AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'histoire en marche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mar Jan 27, 2009 3:02 pm

Mêmes causes...mêmes effets ..mêmes methodes ....mêmes etiquettes ! mêmes clichés !mêmes discours ....
sakata el kina3ou.......3ani el kina3iiiiiii quoi que kane sakate depuis longtemps ! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mar Jan 27, 2009 4:40 pm

Abdallah a écrit:
Mais le monde est ainsi fait, il est devenu un village, un petit village. Tellement petit, tellement exigu, que Ghazza s'en trouve plus proche de nos yeux et de nos cœurs, que Sidi Moussa ou la côte de annaba.

J'ai aimé ce passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mar Jan 27, 2009 5:38 pm

Aicha a écrit:
Abdallah a écrit:
Mais le monde est ainsi fait, il est devenu un village, un petit village. Tellement petit, tellement exigu, que Ghazza s'en trouve plus proche de nos yeux et de nos cœurs, que Sidi Moussa ou la côte de annaba.

J'ai aimé ce passage.


mais l'as-tu compris?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aicha

avatar

Nombre de messages : 505
Localisation : Alger
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mar Jan 27, 2009 6:08 pm

cherie20 a écrit:
mais l'as-tu compris?

As tu trouvé la réponse, Columbo? scratch

JERUSALEM, 26 jan 2009 (AFP) - Offensive à Gaza : brochure ultra nationaliste du rabbinat militaire
Le rabbinat de l’armée israélienne a distribué aux soldats durant l’offensive "Plomb durci" une brochure appelant au nom de la Bible "à ne pas avoir pitié" des ennemis d’Israël, a révélé lundi une organisation de défense des droits de l’Homme en Israël.
"Avoir pitié envers un ennemi cruel revient à se montrer cruel envers nos justes soldats (...) Nous sommes en guerre contre des assassins. A la guerre comme à la guerre", est-il écrit dans la brochure.
Le texte cite longuement des déclarations d’une figure du nationalisme religieux et de la colonisation en Cisjordanie occupée, le rabbin Shlomo Aviner, opposé à tout compromis avec les Palestiniens.
"La Torah nous interdit de remettre un seul millimètre (de la Terre d’Israël) à des non-juifs, que ce soient par des enclaves, des zones autonomes ou d’autres concessions manifestant notre faiblesse nationale", souligne la brochure.
La brochure juge tout à fait légitime de "faire un parallèle entre les Palestiniens d’aujourd’hui et les Philistins de la Bible" contre lesquels le roi David avait combattu, affirmant dans les deux cas qu’Israël fait face à des "envahisseurs étrangers" qui n’ont aucun droit à la Terre promise.
L’association Yesh Din, "Il y a une loi" a réclamé la destitution du rabbin en chef des armées Avihaï Rontzki dans une lettre au ministre de la Défense Ehud Barak, dont l’AFP a reçu une copie.
Par ailleurs, le quotidien libéral Haaretz rapporte que des groupes d’extrême-droite ont distribué sans entrave des tracts "appelant les soldats à ne pas tenir compte de consignes (de retenue) et de d’exterminer l’ennemi".
AFP, 26 janvier 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mar Jan 27, 2009 6:39 pm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chems Eddine

avatar

Nombre de messages : 726
Age : 35
Localisation : Alger-Ouest
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Jan 28, 2009 10:20 am

Abdallah a écrit:

....
Ce forum risque d'imploser a cause de conflit israélo-palestinien.....

le forum va survivre chèr abdAllah, comme les enfants de Palestine Wink mais il risque d'imploser a cause de certains forumeurs qui ne respectent pas les croyances des autres, donc ils ne les respectent pas....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Jan 28, 2009 10:28 am

C'est toujours la faute à ....l' autre Wink Wink

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à Rousseau. »


Ps : quand on était gosse.....on disait" nel3ab ouella n'fessed!" Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Jan 28, 2009 10:37 am

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le roi en paix

avatar

Nombre de messages : 403
Localisation : au royaume des bons vivants
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Jan 28, 2009 12:20 pm

Parodie a écrit:
C'est toujours la faute à ....l' autre Wink Wink

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à Rousseau. »


Ps : quand on était gosse.....on disait" nel3ab ouella n'fessed!" Wink

méme quant il joue c du tefssed ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroienpaix.blog.fr
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Dim Fév 08, 2009 1:03 pm

ÉTUDE
AUX RACINES DU LOBBY SIONISTE…


" Vous n'avez pas arrêté les bombardements, sous le prétexte des roquettes de Hamas. Dites-nous qu'avez- vous fait pendant les 6 mois de trêve, à l'exception du blocus et des 28 palestiniens tués ? (...) Je souligne que mon soutien à la population de Ghaza n'a rien d'inhumain, et je ne suis pas contre le sémitisme ou toute autre religion. Je vous rappelle aussi que vous retardez l'acheminement de l'aide médicale du Croissant-Rouge turc aux passages frontaliers (…), qu'il faut respecter le choix du peuple palestinien, ce qui fait partie de la démocratie,(…) Est-ce que les palestiniens possèdent les mêmes armes qu'Israël, dont celles de destruction massive (…)? Comment pouvez-vous approuver l'injustice? Moi, je suis contre ceux qui approuvent cette injustice car c'est un crime contre l'humanité. Rappelez-vous aussi que la Torah interdit le génocide et que beaucoup de Juifs dans les quatre coins du monde ont désapprouvé l'offensive et la violence excessive".
Ce coup de sang du Premier ministre turc au sommet de Davos a brutalement été interrompu par le modérateur, Iganatus David, qui est intervenu pour empêcher Erdogan d'achever son discours, face à ce comportement Erdogan répliqua : "Puisque vous m'interdisez de parler, je ne participerai jamais au forum économique à Davos " puis il quitta la session. Une «claque à la turque » qui ne cessera de faire parler de son auteur Recep Tayyep Erdogan, l'on aurait effet souhaité que le pas soit emboîté par Amr Moussa lequel secrétaire général de la Ligue arabe tantôt hésitant tantôt mal à l'aise a manu militari obtempéré au geste de son homologue onusien qui lui a indiqué par un simple signe de la main de se rasseoir. Cependant la question qui sans cesse me taraude est la suivante : que faisait cette noble assistance au forum de Davos, aux côtés de Shimon pères président d'Israël et chef de ses forces armées ? Cette rencontre économique annuelle est organisée par un certain Maurice Lévy, PDG du groupe Publicis, second groupe de médias au monde, un organisme publicitaire qui était chargé par le gouvernement Sharon d'organiser les campagnes de communication en faveur du mur de séparation en Cisjordanie et par l'administration Bush de gérer l'image de l'U.S. Army.
DAVOS, L'EMPREINTE DE MAURICE LEVY
Né le 18 février 1942 à Oujda au Maroc, cet homme d'affaires français n'est pas seulement président du directoire de Publicis, il codirige aussi le French American Business Council, qui rassemble des grands patrons de part et d'autre de l'Atlantique. Maurice Lévy affiche un soutien militant à Israël. Les services secrets israéliens lui doivent d'ailleurs l'une de leurs campagnes de recrutement .À propos de « la célébration des soixante ans de l'état hébreux» Lévy écrira : « Israël est un pays ami, né dans la souffrance, la douleur et les drames, sur sa terre d'origine et il est somme toute assez normal de manifester son amitié, comme on le fait pour un proche qui fête un événement heureux (...) Le vote de l'ONU puis les reconnaissances successives ont donné à Israël toute sa légitimité. Celle-ci fut contestée par ses voisins et de trop nombreuses guerres ont été nécessaires pour maintenir cet État en vie. Mais encore aujourd'hui certains chefs d'État osent parler de la destruction de l'État d'Israël. Soutenir Israël face à de telles menaces me paraît être une bonne raison de célébrer ce 60e anniversaire pour qu'il y en ait beaucoup d'autres, à l'infini ». Le fonctionnement du LOBBY et de toutes ses composantes est favorisé par un système de financement très puissant qui est partie intégrante de la législation fiscale, et qui s'explique aussi par la position sociale élevée de ses 2 millions de membres actifs et par leur concentration dans les milieux financiers et médiatiques. Une enquête réalisée en 2000 par le magazine MOTHER JONES sur les principaux donateurs individuels pour la campagne électorale (présidentielle et législatives) fait apparaître que sur les 10 plus gros donateurs, 7 sont juifs, sur les 20 plus gros 12 le sont et sur les 250 plus gros, 125 le sont. Mais l'argent ne vient pas que des citoyens riches ou très riches. Les syndicats US par exemple ont des économies et ont investi 5 milliards de dollars dans les bons du trésor israélien. Le fonctionnement du LOBBY est connu des militants mais il a fallu attendre l'année 2005 pour que deux universitaires américains publient un rapport dans lequel ils soulignent sa puissance et qu'ils concluent par un appel à ne pas définir la politique des Etats-Unis en fonction des seuls intérêts d'Israël. Les Etats- Unis devraient selon eux défendre d'abord leurs propres intérêts et pas ceux d'un autre Etat et ils estiment que le soutien permanent et total à Israël commence à avoir des conséquences négatives pour les Etats-Unis euxmêmes qui, pour cette raison, sont de plus en plus haïs dans le monde. Rien donc de révolutionnaire donc mais un appel aux dirigeants des États-Unis pour qu'ils ne soient plus à la remorque de la politique d'un autre État. Et c'est dans cet ordre d'idées que ROGER HILSMAN, chargé du renseignement dans l'administration KENNEDY a pu écrire : « Il est évident, même pour l'observateur le moins attentif, que la politique étrangère des États-Unis au Moyen Orient a été plus la réponse aux pressions de la communauté juive US et à son désir naturel de soutien à ISRAEL qu'aux intérêts pétroliers US ».
USA : LES INTÉRÊTS ISRAÉLIENS AVANT TOUT.
Lorsqu'il s'est agi en revanche de financer sur fonds publics américains la construction en Israël d'un avion de combat, le Lavi, qui ferait concurrence au F-16 de Général Dynamic et au F20 de Northtrop, ce fut une bousculade pour savoir qui serait au Congrès le parrain de la mesure. En dépit de l'opposition de l'AFL-CIO, du Pentagone et des sociétés aéronautiques américaines, trois cent soixante-dix-neuf membres de la Chambre des représentants (près de 90 % du total) votèrent les 550 millions de dollars de crédit pour le Lavi. Et pourtant, le projet n'était pas viable : Itzhak Rabin lui-même s'y était opposé jusqu'au jour où on lui fit valoir que les États-Unis financeraient 99 % des coûts de production et de développement (…) plus de 3 milliards de dollars par an sont alloués à Israël, sous forme de dons, à titre d'aide économique et militaire. Ce qui représente près du quart de l'aide américaine à l'étranger et correspond à 700 dollars par Israélien et par an (l'Afrique, à l'exception de l'Egypte, reçoit 2 dollars par personne et par an). Juste après avoir été élu président des Etats-Unis avec le soutien de 68 % des voix juives, James Carter annonça : « Je préférerais commettre un suicide politique plutôt que de faire du tort à Israël. » (2) Depuis sa création, l'Etat d'Israël a compté sur le soutien inconditionnel de la communauté juive américaine, à la mi-avril 2008, un nouveau lobby a vu le jour à Washington. Sous le nom de "Jstreet", ce groupe entend "changer la politique américaine au Proche-Orient" et organiser "un vaste débat sur le rôle des États-Unis dans la région". "J-street représente des Américains, essentiellement mais pas exclusivement juifs, qui soutiennent Israël et son désir de sécurité en tant que patrie des Juifs, autant que le droit des Palestiniens à un État souverain, et veulent deux États vivant côte à côte en paix et en sécurité", a déclaré au quotidien Jérusalem Post son directeur exécutif, Jeremy Ben-Ami, un ancien collaborateur de Bill Clinton. Israël est le second pays en nombre de sociétés cotées au NASDAQ , En 2006, des milliardaires et des magnats américains dont Bill Gates ,Warren Buffet , et Donald Trump ont chacun loué l'environnement économique israélien. L'Europe n'est pas en marge de toute ses influences, en France, pour ne citer que ce pays, certains politiques aujourd'hui controversés l'attestent, Julien Dray, porte-parole de Ségolène Royal a, dans une interview au très droitier « Israël magazine », confirmé les déclarations de Raymond Barre sur le « lobby juif »(*). Julien Dray déclare ainsi « qu'il y a une tentation de la communauté, ces dernières années, de se transposer sur le modèle américain » et qu'il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra » des déclarations qui semblent ne pas avoir été au goût de la communauté juive française, D'après l'institut de sondage IFOP (cité par Marianne), et sur la base de deux premières vagues d'enquêtes réalisées pour le Cevipog au cours de l'année 2006, le potentiel électoral de Sarkozy, qui mesurait la probabilité de vote en sa faveur, s'élevait à 65 % parmi les personnes interrogées qui se déclarent comme juives contre 47 % dans la totalité de l'échantillon. Ce qui plaît à la communauté juive, c'est d'abord le style Sarkozy, selon un dirigeant communautaire «ce n'est pas seulement un homme politique » rajoutant « c'est quelqu'un qui ressent les choses comme nous »
FRANCE :LE LOBBY JUIF OBTIENT CE QU'IL VEUT
Dans les années soixante-dix, des débats contradictoires ont agité le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), où certains dirigeants d'associations défendirent ouvertement l'hypothèse d'un «lobby juif » en France, susceptible de donner des consignes de vote et d'imposer les fêtes religieuses communautaires (Youm Kippour, Pessah...) comme jours fériés reconnus officiellement par la République française. La thèse de l'existence d'un « vote juif » en France, a mis en lumière le fait que celui-ci pouvait donner lieu, ici et là, à des stratégies particularistes de la part d'associations et d'acteurs politiques. Outre l'existence d'organisations comme l'Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF), mais aussi l'association France-Israël la politique israélienne est soutenue en France par des militants juifs actifs et très bien organisés. Ce qu'Israël dicte, le Lobby le poursuit et l'obtient grâce à son réseau de plusieurs centaines de milliers d'activistes et à ses centaines de millions de liquidités.
RÉFÉRENCE :
1- http://www.monde-diplomatique Le poids du lobby pro-israélien aux Etats Unis Serge Halimi
(*)Raymond Barre. Dans un entretien à France Culture diffusé avait indiqué que "le lobby juif est capable de monter des opérations indignes"
PAR MERIEM ABDOU

Source:
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/lacapitale.html#1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Dim Fév 08, 2009 1:05 pm

NICOLAS SHASHANI, VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EURO-PALESTINE
«Les égyptiens ont abandonné «Le bâteau de l'amitié»
Après une nuit de harcèlement, le bateau libanais, qui transportait une douzaine de personnes et des dizaines de tonnes de ravitaillement et se dirigeant vers les Eaux territoriales égyptiennes pour ensuite entrer dans les eaux de Gaza, s'est vu arraisonner par des navires de guerres israéliens.
Les soldats de l'armée sioniste sont alors montés à bord et ont commencé à frapper les passagers.
La marine française stationnée dans les Eaux de Ghaza n'a pas pointé son nez, pas plus que les autorités égyptiennes, lesquelles n'ont même pas communiqué avec les passagers du bateau humanitaire lorsqu'il est passé au large d'El Ariche.
Nicolas Shashani, vice-président du comité EURO-PALESTINE, était témoin de cette opération de piraterie menée par Israël ; il en livre les détails au Courrier d' Algérie.
Le Courrier d'Algérie :
Vous étiez témoin du détournement du « Bateau de la fraternité » par l'armée israélienne.
Racontez-nous ce que vous avez vécu ?
Nicolas Shashani :
Je peux vous dire qu'on a été témoin d'un énième acte de non-droit : c'était de la piraterie caractérisée menée par l'armée de guerre israélienne puisque celle-ci a intercepté et a commencé par agresser un bateau de secours monté par le Comité d'assistance à Ghaza, lequel s'est créé pour la circonstance au Liban.
L'agression menée par quatre navires de guerre a été physique et matérielle.
Dans la nuit de mercredi à jeudi le TALI a été encerclé au moment où il quittait les Eaux territoriales chypriotes et s' apprêtait à rejoindre les Eaux internationales.
Dès ce moment-là le bateau à été encerclé et menacé, essuyant des tirs et survols d'hélicoptères de l'armée israélienne , se voyant intimer l' ordre de ne pas poursuivre sa route vers le littoral de Ghaza .
Au cours de cette même nuit l'équipage a répondu aux menaces israéliennes en indiquant que c' était l' armée israélienne qui a violé le droit international, et particulièrement le droit à la navigation en cherchant à s' opposer à cette mission maritime .
Le bateau a cherché a échapper à l'étreinte des quatre navires de guerre en se rendant dans un premier temps dans les Eaux territoriales égyptiennes.
Cependant, aucun signal-radio n' a été émis depuis le sol égyptien.
En fait, les autorités du pays ont fait « le mort » : Elles n' ont pas empêché le bateau d'entrer dans leurs Eaux territoriales mais lorsque les signaux et les tentatives de communications radio ont été émis vers le port d' El Ariche leur silence était accablant : ils n' ont pas répondu.
C'était des signaux de détresses que le bateau émettait ?
C'était des signaux de détresses et de signalement de sa présence.
Le jeudi matin, alors que le bateau était encore dans les Eaux égyptiennes, les navires israéliens l' ont attaqué et arraisonné physiquement.
Plus de 20 soldats environ sont montés à bord , ont mis l'équipage et les passagers en joue et ont détruit tous les moyens de communication , essentiellement ceux des journalistes.
Après cet acte de piraterie le bateau a été arraisonné et a ensuite été conduit au port israélien d'Ashdod.
Les passagers ont été arrêtés pour présence irrégulière en Israël .
Et pourtant ils étaient en Eaux territoriales Égyptiennes ?
Oui, et puis s'ils se trouvaient à Ashdod c'est bien évidemment parce qu'ils y ont été emmenés par les militaires israéliens de force.
Mais ce qui semble malheureusement tout à fait stérile c'est au niveau des gouvernements et des supra gouvernement puisque l'impunité d'Israël se pérennise et se perpétue et de la façon la plus éhontée qui soit ; en conséquence, il nous semble que le sort des Palestiniens dépend de la solidarité active des autres peuples.
L' entreprise de ce « Bateau de la liberté » est tout à fait positive, les Palestiniens ont besoin de tout, y compris de gestes montrant qu' ils ne sont pas seuls au monde.
J'aimerai à ce propos rendre hommage aux journalistes qui étaient à bord du Tali et qui ont fait honneur au métier, ce qui n'est pas le cas d' un certain nombre de grand médias occidentaux, à commencer par l'Agence France Presse qui est pourtant la plus présente des agences occidentales dans le monde méditerranéen et proche-oriental et qui a royalement snobé cette information d'importance internationale pendant des heures et des heures .
Propos recueillis par M.A.
Source :
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/lacapitale.html#1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Dim Fév 08, 2009 4:11 pm

J'ai trouvé cette vidéo qui va très bien avec cet entretien de Meriem Abdou

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Fév 11, 2009 6:39 pm

Aujourd'hui pas d'Histoire en marche pour cause de foot bien sur... mais, il y a le net bien heureusement... Décidément que ce soit à la radio ou sur les journaux, Meriem Abdou sort des sentiers battus et nous fait découvrir d'autres voix, ou voies...
Robert Gate est le fondateur d'El Qaïda

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, les Etats- Unis ont lancé leur guerre contre le terrorisme. L’objectif étant de démanteler Al Qaïda et d’arrêter son leader Oussama Ben Laden. Cette guerre n’a, à ce jour, pas encore obtenu les résultats annoncés au départ. Ben Laden court toujours et Al Qaïda sévit sans discontinuer. Webster Tarpley, historien, journaliste d’investigation sur les réseaux terroristes, a eu à mener par le passé l’enquête sur l’assassinat d’Aldo Moro, à la demande de parlementaires italiens. L’auteur écrit dans son livre « La terreur fabriquée made in USA » qu’Al Qaïda est un outil de déstabilisation.

Le Courrier d Algérie : Vous dites qu’El Qaïda et son chef Ben Laden n’auraient pas existé si les Etats-Unis ne les avaient pas créés pour les utiliser contre la Russie en Afghanistan et continuent de les soutenir à ce jour ?

Webster Tarpley : Oui, c’est cela. Al Qaïda a été créée pendant la guerre d’Afghanistan pour monter une guerre armée contre les Soviétiques. Le fondateur d’Al Qaïda n’est autre que ce «petit bonhomme» qui est aujourd’hui ministre de la Défense, Robert Gate. Il était, à cette époque, le numéro deux ou trois de la CIA, il a écrit dans ses mémoires que je cite dans mon livre : «Nous avons pensé à créer une légion arabe contre les Soviétiques.» Si on suit l’histoire d’Al Qaïda, on trouve que cette organisation attaque toujours par principe les ennemis des Etats-Unis. Si une nation est visée par Washington, elle va aussi subir les attaques d’El Qaïda. Par exemple : aujourd’hui, les Etats-Unis sont en train de déstabiliser le Pakistan. Dick Cheney s’est rendu à Islamabad et a demandé à Musharaf de s’associer à la nouvelle guerre que les Etats-Unis planifient contre l’Iran. Musharaf a dit non. Actuellement, la déstabilisation est en plein processus ; le relais est pris par Ben Laden qui déclare la guerre au Pakistan. Les Etats-Unis veulent à tout prix déclencher une guerre contre l’Iran ; Musharaf a eu le mérite de dire non à Cheney !! Après cela, le New York Times a commencé à publier tout de suite après les noms des généraux parmi lesquels il serait susceptible de choisir un nouveau président pour le Pakistan.

Dans votre livre «La terreur fabriquée made in USA», vous citez un ancien officier du MI5 ? Vous dites que Sheller a déclaré à des journalistes que les services secrets britanniques avaient financé la tentative d’assassinat contre El Kadhafi ?

David Sheller qui était un officier du contre -espionnage britannique du MI5 a observé que les services secrets britanniques étaient en train de donner 100 000 livres sterling à Al Qaïda pour assassiner le président Al Kadhafi, et offrir ainsi le prétexte à l’invasion anglo-américaine de ce pays afin de s’emparer de son pétrole. C’est toujours la même chose qui se passe, le même scénario. Si vous trouvez maintenant en Algérie Al Qaïda, cela indique une volonté de déstabilisation contre votre pays. Il y a aussi le fait qu’au moment où un chef de gouvernement dit : «Je veux me libérer de l’hégémonie du dollar, je ne veux pas de dollars, je veux me faire payer en euro, en yen etc.. Il va être défini comme terroriste, cela s’est déjà passé : vous avez l’exemple de Poutine qui était le pôle de résistance contre les Etats-Unis. Poutine voulait vendre son blé et son pétrole en rouble, résultat : il a été l’objet d’une violente campagne de propagande, même chose avec le président Chavez au Venezuela, ce dernier a cherché à remplacer le dollar dans son pays et à avoir des accords avec Cuba. Il a été catalogué comme terroriste. Il est même défini, lui le catholique de l’Amérique du Sud, comme étant un suppôt d’Al Qaïda.

Vous dites également que Ben Laden n’aurait pas survécu bien longtemps sans ses protecteurs et un vaste réseau de soutien. Qui sont ses protecteurs ?

L’avocat légal de Ben Laden c’était Madeleine Allbright, qui était alors la secrétaire d’Etat US. Les Soudanais voulaient, à cette époque, livrer Ben Laden à l’Administration américaine directement, et madame Albright a refusé cette opération, disant que c’était impossible, car il n’y a pas d’accusation contre lui. De plus, le président de l’association des amis de Ben Laden, c’est Michael Shayer de la CIA et le valet personnel de Ben Laden, c’est le sergent Ali Mohamed qui était dans l’armée égyptienne, devenu ensuite membre des forces spéciales des Etats-Unis en Caroline du Nord. En tout cas, pour moi Al Qaïda est une véritable machination destinée à déstabiliser les régimes récalcitrants. Vous trouverez des détails appuyés de noms et de lieux dans mon livre «La terreur fabriquée made in USA».
Propos recueillis par Meriem Abdou pour le Courrier d’Algérie
(du 22 juin 2008, l'image est trop grande c'est pour ça que je n'ai pas voulu l'afficher en taille réelle)



Webster Griffin Tarpley est historien et un journaliste américain. Il s'est spécialisé dans l'étude des false flag operations , c'est-à-dire des opérations commandos ou terroristes utilisant de fausses revendications pour provoquer un engrenage conflictuel. (Wikipedia)
Il a un site Web http://www.tarpley.net où on trouve une biographie non-autorisée de Barak Obama qui vient de sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Fév 11, 2009 7:06 pm

tu est vraiment rigolotte madame oum el khir, tu devrais t'inscrire aux graines des supers comiques Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
medagan



Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Mer Fév 11, 2009 10:11 pm

C'est incroyable ! ma "tehchemch" ? tu te la joues "gaouri" ? c'est pas joli joli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Jeu Fév 12, 2009 10:36 am

medagan a écrit:
C'est incroyable ! ma "tehchemch" ? tu te la joues "gaouri" ? c'est pas joli joli...

J'ai pas compris là!! quand quelqu'un est "gaouri" lazem mayahchemch? Donc selon toi "être gaouri serait une honte? sinon "gaouri" est synonyme de roumi? français ? joli syllogisme !!! Wink Wink si je me trompe éclaire ma lanterne stp!!!

ps: si si! les gaouris sont joliiiiiiis joliiiiis!!!! Comme une salade de fruit Wink Wink Wink quoi!tiens georges clooney par exemple ...il est bogosse non ? geek geek geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Jeu Fév 12, 2009 12:07 pm

Comme ça en passant je rappel que "gaouri" vient du turc "gavur" qui signifie cochon et par extension l'infidèle, le mécréant... C'est du même niveau que negro ou bougnoule, donc ce serait bien de réfléchir aux termes qu'on utilise Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sangi

avatar

Nombre de messages : 1019
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Jeu Fév 12, 2009 1:04 pm

Kwitzach a écrit:
Comme ça en passant je rappel que "gaouri" vient du turc "gavur" qui signifie cochon et par extension l'infidèle, le mécréant... C'est du même niveau que negro ou bougnoule, donc ce serait bien de réfléchir aux termes qu'on utilise Wink
exactement!!!! c'est pour caricaturer le mangeur de cochon.
kwitzach a été plus rapide a la détente, mazal chwya entrainement Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Jeu Fév 12, 2009 2:16 pm

medagan a écrit:
C'est incroyable ! ma "tehchemch" ? tu te la joues "gaouri" ? c'est pas joli joli...

je ne me la joue pas l'ami, je le suis à 50%, yak maalich tu me considere toujours comme algerien j'espere, peut etre pas musulman mais je suis sur de mon algerianité libre de toute influences arabo musulmane du machrek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Sam Fév 14, 2009 2:02 pm

medagan a écrit:
C'est incroyable ! ma "tehchemch" ? tu te la joues "gaouri" ? c'est pas joli joli...


je comprends pas en quoi ,"il se l'a joue gaouri"????? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Lun Fév 16, 2009 4:55 pm

VISITE DU PAPE BENOÎT XVI EN «ISRAËL»
QUAND L’ÉGLISE CHOISIT SON CAMP

« Je prépare (…) une visite en Israël, une terre qui est sainte pour les chrétiens comme pour les juifs, car les racines de notre foi sont à chercher là-bas » c’est en ses termes très sélectifs, puisque il n’est nulle part question des racines bien implantées des musulmans dans les entrailles même de la Palestine occupée, que Le pape Benoît XVI a annoncé jeudi qu’il se rendrait prochainement en Israël. La déclaration a été faite lors d’une rencontre avec une délégation d’organisations juives américaines. S’adressant au chef de la délégation, le rabbin Arthur Schneier, Benoît XVI dira : « Toute négation ou minimisation de la Shoah est intolérable et inacceptable. (…)L’Église est profondément et irrévocablement engagée dans le rejet de l’antisémitisme » par cet ultime meaculpa le pape reprendra au passage les paroles de son prédécesseur qui avait demandé «pardon» aux Juifs.
La prière de repentance qu’avait prononcée le pape Jean Paul II, à Rome, en mars 2000, était la suivante : «Dieu de nos pères, tu as choisi Abraham et sa descendance pour que ton Nom soit apporté aux peuples. Nous sommes profondément attristés par le comportement de ceux qui les ont fait souffrir, eux qui sont tes fils. En te demandant pardon, nous voulons nous engager à vivre une fraternité nouvelle. »Ratzinger n’aurait il pu reprendre le même discours priant Dieu de pardonner à une partie de la descendance hébraïque d’Abraham qui a commis en affligeant bien plus que des souffrances, une descendance qui a froidement assassiné 1400 palestiniens de la bande de Ghaza, essentiellement des enfants. Benoît XVI, qui envisage donc de se rendre en Israël, en Cisjordanie et en Jordanie au printemps prochain, s’est efforcé de maintenir un équilibre diplomatique dans son propos lors de la dernière agression israélienne à Ghaza, invoquant le «respect des aspirations et des intérêts légitimes de toutes les populations intéressées». De son côté, le cardinal Renato Martino, président du Conseil du Vatican pour la justice et la paix, avait qualifié, lui, d’»immense camp de concentration» la bande de Ghaza sous les bombes israéliennes. «Les populations sans défense sont toujours celles qui paient le plus lourd tribut. Regardez la situation à Ghaza : cela ressemble de plus en plus à un immense camp de concentration», avait-il dit au quotidien Il Sussidiario. Les propos du cardinal ont suscité la colère des autorités israéliennes , le porte parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor dira être : «stupéfait d’entendre de la bouche d’un dignitaire religieux des mots qui soient à ce point dénués de vérité et de dignité (…)Le cardinal, a-t-il poursuivi, devrait savoir que quelle que puisse être la difficulté de la situation dans Ghaza, ce n’est certainement pas un camp de concentration où des juifs ont été parqués pour mourir, victimes du travail forcé, de la faim ou dans la plupart des cas immolés dans des fours crématoires.»
HARO SUR LES NÉGATIONNISTES
Mgr Richard Williamson a mis en doute l’existence des chambres à gaz dans un entretien diffusé par la télévision suédoise il dira : « Je crois, qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (...) Je pense que 200 000 à 300 000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz (…) Il y a certainement eu une grande exploitation [de ces faits]. L’Allemagne a payé des milliards et des milliards de Deutsche Marks et à présent d’euros parce que les Allemands souffrent d’un complexe de culpabilité pour avoir gazé six millions de Juifs, mais je ne crois pas que six millions de Juifs aient été gazés » a-t-il déclaré au cours de l’émission Uppdrag gransning (mission investigation). Après moult pressions l’évêque demanda pardon au pape pour «les problèmes et les souffrances inutiles», mais sans revenir sur ses propos. La vive polémique provoquée par la levée de l’excommunication de Richard Williamson, particulièrement en Israël et au sein de la communauté juive, avait semé le doute sur le maintien de la visite en Israël du pape. Le 14 décembre 2006, l’ancien député arabe à la Knesset Azmi Bichara écrira dans les colonnes du quotidien Al Hayat :« Le mouvement sioniste a commencé et s’est fixé sur la Palestine bien avant l’Holocauste. C’est seulement avec le recul que les sionistes ont utilisé l’Holocauste pour justifier leur projet national (…) Il faudrait que toutes les victimes du racisme à travers le monde fassent campagne pour casser la mainmise sioniste sur le rôle de porte-parole des victimes de l’holocauste. » Les Mythes fondateurs de la politique israélienne est un ouvrage de Roger Garaudy publié en 1995 puis réédité en 1996, l’auteur y écrivait ceci : « la plaque commémorative du monument d’Auschwitz disait, en dix-neuf langues, jusqu’en 1994 : quatre millions de victimes. Les nouvelles plaques proclament aujourd’hui : «environ un million et demi». Il fallait faire croire, avec le mythe des six millions, que l’humanité avait assisté là ‘au plus grand génocide de l’histoire’(…) Pour nous en tenir à notre thème: «les mythes fondateurs de l’État d’Israël», nous nous attacherons à examiner l’une des contrevérités qui exercent encore, après plus d’un demisiècle, le plus de ravages dans le monde actuel et pas seulement au Proche- Orient : le mythe des 6 millions de Juifs exterminés devenu un dogme justifiant, sacralisant (comme l’implique le mot même : Holocauste) toutes les exactions de l’État d’Israël en Palestine, dans tout le Proche-Orient, aux États-Unis et, à travers les États-Unis, dans toute la politique mondiale, en les plaçant audessus de toute loi internationale… » Suite à ce livre, Roger Garaudy fut condamné, en 1998 pour contestation de crimes contre l’humanité.
OUBLIÉES LES VICTIMES DE GHAZA
Depuis l’avènement de Jean-Paul II, les organisations juives font pression sur le Vatican pour qu’il avoue la culpabilité de l’Église catholique dans la persécution des juifs par les nazis; en 1987, le pape annonce qu’un document sera rédigé. En mars 1998, le document est publié: il admet que certains catholiques ont pu participer à des exactions contre les juifs mais refuse catégoriquement d’admettre que l’Église en tant que telle ait pu être, d’une quelconque façon, impliquée dans l’affaire. Au printemps 2000, Jean-Paul II se rend en Palestine et les Israéliens espèrent un agenouillement. Pour mémoire, le 13 mai 1942, le président du consistoire central des rabbins s’adressant aux prélats et aux prêtres français, avait dit: « Jamais le judaïsme ne pourra être assez reconnaissant de ce que font pour nous, sans aucune arrière-pensée, prélats, prêtres, pasteurs et fidèles catholiques et protestants .» (Cité par Adrien Némoz, dans La Croix du 1er octobre 1997) Lors de la soixantième année de l’existence de l’entité sioniste, Benoît XVI présenta «ses voeux cordiaux à l’occasion de la création de l’État d’Israël » il dira : «Le Saint-Siège se joint à vous pour remercier Dieu car les aspirations du peuple hébreu d’avoir une maison sur la terre de ses ancêtres ont été réalisées » Né le 16 avril 1927 à Markt, Joseph Ratzinger, fils de Joseph Ratzinger, a eu une enfance marquée par les fréquentes interventions de son père officier de police et fervent pratiquant catholique. En mars 1937, son père prit sa retraite. Dans les Souvenirs qu’il a publiés en 1997, Joseph Ratzinger a retracé l’atmosphère de ses dix ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale il est enrôlé dans les jeunesses hitlériennes, à l’âge de 16 ans, il est versé, avec toute sa classe dans la lutte antiaérienne (DCA) allemande.En septembre1944, il est affecté au Service du Travail Obligatoire. En décembre 1944, il est affecté à la Wehrmacht, il déserte quelques jours avant la reddition allemande. Il est ensuite interné jusqu’au 19 juin 1945 dans un camp de prisonniers de guerre à Bad Aibling. Au moment de son élection, en avril 2005, Joseph Ratzinger déclarait qu’il n’avait pas de programme sinon celui de servir le Christ. Simple rhétorique ecclésiastique ? Il en va de la diplomatie vaticane comme du pontife dont elle est l’émanation : pape « politique », Jean-Paul II n’hésitait pas à intervenir avec virulence dans les affaires du monde. Toutefois entre les deux papes, il y a des bases communes : la sauvegarde des racines chrétiennes de l’Europe. Joseph Ratzinger n’est pas un politique ou un diplomate traditionnel. Théologien, professeur, il perçoit autrement les relations internationales. L’Église n’est pas politique, n’arrête- t-il pas de répéter. Pourtant, il pourrait etre l’auteur de la formule de Charles Péguy(*) : «La politique se moque de la mystique, mais c’est encore la mystique qui nourrit la politique. »

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Lun Fév 16, 2009 4:57 pm


QUEL AVENIR POUR LE DIALOGUE DES RELIGIONS ?
C’est à l’université de Ratisbonne et dans le style d’un cours magistral de professeur de théologie – fonction qu’il a occupée pendant des années avant de faire carrière au Vatican – que Benoît XVI a tenté de redéfinir les relations entre le christianisme et l’islam. Il dira dans son discours «Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu ne trouveras que des choses mauvaises et inhumaines, telles que son ordre de répandre par l’épée la foi qu’il prêchait.» Ces paroles, exprimées six siècles plus tôt par un empereur byzantin, Manuel II Paléologue, ont été prononcées par Benoît XVI dans son discours académique. Quelles qu’aient été les intentions du pape, il déclencha ainsi une colère presque prévisible dans le monde musulman. Des autorités religieuses et politiques condamnèrent les propos insultants. Les dirigeants du Vatican tentèrent de désamorcer la citation du pape et sa condamnation du djihad (guerre sainte). Le porte-parole papal, Federico Lombardi, déclara que Benoît n’avait pas l’intention de présenter «une interprétation d’un Islam violent. (…) Le cardinal et secrétaire d’État Tarcisio Bertone indiqua que le pape «regrette sincèrement que certains passages de son discours aient pu paraître offensants pour la sensibilité des fidèles musulmans». Puis, c’est Benoit XVI lui-même qui prononça des demiexcuses il dira «Je suis vivement attristé par les réactions suscitées par un bref passage de mon discours(…)considéré comme offensant pour la sensibilité des croyants musulmans, alors qu’il s’agissait d’une citation d’un texte médiéval … » cependant aurait-il fallut que ce passage, sans conteste insultant, soit choisit ? La réponse étant bien trop évidente la question demeurera posée. Benoît XVI a exprimé ses regrets d’avoir été « mal compris » mais, avant l’expression de ces regrets, les télévisions européennes et américaines avaient eu tout le loisir de passer en boucle les images de manifestants musulmans exaspérés, criant leur haine de l’« Occident » et des « Chrétiens ». Des images inespérées pour tous les adeptes du «choc des civilisations », pour tous ceux qui veulent opposer un «occident chrétien » à un « monde musulman».
DE LA SECTE DU CLAN DES BUSH
De nombreux dirigeants militaires et politiques états-uniens depuis 1947, notamment les Bush, appartiennent à un groupe évangélique secret, dit «La famille », dont le siège est situé à proximité du Pentagone, dans la propriété des cèdres. Cette organisation, après s’être alliée avec le Vatican en Amérique latine contre les théologiens de la libération, conduit aujourd’hui une double offensive contre les catholiques et contre les musulmans. Elle fournit désormais le principal encadrement politique aux États-Unis, et étend son influence dans le monde via ses missionnaires. Il est également connu que les membres de cette Église sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens. Les évangélistes, qui s’inscrivent dans le mouvement des Chrétiens sionistes –un groupe fondamentaliste protestant, né à la fin du XIXe siècle, prétendant que l’institution d’un État israélien est l’accomplissement de la prophétie biblique Le pape Jean-Paul II a essayé de réconcilier Chrétiens et Musulmans en demandant «pardon » pour les Croisades, au cours des cérémonies du début du Troisième millénaire. Mais les excuses présentées par Jean-Paul II pour les « erreurs passées de l’Église », y compris l’Inquisition et l’antisémitisme, ont irrité certains conservateurs au Vatican parmi ceux qui n’étaient pas d’accord se comptait le cardinal Joseph Ratzinger, devenu le pape Benoît XVI. En novembre 2007 le roi Abdullah d’Arabie Saoudite se rend au Vatican, C’était la première fois qu’une telle rencontre entre le pape et le souverain gardien des lieux saints de l’islam avait lieu. Certes, Abdallah a vu Jean-Paul II, en 1999, mais il était alors seulement prince héritier du royaume, La visite avait été préparée par la venue du ministre saoudien des affaires étrangères, un mois plus tôt, au cours de laquelle le ministre et le pape avaient souhaité « le lancement d’activités communes en faveur de la paix ». L’essentiel de l’entretien privé a porté sur le dialogue interreligieux. L’objectif visé, selon le communiqué diffusé ensuite par le Vatican, « est la cohabitation fructueuse et pacifique entre les hommes et les peuples » et « la coopération entre chrétiens, musulmans et juifs pour la promotion de la paix, de la justice et des valeurs spirituelles et morales».Cependant je me laisse, volontairement, préciser que l’Arabie Saoudite compte un million et demi de chrétiens, essentiellement des Philippins, pour lesquels Rome réclame la liberté religieuse en fait l’enjeu de cette rencontre pour le Vatican était de taille. Depuis quelques années, une mystérieuse maison de production tente de faire diffuser mondialement un « documentaire » consacré à «l’islam radical ». À ce jour, ce film a donné lieu à de nombreuses projections privées, y compris au Congrès des États- Unis, mais n’a trouvé d’audience de masse que lors de sa programmation par la chaîne néoconservatrice Fox News, fin octobre et début novembre 2006. Il a alors été vu par une dizaine de millions de personnes. Des versions sous-titrées en diverses langues ont été préparées, notamment en français. Intitulé Obsession : Radical Islam’s War Against the West (Obsession : la guerre de l’islam extrémiste contre l’Occident), le film tente en 78 minutes de démontrer que le monde musulman contemporain est plus malade encore que l’Allemagne nazie, qu’il est pénétré d’une obsession haineuse conduisant inéluctablement à une « guerre des civilisations », Une politologue d’un think tank néoconservateur, Caroline Glick, explique que l’on ne doit pas considérer comme distinctes la lutte des Palestiniens et celle des Irakiens: tous, participent au jihad global. Le surtitrage omet d’indiquer que le capitaine Caroline Glick a servi au département des opérations psychologiques de l’armée israélienne et a conseillé Benjamin Netanyahu. Des images d’archives montrent le chancelier Hitler appelant à la destruction de la race juive en Europe. De la même manière, nous dit-on, le fait de minimiser le péril islamique, alors que la volonté des « jihadistes » de détruire les juifs est établie, est une folie qui conduira à une confrontation générale. Un citoyen états-unien d’origine allem a n d e , témoigne de son enfance parmi les Jeunesses hitlériennes et compare l’embrigadement dont il fut victime avec celui des jeunes musulmans. Pour accréditer ce parallèle, le montage amalgame des discours antisémites nazis et des discours antiisraéliens arabes et perses . Obsession : Radical Islam’s War Against the West a été produit par une école t a l m u - dique, la Aish HaTorah, largement financée par les autorités israéliennes. Cette organisation dispose d’une association de relations publiques, la Hasbara Fellowship L’ensemble est dirigé par le rabbin Ephraïm Shore, et son adjoint Yarden Frankl, un lobbyiste de l’AIPAC.
CHARITÉ BIEN ORDONNÉE…
Le 10 juin 2007 le pape reçoit le président des États-Unis. Au cours de l’entretien ils ont passé en revue les principaux sujets de politique internationale, «s’arrêtant à la préoccupante situation en Iraq et les conditions critiques dans lesquelles se trouvent les communautés chrétiennes» ! S’alarmer sur le sort de quelques centaines de chrétiens, rien de mal, mais que dire du silence sur un million et demi de musulmans éradiqués dans une guerre illégitime, et cinq millions de blessés, de handicapés ou de déplacés ? Cela ne concerne point sa Sainteté ! Et c’est là sans compter le massacre de palestiniens, qui se perpétue au vu et au su de tout le monde. Le 12 novembre 2007, le Vatican annonce que le pape visitera Ground Zéro et la Maison Blanche où il sera reçu par G.W.Bush, et interviendra aux Nations Unies. Dans le communiqué de la circonstance on lira : «La raison de cette visite est : la solidarité avec ceux qui, dans l’attaque terroriste ont vu les leurs mourir et avec eux, il prie chaque jour pour la fin de la violence dans le monde entier» ! Le 18 avril 2008, à l’ONU, et sous les yeux de Ban Ki Moon, le pape s’est recueilli devant le mémorial de l’attentat qui provoqua la mort de dix-sept personnes, le 19 août 2003, à Bagdad. Ce que le Secrétaire général commente en disant :» Les Nations Unies n’accomplissent pas seulement un travail, mais une mission qui est, par de nombreux aspects, liée à celle du pape» Tout les crimes commis sont incontestablement condamnables, condamnables a tout point de vue, mais ce qui me semblait nécessaire de démontrer dans l’état du monde d’aujourd’hui c’est que certaines victimes ont une meilleure défense que d’autres, une défense nourrit par la force hargneuse de leurs intérêts matériels. « Choc de civilisations » est un argumentaire fallacieux destiné à provoquer une confrontation entre l’occident et le monde musulman, un système, intentionnellement mis en place, et qui se nourrit d’un besoin constant d’identifier des ennemis pour justifier sa propre existence. . Oui il y a des différences culturelles entre le monde arabe et l’Occident, mais qui ne sont hélas pas bien comprises parce qu’elles reposent sur des clichés.
(*)Charles Péguy : écrivain français.
Titre : LE VATICAN ET LA LIGNE ROUGE D’ISRAEL
PAR MERIEM ABDOU
Source :
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/lacapitale.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Lun Fév 16, 2009 5:13 pm

Petit a petit on y arrive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Lun Fév 23, 2009 4:26 pm

«LES DERNIERS MAÎTRES DE LA MARTINIQUE»


C’est un reportage qui fait grand bruit, dans une Martinique en pleine crise sociale, en grève «contre la vie chère». Diffusé vendredi 6 février par Canal+, Les Derniers Maîtres de la Martinique, est un reportage sur les héritiers blancs des premiers colons installés sur l’île avant la Révolution française. Alain Huygues- Despointes, un des «békés» interrogés, regrette que les historiens ne s’intéressent pas «aux bons côtés de l’esclavage» et explique «vouloir préserver sa race». «Quand je vois des familles métissées avec des Blancs et des Noirs, les enfants naissent de couleurs différentes, il n’y a pas d’harmonie», déclare-t-il.
Le Béké xénophobe persiste dans sa diatribe et évoque « les bons côtés de l’esclavage », comme le député Christian Vanneste tentait d’introduire dans la Loi française en 2005, un amendement reconnaissant le « rôle positif de la colonisation », abrogé en 2006 par l’ancien président de la République Jacques CHIRAC, sous la pression d’un mouvement de protestation généralisé qui avait contraint Nicolas SARKOZY, ministre de l’Intérieur de l’époque, à ajourner son voyage aux Antilles. Les manifestations d’hostilité contre les békés se multiplient : des appels au boycott, circulant sur Internet et par SMS, ont été lancés contre des produits commercialisés par leurs enseignes. «La Martinique est à nous, la Martinique ce n’est pas à eux» est l’un des slogans des manifestants qui campent toute la journée sous les fenêtres de la préfecture, promettant à cette «bande de profiteurs et voleurs» de «les mettre dehors». L’économie de la Martinique et de la Guadeloupe est dominée par huit familles qui détiennent, par exemple, les grandes surfaces. Ce secteur est extrêmement concentré. La concurrence y est très faible. Ceux qui détiennent le monopole du commerce sont les békés, descendants des colons esclavagistes. La figure du béké, descendant de colon blanc réputé vivre aux dépens des Guadeloupéens, est régulièrement conspuée. Dans les DOM-TOM en effervescence on lui impute la responsabilité du coût élevé de la vie et des conflits sociaux qui, tant en février 1952 qu’en mai 1967, ont vu des Guadeloupéens tomber sous les balles des forces de l’ordre, « la communauté béké » constitue un groupe dominant de familles qui sévissent et qui contrôlent la grande distribution et l’import-export. Ces monopoles ont les mains d’autant plus libres que la dimension du pays leur assure un marché fermé, avec des consommateurs captifs. L’absence de règles a considérablement aggravé le différentiel de prix avec la France. L’État libéral semble avoir renoncé à ses obligations et ne se donne même plus la peine d’étudier la structure des prix. La Martinique et la Guadeloupe sont des pays de bas salaires. En 2005, les salaires étaient en moyenne de 12% moins élevés que ceux pratiqués en France hexagonale. Une étude récemment publiée par la revue “Business news” montre surtout que le niveau des salaires demeure le même tout au long d’une carrière. On peut commencer sa vie professionnelle au SMIC et la finir au SMIC. Le 6 novembre 1988, par référendum, et avec 79,9 % des voix, les Français se déclaraient en faveur de l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie. Depuis, le scrutin sur l’indépendance de l’île, prévu pour 1998 par les accords de Matignon, a été reporté à 2014. La France traîne des pieds …. Le code du travail français ne s’applique pas en Nouvelle- Calédonie, le Mouvement des entreprises de France (Medef) local appelle les entreprises à sanctionner les travailleurs qui se mettent en grève pour défendre le droit syndical. En avril, le président de l’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE, indépendantiste, majoritaire dans l’île), Gérard Jodar, a été condamné à un an de prison, dont six mois ferme; l’un de ses adhérents, à dix-huit mois dont un an ferme et une vingtaine de ses membres, entre trois et six mois, ainsi qu’à la privation des droits civiques pour trois ans. Jamais, en France, des condamnations aussi lourdes n’ont été prononcées pour des faits similaires. Autre domaine sensible : l’exploitation des richesses minières et ses répercussions sur l’environnement. Par un tour de passe-passe politico-juridique, le protocole de Kyoto ne s’applique pas en Nouvelle-Calédonie, ce qui permet à l’île de s’enorgueillir d’un triste record : elle dépasse les États-Unis en matière d’émission de CO2 par habitant. En cause : l’industrie du nickel, dont elle détient 30 % des réserves mondiales (1) C’est peut être le moment pour la France de se débarrasser de «l’esprit colonial» qui préside à ses relations avec ces pays que l’on appelle «DOM-TOM». L’indépendance est le début d’une relation véritable avec les «partenaires » à l’Histoire qui fait croiser les chemins par erreur de parcours. Le rayonnement d’une grande nation ne passe plus par la mise sous une botte, mais par sa capacité à libérer, à exalter. Exister véritablement c’est s’inscrire dans un flux relationnel qui n’existe pas dans les rapports verticaux que maintient «l’esprit colonial». Quelqu’un me disait à propos de la situation dans les DOM-TOM que : « notre temps est rempli de paradoxes souvent signe de mauvaise foi et de roublardise politique perverses aux calculs mercantilistes ; au moment ou le langage même des fourmilles est décodé et connu celui des opprimés par ailleurs humain reste muet pour ceux qui ne veulent hélas pas entendre. Seulement la déflagration de cette révolte sera tellement forte qu’ils ne pourront même plus se retourner pour constater les dégâts, ils seront à cause de leur cupidité colonialiste soufflés par la force des hurlements des colonisés en besoin de justice jusque là mise en veille … »
RÉFÉRENCE :
1- Christian Darceaux : « Climat tendu en Nouvelle-Calédonie » Le monde diplomatique
PAR MERIEM ABDOU
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/lacapitale.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Oumelkheir

avatar

Nombre de messages : 2299
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: L'histoire en marche   Lun Fév 23, 2009 4:27 pm

JEAN-PIERRE RIOUX AU COURRIER D’ALGÉRIE :
Ce qui reste de l’ancien «Empire» français…


De son Empire, la France ne conserve plus aujourd’hui que les vieilles colonies, souvent sans intérêts que touristique, et qui servent de stations de lancement des satellites, ou de terrains d’expérimentation des armes nucléaires interdites à réaliser sur un sol européen.
Ces pays sont devenus collectivités territoriales : Guyane, Guadeloupe, Martinique, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française,Wallis et Futuna et Saint-Pierre-et-Miquelon, auxquelles se greffe Mayotte que la France est obligée tous les ans d’essuyer les résolutions de l’ONU, de l’OUA et de la Ligue des États arabes pour avoir foulé au pied au grand jour le droit international et la charte qui fonde l’ONU.
Historien, spécialiste de l’histoire de la France contemporaine, directeur de la revue «Vingtième Siècle», Jean-Pierre Rioux a dirigé chez Flammarion éditions, le «Dictionnaire de la France coloniale».
Il revient dans cet entretien qu’il accorde au Courrier d’Algérie sur ce passé encore trop présent.
Le Courrier d’Algérie : Monsieur Jean Pierre Rioux, vous êtes l’auteur d’un ouvrage intitulé «Le dictionnaire de la France coloniale», quel est le moment qui pourrait être considéré, comme le point de départ ou le début de la pensée colonisatrice française ?
Jean Pierre Rioux : le dictionnaire que j’ai eu l’honneur de diriger donne pour point départ le 19eme siècle, à partir de la conquête d’Alger en 1830 lorsque la France révolutionnaire et impériale ayant été vaincu sur le champ de bataille européen s’est tournée vers l’ outre mer sans trop savoir au départ ce qu’ elle voulait aller y faire mais peu à peu et surtout au temps de la troisième République à l’heure de Jules Ferry et à la fin du 19e siècle il y eut véritablement une sorte de pensée coloniale pour justifier l’expansion et la colonisation .
.
Comment et sous quelle forme se traduisait cette pensée coloniale ?
Je ne pense pas qu’il y aie eu une pensée coloniale en continu, cela a toujours été discontinu et hasardeux, l’anticolonialisme n’avait jadis pas d’écho social profond en France, la colonisation vu par l’opinion publique en métropole n’a jamais été très populaire ou impopulaire, cependant il y’a eu à un certain moment de l’histoire de la France l’idée que la colonisation allait apporter quelque chose, en d’autres termes une colonisation bienfaitrice, l’originalité française, et c’est quelque chose qui date de la troisième république, se traduit par l’idée que l’on allait apporter aux colonies la plénitude de ce que l’on pensait être la vocation nationale « de la France révolutionnaire de la France des droits de l’ homme de la France des lumières » ; il y avait l’idée que l’on a apporté aide et développement, tout cela fut évidement démenti par la réalité qui se traduisait par la brutalité et la violence de la colonisation elle-même.
Il y eu donc l’idée qu’en colonisant la France accomplissait sa vocation de grande nation éclairée et allait ainsi apporter le droit et l’émancipation à tous les peuples sur lesquels elle exerçait sa violence coloniale, et c’est de ces contradictions qu’est née une bonne partie des équivoques de ce qu’a été l’entretien de la violence coloniale dans de très nombreux continents à travers des dépossessions continues, c’est cette arme absolue qu’ont pu retourner contre la France, à très juste titre, un certain nombre d’élites «indigènes » ou coloniales ou autres qui au nom des droits que la France avait prétendu leur apporter on pu renverser l’argument en disant que: «nous allons retourner, l’émancipation que la France a misérablement échoué à mettre sur rails contre vous en nous en servant pour notre propre compte ».
En quoi faisant ?
Eh bien cela s’appelle l’histoire des mouvements d’Indépendance en Indochine ou en Afrique du nord et tout particulièrement bien sûr en Algérie.
Une des caractéristiques française c’est qu’à l’exception de l’Algérie où il y a eu au départ quelques velléités de peuplement.
A l’exception de l’Algérie la France n’a pas la vitalité démographique de certain de ses voisins tel que l’Italie ou encore de la Hollande, la grande Bretagne ou l’Allemagne pour pouvoir penser à peupler les colonies qu’elle allait conquérir autrement dit la colonisation de peuplement française qui n’était en aucun cas assise, sauf et je le répète sauf en Algérie, sur la vitalité de colons en terres colonisées et n’a surtout pas su gérer l’explosion démographique au 20ème siècle des peuples autochtones où là, l’arme démographique et l’élan de la jeunesse aussi enhardi a été un phénomène tout à fait déterminant dans les mouvements d’indépendance.
Ses propres données démographiques, économiques, diplomatiques et patriotiques interdisaient déjà à la France toute reconnaissance et toute valorisation particulière des colonies et des peuples colonisés Dans ces conditions quels étaient les objectifs de la colonisation française ailleurs qu’en Algérie ?
Les historiens sont assez clairs sur le fait que la domination coloniale n’a jamais été étroitement liée, en terme de cause à effet ou de rentabilité, avec l’impérialisme économique et que finalement en dehors de l’Indochine et en dehors de l’exploitation par concession en Afrique équatoriale et notamment au Congo et au Maroc par moment, la colonisation française ne fait pas valoir en premier l’argument économique, l’argument premier est celui de la France bienfaitrice la France des lumières ce qui est en soit bien évidemment un leurre et là, l’on s’en est rendu compte en Algérie quand il a fallu mêler les statuts qui se sont toujours exprimés en termes de domination puisque l’ on a jamais pu faire des algériens colonisés des citoyens d’une République française .
Le passé colonial de la France serait-il prisonnier de la guerre des mémoires ?
Cette page coloniale que la France coloniale métropolitaine croyait avoir tournée en 1962 avec l’indépendance de l’Algérie revient en conscience pas seulement a travers la guerre des mémoires, mais il y a aussi ces flux migratoires importants à destination de la France venant de pays jadis colonisés par cette puissance impériale, il y a aussi séquelle du passé colonial par le fait que les territoires ou départements d’outre-mer, ces confettis d’empire, dont la France a fait soit des territoires soit des départements après la deuxième guerre mondiale ces DOM-TOM, à l’exception de la nouvelle Calédonie en 1998, on ne leur a pas donné à la fois de statut qui permette de véritable évolution, du coup pour cet outre-mer français qui aurait pu être un exemple ou une vitrine rien n’a été assez fait et ses difficultés nous amènent à la situation que nous vivons ces jours- ci en Guadeloupe en Martinique et peut et être demain à la Réunion.
Nous tentons de le dire dans les «Enjeux» qui concluent le «Dictionnaire»: en considérant ensemble, et en toute connaissance de cause historique, les trois points sur lesquels le passé colonial nous interpelle aujourd’hui.
Les formes nouvelles de l’immigration et l’évolution économique et sociale d’abord, qui rendent plus visibles dans l’ex-métropole nombre de descendants, français ou non, avec ou sans papiers, d’«indigènes» d’antan et de jadis: le passé colonial qu’on croyait oublié, ces lointains toujours méconnus, si souvent méprisés et exploités, sont désormais présents à domicile, dans la vie quotidienne de nombre de villes et de banlieues de l’ex-métropole.
Pensez vous que ce mouvement puisse s’étendre et se généraliser ?
La France est-elle face à une véritable crise d’identité ?
Bien sûr ! L’identité dans l’arc caraïbes n’a jamais été suffisamment intégrée dans la gestion et la définition même de l’appartenance nationale française et ce malgré toutes les avancées culturelles.
La prise de conscience identitaire, pour le cas de la Martinique et de la Guadeloupe, a été ravivée par tout un mouvement historique extrêmement important sur les processus de traites négrières, la France a reconnue légalement, et c’est là le terme de la lois Taubira (*), que l’esclavage à travers la traite atlantique avait été un crime contre l’humanité ; ceci a redonné un élan colonial aux luttes sociales tel qu’elles se développent actuellement en Guadeloupe, c’est aussi une lutte sociale armée et nourrie par l’hostilité aux békés possesseurs des stations-service et des hypermarchés, ceux-là mêmes qui sont issus des grandes familles coloniales d’ avant et qui continuent à surveiller de très prés ou de trop prés leurs « esclaves » fussent-ils émancipés et citoyens français comme eux aujourd’hui.

(*)Christiane Taubira-Delannon est une femme politique française, née à Cayenne en Guyane.
Elle est présidente de son parti Walwari (« éventail » en amérindien) et membre du parti radical de gauche.
Christiane Taubira a donné son nom à la loi française, votée le 10 mai 2001, qui reconnaît comme crimes contre l’humanité la traite négrière transatlantique et l’esclavage qui en a résulté.
M.A.
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/lacapitale.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historywillteachusnothing.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire en marche   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire en marche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Histoire du containeur
» Assassination Classroom
» Avis de marché - Marseille (13) - Musée d'Histoire de Marseille - lots (lapidaires, peintures, Maquettes et Mosaïque)
» Les chemins de la liberté (Weir) : l'Histoire entre parenthèses
» [14 et 15/04/2012] Marché de l'Histoire de Pontoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: