AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Madagascar :Ile meurtrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Madagascar :Ile meurtrie   Lun Fév 02, 2009 12:14 am

Au moins 100 morts à Madagascar selon l'ambassadeur américain
Vendredi 30 janvier, 14h46
Reuters



Les émeutes qui ont ensanglanté Madagascar cette semaine ont fait une centaine de morts, selon l'ambassadeur des Etats-Unis dans l'île de l'océan Indien. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées
ÉMEUTES MEURTRIÈRES À MADAGASCAR Agrandir la photo

"Plus de 100 personnes sont mortes. Je n'ai pas de chiffres précis", a déclaré Niels Marquardt vendredi à Reuters TV.

La police malgache a fait état jeudi de 44 décès, pour la plupart dans l'incendie d'un grand magasin de vêtements qui a été pris d'assaut par des pillards, lors d'une manifestation antigouvernementale.

Une nouvelle manifestation est prévue samedi dans le centre de la capitale.

Le jeune maire d'Antananarivo, Andry Rajoelina, 34 ans, a lancé ce mouvement de protestation après la fermeture de sa station de radio privée par le président Marc Ravalomanana en décembre. Rajoelina parle d'une dérive autoritaire du régime, le chef de l'Etat l'accuse en retour de vouloir renverser l'exécutif par la force.

La crise politique s'est précisée lorsque l'adjoint au maire d'Antananarivo a réclamé la formation d'un gouvernement de transition. Andry Rajoelina s'est par la suite dit prêt à prendre la tête du pays et plusieurs partis d'opposition se sont rangés à ses côtés vendredi.

"Nous mandatons Andry Rajoelina pour mener toutes les négociations utiles en vue de la mise sur pied d'un régime de transition", disent-ils dans un communiqué commun.

L'intéressé s'est dit prêt à négocier avec le chef de l'Etat à condition que la formation d'un nouveau gouvernement soit à l'ordre du jour de ces discussions.

"On m'a demandé qu'elles se déroulent demain (samedi) et j'ai accepté", a dit Andry Rajoelina à l'issue d'une entrevue avec des dignitaires religieux et des diplomates étrangers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Madagascar :Ile meurtrie   Dim Fév 08, 2009 11:14 am

07/02/2009 23:10:02 - XINHUA -
Poursuite d'émeutes à Madagascar, 30 morts

Au moins 30 personnes ont été abattues par des mercenaires étrangers dans la garde du bureau présidentiel de Madagascar alors que des émeutes continuent devant la présidence.

Au moins 30 personnes, dont un journaliste malgache de la station privée Radio Télévision Analamanga (RTA) et un journaliste de la Radio France Internationale (RFI), sont abattues à Madagascar dans des émeutes, selon une source bien informée.

Selon cette source, les forces anti-émeute, à l'encontre des manifestants à l'extérieure du bureau présidentiel ont reculé face à l'avance des partisans du maire déchu d'Antananarivo, alors que les leaders d'opposition ont négocié avec les officiers de la présidence.

http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPXXIJ20090207T213000/-emeutes-Andry-Rajoelina-Poursuite-d-emeutes-a-Madagascar-30-morts.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Madagascar :Ile meurtrie   Dim Fév 08, 2009 8:59 pm

koulouna madagascar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Madagascar :Ile meurtrie   Lun Fév 09, 2009 10:41 am

Le pays s’installe chaque jour un peu plus dans la violence
Madagascar, Une terrible facture




« Les militaires de la garde présidentielle ont tiré de sang-froid sur la foule désarmée de manifestants », évoquant « un bain de sang comme on en a rarement vu » dans ce pays.


Une barrière de sang sépare désormais, depuis samedi, les protagonistes de la crise à Madagascar, et l’appel du Premier ministre pour « se parler et s’écouter » paraît bien dérisoire, s’il n’est déjà dépassé par ce tournant sanglant. Il devenait sans cesse évident que la crise allait prendre des contours nouveaux et dangereux dans le même temps, puisque aucune partie ne semblait vouloir céder, l’un le maire de la capitale, renoncer à son ambition, celle de prendre la place du chef de l’Etat, et ce dernier, quitter son poste comme le lui ordonne son rival.

Le premier a utilisé une stratégie faite de montée en cadence, dont le point d’orgue était la marche de milliers de ses partisans sur la présidence de la République. Peut-être que ces derniers étaient convaincus que la partie était réellement facile, en se lançant dans cette aventure. Leur route était barrée par la police demeurée au service des institutions et elle a usé, voire même abusé selon des témoignages, de ses moyens répressifs. Hier, le bilan s’élevait à au moins 28 personnes tuées par des tirs de la garde présidentielle, un « bain de sang » qui devrait entraver les tentatives de conciliation. La journée de samedi aura ainsi marqué un tournant dans la crise ouverte depuis mi-décembre entre le maire élu de la capitale malgache, Andry Rajoelina, récemment destitué par les autorités, et le président de la République Marc Ravalomanana. La garde présidentielle a tiré samedi après-midi sur des partisans d’Andry Rajoelina qui les avait appelés à marcher sur le palais abritant le bureau du Président dans le centre-ville d’Antananarivo. La présidence elle-même se trouve à environ 12 km à l’extérieur de la ville. « Dans les trois principaux hôpitaux de la ville, on a recensé 28 morts et 212 blessés », a déclaré le capitaine Lala Rakotonirina, chef du service des relations publiques du commandement de la Gendarmerie nationale. La majeure partie des blessés et victimes ont été transportées vers l’hôpital universitaire de la ville où 25 morts et 173 blessés ont été comptabilisés. « 90% des blessés souffrent d’impacts de projectiles métalliques », selon un responsable de l’hôpital, Eric Rambinison. Ces victimes portent à une centaine le nombre de personnes tuées dans les violences qui ont émaillé depuis le 26 janvier le bras de fer entre M. Rajoelina et le président Marc Ravalomanana dans la grande île de l’océan Indien. M. Rajoelina s’est fait le porte-voix du ressentiment d’une partie de la population touchée par des difficultés économiques et farouchement attachée au respect des libertés publiques. La soirée de samedi a en outre été marquée par des tentatives de pillages dans quatre quartiers de la capitale, selon la gendarmerie. « Il y a eu des tirs de sommation jusqu’à minuit. Dans ces opérations, il n’y a pas eu de blessés ou de morts. Une trentaine de pillards ont été arrêtés », a déclaré le capitaine Rakotonirina. Hier matin, la situation était toutefois calme et l’activité quasi-normale dans la capitale malgache. A l’hôpital universitaire HJRA d’Antananarivo, plusieurs dizaines d’habitants inquiets tentaient de localiser un proche ou un ami n’ayant pas donné de nouvelles.

Seul quotidien paru hier, La Gazette, a publié une édition spéciale avec une photo montrant à la « une » une des victimes de la fusillade, un journaliste malgache ensanglanté travaillant pour la Radio télévision d’Analamanga, avec pour titre « Carnage ! ». « Les militaires de la garde présidentielle ont tiré de sang-froid sur la foule désarmée des manifestants », écrit le journal, évoquant « un bain de sang comme on en a rarement vu dans notre pays depuis l’indépendance ». La fusillade de samedi est intervenue peu après un rassemblement sur la place du 13 Mai, où M. Rajoelina a pris la tête d’une « Haute autorité de transition », censée à ses yeux remplacer le pouvoir en place. Cette annonce et la fusillade viennent compromettre un peu plus les efforts de la communauté internationale pour organiser une rencontre entre les deux hommes forts de Madagascar. Reste à savoir si le bilan très lourd de samedi, qui a choqué de nombreux Malgaches, servira de choc et poussera au dialogue ou conduira à un durcissement des positions dans chaque camp. Toute la question est là, et cela a priori, parait invraisemblable, car les ambitions des deux parties sont franchement inconciliables. C’est une bataille pour le pouvoir, un fauteuil présidentiel. A signaler que le sous-secrétaire général aux affaires politiques des Nations unies, Haile Menkerios, a entamé samedi une visite de quatre jours à Madagascar dans le but d’évaluer la situation dans ce pays en proie à une crise politique depuis fin janvier. Pendant son séjour à Antananarivo, M. Menkerios devrait rencontrer les différentes parties concernées. Dans une déclaration, l’officiel onusien a indiqué qu’il s’agit bien d’une « mission d’observation pour pouvoir évaluer la situation avec toutes les parties concernées et pour voir ensuite comment les Nations unies peuvent les aider à arriver à une solution pacifique ».


Par T. Hocine (El Watan du 9 février 2009)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madagascar :Ile meurtrie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Madagascar :Ile meurtrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DreamWorks] Madagascar 2 : La Grande Évasion (2008)
» Recommandée de DENAIN (Nord) du 2.4.1938 pour MADAGASCAR.
» Etiqette de Madagascar à Marseille...
» HIBONITE DE MADAGASCAR
» Choix appareil pour Madagascar. GH1 ou pas?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: