AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 1:07 pm

dechainé a écrit:


et d'apres toi, que serait l'algerie s'il n'y avait pas d'arret du processus electoral en 1991?
pour Aicha , surment le paradis sur terre ! .....ya intéré si on suis ca logique .....enfin quant je dit "logique" c une façon de parler biensur .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 3:01 pm

sangi a écrit:
je prends à titre d'exemple , dans la bande de ghaza, dans la sainte journée musulmane "vendredi" ce partie saisie l'occasion pour faire passer ses idéaux politiques dans la prêche du vendredi dans les mosquée, lieu et moment ou normalement les musulmans sont la bas pour pratiquer leur culte religieux...

Mais ce que tu ne veux pas ou n'arrive pas à comprendre c'est que l'ISLAM EST UN SYSTEME POLITIQUE".
Dans notre religion il n'ya pas de séparation entre la politique et l'ISLAM.
Et je te fais savoir que toutes les décisions politiques du prophète Mohamed (SWS) étaient prises dans sa mosquée à Médine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 38
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 3:21 pm

Peut être mais sachant que le Prophète (sur lui le salut et la paix) est mort, je ne pense pas que quelqu'un d'autre soit habilité à le remplacer en tant que leader religieux/ chef d'Etat. Tu peux comprendre ça?

Je ne veux pas que quelqu'un envoie des gens en prison parce qu'ils ont décidé de devenir chrétiens ou même athées. Je ne veux pas qu'on envoie des gens en prison parce qu'ils ont décidé de ne pas jeûner pendant le ramadhan. Je ne veux pas que des femmes soient répudiées ou trompées puis jetées à la rue comme des rebuts inutiles, et que la justice de l'état ne reconnaisse pas leurs droits. Je ne veux pas qu'on applique les règles d'un Islam dénaturé par des imbéciles ignorants.

Donc, tant que le Prophète n'est pas là pour nous dire ce que c'est que l'Islam dans toute sa pureté, je préfère que la religion soit mon affaire personnelle et que personne ne s'en mêle à ma place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 7:06 pm

Aicha a écrit:
sangi a écrit:
je prends à titre d'exemple , dans la bande de ghaza, dans la sainte journée musulmane "vendredi" ce partie saisie l'occasion pour faire passer ses idéaux politiques dans la prêche du vendredi dans les mosquée, lieu et moment ou normalement les musulmans sont la bas pour pratiquer leur culte religieux...

Mais ce que tu ne veux pas ou n'arrive pas à comprendre c'est que l'ISLAM EST UN SYSTEME POLITIQUE".
Dans notre religion il n'ya pas de séparation entre la politique et l'ISLAM.
Et je te fais savoir que toutes les décisions politiques du prophète Mohamed (SWS) étaient prises dans sa mosquée à Médine.
ok pour ce que tu as dit, pour rappel c'est le prophète mohamed (sws) qui est à l'origine de l'islam, c'est de lui qu'est venue les fondements de cette religion, donc si tu compares tout le monde au prophète.... c'est assez mal placé!!! de plus l'ancienne époque n'est plus la nôtre, aujourd'hui il y a plusieurs parties politique sous l'effigie de l'islam, donc ma fratche si tous font leur programme là bas"mosquée". tu conviendras au totalitarisme du HAMAS car il y en a qui ne sont pas d'accord avec lui à ghaza en étant musulmans pour autant.
de plus; pourquoi n'avoir pas commenter la suite du message, donnes moi ton avis sur la suite .... Smile car le but l'exemple se situe précisément la bas Smile
de plus le débat n'est pas l'islam, mais plutôt la politique des parties islamistes..... !!!
restes que tu n'as pas répondu a l'essentiel, je dirai même à rien..... vas y dans le fond et donnes tes points de vue Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antigone 1

avatar

Nombre de messages : 1126
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 11:57 pm

salut a vs, je n ai pas lu l'integralité Embarassed mais juste en reponse au titre dsl madame mais je ne voie pas en quoi ca derrangerai que l'algerie soit algerienne car pour moi elle est algerienne et je pense (corrigez moi si je me trompe) que ce slogan etait en reponse a un autre celui du colonisateur qui disait que l'algerie est francaise, puis pour ce qui de l'algerie arabe et musulmane l'un de ceux qui le disaient ( ben badis si ma memoire est bonne) avait dit que "nousetions des amazigh que l'Islam a arabisé"ce qui veut dire qu on est pas arabe a 100°/°. Twisted Evil
Et puis si j'ai bien compris pour vous l'algerien est arabe avant d'etre algerien Mad , juste une question es que ma voisine qui est d'origine francaise, ma tata espagnole, l'ami belge ....etc sont algeriens Question doivent ils se considerer comme arabe juste parcequ elles ou ils sont algeriens alors qu'arabes ils ne le sont point car en suivant votre resonnement oui tte algerien(et on est algeriens par la nationalité algerienne)est arabe alors qu eux sont europeens, africains....etc mais ayant choisie la nationalité algerienne ne sont pas arabe,alors pour moi l'algerie est algerienne avant d'etre arabe.
la religion c'est un autre debat et arabe ne rime pas forcement avec musulmans madame, on peut etre musulman sans etre arabe.

ah oui une dernniere question tker3idj : si un jour (b3id char) l'algerie devait etre coloniser par un pays arabe preferiez vs l'algerie arabe ou l'algerie algerienne Question pour moi le choix est deja fait et mon algerie a moi c celle qui a bravée tt les dangers et qui a est a origines multiples africaines,bereberes ,arabes, turcs ........etc.

ps; ah oui j'ai faillit oublier ne pas prendre l'exmple du kabyle qui est a 1000°/° algeriens bl3ani.
ps2:je viens de comprendre pourquoi certains etrangers demandent si vs etes algerien ou kabyle une question qui me met hors de moi et a la quelle je repond quele kabyle le chaoui, le turgui, l'arabe, et aussi tous ceux qui ont choisis l'algerie comme pays, qui ont un passeport ou une carte d'identité algerienne quelque soit son origine est algeriens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Ven Fév 13, 2009 12:14 am

t'énerve pas antigone Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antigone 1

avatar

Nombre de messages : 1126
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Ven Fév 13, 2009 10:02 pm

kamel:
Citation :
t'énerve pas antigone

enervé moi Exclamation non Mad je suis zennnnnnnnn Sleep

mais toi au lieu tedhak 3lia donne nous t on avis quel serait ton choix Question Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamel Eddine

avatar

Nombre de messages : 2919
Localisation : N36* 29.69' E2* 47.57'
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Ven Fév 13, 2009 10:17 pm

musulman et j'aime mon pays, loin des considérations qui pourraient nuire à l'unicité du monde arabe et de l'Algérie ça devrait suffire pour moi Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 12:05 pm

sangi a écrit:
Aicha a écrit:
sangi a écrit:
je prends à titre d'exemple , dans la bande de ghaza, dans la sainte journée musulmane "vendredi" ce partie saisie l'occasion pour faire passer ses idéaux politiques dans la prêche du vendredi dans les mosquée, lieu et moment ou normalement les musulmans sont la bas pour pratiquer leur culte religieux...

Mais ce que tu ne veux pas ou n'arrive pas à comprendre c'est que l'ISLAM EST UN SYSTEME POLITIQUE".
Dans notre religion il n'ya pas de séparation entre la politique et l'ISLAM.
Et je te fais savoir que toutes les décisions politiques du prophète Mohamed (SWS) étaient prises dans sa mosquée à Médine.
ok pour ce que tu as dit, pour rappel c'est le prophète mohamed (sws) qui est à l'origine de l'islam, c'est de lui qu'est venue les fondements de cette religion, donc si tu compares tout le monde au prophète.... c'est assez mal placé!!! de plus l'ancienne époque n'est plus la nôtre, aujourd'hui il y a plusieurs parties politique sous l'effigie de l'islam, donc ma fratche si tous font leur programme là bas"mosquée". tu conviendras au totalitarisme du HAMAS car il y en a qui ne sont pas d'accord avec lui à ghaza en étant musulmans pour autant.
de plus; pourquoi n'avoir pas commenter la suite du message, donnes moi ton avis sur la suite .... Smile car le but l'exemple se situe précisément la bas Smile
de plus le débat n'est pas l'islam, mais plutôt la politique des parties islamistes..... !!!
restes que tu n'as pas répondu a l'essentiel, je dirai même à rien..... vas y dans le fond et donnes tes points de vue Rolling Eyes

donc si tu compares tout le monde au prophète.... c'est assez mal placé!!!
Les musulmans ne se comparent pas au prophète (sws) mais ils suivent et s'inspirent de ses comportements et son Hadith.

de plus l'ancienne époque n'est plus la nôtre, aujourd'hui il y a plusieurs parties politique sous l'effigie de l'islam, donc ma fratche si tous font leur programme là bas"mosquée".
Je n'ai pas dit que les partis politiques font leurs programmes dans les mosquées. Ce n'est pas ça.
Je dit qu'on ne doit pas interdire ou empêcher un Imam de parler politique dans une mosquée tant que ce qu'il dit ne se contredit pas avec l'Islam et même si ce Imam appartient à un parti politique donné.

tu conviendras au totalitarisme du HAMAS car il y en a qui ne sont pas d'accord avec lui à ghaza en étant musulmans pour autant.
Non, là c'est faux ce que tu dis. Le Hamas est contre les gens qui travaillent pour le compte d'israel et le Fatah et qui sont contre la résistance.
Et je te rappelle qu'il y a d'autres mouvements de résistance à Ghazza comme le FPLP dirigé par Ahmed Djibril et autres.
Le Hamas est contre les gens qui sont contre la Résistance (Al Mouqawama) et pas autre chose.


Dernière édition par Aicha le Sam Fév 14, 2009 4:32 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 12:30 pm

RyMantys a écrit:
Peut être mais sachant que le Prophète (sur lui le salut et la paix) est mort, je ne pense pas que quelqu'un d'autre soit habilité à le remplacer en tant que leader religieux/ chef d'Etat. Tu peux comprendre ça?

Donc, tant que le Prophète n'est pas là pour nous dire ce que c'est que l'Islam dans toute sa pureté, je préfère que la religion soit mon affaire personnelle et que personne ne s'en mêle à ma place.

Ce que tu dis là se contredit totalement avec l'essence même de l'ISLAM.
Le prophète Mohamed (sws) nous a laissé le Coran, le Hadith et les savants.
Les savants sont les héritiers des prophètes.

Lis ça s'il te plait. Tiré de là: http://www.aceiweb.org/ulema.htm
LES SAVANTS OU ULEMAS EN ISLAM

--------------------------------------------------------------------------------

Si les savants ont hérité les sciences des Prophètes (as), cela veut également dire qu'ils ont hérité d'une position élevée et d'un rang qui leur sied dans la Chariâ.[b] L'obéissance aux savants est obligatoire est fait partie de l'obéissance à Allah. Il faut les aimer, les respecter, aller vers eux et apprendre d'eux. En effet, ceci est la voie de nos pieux prédécesseurs, les savants étaient pour eux mis en avant, ils occupaient les premières places dans les assemblées, ils étaient le recours de la communauté dans toutes les situations, et le refuge face aux questions préoccupantes. Les gens (dans leur ensemble) reconnaissaient leur rang et leur place.Après eux vinrent des générations au sein desquelles la connaissance et le nombre des savants diminuèrent. Les érudits devinrent plus rares, et la considération des gens pour ce reste des pieux prédécesseurs s'affaiblit, ils ne leur accordèrent plus la place qui était la leur, et se divisèrent en plusieurs sectes :

- Ceux qui considèrent les savants comme des personnes ordinaires n'ayant dans la Chariâ une considération qui les élève en rang ; et ils n'accordent pas par conséquent, de position aux savants, ceux là ressemblent aux kharawarij qui n'accordèrent pas aux grands savants parmi les compagnons du Prophète (saw). Leur fin est une perte. Ils s'égarèrent, égarèrent les gens et divisèrent leur religion en sectes, chaque parti exultant de ce qu'il détient.

- Ceux qui sanctifient les savants, les élèvent au-dessus de leurs rangs, les imitent de façon absolue dans leur religion (ici le guide de l'individu n'est plus la preuve divine mais plutôt la parole du cheikh). Ceux là ressemblent aux Rawafid dans le sens où ils considèrent les savants comme infaillibles, leur accordent une place qu'aucun Prophète, Envoyé ou aucun ange proche n'a atteint. Le nombre de leurs groupe évolue en fonction du nombre de leur chouyoukhs, et chaque groupe s'attache aux avis du cheikh qu'il imite, au détriment de la parole d'Allah et des hadiths de Son Messager (saw).

-Ceux qui attribuent aux savants un rang, mais ne les traitent pas en tant qu'être humains pouvant commettre des erreurs, ou avoir un penchant. Ils traitent les savants comme étant plus que des êtres humains, ainsi dès qu'ils constatent une faute commise par un savant, ils ne tardent pas à l'amplifier et à la propager parmi les gens et à insulter ces mêmes savants.

Malheureusement toutes ces tendances existent dans la vie contemporaine...


Dernière édition par Aicha le Dim Fév 15, 2009 11:46 am, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 4:15 pm

antigone 1 a écrit:
...mais je ne voie pas en quoi ca derrangerai que l'algerie soit algerienne car pour moi elle est algerienne et je pense (corrigez moi si je me trompe) que ce slogan etait en reponse a un autre celui du colonisateur qui disait que l'algerie est francaise...

LA CRISE BERBERISTE DANS LE MOUVEMENT NATIONAL 1949 Partie (1/3)
par Benyoucef Benkhedda

LE BERBERISME, PRODUIT DE LA COLONISATION

En 1949, le PPA-MTLD eut à surmonter une crise interne grave qui menaça son unité et celle de la nation: le berbérisme.

Les expressions “Berbérie” et “Berbères” couvrent, la première, une réalité géographique, la seconde, une donnée ethnique. Mais le berbérisme en lui-même est un phénomène conçu et exploité par le colonialisme dont la devise “diviser pour régner ” consistait à vouloir coûte que coûte opposer, après les avoir suscités, un “bloc arabe ” à un “bloc kabyle ”.

La politique coloniale dont le but est de saper les fondements de la société maghrébine, soutenait que l’Afrique du Nord est berbère, que les Arabes sont des envahisseurs, des colonisateurs venus en Afrique du Nord au même titre que les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Turcs et, plus tard, les Français. Elle déniait au Maghreb son arabité (El-Ourouba) .

Elle finit par influencer une partie de l’élite algérienne francophone qui parlait d’ "Arabo-Berbères" pour désigner la population nord-africaine. Le Parti communiste algérien (PCA) avait fait sienne cette formule qui s’insérait dans sa conception de la “Nation algérienne en formation ”.

L’apparition du berbérisme dans le PPA-MTLD remonte aux années 1946-1947, lorsqu’un groupe de jeunes militants originaires de Kabylie, ulcérés par les massacres de mai 1945 dans le Constantinois et la répression en Kabylie, et sous l’effet du désarroi engendré par “l’ordre et le contre-ordre” insurrectionnel de mai 1945, décidèrent de prendre le maquis. La motivation, chez eux, est alors patriotique. Parmi eux: Ali Laïmèche et Hocine Aït-Ahmed du lycée de Ben Aknoun, Ammar Ould-Hamouda et Omar Oussedik de l’Ecole normale de Bouzaréa. Ils sont en relation à Alger avec Ouali Bennaï, maraîcher de profession qui militait activement dans les rangs du PPA. Grand de taille, d’un tempérament fougueux, Bennaï est le type même de l’entraîneur d’hommes.

Le groupe fait des recrues parmi les étudiants de l’Université d’Alger, de la médersa Et-thaâlibia d’Alger et des lycéens. Ali Laïmèche meurt prématurément en 1946. Aït-Ahmed, Ould Hammouda, Oussedik et Bennaï forment alors le noyau du groupe. Ils appartiennent tous les quatre au Comité central du PPA-MTLD, l’instance qui désigne la direction et trace la politique du Parti. Ils exercent par ailleurs des responsabilités importantes dans l’appareil de celui-ci. Aït-Ahmed après avoir été membre du Bureau politique du Parti en 1947-1948 est à la tête de l’OS où il a succédé à Mohammed Belouizdad atteint de maladie Ould Hammouda est le chef de l’OS de la Grande Kabylie après avoir été chef de l’organisation politique (OP) de l’Oranie, tandis qu’Omar Oussedik se retrouve à la tête de l’organisation du Grand Alger pendant un certain temps. Il est en même temps l’adjoint d’Ahmed Bouda membre du Bureau politique et le responsable de l’OP à l’échelle nationale à cette date.

Les berbéristes revendiquaient l’identité berbère tout en rejetant l’apport arabe et islamique. Ils étaient influencés non seulement par les idéologues de la colonisation, mais par l’idéologie communiste. Les communistes, rappelons-le, étaient contre le concept d’une “nation algérienne” déjà formée avec ses constantes arabe et musulmane ils défendaient le principe de la “nation algérienne en formation” à partir de la coexistence sur le même territoire des différentes communautés arabe, berbère, turque, juive, italienne, maltaise, espagnole, française, rejetant ainsi le fondement arabo-islamique de la société algérienne. Ils étaient alors en pleine ascension au lendemain de la deuxième guerre mondiale. En ces années 1946-1947, le Parti communiste algérien, fort de l’appui du Parti communiste français - premier parti de France avec un million d’adhérents, plus de cinq millions d’électeurs, 166 députés à l’Assemblée nationale française, paré du prestige protecteur de l’URSS et de sa victoire sur l’Allemagne nazie - répandait alors une abondante littérature en Algérie où il visait particulièrement la jeunesse des lycées et de l’Université.

Les berbéristes étaient séduits par le marxisme ainsi que par la Constitution de l’Union soviétique qui vantait le système de ses républiques “musulmanes”: l’Azerbaïdjan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, etc., où chaque peuple, affirmait-elle, chaque ethnie, jouit de sa propre langue, de sa propre culture et bénéficie de “l’autonomie” de gestion dans ses affaires. C’était là un argument qu’on rencontrait souvent chez les convertis au berbérisme.

Certes, on ne pouvait nier l’existence d’un particularisme kabyle. Sous le colonialisme, la Kabylie était une région pauvre et ses habitants connaissaient une situation économique difficile. Des cailloux de leurs montagnes ils s’efforçaient de faire jaillir leur subsistance, réglant leurs conflits grâce aux djemaâs (assemblées des sages) qui mettaient en application leur code de l’honneur et de l’éthique inspirés des valeurs islamiques pour tenter de s’opposer à la loi française envahissante. Les missions chrétiennes des “pères blancs” exploitaient leur misère matérielle et entreprenaient des essais systématiques d’évangélisation: recueil d’orphelins, distribution de secours en nature (semoule, figues, huile, denrées diverses), fondation d’écoles religieuses. Les résultats n’ont pas été à la mesure des efforts déployés si l’on en juge par les rares kabyles christianisés.

De plus, la Kabylie était supposée plus apte à recevoir les bienfaits de la civilisation européenne. La scolarisation y était plus poussée que dans d’autres régions du pays, et cela afin d’y dégager une élite francophone. Insidieusement, on prêtait même volontiers une ascendance romaine, voire aryenne aux Kabyles, histoire de signifier qu’ils étaient beaucoup plus “proches” des Français, en tout cas plus “assimilables”, parce que, prétendait-on, moins marqués par l’empreinte de l’Islam que le reste de la population.

Beaucoup d’habitants de la région, poussés par le chômage, émigraient en France ou se fixaient dans les villes d’Algérie, exerçant divers petits métiers ou diverses professions: tailleurs, commerçants, colporteurs, employés dans les administrations, ouvriers, petits propriétaires, ou encore s’engageaient comme travailleurs agricoles dans les domaines des colons.

La Kabylie était un bastion du Parti, tout comme certaines autres régions telles que la Mitidja, Alger, Skikda, Annaba, Constantine, Oran, l’Aurès. Beaucoup de ses fils qui avaient émigré en France avaient participé activement au lancement de l’Etoile nord-africaine et à celui du Parti du peuple algérien, contribuant ainsi au rayonnement de ces deux formations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 4:17 pm

La crise berbèriste 1949 Partie (2/3)

En Algérie les berbéristes essayaient de recruter en milieu étudiant, à Alger et en Kabylie. A la base, ils n’avaient pas encore diffusé leurs idées mais ne se privaient pas de dénigrer la direction pour saper son autorité et faire douter de la ligne politique arabo-islamique qu’elle prônait et qui était celle du Parti. Quand ils osaient professer leurs idées et ouvrir les discussions, la quasi-totalité des militants rejetaient leur doctrine qui ne pouvait mener le Parti et le peuple qu’à la division et l’affrontement.

Il semble nécessaire d’insérer dans le processus de formation d’une conscience berbériste deux facteurs:

Primo, les berbéristes étaient de pure formation française, usant de leur parler kabyle uniquement en milieu familial, ignorant presque totalement la culture arabe et islamique, glissant facilement de l’arabophobie à l’islamophobie (en général on hait ce qu’on ignore).

Secundo, les déboires des Arabes en Palestine, leur lamentable comportement face au nouvel état d’Israël, produisaient un effet répulsif certain, ainsi qu’une volonté de désengagement du monde arabe chez cette jeunesse kabyle.

Le premier à avoir tiré la sonnette d’alarme fut Ahmed Bouda au Comité central de Zeddine, en décembre 1948. Il dénonça la tendance berbériste qui était passée des idées aux actes et tentait de se structurer à l’intérieur même du Parti.

Il fut combattu par Bennaï, Ould Hammouda et Aït Ahmed au milieu du Comité central préoccupé avant tout par la problématique de l’OS et son renforcement.

PPK ET INCIDENTS A LA FEDERATION DE FRANCE

C’est en France où ils ont trouvé un terrain favorable que les berbéristes ont commencé à agir. Au printemps 1948, Bennaï rencontre Bouda, chef de l’organisation nationale du PPA-MTLD et lui parle d’un étudiant “recherché”, dit-il, par la police, et qui manifeste le désir de se rendre en France afin d’y poursuivre ses études. Il a besoin d’être recommandé auprès de la direction de la Fédération. Cet étudiant n’est autre que Mohand-Ali Yahia qui va se révéler, par la suite, comme l’instigateur du berbérisme en France.

Bouda, en toute bonne foi, donne satisfaction à Bennaï, et c’est ainsi que Mohand Ali Yahia Rachid se rend en France où il est intégré à l’Organisation. Actif et entreprenant, il parvient à gravir les échelons des responsabilités et à faire partie du Comité directeur de la Fédération de France du PPA-MTLD. Lorsque la crise berbériste éclate au printemps 1949, il réussit à faire voter par le Comité directeur une motion dénonçant “le mythe d’une Algérie arabo-islamique ”. Devant ces menées, la base finit par s’insurger et saisit la direction à Alger pour protester contre ce qu’elle appelle les éléments “athées ” qui «combattent l’Islam et l’arabité». La direction dépêche aussitôt à Paris Chawki Mostefaï, membre du Bureau politique et Sadek Saïdi personnalité kabyle connue dans la région. Sur place les deux envoyés de la direction s’adjoignent Mohammed Khider député MTLD et Belkacem Radjef pionnier de l’Etoile Nord-africaine. Les quatre se voient interdire l’accès à la base par les berbéristes qui occupent déjà dans l’Organisation une position de force. Le pourcentage des unités d’organisation contaminées par Rachid est près de 80 %. C’est le heurt. Dans la région parisienne seules quelques sections de banlieues ou d’arrondissements tels Colombes, le 19è et le 20è, habités principalement par des émigrés originaires de Petite Kabylie, servent de points d’appui à la nouvelle équipe prodirection pour reconstituer l’organisation démantelée. En province, la région du Sud-Est est celle qui résista le mieux aux coups de boutoir des berbéristes grâce à Bachir Boumaâza à Lyon et Ahmed Haddanou (El-Kaba) à Marseille.

A Paris, cela n’alla pas sans altercations violentes, coups de poing et bagarres. Ce n’est qu’après une dure bataille que les délégués de la direction, après avoir fait récupérer les locaux par des commandos où s’illustra Radjef, réussirent enfin à se faire entendre de la base et à reprendre en main les militants.

Pour arriver à ce résultat, il a fallu, arrondissement par arrondissement, banlieue par banlieue, ville de province par ville de province, regrouper les membres du Parti, restructurer les sections et les kasmas et reconstituer la Fédération de France du PPA-MTLD. Cela prit quelques dix huit mois d’une activité sans relâche.

A ce propos, il convient de souligner deux choses:

La première est l’apport complémentaire et décisif à la solution de la crise par des membres de la section estudiantine du mouvement pendant l’année universitaire 1948-1949. Peut-être faut-il citer parmi eux: Mostefa Lacheraf, Abdelmalek Benhabylès, Ali Merdassi, Mahieddine Hafiz, Seghir Mostefaï, Mohammed Benguettat et deux Tunisiens: Tahar Guiga et Mostefa Lafif. Ces militants formaient par ailleurs le comité de rédaction de L’Etoile Algérienne, organe de la Fédération du Parti.

La deuxième remarque est la nature de la ligne politique que, par la force des choses, et en fonction des résultats obtenus, il avait fallu élaborer; elle était axée sur deux notions:

Primo, la réfutation sans équivoque du fondement ethnique du berbérisme ou “aryanisme” sans que le fond culturel berbère soit remis en cause.

Secundo, l’appel au sentiment national, totalement incompatible avec cette doctrine et nécessitant une cohésion et un engagement sans équivoque.

Avec l’émergence d’un conflit tel que celui que nous venions de vivre, le berbérisme ne pouvait qu’aboutir à la cassure du mouvement national de libération au seul profit du colonialisme.

Ayant eu raison de la crise, la direction du Parti prononce l’exclusion de Mohand-Ali Yahia et de tous ceux qui s’étaient livrés au travail fractionnel et s’étaient solidarisés avec lui. Elle décide la suspension du journal L’Etoile Algérienne qui était passée aux mains des partisans de Rachid.

Après la reprise en main de la Fédération de France, la puissance et la capacité d’organisation de celle-ci s’affirment au 1er mai 1950 à Paris lors d’une manifestation de masse qui submerge la CGT d’obédience communiste et donne l’occasion aux Algériens de défiler avec leur propre drapeau, sous la conduite du PPA-MTLD qui groupe 40 000 Algériens à Paris et 100 000 en Province.

A Alger, les communistes, qui se frottaient déjà les mains, considèrent, trop tôt peut-être, que le PPA-MTLD s’achemine vers l’éclatement. Au cours des discussions sur l’union qui se déroulent entre délégués du PCA et du MTLD, ils affichent une morgue et un dédain certains vis-à-vis de ces derniers. Cependant la direction, au courant des idées répandues par les berbéristes, se garde de prendre toute mesure inconsidérée jusqu’au jour où elle a enfin la preuve concrète du complot qui se tramait, grâce à une lettre envoyée de la prison civile d’Alger Serkadji par Omar Oussedik à Ouali Bennaï, qui tomba entre ses mains. Il y était question notamment d’un certain “parti populaire kabyle ” (PPK) qui se structurait à l’intérieur même du PPA-MTLD. L’enquête menée révèle les animateurs de ce travail de division: Ouali Bennai, Omar Oussedik, Amar Ould Hammouda, Sadek Hadjerès. Ils sont sanctionnés, non pas pour leurs idées qui étaient plus ou moins tolérées, mais pour leurs menées fractionnelles. Krim est alors investi de la responsabilité de l’Organisation en Grande Kabylie et Ouamrane celle de la Basse Kabylie. La plupart des exclus rejoindront le Parti communiste algérien dont Sadek Hadjerès qui en deviendra l’un des chefs, ou activeront dans son sillage. Après l’indépendance Hadjerès sera le secrétaire général du PAGS (Parti d’avant-garde socialiste) nouvelle dénomination du PCA.

L’action des berbéristes n’a pas obtenu l’assentiment de la population. En Kabylie, sur douze kasmas, une seule, celle de Ain El Hammam (ex-Michelet), fief d’Ould Hammouda, passa sous leur contrôle, et elle le demeura pendant un an au moins.

Il faut dire que la culture et la langue berbères étaient admises dans le Parti, et leur reconnaissance en son sein n’a jamais posé de problème. Dans l’ENA, le PPA ou le MTLD en 1946, le kabyle était utilisé aussi bien dans les discours par nombre d’orateurs qui avaient le don de le maîtriser avec éloquence que dans les chants et hymnes qui mettaient de l’ambiance dans les réunions de militants et les rassemblements populaires. Personne ne trouvait à redire là-dessus. Une chaude fraternité régnait entre tous les militants quelle que fût leur origine. Même ceux qui ne parlaient pas kabyle étaient désireux de l’apprendre, prenant plaisir à employer dans leur conversation le maigre vocabulaire dont ils disposaient. Mais la culture et la langue berbères étaient acceptées dans la mesure où le principe arabo-islamique, fondement idéologique du Parti n’était pas remis en cause. L’hymne du PPA -fida’oû el djazaïr- chanté par tous les militants, a été écrit par un Algérien mozabite, le regretté Moufdi Zakaria. Cela n’empêche pas qu’il affirme comme une des finalités du combat national la reconnaissance de la langue arabe dans l’Algérie libérée.

A “l’Algérie arabe” et “l’Algérie française”, les berbéristes opposaient, pour des raisons de dissimulation, “l’Algérie algérienne”, ce qui ne voulait rien dire au fond. Les Français invoquent-ils la “France française” ou les Allemands “l’Allemagne allemande” ? La devise de “l’Algérie Algérienne” ne peut se comprendre que comme une tentative d’escamoter la personnalité arabo-musulmane de la nation algérienne et de présenter une alternative aux deux formules: «Algérie arabe» et «Algérie française».

La réaction de la direction du Parti, en sanctionnant les instigateurs du berbérisme a été prompte, énergique et justifiée. Quelle direction pouvait tolérer l’existence dans son parti d’un groupement organisé dont l’idéologie allait à l’encontre de la doctrine officielle qu’elle défendait? Le Bureau politique, par les mesures prises, a évité que la division, objectif poursuivi avec constance par le colonialisme, ne s’installe à un moment où le Parti tout entier était mobilisé pour l’application des décisions de Zeddine: renforcement de l’OS quant à l’effectif et à l’armement, contacts avec les dirigeants tunisiens et marocains et les dirigeants arabes au Caire, pour une aide concrète à la lutte armée (finances et matériel).


Dernière édition par Aicha le Sam Fév 14, 2009 4:25 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 4:20 pm

La crise berbèriste 1949 Partie (3/3)

Quelle était l’attitude de Hocine Aït Ahmed que la direction soupçonnait d’être le cerveau de toute l’affaire du berbérisme? Afin de sonder ses intentions, elle lui dépêcha deux de ses membres: Ahmed Bouda et Hadj Mohammed Cherchali qui eurent un entretien avec lui.

Mis en demeure de prendre position pour ou contre le “berbérisme”, il demanda un délai de réflexion “pour, dit-il, faire mon enquête”. Il se rendit en Kabylie et à son retour, il déclara aux mêmes délégués: “Ce que vous m’avez affirmé est exact. Je me désolidarise de ces éléments (berbéristes)”.

Malgré ses dénégations, les soupçons continuèrent à peser sur lui. Aït Ahmed était alors le chef national de l’OS (ce qui prouve à quel point la direction du Parti lui faisait confiance) et le Bureau politique ne pouvait le maintenir à un poste aussi vital. Il l’en éloigna, d’autant qu’il était recherché par la police coloniale. Pour sa sécurité il ne devait pas rester en Algérie. La direction l’envoya an Caire où il se joindra aux deux délégués du Parti Chadly Mekki et Mohammed Khider lequel rejoignit la capitale égyptienne en 1951.

Les événements, après l’indépendance, devaient révéler plus clairement la pensée d’Aït Ahmed, et confirmer les présomptions de la direction. Dans son livre “Mémoires d’un combattant” paru en 1983, il écrit:

“Aux jeunes initiateurs de la revendication linguistique berbère qui nous reprochent de n’avoir pas pu ou su poser le problème linguistique à ce Congrès (le Congrès du PPA-MTLD de février 1947), je répondrai que justement nous n’avons pas cessé de le faire. Mais la berbérité, nous la vivions. Si nous n’estimions pas, sans doute à tort, devoir revendiquer le droit formel d’écrire et d’enseigner la langue berbère, c’est que le Parti, l’eût-il même voulu, n’avait pas le pouvoir concret de l’octroyer”.

Si une discussion avait eu lieu à l’époque dans le Parti sur ce problème, elle aurait entraîné immanquablement une réaction pouvant aller jusqu’à la violence de la part des “arabistes” extrémistes qui étaient majoritaires. L’excès appelant l’excès, cela aurait dégénéré en un conflit aigu entre les irréductibles des deux camps, aggravé par l’indigence idéologique des uns et des autres. En fin de compte les berbéristes auraient subi une défaite semblable à celle qu’ils avaient subie en France.

Je n’ai jamais eu d’animosité personnelle contre Hocine Aït-Ahmed. Je sais qu’il a milité très jeune au PPA et qu’il a été parmi ceux qui ont répandu en Kabylie l’idée d’indépendance et la notion d’organisation, deux principes chers au Parti, dans les années difficiles de 1945 et 1946. Il n’a pas hésité à sacrifier ses études afin de se lancer dans la lutte et vivre la vie dangereuse de maquisard. Mais dans son comportement comme dans les idées qu’il professe, il a tendance à exalter sa Kabylie natale au détriment de la patrie algérienne.

Dans son livre, cité plus haut, il va jusqu’à écrire:
“Après avril 46, je participerai aux réunions du Bureau national d’organisation en tant que représentant de la Kabylie, et c’est seulement alors que je découvrirai que sur quelque quatorze mille adhérents du parti il y en avait plus de dix mille en Kabylie, sans compter les sympathisants. Et aussi, que le parti a pu survivre financièrement grâce à nos contributions financières”.

Relevons d’emblée une contradiction de taille entre ces mêmes chiffres et ceux que l’auteur avance dans son livre. Après le 8 mai 1945, il estime les effectifs des militants en Kabylie au maximum à 800 (page 36). Le 19 mai, dit-il, au moment de passer à l’action insurrectionnelle, il constate que ces effectifs ont complètement “fondu”. “En réalité, ajoute-t-il, la plupart des militants dénombrés étaient des sympathisants, au sens sentimental du terme” (page 37). Par contre, il affirme qu’après avril 1946, ce chiffre “est plus de 10000 en Kabylie, sans compter les sympathisants” (page 37).

Par quel miracle, en moins d’un an, de mai 1945 à avril 1946, l’effectif de ces militants a plus que décuplé, passant de 800 à 10000 ?

J’ai demandé à Bouda de me fournir des précisions à ce sujet. «Au cours des années 1946-1947, me dit-il, Mohammed-Lamine Debbaghine et moi-même, tous deux membres du Bureau politique, nous nous réunissions périodiquement avec les chefs de région pour régler les problèmes qui se posaient à eux et communiquer les directives de la direction. La région de Kabylie était représentée par Ouali Bennai et non pas par Aït-Ahmed. J’étais alors à la tête de l’Organisation nationale. Le nombre de militants en Kabylie était d’environ 1 200. La capitale, Alger, comptait à elle seule 4000 militants. Jusqu’en 1946, l’effectif global des militants en Algérie va grimper jusqu’à 20000 en 1948 pour redescendre à la suite de la répression de Naegelen d’avril de la même année».

Un autre témoignage, celui de Saïd Amrani, corrobore celui de Bouda. S. Amrani a été membre de la direction du PPA en 1944-1945. “En 1945-1946, j’étais, me dit-il, responsable de l’Oranie, pendant que Belouizdad l’était dans le Constantinois, Bennaï en Kabylie, M’hammed Ben M’hel dans le Sud-Algérois (Médéa et Chlef). Nous nous réunissions chaque mois en Comité d’organisation (CO) en présence d’un membre du Comité directeur. Notre travail consistait à donner des comptes-rendus d’activité, à étudier la situation ainsi que les directives de la direction. De même que figuraient à l’ordre du jour l’effectif et les questions financières”.

Sur l’effectif, Amrani précise:
“L’effectif total du Parti en 1945-1946 variait entre 9 et 12000 militants qui se répartissaient ainsi: un bon tiers pour la capitale (4000), la Kabylie de 800 à 1200, le Constantinois où venaient en tête Skikda et Annaba, enfin le Sud Algérois. L’Oranie était la moins nombreuse, sauf Oran et Mostaganem.

“Les rentrées financières n’ont jamais dépassé le million de francs (centimes). Elles provenaient des cotisations des militants, des sympathisants et des membres bienfaiteurs.

Notre permanence était de 5000 frs par mois”.


BAGARRES ENTRE MILITANTS EN PRISON

L’histoire d’un parti révolutionnaire se fait également dans les prisons où éclatent souvent les conflits de tendances. Tahar Ladjouzi était le chef et le porte-parole de la centaine de militants détenus à la prison de Tizi-Ouzou vis-à-vis de l’administration pénitentiaire. Il avait été le responsable de la région Bouira-Palestro (Lakhdaria) du PPA-MTLD en 1946-1947 et candidat aux élections d’avril 1948 à l’Assemblée algérienne au cours desquelles il fut arrêté et condamné à trois ans de prison, dix ans d'interdiction de séjour et quatre cents mille francs d’amende. Il ne sera libéré que le 3 avril 1951. Il avait acquis de l’ascendant sur ses codétenus grâce à sa forte personnalité alliée à une vigilance de tous les instants, et à son sens de l’équité et de la justice à l’égard de tous ses compagnons. Il s’opposa aux manœuvres politiques des berbéristes emprisonnés avec lui: Amar Ould Hammouda, Omar Oussedik, Ouali Bennaï, Ait Medri, Said Oubouzar, Said Salhi candidat d’Azazga aux élections d’avril 1948. Ceux-ci se livraient à une campagne insidieuse mais ouverte auprès des détenus en général, des maquisards et des anciens de 1945. Ils tentaient de les dresser contre la direction, saisissant le moindre prétexte pour la discréditer, poussant l’outrecuidance jusqu’à leur faire croire qu’elle les avait abandonnés. Ils menaient parallèlement une propagande anti-arabe et anti-musulmane virulente, puisée dans la littérature des communistes et des berbérologues, et alimentée, hélas, par la défaite des Arabes en Palestine. “Cette religion (l’Islam), disaient-ils, avec les Arabes et leur langue, c’est elle qui nous a empêché d’évoluer, c’est la cause de tous nos malheurs. Elle est la religion des peuples décadents”.

Cette propagande mensongère avait pour cible la masse des prisonniers, pour la plupart illettrés, où l’on retrouvait des rescapés des événements de mai 1945, des maquisards poursuivis pour attentats contre des personnalités administratives, des militants arrêtés à l’occasion des élections d’avril 1948. Si elle avait provoqué un certain trouble dans les esprits, vu le prestige des propagandistes et leur talent de dialecticiens, elle n’eut pas de prise, fort heureusement, sur la majorité des détenus “beaucoup étaient des musulmans pratiquants issus de régions où les populations avaient le culte du Coran et de la langue arabe” ils furent donc peu ou pas réceptifs à ces fausses théories. En Algérie, comme dans le reste du Maghreb, on assimile l’arabité à l’Islam, on les confond intégralement, et cela contrairement au Machrek où l’arabité se conçoit en dehors de la confession religieuse, les Arabes étant indistinctement chrétiens ou musulmans.

Par contre, c’est le dénigrement de la direction du Parti qui rencontra un écho certain auprès des militants facilement persuadés d’avoir été abandonnés par elle; d’où leur amertume alourdie par la maladie et le dénuement. Ebranlés par les sévices subis lors des interrogatoires de police, accablés par les épreuves d’une détention sans fin qui leur imposait une lutte continue, ils sombraient parfois dans le désespoir à cause de la gravité de leur cas (beaucoup étaient accusés de plusieurs “crimes”). Aussi, commencèrent-ils à être la proie du doute et de la méfiance, démoralisés qu’ils étaient par les querelles intestines inhérentes au régime carcéral. Une atmosphère pesante de suspicion, de ressentiment et de haine régnait entre le groupe Ladjouzi, majoritaire et celui des berbéristes. Il s’en suivit des discussions violentes, des altercations à n’en plus finir, des bagarres qui se terminaient souvent en mêlées générales. La détention vivait sous pression et les militants étaient constamment sur leur garde au point que nombre d’entre eux, avant de se coucher, prenaient la précaution de mettre sous leur paillasse l’instrument contondant qui leur permettrait de se défendre en cas d’agression. Dans un tel climat, les passions ne pouvaient être qu’exacerbées, tant le mal était réel et profond.

L’administration pénitentiaire chercha à tirer parti de cet état de fait et se mit de la partie. Un jour il y eut une descente de la gendarmerie et de la PRG (Police des renseignements généraux). Les agents coloniaux firent sortir tous les détenus de leur cellules, les mirent à plat ventre, complètement nus, déchirèrent leurs livres, leurs cahiers, leur courrier, cassèrent leurs ustensiles, éparpillèrent leurs pauvres bagages, mélangèrent leur provisions à des produits non comestibles. Le but de cette expédition était d’humilier tout le monde, et de revenir sur les maigres droits et avantages arrachés de haute lutte, et au prix de souffrances cruelles. C’était le commissaire divisionnaire de la PRG Havard qui dirigeait les opérations. Face aux excès de l’administration pénitentiaire, la détention réussit néanmoins à faire bloc ce qui empêcha l’éclatement.

Dehors, un incident éclata entre Fernane Hanafi, maquisard responsable du PPA-MTLD, recherché par la police, et Ali Ferhat, connu pour ses sentiments berbéristes. Ce dernier, résident à Tizi Rached, était un ancien de l’Etoile nord-africaine. Exclu du Parti, puis réintégré, il se signalait par son arrogance et son agressivité. Provoqué et défié par lui, Fernane Hanafi se força à conserver son sang froid jusqu’au moment où Ali Ferhat, le premier, brandit son revolver“ Hanafi, plus prompt, dégaina le sien et tira, blessant à l’épaule son agresseur qui fut conduit à l’hôpital de Tizi-Ouzou. L’incident avait fait grand bruit à l’époque. La tension entre le Parti et les berbéristes n’était pas inconnue de l’administration coloniale.

Il importe cependant de noter que, dans son ensemble, restant ouverte à l’influence confessionnelle des zaouïas qui se signalaient comme les meilleurs défenseurs de l’Islam et de la langue arabe, la grande majorité de la population et des militants de Kabylie se révéla imperméable à cette entreprise de subversion idéologique. Néanmoins, certains membres de l’Organisation politique et de l’OS en furent affectés.

Source: http://www.benkhedda.org/modules.php?name=News&file=article&sid=9&page=1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 4:44 pm

Aicha a écrit:

Je n'ai pas dit que les partis politiques font leurs programmes dans les mosquées. Ce n'est pas ça.
Je dit qu'on ne doit pas interdire ou empêcher un Imam de parler politique dans une mosquée tant que ce qu'il dit ne se contredit pas avec l'Islam et même si ce Imam appartient à un parti politique donné.
si la politique était unifiée... peut être mais là, il y a des opposant a la politique du HAMAS et qui ne sont pas d'accord avec lui, et du coup leur imposer ça de force a chaque prêche et les battre parce qu'ils ne sont pas d'accord "comme on dit el mouslim akhou al mouslim" c'est des divergences politiques et non idéologiques.
Aicha a écrit:

tu conviendras au totalitarisme du HAMAS car il y en a qui ne sont pas d'accord avec lui à ghaza en étant musulmans pour autant.
Non, là c'est faux ce que tu dis. Le Hamas est contre les gens qui travaillent pour le compte d'israel et le Fatah et qui sont contre la résistance.
faux!!! tous ceux qui n y adhérent pas, même neutre y passent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 6:19 pm

sangi a écrit:

Aicha a écrit:

tu conviendras au totalitarisme du HAMAS car il y en a qui ne sont pas d'accord avec lui à ghaza en étant musulmans pour autant.
Non, là c'est faux ce que tu dis. Le Hamas est contre les gens qui travaillent pour le compte d'israel et le Fatah et qui sont contre la résistance.
faux!!! tous ceux qui n y adhérent pas, même neutre y passent.
Mr Ismail Haniyeh avec Michel Sabbah, patriarche latin de Jérusalem lors d'une cérémonie dans une école chrétienne à Gaza en 2007.


Source:http://www.interet-general.info/article.php3?id_article=6990
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangor

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 7:04 pm

puis-je faire une remarque?

ça parle à batons rompus, ça ecrit en tous azimuts !!!!! on passe de l'identité algerienne à la laicité, hamas ... et je ne sais quoi d'autre. Je pense qu'il faudrait faire le tri car on s 'y perd alors que les thèmes sont trés intéressants !!!!!si on court plusieurs lièvres on finit par rentrer bredouille!!!
je vous propose de continuer sur l'identité algerienne et faire d'autre topics sur la laicité...etc afin de pouvoir évoluer dans le débat!

merci !!
PS: si vous n'etes pas d'accord faites ce qu'il vous plait Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 7:33 pm

sangor a écrit:
puis-je faire une remarque?

ça parle à batons rompus, ça ecrit en tous azimuts !!!!! on passe de l'identité algerienne à la laicité, hamas ... et je ne sais quoi d'autre. Je pense qu'il faudrait faire le tri car on s 'y perd alors que les thèmes sont trés intéressants !!!!!si on court plusieurs lièvres on finit par rentrer bredouille!!!
je vous propose de continuer sur l'identité algerienne et faire d'autre topics sur la laicité...etc afin de pouvoir évoluer dans le débat!

merci !!
PS: si vous n'etes pas d'accord faites ce qu'il vous plait Laughing

Tout est affaire de....comptabilité de hassanates ! t'as rien compris toi ! Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
medagan



Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 10:32 pm

Comment expliquer le succès du Hamas ?
Mohamed Hassan Envoyer à un(e) ami(e) Imprimer

INTERVIEW : Grégoire Lalieu et Michel Collon
Pour les grands médias, l’affaire semble entendue : le Hamas est terroriste, intégriste et fanatique. Pourtant, ce mouvement a gagné les dernières élections et sa popularité ne cesse de croître auprès des Palestiniens. Pourquoi ? Nous l’avons demandé à Mohamed Hassan, auteur de L’Irak face à l’occupation, et un des meilleurs spécialistes du Moyen-Orient...

Qu’est réellement le Hamas ?
Le Hamas est un mouvement politique issu d’un des plus vieux mouvements politiques d’Egypte, les Frères Musulmans. Le mot « Hamas » signifie l’éveil, il fait référence à quelque chose en éruption… C’est un mouvement nationaliste islamiste que l’on pourrait comparer au mouvement nationaliste irlandais. Face à l’occupation coloniale de l’Irlande par les Britanniques, se développa à partir de 1916 un mouvement de résistance, l’Irish Republican Army. Comme les Irlandais étaient catholiques et les colons britanniques protestants, l’occupant tenta d’en faire une guerre de religions. La religion peut être utilisée pour mobiliser un peuple pour une cause.


Quel contexte historique explique l’émergence du Hamas ?
Pour le comprendre, nous devons prendre en considération différents événements historiques. Le premier est la guerre des Six Jours qui discrédita le nassérisme en 1967. Nasser était un président égyptien qui encouragea une révolution arabe pour l’indépendance et le développement. Suite à la sévère défaite que lui infligea Israël, son idéologie perdit en influence. Après sa mort, l’Egypte et Israël entrèrent à nouveau en conflit lors de la guerre d’Octobre en 1973. L’Egypte et la Syrie voulait récupérer des territoires sous occupation israélienne. Finalement, l’Egypte et Israël signèrent un accord, mais cet événement marqua une profonde division dans le monde arabe entre les pays qui étaient prêts à accepter les conditions israéliennes et ceux qui voulaient résister comme la Syrie, l’Algérie, l’Irak… Bien sûr, la question palestinienne restait un élément crucial dans ces conflits. La résistance à Israël avait d’ailleurs mené à la formation de l’OLP, l’Organisation pour la Libération de la Palestine. Cette organisation a été créée dans le but de rassembler les différents mouvements de résistance pour allier leurs efforts dans la résistance à Israël. Avant de négocier avec cette organisation lors des accords d’Oslo, Israël la considérait comme un groupe terroriste et lui infligea plusieurs défaites qui peuvent expliquer l’émergence du Hamas.
La première défaite survint avec le septembre noir de 1970. L’OLP avait son quartier général en Jordanie où le roi Hussein négocia un accord avec Israël pour réprimer brutalement l’insurrection palestinienne. L’OLP fut alors obligée de fuir vers Beyrouth. La seconde importante défaite survint en 1982. Israël attaqua le Liban et la plupart des combattants de l’OLP durent partir très loin de la Palestine. Le QG de l’organisation fut établi à Tunis. C’est dans ce contexte particulier qu’arrive la première Intifada en 1987. L’Intifada était un soulèvement populaire en réaction à l’occupation israélienne qui a démarré à Gaza et a ensuite gagné la Palestine tout entière. Comme je l’ai dit, l’OLP se situait très loin à ce moment-là. Le Hamas au contraire se trouvait en Palestine et prit part à l’Intifada. Cet événement marque l’arrivée de ce mouvement qui débuta dans les prisons ! Les prisons étaient habituellement considérées comme un lieu de punition. Mais après que des résistants de l’Intifada furent emprisonnés, la donne changea ! C’est dans les prisons que le Hamas commença à recruter et à se développer en tant qu’organisation. Avec l’Intifada, le Hamas fut exposé à l’opinion palestinienne, l’opinion israélienne et l’opinion internationale.


Comment l’OLP réagit-elle à l’Intifada ?
Avec l’Intifada, l’OLP se divisa en deux ailes : la plus forte qui voulait continuer la résistance et qui était basée à Tunis et une autre moins importante qui voulait négocier un accord. Ces membres-là se cachaient et n’eurent pas le courage de défendre leurs opinions jusqu’aux accords d’Oslo où ils se manifestèrent au grand jour et devinrent plus forts. Arafat était un tacticien et après la fin de la première Intifada, il utilisa les différents courants palestiniens dans le but de ramener l’OLP en Palestine.


Quelles étaient ces lignes ?
D’abord, vous avez ceux qui voulaient continuer le combat contre Israël sans concession. Arafat devait les marginaliser pour obtenir quelque chose. D’un autre côté, vous avez ceux qui voulaient capituler, et ils dirigent le gouvernement palestinien aujourd’hui. Enfin, il y a la bourgeoisie qui souhaitait tirer profit d’une négociation. Arafat les utilisa pour obtenir ce qu’il voulait. Cela nous mène aux Accords d’Oslo en 1993. Ces accords ont permis à l’OLP de revenir en Palestine mais à part ça, ce fut une grande défaite. Les Palestiniens acceptèrent 22% de leurs terres. Il n’y a aucun accord dans l’Histoire qui confère à une partie seulement 22% de ce qu’elle demandait ! L’OLP n’était plus considérée comme une organisation terroriste et gagna la reconnaissance d’Israël, mais elle réussit pas à réellement améliorer la situation à Gaza et en Cisjordanie. Rien dans l’accord n’a été mentionné pour mettre fin à la colonisation israélienne. Cet élément a discrédité l’autorité palestinienne auprès de la population et a aussi contribué au succès du Hamas en tant que mouvement de résistance. Un autre élément important est le fait que l’autorité palestinienne, qui recevait des fonds de l’Occident, est devenue corrompue. Rien n’indique que le Hamas ait ce problème. D’une part, ses principales sources de revenus proviennent d’un système basé sur la charité dans le monde musulman. D’autre part, vu qu’ils critiquent l’autorité palestinienne sur le problème de la corruption, ils veillent sérieusement à ce que cela ne se produise pas dans leurs rangs.


Comment expliquer le succès du Hamas ?
Trois facteurs expliquent le succès du Hamas. Le premier est le maintien de la résistance et le refus de toute solution imposée, ce qui correspond à la volonté de la population. Le second facteur est que le Hamas exige le retour des réfugiés de 1948 et de 1967. En 1948, après la création de l’Etat d’Israël, beaucoup de Palestiniens furent expulsés du territoire. Avec la guerre des Six Jours en 1967, environ 300.000 réfugiés partirent en Jordanie. Aujourd’hui, c’est plus de six millions de réfugiés qui n’ont pas le droit de revenir dans leur pays ! En revanche, en tant qu’Etat juif, Israël accueille n’importe quel juif de n’importe où : Espagne, Russie, Ethiopie… Des personnes qui n’ont jamais été vues en Palestine auparavant! La question des réfugiés est un élément important des revendications palestiniennes dont le Hamas s’est fait le porte-parole.
Le dernier facteur qui a contribué au succès du Hamas est l’élimination au sein de la communauté palestinienne des personnes corrompues par Israël pour obtenir des informations. Quelques-uns ont été éliminés physiquement et la plupart - des délinquants, des alcooliques ou des dealers - ont été réintégrés via les programmes sociaux du Hamas. L’information ne circulait donc plus. C’est très important. Israël avait créé une société corrompue où tout le monde était contre tout le monde et a exploité cela pour construire un réseau d’informations et établir un certain contrôle sur la résistance palestinienne. C’est typique d’une mentalité coloniale. Les Britanniques ont appliqué cela en Irlande du Nord. Rien de nouveau. Mais le Hamas a réussi à détruire ce réseau, ce qui constitue une grande victoire sur Israël.


Certains disent qu’Israël a délibérément favorisé l’ascension du Hamas. Est-ce vrai ?
Pas du tout ! Il n’y en a aucune preuve. Israël a toléré le Hamas en espérant que surviennent des conflits interpalestiniens. Ils voulaient affaiblir l’OLP et le Fatah. Mais ils ne s’attendaient pas à la qualité, la capacité et l’organisation dont a fait preuve le Hamas en se développant de telle manière. Toute puissance coloniale considère immanquablement ses sujets comme des enfants naïfs.


Comment un mouvement islamiste est-il devenu si populaire en Palestine?
Sous l’occupation à Gaza et dans les autres territoires, il n’était pas possible pour les Palestiniens de discuter ouvertement ou même d’imaginer leur futur excepté dans deux endroits : la mosquée et l’université. Le Hamas était bien entendu déjà actif dans le premier. Mais il a ensuite commencé, comme n’importe quel autre parti politique, à se manifester dans les organisations étudiantes. Le marché est ouvert pour tous les partis ! Le Hamas a donc recruté de jeunes étudiants brillants, qui étaient bien perçus dans la société en raison de leur dévouement et de leur honnêteté. C’était facile pour le Hamas de les convaincre, car la volonté de résister les unissait. Il n’y a pas de mystère! Le Hamas exprime ouvertement ce que la population ressent dans son cœur. Avec les éléments les plus combatifs, les plus intelligents et les plus éduqués de la société, le Hamas est devenu une grande organisation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
medagan



Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: suite : comment le Hamas .....   Sam Fév 14, 2009 10:36 pm

Comment les autorités palestiniennes ont-elles réagi à l’évolution du Hamas ?
Elles ont été touchées par la corruption et les scandales. Même des journalistes palestiniens les ont condamnées pour ça. Arafat était une espèce d’arbitre entre les différentes factions. Mais après sa mort, les contradictions entre le Hamas et le Fatah sont devenues antagoniques. Israël a exploité ces dissensions et a entrepris d’utiliser le Fatah pour entamer la popularité du Hamas. Ils pensaient que celui-ci n’accepterait pas de participer à des élections. C’est pourquoi ils mirent vite sur pied un scrutin. Tout le monde fut surpris que le Hamas accepte de participer, mais personne ne fut réellement inquiet. Ils pensaient en effet que le mouvement, en présentant une manière de penser dogmatique et très limitée, serait vaincu par le parti majoritaire. Contre toute attente, le Hamas créa une coalition et offrit une image flexible, très loin de ce qu’on aurait pu attendre d’une organisation fondamentaliste. En fait, le Hamas souhaite un Etat islamiste mais la réalité est différente.


Le Hamas va-t-il ou non instaurer un régime islamiste en Palestine ?
Un régime islamiste est le but ultime du programme du Hamas, mais il faut comprendre qu’il ne pourra jamais l’appliquer. En effet, sur le terrain, l’organisation est basée sur un mouvement patriotique. Il faut savoir que la guerre brutale menée par Israël contre Gaza n’a pas seulement mobilisé les forces du Hamas, mais bien toutes les forces patriotiques, y compris celles du Fatah. Cette agression a unifié le peuple palestinien. Le Hamas peut-il devenir un mouvement plus progressiste en alliance avec d’autres mouvements ? Oui, en raison de l’agression israélienne. L’idée que le Hamas puisse créer une société basée sur des modes de productions islamistes est une illusion. C’est tout simplement impossible. Sur bien des points, cette organisation ressemble au Hezbollah qui dit : « Le Liban est un pays d’une grande diversité, nous n’en représentons qu’une fraction et notre but est d’édifier avec tous les progressistes libanais une économie nationale indépendante. » Je voudrais vous faire remarquer au passage que personne ne pose ce genre de question pour des pays comme l’Arabie Saoudite.


Quel est le programme socio-économique du Hamas ?
Leur projet est une économie capitaliste marquée par une intervention importante de l’Etat. Notons qu’actuellement, même les libéraux européens souhaitent une intervention de l’Etat ! Si vous regardez l’Iran, vous avez un régime islamiste : du capitalisme avec une intervention de l’Etat. Mais ils refusent les dominations extérieures et redistribuent les richesses provenant du pétrole. En ce qui concerne le Hamas, il faut savoir que ce n’est pas essentiellement leur programme social qui a séduit les Palestiniens mais bien le fait que ce mouvement incarne la résistance. Et aujourd’hui, la résistance est ce qui compte le plus pour le peuple de Palestine.


Quel est le rôle de la femme selon le Hamas ?
Leur vision de la femme en théorie et en pratique est différente. Pourquoi ? En Palestine, la situation est très difficile. Les femmes doivent travailler pour gagner leur propre croûte et élever leurs enfants. Le Hamas ne pourra jamais les empêcher de travailler et les forcer à rentrer à la maison. À part quelques riches pays pétroliers, personne ne pense comme ça dans le monde arabe. Comment le Hamas pourrait-il retirer de la société plus de 50% des éléments les plus actifs de la société palestinienne ? En fait, celui qui ne respecte pas la femme est celui qui croit qu’il est possible de la contrôler comme un sujet passif.
Il y a des différences culturelles entre le monde arabe et l’Occident qui ne sont pas bien comprises parce qu’elles reposent sur des clichés. Prenons un exemple. Quand vous allez dans une librairie par ici, vous voyez des tas de magazines avec des blondes nues aux gros seins sur les couvertures… Personne ne se dit que c’est dégoûtant et que ces femmes devraient être mieux traitées. Mais quand on voit une femme portant un foulard, on parle d’oppression ! Il y a une sorte d’hypocrisie en Occident. Par exemple, en Indonésie, le régime actuel a été mis en place en 1965 par un coup d’Etat au cours duquel un million de communistes ont été massacrés. Aujourd’hui, la plupart des femmes portent le foulard là-bas. Mais personne ne s’indigne de leur situation, car ce pays produit du pétrole et est aligné sur l’Occident.


Pourquoi le Hamas est-il rejeté en Europe ?
L’islam n’est pas bien vu en Europe parce que cette dernière s’identifie au christianisme. Il y a un réel rejet de la contribution musulmane au développement de la civilisation occidentale. En tant que groupe islamiste, le Hamas est donc mal perçu. Mais pourquoi une personne, qui condamne le sionisme, a-t-elle un problème avec le Hamas? Et pourquoi la même personne, qui soutient la cause irlandaise, n’a-t-elle aucun souci en ce qui concerne une organisation catholique ? Les différences culturelles expliquent cela et c’est un phénomène que l’on peut observer.
Je reviens juste d’Egypte. J’ai pu constater qu’en traversant la Méditerranée, on change de monde, on change de façon de penser. Je ne blâme pas les Européens, ils sont marqués par leur éducation et la propagande médiatique. De plus, nous sommes dans un système où nous devons toujours identifier des ennemis pour justifier notre propre existence. Mais je crois qu’il faut faire la part des choses. Moi-même, en tant que marxiste vivant dans un pays occidental, j’ai bien sûr des contradictions avec le Hamas ou le Hezbollah. Je regrette que la résistance soit menée par un mouvement qui prend son inspiration dans l’Islam. Mais ces contradictions sont secondaires actuellement. En revanche, je suis complètement opposé à des personnes telles qu’Abbas ou Moubarak, qui sont des laïcs mais qui servent les intérêts des Etats-Unis. Je lis les infos en arabe, je connais bien la situation là-bas et je perçois les contradictions d’un point de vue différent de celui de la gauche européenne.


Pourquoi la gauche européenne ne supporte-t-elle pas ouvertement la résistance palestinienne ?
Le problème de la gauche européenne, c’est qu’elle refuse de faire une grande alliance contre l’impérialisme, à cause du Hamas, des femmes voilées et de toutes sortes de prétextes. En fait, elle se laisse aller à la grande alliance des Chrétiens contre l’Islam, elle rentre dans la 'guerre des civilisations’ lancée par les idéologues américains. Elle subit très profondément cette influence, beaucoup plus qu’elle ne le croit. Pourquoi la gauche européenne ne s’énerve-t-elle pas lorsque des fascistes chrétiens, comme les phalangistes, massacrent au Liban ? Pour ma part, en tant que laïc, j’ai soutenu la résistance des Irlandais contre l’occupation britannique et je n’avais aucun problème avec le fait que ces Irlandais étaient catholiques. En fait, le problème de l’Européen, c’est qu’il a été élevé dans une civilisation qui a des préjugés sur les juifs et les musulmans.


Pourquoi la question palestinienne est-elle si importante pour les Etats-Unis ?
La Palestine est un petit pays qui est malgré tout devenu l’un des enjeux les plus importants dans le monde pour deux raisons. La première est que l’Etat colon qui a été créé, doit être défendu par les puissances impériales, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour devenir l’élément dominant du Moyen-Orient. C’est un moyen d’écraser le mouvement révolutionnaire démocratique dans la région. Si vous écrasez la question palestinienne, vous empêchez une alliance du monde arabe avec toutes les lignes de résistance en Irak, au Liban… Avant, c’était le Shah d’Iran qui jouait le rôle de policier dans la région. Les Etats-Unis avaient placé une dictature militaire pour servir leurs intérêts dans la région. Aujourd’hui, c’est Israël. L’un des exemples les plus marquants de cette pratique est la révolution dans le Yémen du Nord dans les années 60. Un putsch avait été lancé par quelques officiers soutenus par l’Egypte pour instaurer une république démocratique. Le Cheik qui dirigeait le Yémen s’enfuit en Arabie Saoudite. Alors, les Britanniques organisèrent des troupes contre la jeune république pour écraser le mouvement nationaliste arabe et des soldats, entraînés par Israël, furent impliqués pour combattre les forces de libération. Israël envoya également des milices au Salvador, au Sri Lanka, en Colombie… En fait, partout où les Etats-Unis sont impliqués, Israël était ou est impliqué.
La seconde raison est l’enjeu de Jérusalem en tant que ville sainte. C’est la seconde ville en ordre d’importance pour l’Islam. La question mobilise donc tous les musulmans à travers le monde. Jérusalem est aussi très importante pour les chrétiens palestiniens. Israël ne l’abandonnera pas. Ce serait considéré comme une victoire pour les Palestiniens et l’Islam. De plus, située sur la frontière entre Israël et la Cisjordanie, Jérusalem occupe une position stratégique dans la politique d’expansion israélienne. En fait, il faut savoir que cet Etat n’a pas de frontières bien définies. Il n’a même pas de constitution ! Israël a donc les coudées franches pour continuer à s’étendre.


En massacrant aussi sauvagement à Gaza, quel message Israël veut-il faire passer ?
Le message est : « Israël sera toujours là, même avec l’arme nucléaire. Il peut vous imposer ce qu’il veut ».

Et ça marchera ?
Non, parce que de l’autre côté il y a des combattants qui n’ont plus rien à perdre et qui sont prêts à se sacrifier, chose que l’on ne trouvera pas dans les rangs de Tsahal. Avec son attaque, Israël n’a rien obtenu sur le fond. Tout du contraire, le Hamas va ressortir renforcé de ce conflit. Même en Cisjordanie, les gens disent que s’il y avait des élections, ils voteraient pour ce parti. En fait, ceux qui résistent gagnent toujours.

10 février 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 10:48 pm

Parodie a écrit:
sangor a écrit:
puis-je faire une remarque?

ça parle à batons rompus, ça ecrit en tous azimuts !!!!! on passe de l'identité algerienne à la laicité, hamas ... et je ne sais quoi d'autre. Je pense qu'il faudrait faire le tri car on s 'y perd alors que les thèmes sont trés intéressants !!!!!si on court plusieurs lièvres on finit par rentrer bredouille!!!
je vous propose de continuer sur l'identité algerienne et faire d'autre topics sur la laicité...etc afin de pouvoir évoluer dans le débat!

merci !!
PS: si vous n'etes pas d'accord faites ce qu'il vous plait Laughing

Tout est affaire de....comptabilité de hassanates ! t'as rien compris toi ! Wink Wink
suis je un mécréant???? confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 10:53 pm


@Abdou ! steupééééééééééééééééé !!! goulna !sors el ghoul!!!!!!et t'auras droit à une casquette et "des tas de jolies hourryates ! Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangor

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Sam Fév 14, 2009 11:14 pm

Citation :
Tout est affaire de....comptabilité de hassanates ! t'as rien compris toi !


ah ok !!!!!!!! je comprends mieux les choses! c le wall-street des hassantes qui mene aux paradis "FIS"caux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Dim Fév 15, 2009 11:30 am

sangor a écrit:
puis-je faire une remarque?

ça parle à batons rompus, ça ecrit en tous azimuts !!!!! on passe de l'identité algerienne à la laicité, hamas ... et je ne sais quoi d'autre. Je pense qu'il faudrait faire le tri car on s 'y perd alors que les thèmes sont trés intéressants !!!!!si on court plusieurs lièvres on finit par rentrer bredouille!!!
je vous propose de continuer sur l'identité algerienne et faire d'autre topics sur la laicité...etc afin de pouvoir évoluer dans le débat!

merci !!
PS: si vous n'etes pas d'accord faites ce qu'il vous plait Laughing
(Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Laïque) = ( Hamas Arabe et Musulman vs Fatah Laïc)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Dim Fév 15, 2009 1:24 pm

Aicha a écrit:
sangor a écrit:
puis-je faire une remarque?

ça parle à batons rompus, ça ecrit en tous azimuts !!!!! on passe de l'identité algerienne à la laicité, hamas ... et je ne sais quoi d'autre. Je pense qu'il faudrait faire le tri car on s 'y perd alors que les thèmes sont trés intéressants !!!!!si on court plusieurs lièvres on finit par rentrer bredouille!!!
je vous propose de continuer sur l'identité algerienne et faire d'autre topics sur la laicité...etc afin de pouvoir évoluer dans le débat!

merci !!
PS: si vous n'etes pas d'accord faites ce qu'il vous plait Laughing
(Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Laïque) = ( Hamas Arabe chiite iranien et Musulman vs Fatah Laïc et mécréant )
élémentaire, chére aicha mais ou est la PALESTINE confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Dim Fév 15, 2009 5:38 pm

sangi a écrit:
élémentaire, chére aicha mais ou est la PALESTINE confused
La PALESTINE c'est le territoire arabe de la carte de 1946 (couleur vert foncé) peuplée avec tous les palestiniens qui refusent de reconnaitre l'état d'israel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» La cote des timbres algériens
» 60 F / 891 A Caravelle Air Algérie.
» Exposition de Sharjah du Timbre arabe
» Marquages AMX 13 Guerre d'Algérie
» Timbres d'Algérie Non dentelés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: