AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
BlackJack

avatar

Nombre de messages : 194
Age : 49
Localisation : Alger
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 3:34 pm

Elle est tenace cette aicha. Je viens rarement sur ce forum, mais je dois avouer qu'elle a la même plume que Oum el kheir, serais ce son clone ? qu'importe, je ne fais que passer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 3:37 pm

BlackJack a écrit:
Elle est tenace cette aicha. Je viens rarement sur ce forum, mais je dois avouer qu'elle a la même plume que Oum el kheir, serais ce son clone ? qu'importe, je ne fais que passer...

Ziara kh'fifa ...Mais Ô combien mouhima !! I love you I love you Reste encore un peu veux tu ?
Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 3:54 pm

Aicha a écrit:

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors discutons-en sans extremisme.
Est ce que quelqu'un a le droit de juger l'islam à travers le FIS, MSP, FLN ou autres?
non personne, mais!!! regarde se qu'ils en ont fait...... l'image de l'islam mais aussi du monde arabe.
Aicha a écrit:
Est ce que, ce que nous avons vécu pendant la décennie noire était la responsablité d'un parti donné?
tous autant qu'ils sont en sont responsables... "les acteurs de la tragédie" et le FLN, FIS, MSP....
Aicha a écrit:
Pourquoi on veut à tout prix lier l'islam au terrorisme et aller chercher le remplaçant comme la laïcité ou je ne sais quoi d'autre?
l'islam a été lier au terrorisme à cause des islamistes extrémistes qui ont instrumentalisé la religion a leur propre fin "pouvoir et argent"
et la très chére AICHA tu conviendras qu'un état islamique en Algerie est une chose impossible a réaliser ou à laisser faire dans l'état actuel des choses et avec de tels acteurs. FIS, MSP.... etc

Aicha a écrit:
Moi je dit que l'Islam est victime du terrorisme.
d'accord

Aicha a écrit:
Alors au lieu de chercher et par tous les moyens à attaquer ou à ignorer l'Islam, je vous conseille d'aller chercher qui étaient les véritables acteurs et responsables du terrorisme si vous avez le courage de le faire bien sûr.
se n'est pas l'islam qui est remis en cause mais 3ibed allah qui sont supposés être musulmans au sens propre et figuré de leur discours qu'ils nous balancent chaque jours.
et puis ne crois tu pas que se sont d' abord les musulmans qui sont à blâmé pour avoir afficher une telle image dégradante de l'islam....?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 5:02 pm

sangi a écrit:
l'islam a été lier au terrorisme à cause des islamistes extrémistes qui ont instrumentalisé la religion a leur propre fin "pouvoir et argent"
et la très chére AICHA tu conviendras qu'un état islamique en Algerie est une chose impossible a réaliser ou à laisser faire dans l'état actuel des choses et avec de tels acteurs. FIS, MSP.... etc


se n'est pas l'islam qui est remis en cause mais 3ibed allah qui sont supposés être musulmans au sens propre et figuré de leur discours qu'ils nous balancent chaque jours.
et puis ne crois tu pas que se sont d' abord les musulmans qui sont à blâmé pour avoir afficher une telle image dégradante de l'islam....?
Bien que je ne suis ni FIS, ni MSP, ni FLN ni autres, il est injuste de coller la responsabilité du terrorisme au FIS.

Lis ça et donne moi ton avis.

La crise de Gaza – made in Israël
par Michael Warschawski, Israël*
Le vieux rêve d’Ariel Sharon est en train de se réaliser: des Palestiniens qui tuent des Palestiniens pendant qu’Israël compte les vic­times avec une grande satisfaction. Les larmes des leaders israéliens sont des larmes de crocodile et leur supposé deuil pour les tragiques événements de Gaza une pure hypocrisie. Les conflits sanglants étaient prévisibles, de même que la responsabilité et l’implication directe d’Israël et des Etats-Unis sont patentes.
Dans les analyses de nombreux journa­listes israéliens la responsabilité d’Israël semble être indirecte: «1,4 million de personnes enfermées dans un territoire aussi petit que la bande de Gaza, sans aucune possibilité de mener une vie économique régulière et sans aucune possibilité de fuite, sont fatalement destinées à s’entretuer, comme des rats pris au piège». Cette métaphore zoologique n’est pas seulement typiquement raciste, mais elle représente ­également une minimisation. Parce que l’attitude d’Israël et des USA dans les épisodes actuels ne se limite pas à favoriser les conditions pour un conflit interne palestinien.
Pendant des mois le Département d’Etat étasunien a encouragé la direction d’Al Fatah à lancer une offensive militaire contre le Hamas et, il y a deux semaines, Israël a donné sa propre autorisation à l’entrée d’une grosse quantité d’armes pour les milices du Fatah présentes à Gaza. Dans ce sens-là, la part de responsabilité d’Israël dans la situation actuelle est non seulement supposée mais réelle. Israël y joue un rôle actif.

Qui est l’agresseur?
«Le Hamas prend le pouvoir», «Un coup d’Etat du Hamas» – ce ne sont que deux des gros titres parus dans les journeaux israéliens ces derniers jours.
Il semble être nécessaire de mettre au clair ce qui devrait être connu: le Hamas a écrasé le Fatah aux dernières élections palestiniennes, à la suite d’un processus électoral que toute la communauté internationale, Washington comprise, n’a pas hésité à définir comme «le plus démocratique dans l’histoire du Moyen-Orient». Un processus démocratique incontestable et un soutien populaire massif, peu de régimes peuvent se vanter d’une telle légitimité.
Malgré cette victoire éclatante, le Hamas a accepté de partager le pouvoir avec le Fatah dans un gouvernement d’unité nationale, sous l’égide de l’Arabie saoudite et de l’Egypte, accueilli favorablement par la communauté internationale, à l’exception de Washington et d’Israël. L’agenda politique du nouveau Gouvernement a reconnu, de facto, l’Etat d’Israël, et adopté la stratégie de la négociation fondée sur les mécanismes d’Oslo.
Le nouveau Gouvernement a mis l’accent sur les problèmes brûlants de politique intérieure – tels que l’amélioration économique, le rétablissement de la loi et de l’ordre dans la bande de Gaza, la lutte contre la corruption rongeant l’ancienne administration dirigée par le Fatah. Au Président Mahmoud Abbas et à l’OLP par contre, on permet de mener le processus de négociations si jamais Israël le reprend.
La plate-forme gouvernementale modérée du Hamas, cependant, a dû faire face à deux ennemis puissants: une partie des fonction­naires du Fatah qui n’était pas encore prête à renoncer à son propre monopole politique et, de l’autre côté, les gouvernements néo-conservateurs israélien et étasunien, qui sont en train de mener une croisade globale contre l’Islam politique. Muhammad Dahlan, ex-commandant des «Forces de sécurité préventive» et actuel conseiller à la sécurité nationale de Mahmoud Abbas, représente les deux: il est à la fois l’exécuteur matériel des plans de Washington, et le représentant de ce type de fonctionnaire du Fatah corrompu et prêt à faire n’importe quoi pour ne pas perdre ses propres gains.
Depuis la victoire électorale du Hamas, les milices de Dahlan ont continuellement provoqué le Gouvernement, en assaillant les milices du Hamas et en refusant de déléguer le contrôle des forces de police au Gouvernement. Malgré les offensives de Dahlan, le Hamas a essayé par tous les moyens de trouver un compromis avec ce dernier, demandant à ses propres militants de s’abstenir d’éventuelles mesures de rétorsion. Cependant, quand il est apparu clairement que Dahlan ne cherchait pas de compromis, mais plutôt essayait de neutraliser le Hamas, l’organisation islamique n’a eu comme alternative que se défendre et contre-attaquer.
Le plan israélo-étasunien fait partie d’une stratégie globale destinée à imposer des gouvernements fidèles à ses propres intérêts, en opposition avec la population locale. L’Algérie fournit un exemple de ce genre de stra­tégie, mais aussi de son échec et de son coût humain très lourd: l’indiscutable victoire, en 1991, du FIS (Front Islamique du Salut) sur le FLN (Front de Libération Nationale), désormais corrompu et discrédité, fut suivie d’un coup d’Etat, soutenu par la France et par les Etats-Unis, qui ouvrit la route à une guerre civile qui a duré plus d’une décennie, et qui est responsable de la mort de plus de cent mille victimes civiles.
Ayant appris la leçon de la tragédie algérienne, le Hamas a décidé d’empêcher la réalisation du plan de Dahlan de prendre le pouvoir par la force.
S’appuyant sur le consensus d’une bonne partie de la population locale, les militants du Hamas ont battu le Fatah en deux jours, bien que ces derniers aient eu à leur disposition une grande quantité d’armes fournie par Israël. Une milice corrompue et sans soutien de la population ne peut pas résister à une organisation relativement bien disciplinée et très motivée.
Jusqu’après sa victoire écrasante sur le Fatah, la direction du Hamas a réaffirmé sa ferme intention de maintenir un gouver­nement d’unité nationale, et de ne pas vouloir exploiter le coup d’Etat tenté par le Fatah comme prétexte pour extirper cette organisation ou l’exclure du gouvernement. Par contre, les dirigeants du Fatah ont décidé d’interrompre tout rapport avec le Hamas et de former, en Cisjordanie, un nouveau gouvernement sans la présence des islamistes. Un autre vieux rêve d’Ariel Sharon est en train de se réaliser: la séparation complète entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, cette dernière étant considérée comme un «Hamastan» sans issue, entité terroriste où n’existent pas de civils mais seulement des terroristes à mettre en état de siège, destinés à être affamés.
Washington, qui embrasse sans réserve cette stratégie, a promis son soutien illimité à Mahmoud Abbas et à son nouveau ban­toustan en Cisjordanie, au point qu’Olmert a décidé de lui accorder une partie de l’argent palestinien qui est encore aux mains du Gouvernement israélien.


Pas de guerre civile
Un des objectifs de l’administration israélienne et de celle des Etats-Unis n’a cependant pas été atteint: le chaos ne règne pas à Gaza. Au contraire, comme a déclaré le 19 juin à Haaretz un officier de la sécurité palestinienne: «La ville n’a pas été tranquille pendant très longtemps. Je préfère la situation actuelle à celle d’avant. Je peux enfin sortir de chez moi». L’extirpation des bandes du Fatah à Gaza pourrait signer la fin d’une longue période d’anarchie et permettre le retour à un mode de vie plus stable. Les récents événements confirment que le Hamas peut imposer son contrôle.
Les discours d’Israël à propos de la guerre civile palestinienne ne sont que des vœux. L’affrontement armé a eu lieu exclusivement entre milices armées et si, malheureusement, il y a eu des victimes chez les civils, il s’est agi de ce que l’armée états-unienne appellerait des «dommages collatéraux». La population est sans aucun doute politiquement cassée, en Cisjordanie comme à Gaza, mais pas en conflit, du moins pas pour le moment.
A partir du moment où Gaza est considérée comme un interlocuteur hostile et que toute sa population s’est rassemblée autour du Hamas, elle se trouvera être l’objectif d’une agression brutale de la part d’Israël: des incursions militaires possibles, des bombardements et un embargo alimentaire.
C’est pour ça que notre priorité, en Israël comme dans le reste du monde, est celle d’apporter toute notre solidarité à l’égard de Gaza et de sa population. •


Sources: alternatives-international.net,
www.ilmanifesto.it du 21/6/07.
(Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio)

*Michel Warschawski est journaliste et écrivain ainsi que fondateur de l’Alternative Information Center (AIC) (Centre d’information et de documentation israélo-palestinien) en Israël. Il a publié «Le Défi Bi-national», Textuel, 2000; «Sur la Frontière», Stock, 2002; «A Tombeau Ouvert», La Fabrique, 2003; «A Contre Chœur» (en collaboration avec Michèle Sibony), Textuel, 2003.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 5:31 pm

Kwitzach a écrit:
Aicha a écrit:
Alors je t'informe qu'il y avait des minorités non musulmanes et elles bénéficiaient de tous leurs droits.
Tout aussi faux, les non musulmans en terre d'islam ont le statut de dhimmis, sous citoyens aux droits réduits et qui doivent payer une dime a l'État pour pouvoir exercer leur culte, mais de façon confidentiel et sans prosélytisme. Ils sont aussi astreint a porter des habits les distinguant des musulmans.

Les non-musulmans dans la société islamique
Section : Réponse aux accusations douteuses
Les vêtements des dhimmis
vendredi 14 juillet 2006

Parmi les questions exagérées par les orientalistes, il y a celle du code vestimentaire des dhimmis et le fait que `Umar Ibn Al-Khattâb — qu’Allâh l’agrée — leur aurait intimé l’ordre de ne pas chercher à ressembler aux musulmans au plan des vêtements, des selles et des sandales, et de porter sur la taille ou sur les épaules des signes distinctifs qui les différencieraient des musulmans. Ces dispositions ont aussi été attribuées à `Umar Ibn `Abd Al-`Azîz.

Certains historiens orientalistes doutent quant à l’attribution de ces conditions, ou commandements, au Calife juste `Umar Ibn Al-Khattâb — qu’Allâh l’agrée —, en raison de l’absence de toute mention à leur sujet dans les ouvrages fiables des historiens les plus anciens, et qui s’intéressaient à ce genre de sujets, à l’instar des ouvrages d’At-Tabarî, Al-Balâdhurî, Ibn Al-Athîr, Al-Ya`qûbî, et d’autres. [1]

Cela dit, cette affaire ne mérite pas que l’on se donne la peine de la contester ou de la réfuter, si l’on connaît les motivations et le contexte historique qui l’ont accompagnée.

Il ne s’agit pas d’un devoir religieux que l’on aurait l’obligation de perpétuer en tout temps et en tout lieu, contrairement à la compréhension de certains juristes qui y ont vu une prescription obligatoire. Cela n’est guère plus qu’une disposition légale contingente prise par le pouvoir en place en vue de réaliser l’intérêt général de la société à cette époque. Rien n’interdit que l’intérêt général change à une autre époque et en d’autres circonstances, et que, par conséquent, de telles dispositions soient annulées ou amendées.

La distinction entre les individus en fonction de leur religion était une nécessité à l’époque. Les adeptes des différentes confessions étaient eux-mêmes attachés à cette distinction, objectif que l’on ne pouvait alors réaliser que par le code vestimentaire. Car, à l’époque, les cartes d’identité, où l’on consigne aujourd’hui le nom de la personne, sa religion et même sa secte, n’existaient pas. C’est donc le besoin de distinguer les individus qui a motivé de telles dispositions. Ainsi aucun juriste musulman contemporain n’a suivi l’avis des anciens pronant la distinction vestimentaire, vu que cela n’est plus nécessaire.

C’est avec plaisir que je rapporte ici les propos de Dr. Al-Kharbûtlî éclairant cette question et ses motivations. Il dit [2] : « À supposer que ces prescriptions aient été édictées par les deux Califes, nous pensons que cela ne pose pas de problème. Car cela revenait à fixer un code vestimentaire au sein de la société, afin de distinguer les adeptes des différentes confessions. D’autant que cela avait lieu à une époque très ancienne de l’histoire, où il n’existait aucune carte d’identité portant les mentions habituelles de nationalité, de religion, d’âge etc. Les habits distinctifs constituaient le seul moyen de déterminer la religion de leur porteur ; les Arabes musulmans avaient leurs vêtements particuliers, tout comme les Chrétiens, les Juifs, les Zoroastriens avaient leurs vêtements particuliers. Si les orientalistes considèrent que fixer la forme et la couleur des vêtements relève de la persécution, nous leur répondons : si persécution il y avait dans ces conditions, alors elle a touché de manière égale les musulmans et les dhimmis. Car si les Califes recommandaient aux Arabes et aux musulmans de ne pas chercher à ressembler aux autres, il est logique qu’ils intiment aux non arabes et aux non musulmans de ne pas chercher à ressembler aux Arabes musulmans. »

L’historien Turton a également discuté de cette question. Son opinion consiste à dire : « Il ne fait aucun doute que la motivation sous-jacente aux règles vestimentaires était de distinguer facilement les Chrétiens et les Arabes. Cela est même énoncé très clairement chez Abû Yûsuf [3] et Ibn `Abd Al-Hakam [4]. Tous deux font partie des historiens les plus anciens dont les écrits nous sont parvenus. Il convient cependant de noter que, du temps des conquêtes, il était inutile d’imposer aux Chrétiens le port de vêtements particuliers, différents de ceux des Musulmans, car chacune des deux parties portait, de fait, des vêtements distincts. Les Chrétiens faisaient cela de leur propre chef sans aucune contrainte ni obligation. Mais le besoin apparut par la suite, après que les Arabes eurent pris part à la vie urbaine ; les populations qu’ils gouvernaient eurent tendance à les admirer et, partant, à imiter leur code vestimentaire et à chercher à s’habiller comme eux. »

Quoiqu’il en soit, si ces prescriptions d’ordre vestimentaires s’avéraient historiquement vraies, elles sont restées lettre morte la plupart du temps au fil de l’histoire. Il y a une différence entre l’existence d’une loi et son degré d’application. La majorité des califes et des gouverneurs musulmans ont adopté une politique de tolérance, de fraternité et d’égalité et ne se sont pas mêlés outre mesure de fixer un code vestimentaire pour les dhimmis, ce qui n’a guère suscité de protestation [5].

Il existe des preuves historiques appuyant les faits que nous avons mentionnés précédemment. Le poète chrétien Al-Akhtal (d. 95 A.H.) se rendait à la cour du Calife omeyyade `Abd Al-Malik Ibn Marwân vêtu d’une tunique arabe [6] assortie d’un phylactère en damas et d’une croix en or autour du cou, sa barbe suitant le vin [7], et ce dernier de lui réserver un bon accueil. De même, l’accord signé en 98 A.H. entre les Musulmans et les Mardaïtes (Jarâjimah) Chrétiens qui habitaient les régions montagneuses de la Syrie stipulait que ces derniers porteraient les mêmes vêtements que les Musulmans. [8]

Traitant du code vestimentaire des dhimmis, Abû Yûsuf dit : « On ne doit pas les laisser imiter les musulmans au plan des vêtements, de la monture, ou de l’apparence. » À ce sujet, Abû Yûsuf se fonde sur la parole de `Umar Ibn Al-Khattâb : « Afin que leur code vestimentaire soit distinct de celui des musulmans. » Autrement dit, il ne s’agit pas d’une forme de persécution mais d’un moyen visant à distinguer différentes populations, tout comme il existe aujourd’hui dans toute société moderne des codes vestimentaires différents, permettant de distinguer certaines catégories socio-professionnelles ou corps de métier.

P.-S.
Traduit de l’arabe du site qaradawi.net.
Notes
[1] Conférer L’Islam et les dhimmis, pp. 84 et 85.

[2] L’Islam et les dhimmis, pp. 86 et 87.

[3] Abû Yûsuf, Al-Kharâj, page 72.

[4] Ibn `Abd Al-Hakam, Futûh Misr, page 151.

[5] Si la distinction vestimentaire était un devoir religieux, son non-respect par les califes n’aurait pas manqué de susciter des protestations parmi les Musulmans. NdT.

[6] Une jubbah, une tunique longue qui se portait au dessus des vêtements. En français, ce terme est à l’origine du vocable juppe. NdT.

[7] Al-Asfahanî, Al-Aghânî (Les chansons), volume 7, page 169. J’ai quelques réserves sur l’authenticité de ce récit, lequel fait partie des « chansons » auxquelles on ne peut beaucoup se fier. S’il s’avérait authentique, ce récit démontrerait le laxisme du Calife plus que sa tolérance.

[8] Al-Balâdhurî, Futûh Al-Buldân, page 161, Beyrouth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlackJack

avatar

Nombre de messages : 194
Age : 49
Localisation : Alger
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 5:53 pm

"Ainsi aucun juriste musulman contemporain n’a suivi l’avis des anciens pronant la distinction vestimentaire, vu que cela n’est plus nécessaire."

Mon vœu est que si ces même juristes musulman contemporain pouvaient aussi laisser tomber les habitudes des anciens comme la barbe hirsute, le kamis, le pantalon retroussé, enfin de ne pas s'habiller comme au 6ème siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 6:47 pm

RyMantys a écrit:

De plus, je te fais remarquer qu'on peut être à la fois musulman et laïque. C'est mon cas par exemple.

Musulmane et laïque?! Shocked

Moi je ne connais pas cette formule. Pour moi la laïcité va à contre-sens de l'Islam.

Je te donne un très petit exemple.

Comment peux tu être musulmane et que tu décide de porter le Hidjab comme te le prescrit ta religion et accepter les règles laiques qui interdisent le port du voile dans les écoles et les universités sous prétexte que c'est un symbole religieux et que la laïcité interdit cela?! scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 7:00 pm

BlackJack a écrit:
Mon vœu est que si ces même juristes musulman contemporain pouvaient aussi laisser tomber les habitudes des anciens comme la barbe hirsute, le kamis, le pantalon retroussé, enfin de ne pas s'habiller comme au 6ème siècle.
J'irais plus loin une réforme en profondeur est nécessaire pour sortir cette religion du moyen age...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 7:03 pm

Chouffi ya aicha ..... si on commence à parler du "voile" eda3oua rayha tezaga! donc pas de sujets qui fâchent ! Continue à comptabiliser tes " hassanates" sur ce forum tu es sur la bonne voie ! Mais évite le voile ....... djazaki allahou khayr !
Sinon ... la thèse de doctorat que tu es "entraine " de préparer ne doit pas avancer ....vue ta disponibilité sur le fofo...Mais tu me diras les hassanates khir .....
Sans rancune ! Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 7:07 pm

Aicha a écrit:
Comment peux tu être musulmane et que tu décide de porter le Hidjab comme te le prescrit ta religion et accepter les règles laiques qui interdisent le port du voile dans les écoles et les universités sous prétexte que c'est un symbole religieux et que la laïcité interdit cela?! scratch
Je te la refait en gros et souligné, tu comprendras peut être :

"La laïcité désigne au sens actuel la séparation du civil et du religieux. Le principe de séparation des pouvoirs politique et administratif de l’État du pouvoir religieux en est une application. Au sens contemporain, elle est le principe d'unité qui rassemble les hommes d'opinions, religions ou de convictions diverses en une même communauté.
"
Dixit Wikipedia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Entre5et32caractères

avatar

Nombre de messages : 303
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 7:50 pm

Moi je pense qu'on vit dans une époque où on devrait laisser la religion de coté dans nos relations avec les gens, parce que la plus grande différence à mon sens ne réside pas dans la religion qu'on pratique mais dans l'importance qu'on lui accorde.
la plus grande erreur qu'on fait nous Algeriens, c'est de penser que si la personne à laquelle on parle est Algerienne, c'est qu'elle est aussi musulmane, mais il n'y a pas que des musulmans en Algerie, Il y a aussi des juifs (qui ont été pourchassés comme les sorcieres de Salem) et des Chretiens (qui se cachent presque tous), Moi je pense qu'on devrait prendre tout le monde en compte, aussi l'idéal pour moi serait que l'Islam soit la religion de l'état (Rien que pour le nif) mais qu'il y ait aussi des synagogues, des églises, et autres lieux de culte de différentes religions .. mais pour ça, faudrait déja qu'on ne jette pas en prison les personnes qui se convertissent à d'autres religions, mais ça c'est une autre histoire.
Une derniere chose, il y a quelque chose qui me parrait absurde: Il y a des personnes qui trouvent un akhina bizarre, mais ne portent pas ce jugement là sur un budhiste ou un hindou pratiquant, bien que leurs habits et leurs modes de vie sont tout aussi "éxcentriques", Alors à ces personnes là je dirai: Pourquoi vous voulez absolument rentrer dans le moule que vous vous fabriquez vous même avec votre modernité dépassée, et votre tolérence que vous n'éxercez même pas avec vos concitoyens??
Une fois un akhina m'a dit "Il y a des gens qui me disent :"revenez au 21eme siecle" et moi tout ce que j'entends c'estt:"aya barkeouna, vous allez nous faire honte avec les étrangers". voilà à quoi on est réduit ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 10:12 pm

Aicha a écrit:
RyMantys a écrit:

De plus, je te fais remarquer qu'on peut être à la fois musulman et laïque. C'est mon cas par exemple.

Musulmane et laïque?! Shocked

Moi je ne connais pas cette formule. Pour moi la laïcité va à contre-sens de l'Islam.

Je te donne un très petit exemple.

Comment peux tu être musulmane et que tu décide de porter le Hidjab comme te le prescrit ta religion et accepter les règles laiques qui interdisent le port du voile dans les écoles et les universités sous prétexte que c'est un symbole religieux et que la laïcité interdit cela?! scratch

ça c "la laïcité" à la française, ce n'est point une réference Aicha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mar Fév 10, 2009 10:41 pm

Aicha a écrit:
sangi a écrit:

pourquoi parler de divisions.... disons plus points de vue Very Happy
Je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors discutons-en sans extremisme.
Est ce que quelqu'un a le droit de juger l'islam à travers le FIS, MSP, FLN ou autres?
Est ce que, ce que nous avons vécu pendant la décennie noire était la responsablité d'un parti donné?
Pourquoi on veut à tout prix lier l'islam au terrorisme et aller chercher le remplaçant comme la laïcité ou je ne sais quoi d'autre?

Moi je dit que l'Islam est victime du terrorisme.

Alors au lieu de chercher et par tous les moyens à attaquer ou à ignorer l'Islam, je vous conseille d'aller chercher qui étaient les véritables acteurs et responsables du terrorisme si vous avez le courage de le faire bien sûr.

stp donnes nous ton point de vue sur les vrais acteurs du terrorisme, qui etaient derriere? et otut ce qui s'en suit.merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 12:24 am

Aicha a écrit:
Spoiler:
 
mina al jazair ila falastine Smile
l'élection démocratique du HAMAS n'est pas a contesté, aussi la corruption du FETH est un fait en plus de "première classe" il n'est pas un partie crédible.... mais le HAMAS l'est il pour autant....?
je prends à titre d'exemple , dans la bande de ghaza, dans la sainte journée musulmane "vendredi" ce partie saisie l'occasion pour faire passer ses idéaux politiques dans la prêche du vendredi dans les mosquée, lieu et moment ou normalement les musulmans sont la bas pour pratiquer leur culte religieux, et celui qui n'adhère a leur courant ou refuse de soumettre à leur politique "choix personnel" en priant toujours à titre d'exemple dehors est directement embarqué et battu par la police du HAMAS
alors si lui "hamas" prône son droit a diriger l'état palestinien parce qu'il a été élu démocratiquement, est ce que lui "HAMAS" respecte la démocratie a titre d'exemple ......? et j'en passe pour les autres exemples Rolling Eyes
c'est à l'image du bled, la majorité du peuple s'en foutent, que se soit HAMAS ou FETH ils vivent un martyr et n'arrivent pas a unifier leurs voix à cause des divergences et jeux politiques ...
et si le FETH est un partie proche des israeliens et américains, le HAMAS n'est pas net pour autant, il est un moyen du régime iranien pour faire pression, et gagner du temps pour développer son programme nucléaire, et qui est celui même qui a encouragé et financé le terrorisme dans nôtre pays ...!!!


dechainé a écrit:
stp donnes nous ton point de vue sur les vrais acteurs du terrorisme, qui etaient derriere? et otut ce qui s'en suit.merci
ouai, sa serait intéressant de le voir sans poster d'article, juste le point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 10:16 am

Non ......ne souriez pas mon "copier coller "n'est nullement hors sujet .....juste pour "apporter un plus à l'argumentaire de aicha"!!!!!

http://www.elwatan.com/Algerien-et-patriote-avant-tout

Il y a 52 ans, le 11 février 1957, était guillotiné à Serkadji le chahid Fernand Iveton
Algérien et patriote avant tout


Le devoir de mémoire revêt une importance particulière pour l’écriture de l’histoire de la guerre de Libération nationale. Cependant, si celle-ci demeure toujours d’une actualité brûlante, elle procède malheureusement de moult surenchères politiciennes s’il en est, elle est souvent interpellée pour justifier et légitimer certaines étapes vécues présentement par le pays.


Il est à craindre que la volonté proclamée d’écrire « une histoire officielle » de la guerre de libération, histoire déjà balisée et jalonnée, ne procède de cette vision manichéenne. Il est de notre devoir de rendre un vibrant hommage à certains héros « oubliés », parmi eux, le chahid Fernand Iveton, guillotiné le 11 février 1957 à la prison de Serkadji. La période de 1954 à 1962 fut dure, terrible, atroce. Elle fut cruelle et douloureuse. Paradoxalement, elle fut militante et fraternelle. Tant d’êtres souffrirent, cependant, c’est dans ces moments que certains Algériens de souche et Algériens d’origine européenne apprirent à mieux se connaître, qui plus est, en ces jours de vérité nue. Quarante-six ans après la fin de la guerre d’Algérie, l’on hésite encore parfois sur le choix du vocabulaire afin de ne pas raviver des blessures non cicatrisées. Qui mieux que le sacrifice d’Iveton pourrait symboliser les passerelles empreintes d’humanisme et de justice, jetées entre les hommes de différents horizons sociaux, raciaux et religieux.

Qu’évoque ce nom pour les jeunes Algériens ? La réponse est douloureuse, et pour cause, l’histoire de ce militant algérien de la première heure est pratiquement méconnue des nouvelles générations de notre pays. La raison est à chercher du côté de la culture de l’oubli, cela en l’absence de toute référence au nom de Fernand Iveton sur les édifices publics. Après l’indépendance, le père de Fernand supplia en vain les autorités algériennes de donner à son fils ne serait-ce qu’un petit bout de rue. Désespéré d’avoir échoué, il appela Villa Fernand le pavillon qu’il possédait en France. Hélas, quelques années plus tard, on s’est rappelé à l’occasion du sacrifice de ce chahid, non pas pour lui rendre hommage et justice en même temps, mais pour redorer le blason des autorités de l’époque, mis à mal par un article de la presse française dans lequel il était question de l’ingratitude des autorités algériennes à l’égard des martyrs algériens d’origine européenne.

Ce faisant, il cite le cas de Fernand Iveton dont le nom n’est porté par aucune rue ni institution publique. Le soir même de la publication de cet article les mettant en cause, les autorités de l’époque, parti unique oblige, ont instruit la kasma FLN d’El Madania (ex-Clos Salembier), quartier natal de Fernand Iveton, de procéder à la baptisation expresse d’une petite ruelle de 30 mètres. Heureusement que cette mascarade post mortem à l’endroit de ce chahid, qu’on ne peut que qualifier d’ubuesque et tragique à la fois, n’altère en rien le parcours de cet authentique patriote qui a été synonyme de courage, de probité et de sacrifice et ce, jusqu’au pied de la guillotine où il a crié « Tahia El Djazaïr » en arabe, avant d’être exécuté. En compagnie de deux autres chahids auxquels nous rendons un vibrant hommage, il s’agit en l’occurrence de Mohamed Ounnouri et Ahmed Lakhnache. Avant son exécution, il a été d’abord conduit au greffe de la prison, là il a déclaré : « La vie d’un homme, la mienne, compte peu, ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir et l’Algérie sera libre demain. »

Le chahid Didouche Mourad, qui était son voisin de quartier (La Redoute, Clos Salembier) disait de lui : « S’il y avait beaucoup de gens comme lui, cela aurait changé bien des choses. » Son avocat, Charles Lainné, a été frappé par l’attitude d’Iveton lors de son exécution, il disait : « Il avait l’attitude d’un homme droit en faisant preuve d’une constance et d’un courage admirable. » Il avait ressenti la condamnation à mort, l’exécution d’Iveton comme une grosse injustice et un déshonneur pour la France. Fernand Meissonnier, son bourreau, disait de lui : « Celui-là fut un condamné à mort modèle, droit, impeccable, courageux jusqu’au couperet. » L’enfant de Clos Salembier a été très sensible à la misère qui frappait la population musulmane de son quartier. Il a d’abord commencé à militer dans la cellule de la Jeunesse communiste de La Redoute-Salembier, en compagnie de ses voisins de quartier les plus connus, Henri Maillot, Myriam Ben (Marylise Benhaïm) et Ahmed Akkache qui seront plus tard des acteurs très actifs de la guerre de Libération nationale.

Ensuite, après le déclenchement de la Révolution, sa démarche était celle d’un homme qui n’était ni un idéologue ni un aventurier, pas de rupture dramatique avec le parti, mais un glissement progressif vers les combattants du FLN, réunions clandestines, asile offert à des militants recherchés, au fil des mois, une interrogation lancinante : « Que fait le parti ? » Iveton est de ceux qui souhaitent un total engagement. Il s’enrôle dans les Combattants de la libération (CDL), structure clandestine armée créée par le Parti communiste algérien en juin 1955. Mais son groupe ne lui propose que des actions dérisoires qu’il exécute avec son camarade de parti, Félix Colozi (cet homme qui a survécu aux geôles colonialistes n’a jamais quitté l’Algérie et il y vit toujours d’ailleurs). Tandis que son ami d’enfance et voisin, Henri Maillot, officier déserteur, tombe au combat, Iveton s’impatiente.

L’absorption des CDL par le FLN va lui ouvrir les voies de l’action. Il accepte de poser à l’usine de gaz du Ruisseau où il travaille, une seule bombe au lieu des deux que lui ramène Jacqueline Guerroudj, et ce, faute de place dans son sac de travail. Iveton réprouve la violence aveugle. Sa bombe ne devra tuer personne, qui plus est, ses camarades de travail. Il s’entoure pour cela de toutes les précautions possibles. Pierre Vidal-Naquet a raison d’écrire « Iveton ne voulait pas d’une explosion meurtre. Il voulait une explosion témoignage ». Lors de son arrestation et en dépit des tortures atroces qu’il avait subies pour permettre à la deuxième bombe que transportait Jacqueline d’exploser et aussi permettre à ses camarades de s’échapper, il a pu orienter les enquêteurs sur une fausse piste, en parlant de la fameuse femme blonde, conduisant une 2 CV, alors que Jacqueline avait les cheveux noirs et était au volant d’une voiture Dyna (Panhard). Cette résistance a permis de retarder l’arrestation de Jacqueline et des autres.

A travers cette description, on a longtemps cru qu’il s’agissait de Raymonde Peschard, la fille de St-Eugène, morte au maquis quelques mois après dans la Wilaya III (une autre chahida à qui nous devrons rendre hommage). A ce chahid qui a su vivre et mourir pour son idéal avec tant de simplicité et de grandeur, nous devons bien un hommage à la hauteur de son sacrifice, qui le sortira de la nuit de l’oubli où il a été longtemps confiné par l’histoire officielle. Une initiative qu’il y a lieu de sacraliser et d’étendre à d’autres victimes de la culture de l’oubli, car ils ont tant souffert pour faire sortir le peuple algérien des ténèbres dans lesquelles il a été très longtemps confiné par le système colonial. En rendant hommage à ces héros, nous contribuons à renforcer davantage les valeurs de fraternité, d’humanisme, de tolérance et de liberté dans l’Algérie d’aujourd’hui dont on a grandement besoin pour se comprendre et se respecter.

L’auteur est ingénieur, cadre supérieur

http://www.elwatan.com/Algerien-et-patriote-avant-tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 38
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 12:08 pm

Aicha a écrit:
Non, algérien tout court. Mais qu'il n'essaie pas de nous imposer ses idéaux.
La majorité écrasante du peuple algérien est musulmane.

Ok, tu confirme ce que je pensais: pour toi la majorité écrasante (et c'est bien le mot à utiliser dans ce cas) a, elle, le droit d'imposer ses idéaux aux minorités...
Quel humanisme!

Aicha a écrit:
Musulmane et laïque?! Shocked

Moi je ne connais pas cette formule.

Visiblement, y'a plein de choses que tu ne connais pas. C'est pas pour autant qu'elles n'existent pas.

Aicha a écrit:
Pour moi la laïcité va à contre-sens de l'Islam.

Je te donne un très petit exemple.

Comment peux tu être musulmane et que tu décide de porter le Hidjab comme te le prescrit ta religion et accepter les règles laiques qui interdisent le port du voile dans les écoles et les universités sous prétexte que c'est un symbole religieux et que la laïcité interdit cela?! scratch

C'est justement parce que pour moi une majorité, même écrasante, n'a pas le droit d'imposer ses idéaux aux minorités, qu'interdire le voile en France sous couvert de laïcité est pour moi une aberration. La laïcité n'est pas la négation des différences religieuses, apparentes ou pas, c'est de ne pas mélanger religion et état.

C'est de refuser de dire: tel état est musulman/juif/chrétien/buddhiste ou que sais-je encore. Parceque justement, ça ne prend pas en compte les personnes de cet état qui ne partagent pas sa religion.

Dire qu'un état est d'une certaine religion, ça revient à dire que les lois de cet état sont les lois de cette religion. Or comment obliger les gens d'autres religions à suivre les règles de cette religion? Et si ça va à l'encontre de leurs propres règles?

Mais ça, bien sûr, ça t'importe peu...

Quand à la prescription du voile, comme l'ont dit d'autres, c'est pas ici qu'on va relancer le débat. Saches seulement (puisque visiblement tu ignores ça aussi), que certains musulmans ne sont pas d'accord... oups! ils ne sont pas de la "majorité écrasante"! Ca fait beaucoup de gens à écraser tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 1:03 pm

dechainé a écrit:
Aicha a écrit:
sangi a écrit:

pourquoi parler de divisions.... disons plus points de vue Very Happy
Je suis tout à fait d'accord avec toi. Alors discutons-en sans extremisme.
Est ce que quelqu'un a le droit de juger l'islam à travers le FIS, MSP, FLN ou autres?
Est ce que, ce que nous avons vécu pendant la décennie noire était la responsablité d'un parti donné?
Pourquoi on veut à tout prix lier l'islam au terrorisme et aller chercher le remplaçant comme la laïcité ou je ne sais quoi d'autre?

Moi je dit que l'Islam est victime du terrorisme.

Alors au lieu de chercher et par tous les moyens à attaquer ou à ignorer l'Islam, je vous conseille d'aller chercher qui étaient les véritables acteurs et responsables du terrorisme si vous avez le courage de le faire bien sûr.

stp donnes nous ton point de vue sur les vrais acteurs du terrorisme, qui etaient derriere? et otut ce qui s'en suit.merci
Très bonne question. Mais moi je suis mal placée pour répondre. Les seuls qui peuvent nous apporter des réponses sont les journalistes. Qu'ils fassent un travail serieux dans ce sens.
Nous sommes avec le "Wiam el madani" Smile et la "Moussalaha el watania" Smile mais ceci n'empêche pas les journalistes de chercher et nous informer sur les personnes qui ont ordonné le massacre à Bentalha, Rais, Sidi Hamed...
Ya sidi pas pour les poursuivre en justice mais pour une écriture objective de l'histoire de ce pays que nous chérissons tous.
Et concernant mon point de vue sur ce point, à mon avis il faudrait remonter à l'arrêt du processus électoral en 1991, à l'assassinat de Mohamed Boudiaf et tous les crimes commis pour trouver une explication même partielle à ce qui s'est passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 1:19 pm

Parodie a écrit:
Chouffi ya aicha ..... si on commence à parler du "voile" eda3oua rayha tezaga! donc pas de sujets qui fâchent ! Continue à comptabiliser tes " hassanates" sur ce forum tu es sur la bonne voie ! Mais évite le voile ....... djazaki allahou khayr !
Sinon ... la thèse de doctorat que tu es "entraine " de préparer ne doit pas avancer ....vue ta disponibilité sur le fofo...Mais tu me diras les hassanates khir .....
Sans rancune ! Wink Wink Wink

Ne t'inquiète pas ma chère Parodie, je ne vais pas parler du "voile" ici pour la simple raison que je ne suis pas une "mouftiya" et qu'il existe des gens mieux placés pour parler de ce sujet.
En parlant du voile je voulais juste montrer l'incompatibilité entre Islam et laïcité. Donc c'était juste un simple exemple.

Concernant ma thèse de doctorat, également ma chère Parodie ne t'inquiète pas pour moi. Je trouve du temps pour enseigner, encadrer des étudiants et travailler sur ma thèse. C'est une question d'organisation. Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 1:39 pm

[quote="Aicha"][quote="dechainé"][quote="Aicha"]
sangi a écrit:


Nous sommes avec le "Wiam el madani" Smile et la "Moussalaha el watania" Smile mais ceci n'empêche pas les journalistes de chercher et nous informer sur les personnes qui ont ordonné le massacre à Bentalha, Rais, Sidi Hamed...
Ya sidi pas pour les poursuivre en justice mais pour une écriture objective de l'histoire de ce pays que nous chérissons tous.
Et concernant mon point de vue sur ce point, à mon avis il faudrait remonter à l'arrêt du processus électoral en 1991, à l'assassinat de Mohamed Boudiaf et tous les crimes commis pour trouver une explication même partielle à ce qui s'est passé.

et d'apres toi, que serait l'algerie s'il n'y avait pas d'arret du processus electoral en 1991?

est ce que pour toi les regimes totalitaire d'iran et du soudan sont une reussite et un exemple à suivre?

est ce que tu crois pouvoir grace à l'application des regles de l'islam sauver notre pays, et le glisser vers le chemin du progrés?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 1:49 pm

RyMantys a écrit:
Aicha a écrit:
Non, algérien tout court. Mais qu'il n'essaie pas de nous imposer ses idéaux.
La majorité écrasante du peuple algérien est musulmane.

Ok, tu confirme ce que je pensais: pour toi la majorité écrasante (et c'est bien le mot à utiliser dans ce cas) a, elle, le droit d'imposer ses idéaux aux minorités...
Quel humanisme!

Tu as oublié de copier ça:
قوله تعالى: { لا إكراه في الدين قد تبين الرشد من الغي } البقرة:256
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Mer Fév 11, 2009 10:12 pm

Aicha a écrit:


Nous sommes avec le "Wiam el madani" Smile et la "Moussalaha el watania" Smile
ma fhamtche scratch qui est avec el moussalaha al watania ???? est il vraiment un projet d'avenir et de justice pour toi???

Aicha a écrit:

mon point de vue sur ce point, à mon avis il faudrait remonter à l'arrêt du processus électoral en 1991, à l'assassinat de Mohamed Boudiaf et tous les crimes commis pour trouver une explication même partielle à ce qui s'est passé.
tu n'as pas de point de vue, ou tu ne veux pas avoir de point de vue.... ?

PS: respect a mdame PARODIE pour l'article et le sens .... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oneboy

avatar

Nombre de messages : 233
Age : 40
Localisation : alger
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 12:25 am

je m'incline a la memoire des héros qui ce sont sacrifié pour qu'un jour on puissent nous amuser avec une démocratie aussi fragile que la fragilité de notre pays j'espere qu'un jourje serai l-un d'eux AMEN
pour la laicite made in france qui ne permet pa le port du voile mais la croi les habits des religieuses si dans un pays laique l'etat ne doit pa financer des écoles de religion chose qui est faite en france ou de juré sur la bible ou o nom dieu tt puissant et son fils jesus comme l'a fait le nain de jardin defenceur de la laicité ou le barak devant des million de personnes sa c'est de la laicité par contre juré o nom d'allah lors des ceremonies officiel peut etre interprete comme extremisme
dans tt les pays ils ce cachent derriere la laicité pour cacher leurs xénophobie et leurs peur de l'autre
j'espere voir un jour kk1 qui a vue sa fille sa soeur ou sa mere ce faire violer ou gorger par son voisin puis il le pardonné dans un monde parfait peut etre (mais dans un monde parfait c horreurs ne doivent pas exixter) moi a sa place je ne pardonnerer jamais quite a mourrir pour sa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 12:37 am

Ça vole très haut ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oneboy

avatar

Nombre de messages : 233
Age : 40
Localisation : alger
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 12:59 am

fait attention ya une fausse alerte a l'aeroport just a coté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   Jeu Fév 12, 2009 10:16 am

Aicha a écrit:
C'est une question d'organisation. Wink Wink Wink

Au temps pour....... nous tous .... et....toutes ....et...... surtout pour celles là....je me demande si..... ces "dames "auraient pensé un jour que l'on poserait " le problème de l'Algérie , arabe , algérienne ,musulmane , laïque et que sais je encore ???bah!!! au fond elles voulaient que cette Algerie soit algérienne ...(selon le contexte !)c'est à dire aux algeriens ....en réponse à l'Algérie française .......mais aicha aurait dit à ces dames :
Citation :
Je refuse l'expression "Algérie algérienne". C'est une expression qui pour moi n'a aucun sens. Et les gens qui sont derrière sont soit hypocrites soit faibles de personnalité.

http://www.elwatan.com/Ghania-Malika-Jacqueline-et-les


Belgaïd Ghania, épouse Drif-Ancienne condamnée aux travaux forcés
Ghania, Malika, Jacqueline et les autres…


« Soyez toujours le protecteur des opprimés et l’ennemi des oppresseurs. » L’imam Ali

Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir trouvée. La guerre, ce n’est pas l’acceptation du risque, c’est l’acceptation pure et simple de la mort. On ne demande jamais au vainqueur s’il a dit la vérité.


Sur la photo jaunie par le temps, on les voit poser : captives, fières et pas trop affectées, du moins si l’on se fie aux apparences. Plus d’une douzaine de jeunes filles, belles comme le jour, Malika, Djouher, Jacqueline et… les autres. Ghania est parmi elles qui esquisse un sourire narquois. En fait, à bien regarder, elles sourient toutes, manière de faire un pied de nez magistral à l’adversité, de narguer leurs geôliers et sans doute pour exorciser ces moments douloureux. Quoi de plus précieux que la liberté qu’on vient de leur confisquer ? On est en pleine guerre d’Algérie. Ces combattantes sont incarcérées à la prison de Pau en France. Conditions difficiles pour ces filles, dont la plupart sortaient tout juste de l’adolescence. Ces filles étaient aussi un symbole éclatant de la lutte du peuple algérien pour recouvrer ses droits.

Et jamais auparavant le mouvement national n’avait connu une si imposante présence féminine. Au cœur du combat, les femmes sont rapidement considérées comme un élément important susceptible de faire basculer le devenir de l’Algérie. La bataille d’Alger, particulièrement, sera un élément déterminant, avec les poseuses de bombes et les réseaux de soutien. Plus qu’une combattante avec les armes, la femme s’occupe de la logistique et de la psychologie envers la population féminine que l’administration française voulait séduire en la dotant d’un statut « émancipateur », jouissant des mêmes droits et devoirs que leurs concitoyennes avec pour la première fois, en 1958, le droit de vote. Belgaïd Ghania se souvient bien de cet épisode qui a marqué sa jeunesse, affirmant que « c’est grâce aux énormes sacrifices consentis que l’objectif a été atteint. » Ne dit-on pas que les grandes révolutions naissent des petites misères comme les grands fleuves des petits ruisseaux ? Le 16 août 1957, à 19 ans, Ghania cette « Française musulmane » comme mentionné sur l’acte d’accusation est condamnée aux travaux forcés à perpétuité pour « association de malfaiteurs et tentative d’assassinat », selon le verdict de la première chambre du tribunal permanent des forces armées d’Alger.

Une famille modeste

Ghania est née le 9 juin 1937 au 23 rue des Mameluks à Alger. Issue d’une famille nombreuse et modeste de onze enfants, elle a fait sa scolarité jusqu’au certificat d’études à la rue Marengo. Son père, Ali, était journalier. Elle habitait un immeuble où elle avait pour voisine la famille de Sid Ali Abdelhamid, dont on ne manquera pas de souligner l’engagement politique. « La politique est venue sans frapper chez nous. On en était imprégnés très jeunes. Pour cela, je rends hommage à lla Keltoum, mère de Sid Ali, et sa fille Saléha qui nous ont aidées à prendre conscience de notre condition d’opprimés.

Il y avait des réunions de femmes venues de tout le voisinage pour écouter, que dis-je, boire les paroles des Mamia Chentouf, Zhor Cherchalli, N’fissa, Fatima Zekkal, Malika Mefti, pionnières en matière de conscientisation et qui venaient régulièrement expliquer le pourquoi de l’engagement de la femme algérienne. Cela se passait déjà à la fin des années 1940. Les réunions étaient ponctuées du nachid Min djibalina. Sid Ali, qui était cadre du parti, complétait cette formation politique. Il était dans la ligne de mire de l’administration en raison de ses activités. Et notre immeuble était souvent envahi par les inspecteurs de la DST qui venaient l’arrêter. Ce sont des moments qui nous avaient marquées. J’ai grandi dans cette atmosphère jusqu’au déclenchement de la révolution. J’étais en contact avec Zhor Tobiche dont le mari Abdelhakim était déjà engagé, puis avec le cousin de ma mère Aliouane Ahmed, militant depuis toujours. J’ai activé avec lui dans la clandestinité.

A sa disparition en 1957, j’ai arrêté momentanément les activités jusqu’au jour où on m’a présentée au frère Saïd Bakel, responsable politique. Avec lui, j’ai transporté des armes, des carcasses de bombe, en faisant partie du réseau de soutien. Mon engagement pour la cause était total. » Ghania travaillait sous la direction de Saïd, chef militaire de la Zone I d’Alger, tué au cours d’un accrochage avec les paras du premier REP, à proximité d’une petite ferme à Chebli. Le Journal d’Alger s’en était fait l’écho à l’époque. « Bakel était pour Alger un personnage important et l’un des dirigeants de ces groupes de choc qui semèrent tant de deuils dans les rues d’Alger. L’homme allait d’ailleurs donner toute la mesure de ses capacités. Le 10 septembre (1957), il réussissait à s’évader d’un cantonnement du premier REP. On le chercha immédiatement à Alger, mais en vain. Le chef politique de la Région I, qui était aussi et surtout le chef du réseau spécial ‘’bombes’’, avait gagné le maquis. »

Poseuse de bombes

Lors de son arrestation à ses côtés, Louisette Ighilahriz, une jeune Elbiaroise, blessée et capturée. Eloigné de la ville, le chef militaire de la Zone I n’avait pas voulu commettre l’imprudence de se rendre à Alger. Il n’avait aucun moyen de communication à sa disposition et les agents de liaison qu’il eut pu trouver, encore à Alger, faisaient défaut à Chebli. Il mourut les armes à la main. « Un jour, nous étions à Soustara. Il y a eu une descente et Bakel m’a demandé s’il m’était possible de trouver un refuge. J’ai pensé à une amie, perdue de vue et retrouvée chez ma sœur à Clairval : Malika Ighilahriz, dont les parents possédaient une boulangerie. Elle était avec moi en classe à Bencheneb. Ils avaient une villa inoccupée. J’en ai fait part à Bakel qui l’a réquisitionnée : ‘’La petite mascotte’’ qu’elle s’appelait. Malika a adhéré à la cause.

Comme elle était véhiculée, cela a arrangé davantage les choses. Le refuge à Bouzaréah était bien protégé, juste en face d’une caserne et n’éveillait donc pas les soupçons. Bakel m’a demandé de déposer avec Rachid Ferrahi une bombe au centre-ville, c’est ce qu’on a fait, sans trop de dégâts. On a repris le chemin de Bouzaréah. Je ne suis plus retournée à la maison. On est resté au refuge jusqu’à l’arrivée de Guendriche. L’avant-veille, on m’a envoyée avec Malika pour récupérer Zahia Taghlit à Belcourt et sept revolvers à La Casbah.

Ce qu’on ignorait, c’est que Guendriche était ‘’retourné’’. A 3 h du matin, on nous arrête à la villa. Les paras étaient partout, la torture a commencé et une humiliation, dont je garde un souvenir infect. Bakel a été torturé comme très peu l’ont été. » Rachid Ferrahi se souvient de toutes ces péripéties, dont il parle avec émotion. « C’est par l’intermédiaire de Ghania, car elle connaissait Malika Ighilahriz, qu’on a pu nous débrouiller un refuge dans une villa inhabitée, appartenant à la famille de Malika. Ghania est une militante discrète, mais décidée qui n’a pas peur du risque, qui s’occupait aussi bien du secrétariat que du transport des bombes. Elle a un caractère bien trempé. Lorsque nous étions dans la clandestinité dans un refuge, elle était avec nous, de même que Zahia Taghlit et Guendriche. Lorsque j’ai été chargé de déposer une bombe au centre-ville, c’est elle qui m’avait accompagné.

Vous devez imaginer la dose de courage qu’il faut avoir dans pareilles circonstances. Et le courage, ce n’est pas ce qui lui manquait. C’est une militante convaincue qui a souffert, traînée de prison en prison. Elle n’en parle pas ou peu, de même qu’elle s’est pratiquement ‘’effacée’’ comme nous tous après l’indépendance. Pour illustrer cela, un jour une journaliste du Monde, Mme Beaugé est venue chez moi dans le but de recueillir des témoignages sur la guerre. Ghania devait être de la partie, mais elle n’est pas venue pour des raisons personnelles. C’est vous dire, que c’est une femme qui préfère ne pas s’afficher. » Ghania a fait les prisons de Barberousse, Maison Carrée, Toulon, Toulouse, Rennes et Pau. Dans une lettre pathétique adressée à son avocat, Fatima Zohra Achour, l’une de ses co-détenues à Pau en 1959, décrit l’univers carcéral et la résistance de ses sœurs. « Pour ce qui est de notre situation pendant la grève de la faim, je puis te dire que chez nous la grève continue, seulement la plus grande majorité a été hospitalisée à l’hôpital de Pau.

Je suis parmi celles qui ont été hospitalisées les premières au bout de dix jours de grève de la faim. Je te joins les noms des sœurs qui sont ici à l’hôpital : Slimani Fatima, Danielle Minne, Zehor Zerari, Fatima Kiouane, Djamila Bouazza, Fella Hadj Mahfoud ont été hospitalisées au bout du treizième jour. Quant à moi et Slimani Fatima, Danielle Minne, Zerari Zehor nous avons été hospitalisées le dixième jour de la grève. Toutes les sœurs étaient dans un état vraiment alarmant. Actuellement, nous sommes au nombre de dix filles à l’hôpital. En prison, se trouvent toujours quatre sœurs qui continuent encore la grève, le médecin leur rend visite quotidiennement, elles ne tarderont certainement pas à nous rejoindre. Les dernières arrivées les ont laissées très affaiblies, je vous donne les noms des sœurs qui continuent en prison la grève : Djouher Akrour, Malika Korichi, Belgaïd Ghania ainsi que Jacqueline Guerroudj. » « Je pense cher ami que je t’ai éclairé sur l’évolution de notre situation pendant la grève de la faim. Nous vous sommes toutes infiniment reconnaissantes pour les démarches que vous entreprenez pour que nous obtenions satisfaction. »

Avoir 20 ans en prison

Plongeant dans ses souvenirs, Ghania en extrait des moments inoubliables. « J’ai côtoyé des femmes de conviction, désintéressées, exceptionnelles, des modèles. Aujourd’hui, il y a une nouvelle race d’Algériennes. Evoquer la pertinence de la révolution pour elle c’est un devoir, c’est la libération du joug colonial, c’est retrouver notre identité et notre indépendance. Le droit pour chacun de vivre décemment. J’ai fêté mes 20 ans en prison. On parlait d’avenir, du véritable combat qui allait commencer après l’indépendance. Hélas, beaucoup de nos espoirs ont été déçus, malgré des efforts. Je pensais à beaucoup plus d’équité, de justice entre toutes les composantes de la société. Ce n’est pas toujours évident et ce n’est guère facile.

Ce que je regrette, c’est cette jeunesse livrée à elle-même. On a combattu pour que nos enfants vivent mieux et non pas pour qu’une partie de notre jeunesse se fasse hara-kiri en empruntant des planches pour traverser la mer et quitter ce pays. Cela me bouleverse. On peut peut-être s’accommoder de tout le reste, mais cela est un drame, parce qu’on n’a pas écouté cette jeunesse. On ne l’a pas préparée. C’est une jeunesse intelligente qui veut arriver, qui veut sa part, sa place dans cette Algérie. C’est une fuite en avant dramatique. A mon époque, il y avait des modèles auxquels on s’identifiait. Actuellement, c’est le règne de la débrouille et du trabendo, faute de mieux, érigés en modèles de conduite. » Ghania ne veut pas parler de liberté, ce beau mot qui ne veut rien dire, si les esprits et les hommes sont enchaînés par les vicissitudes de la vie.

« Lorsqu’il y aura la justice pour tout le monde, et lorsqu’on pourra s’exprimer sans danger et sans risque, là on pourra longuement disserter sur ce vocable. » Quant à la démocratie, elle estime que c’est une culture à laquelle il faut se préparer de longue date. « Ce n’est pas du jour au lendemain qu’on devient démocrate. C’est toute une formation de l’esprit. Basée sur le respect mutuel, sur la tolérance et sur l’acceptation de l’autre. » Depuis l’indépendance, Ghania s’est rarement livrée, préférant ne pas s’exposer aux médias. Elle s’est occupée de sa famille, de ses enfants et de son époux, Abdelkader. « J’ai la chance d’avoir un mari pareil. Nous partageons les mêmes convictions. Lui aussi a commencé très jeune la lutte pour ensuite activer avec le regretté Amara Rachid. Après l’indépendance et jusqu’à maintenant il s’occupe à fond pour aider la jeunesse…

Parcours

Issue d’une famille nombreuse et modeste, Ghania Belgaïd-Drif est née en 1937 à La Casbah d’Alger. Comme toutes les filles de son âge, elle a fréquenté l’école de son quartier à la rue Bencheneb. Son éveil à la conscience nationale s’est fait très tôt, puisqu’elle a côtoyé la politique chez les Abdelhamid, ses voisins et auprès de sa famille. Elle s’engage résolument dans la révolution et est arrêtée, torturée et incarcérée dans plusieurs prisons d’Algérie et de France, au même titre que ses « sœurs » combattantes. Elle sera condamnée aux travaux forcés à perpétuité. A l’indépendance, elle se retire chez elle et se consacre à sa petite famille. Elle se dit peinée par la situation vécue par la jeunesse algérienne, délaissée et qui se fait hara-kiri en fuyant le pays dans des embarcations sommaires.


Par Hamid Tahri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Algérie Arabe et Musulmane vs Algérie Algérienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bonne année musulmane
» Conquête arabe ?
» L'Arabe selon Mélody
» IMANA yaba Arabe ewuti ko gagné Vita yaba Arabe... kie kiekie
» Al-Quds(Jerusalem), capitale de La Culture Arabe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: