre largement les valeurs de modernité et d’égalité entre les femmes et les hommes d’un même pays.
Au-delà des enquêtes, dont celle de la Ciddef, et des dénonciations régulières sur les injustices et les discriminations, dont est victime la femme dans notre pays, les responsabilités, en premier lieu celle de l’État, sont clairement établies : insuffisances contenues dans le code de la famille, regard, souvent exigeant et cruel, porté sur la femme algérienne, prêches haineux de certains imams, hésitations des dirigeants et démission de la plupart des partis politiques.
Pourtant, on ne peut nier cette autre réalité prometteuse qui montre que l’Algérienne a investi massivement l’espace public et qu’elle apporte sa pierre à la construction de sa nation. En dépit des freins imposés par les conservateurs, plus prompts à céder aux islamistes, la femme algérienne est capable de penser toute seule et, en tant que citoyenne, elle a son mot à dire dans la société à laquelle elle appartient.

Hafida Ameyar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:09 pm

meme source que l´article precedent:

Journée parlementaire sur la représentation féminine en politique
3 millions de femmes astreintes au foyer
Par :Souhila Hammadi
Lu : (409 fois)

Les femmes politiques revendiquent la mise en œuvre du système des quotas pour l’accession aux institutions élues, alors que la proportion des citoyennes investies réellement dans l’activisme politique demeure faible.

Un million et demi de femmes sont interdites de sortie du domicile familial et autant sont empêchées d’embrasser une carrière professionnelle. Tels sont les résultats édifiants, livrés par Nadia Aït Zaï, hier, lors d’une journée parlementaire sur la promotion de la représentativité féminine en politique organisée par l’Assemblée nationale. La juriste a évoqué, par ces données, un sondage national réalisé par un bureau d’études pour le compte du Centre d’information et de documentation sur les droits de l’enfant et de la femme (Ciddef).
“L’État investit des milliards dans l’éducation des filles. Mais, à ce rythme-là, les femmes perdront leurs droits dans quelques années”, a-t-elle épilogué pour illustrer une réalité éloignée de l’utopique vœu de renforcer davantage la présence des Algériennes dans les institutions élues, et répondre ainsi à l’amendement portant promotion des droits politiques des femmes, introduit en novembre dernier dans la Constitution. La majorité des participantes à la journée parlementaire ont revendiqué le système de quotas pour égaler la proportion des hommes élus au Parlement, aux APW et aux APC. En matière de représentation féminine au Parlement, l’Algérie est classée à la 120e place, loin derrière ses proches voisins, le Maroc et la Tunisie. La représentation féminine dans les assemblées élues est à peine supérieure à 6% du nombre global des membres desdites institutions. Plusieurs intervenantes à la journée parlementaire ont carrément caché le soleil avec un tamis en focalisant sur ce qu’elles considèrent comme des acquis octroyés gracieusement par le président de la République (révision du code de la femme et derniers amendements de la loi fondamentale). Elles ont mis en avant l’engagement des citoyennes dans la guerre de Libération nationale et leur propension, de nos jours, à investir, quasiment, tous les domaines professionnels. D’autres participantes ont tempéré l’ardeur générale, en rappelant qu’en politique, les Algériennes sont largement sous-représentées, par les contraintes auxquelles elles sont confrontées.
Au-delà des difficultés liées à l’hypothétique conciliation entre les obligations professionnelles, les charges familiales et l’activité politique, les candidates aux élections se heurtent à la réticence des électrices à leur donner leurs voix, comme l’a relevé une moudjahida, présente hier à l’APN. Une étude comparative sur la représentation des femmes dans les institutions politiques au Maghreb, initiée par le Ciddef, montre qu’en cinq élections législatives (1977 à 2002), les chiffres cumulés des candidatures donnent 19 152 candidatures hommes pour 1 157 femmes, soit 5,5%.
Le taux, comme sus-mentionné, se retrouve dans le quota des élus. Le même schéma est reproduit à tous les niveaux des responsabilités institutionnelles et politiques (gouvernement, direction des formations politiques…).

Souhila H.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:15 pm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:15 pm

source le soir d´algerie du 08.03.09

CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA FEMME
Les droits de la femme journaliste
Maison de la presse Tahar-Djaout - Alger Le 9 mars 2009
PROGRAMME DE TRAVAIL

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la femme, le Syndicat national des journalistes (SNJ) et l’Union générale des travailleurs algériens organisent une journée d’étude sur les droits de la femme journaliste en Algérie, qui se déroulera à la salle de conférence de la maison de la presse Tahar-Djaout, le lundi 9 mars 2009.
9h30 : accueil des participantes
- Intervention de la représentante du SNJ
- Intervention de la représentante de l’UGTA
10h30 : les conventions internationales sur les droits des femmes
11h : les droits des femmes dans la législation nationale
11h30 : discussions et débats
13h00 : déjeuner
14h30 : travaux d’ateliers
1- Campagne de sensibilisation
2- Revendication des droits
16h : exposé des travaux
17h : clôture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:16 pm

meme source que precedent:

COMITÉ DES FEMMES DE LA LADDH
Connaître ses droits pour mieux les revendiquer

La Journée internationale de la femme est devenue incontestablement celle de l’évaluation des avancées enregistrées par les sociétés, en matière de lutte contre la discrimination à l’égard des femmes. Comme chaque année, les femmes en Algérie, les militantes en particulier, s’approprient cette journée en brossant un tableau sur la situation des droits des femmes.
Rosa Mansouri - Alger (Le Soir) - Le Comité des femmes de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) a organisé hier, en son siège, une conférence de presse pour marquer l’évènement du 8 mars, qui se veut revendicatif. Animée par Nacéra Merrah et Nadjia Zeghouda, cette rencontre a mis l’accent sur les manques à gagner en matière de droits des femmes au sein de notre société, notamment pour ce qui est de l’application des traités et conventions internationaux. Les deux conférencières reviennent spécifiquement sur la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (Cedaw), que l’Algérie a ratifiée en 1996, avec des réserves justifiées par des alibis religieux. En cette conjoncture politique d’élection présidentielle, le comité fait valoir le droit de vote et le droit de représentativité politique des femmes dans les instances de gouvernance. Pour ce qui est du vote, les conférencières estiment que les Algériennes doivent exprimer leur position d’une manière responsable et savoir que le boycott est un acte politique et assumé, et non un acte anodin. Par ailleurs, les conférencières se disent convaincues que la représentativité politique des femmes au sein des instances élues doit impérativement et provisoirement passer par le système des quotas, afin de garantir cette présence féminine. «Nous savons qu’en politique, les quotas sont faits par régions, alors autant exiger ce droit pour les femmes», souligne-t-on. En dehors du politique, la discrimination à l’égard des femmes est de plus en plus visible, que ce soit dans le milieu professionnel ou à l’intérieur de la famille. Victimes de sexisme, de violences physiques et psychologiques, les Algériennes sont, malgré leurs compétences professionnelles égales à celles des hommes, souvent marginalisées des sphères décisionnelles dans leur milieu de travail. Concernant la famille, les amendements du code de la famille et celui de la nationalité ne sont pas encore enracinés dans les mentalités, retardant ainsi leur application par les administrations locales. Donc, l’urgence dans ce combat contre la discrimination, affirment les conférencières, «est de faire connaître aux femmes leurs droits». C’est là le sens de ce comité, qui base sa stratégie sur une campagne de sensibilisation et de vulgarisation de ces droits nationaux et des conventions internationales.
R. M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 3:35 pm

bonne fete à toutes les femmes algeriennes et surtout bon courage.

widedangel: si j'ai bien compris les articles postés, notre société régresse encore(de 2000 à 2009) par rapport à cette question.

ce n'est guère étonnant.

bonne fete encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Dim Mar 08, 2009 4:06 pm

kkader a écrit:
bonne fete à toutes les femmes algeriennes et surtout bon courage.

widedangel: si j'ai bien compris les articles postés, notre société régresse encore(de 2000 à 2009) par rapport à cette question.

ce n'est guère étonnant.

bonne fete encore

merci kkader Very Happy
La societe ne regresse pas que pour les droits des femmes, malheureusement Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
Chems Eddine

avatar

Nombre de messages : 726
Age : 35
Localisation : Alger-Ouest
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Jeu Mar 12, 2009 12:55 am

c'est pas la fête des femmes, c'est la journée mondiale des droits des femmes. c'est sensé être triste... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Jeu Mar 12, 2009 2:12 am

Chems Eddine a écrit:
c'est pas la fête des femmes, c'est la journée mondiale des droits des femmes. c'est sensé être triste... scratch
pk?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   Sam Mar 14, 2009 11:39 am

Chems Eddine a écrit:
c'est pas la fête des femmes, c'est la journée mondiale des droits des femmes. c'est sensé être triste... scratch


c'est surtout sense faire changer et evoluer les choses,c 'est gentil de nous souhaiter bonne fete ,mais bon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BONNE FETE DES FEMMES   

Revenir en haut Aller en bas
 
BONNE FETE DES FEMMES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonne fete tdapatriot
» BONNE FETE MA PETITE MARCELLE
» Bonne Fete à tous les papas du forum :)
» Bonne fete Claude
» Bonne Fete Serge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: