AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réaction de khaled Nezzar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Réaction de khaled Nezzar   Ven Déc 05, 2008 11:31 pm

"Dans son intervention à El Tarf, Chadli a cru utile d’accréditer la thèse de sa désignation par l’armée pour la succession de Boumediène. Or, à ce propos, qu’il me soit permis d’apporter le témoignage suivant : je fus approché par des officiers qui me demandèrent de tenter de convaincre Chadli d’accepter la candidature à la présidence de la République. Cela s’est passé au moment où j’assurais le commandement des forces à Tindouf. J’étais en permission à Alger. Rentré tard chez moi (23h), j’apprends que mon chef d’état-major, Slimane Bouchareb, avait demandé que fût mis à sa disposition un avion sanitaire. Ayant compris la gravité de la situation, je me mis immédiatement en route vers le ministère de la Défense, où des lignes téléphoniques spécialisées par satellite étaient disponibles à l’époque. Je tombe nez à nez avec trois compagnons en conciliabule sur le perron du mess des officiers. Je ne suis guère étonné de les voir ensemble, car il était fréquent que des officiers s’attardassent pour discuter, regarder un film ou jouer à la belote. Je leur expose le motif de ma visite et leur demande de me tenir compagnie le temps que j’aie Tindouf en ligne. Ces trois officiers sont Mostefa Beloucif, Rachid Benyellès et Ben Abbas Gheziel, tous trois vivants. Tandis que je m’éclipse pour demander ma communication téléphonique, ils décident de me mettre dans la confidence. La communication passée, je reviens auprès d’eux. Mostefa Beloucif prend alors la parole le premier et me dit : « Si Khaled, toi qui as bien connu Si Chadli du temps de la Révolution, ne pourrais-tu pas aller le voir et le persuader de se présenter comme candidat à la présidentielle. En ce moment, c’est un pas en avant, un autre en arrière », voulant dire que Chadli se montrait indécis. Je suis interloqué : « Ah bon ? Vous voyez sérieusement en Chadli le futur président de la République ? » Surpris par ma réaction, Mostefa Beloucif renchérit : « Si Khaled, nous connaissons tous si Chadli, c’est notre frère et il saura être à la hauteur le moment venu. » Ma réponse est aussi ferme que directe : « Je ne suis pas du tout convaincu, je n’irai pas le voir ! » J’ajoute : « A la rigueur, qu’il soit nommé ministre de la Défense, dans l’état actuel de notre armée, il pourrait éventuellement assurer sa cohésion. » Lorsque sa candidature fut rendue officielle par le Comité central du FLN, dont j’étais membre, mes collaborateurs, m’attendant à la descente d’avion à Tindouf, m’apostrophèrent sans ménagement : « Mais qu’avez-vous fait ? », allusion à la désignation de Chadli à la tête du pays " K Nezzar el watan

j'ai adoré ce passage, thya eldjazayer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Réaction de khaled Nezzar   Dim Déc 07, 2008 11:41 am

C'est magnifique !!! C'est la démocratie participative.... C'est à dire avec la participation de l'armée.

Citation :
car il était fréquent que des officiers s’attardassent pour discuter, regarder un film ou jouer à la belote
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewdy



Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: Réaction de khaled Nezzar   Dim Déc 07, 2008 12:37 pm

Abdallah a écrit:
C'est magnifique !!! C'est la démocratie participative.... C'est à dire avec la participation de l'armée.

Citation :
car il était fréquent que des officiers s’attardassent pour discuter, regarder un film ou jouer à la belote

Moi c’est l'épisode de l’exécution de Chabani, racontée par Chadli, qui a retenu mon attention. Une déclaration qui donne froid dans le dos quand on sait qu'elle émane d'un individu qui a gouverné l’Algérie durant 13 ans.

"A propos du procès de Châabani
C'est moi qui ai fait avorter la rébellion de Châabani lorsque j'étais commandant de la Ve Région militaire. J'ai ensuite constitué un tribunal révolutionnaire pour le juger. Boumediene m'a contacté pour me dire : "Le président Ben Bella m'a désigné membre de ce tribunal au côté de Saïd Abid et de Abderrahmane Bensalem." Boumediene a ajouté : "Le Président vous demande de le condamner à mort, et si tu ne me crois pas, contacte le Président dès que tu arrives à Alger et il te dira la même chose." J'ai cru Boumediene, car il n'avait pas l'habitude de me mentir. Je voudrais, ici, rectifier de fausses informations qui ont été publiées sous forme de témoignages dans la presse nationale selon lesquelles Ahmed Benchérif, Ahmed Draia et Ahmed Abdelghani étaient membres de ce tribunal, ce qui est faux.
Le tribunal a été constitué par les officiers cités ci-dessus et il fut présidé par un juge civil d'Alger, nommé Zertal. Nous sommes allés à Oran où Châabani était emprisonné avec un autre groupe de prisonniers politiques à la prison de Sidi El-Houari, dont Mohamed Khobzi, Mohamed Djeghaba, Hocine Sassi, Tahar Lâadjal, Saïd Abadou, Ahmed Taleb El-Ibrahimi et d'autres opposants à Ben Bella.
Le procès n'a pas duré longtemps. Après délibération, Châabani fut condamné à mort pour tentative de rébellion contre le pouvoir et d'incitation à la zizanie au sein de l'armée. Après le prononcé du verdict, nos regards se sont croisés, et j'ai été saisi par un sentiment selon lequel aucun d'entre nous n'était convaincu de cette lourde sentence. C'est pourquoi nous avons demandé à Châabani d'introduire une demande de grâce auprès du président Ben Bella. Il nous a dit, l'air abattu : "Demandez-le, vous, en mon nom."
Nous avons chargé Saïd Abid, en tant que commandant de la 1re Région, de le faire et de prendre attache avec Ben Bella. Mais Ben Bella a non seulement refusé catégoriquement notre requête, mais a insisté pour l'application de la sentence telle que décidée par le tribunal, considérant que le verdict ne pouvait donner lieu à un pourvoi en appel. Lorsque Saïd Abid nous en a informés, je lui ai dit : "Demande la grâce en notre nom, nous les officiers, et dis au Président que Châabani est un moudjahid et un compagnon d'armes. Tu nous as ordonné de le condamner à mort. Nous l'avons fait. Et nous croyons qu'il ne le mérite pas. Il te demande à présent de commuer sa peine de mort en peine de prison."
Lorsque Saïd Abid l'a contacté de nouveau, Ben Bella lui a répondu nerveusement : "Je vous ai dit exécutez-le cette nuit." Il a insulté Saïd Abid et a même insulté sa mère, et lui a dit : "Je t'interdis de me contacter une autre fois", et il a raccroché. Le 3 septembre, Châabani fut exécuté à l'aube dans une forêt près de Canastel, en présence des membres du tribunal. Des membres de la Gendarmerie nationale ont également assisté à l'exécution. Il y avait une forte présence de la Gendarmerie nationale. J'ai compris alors qu'ils craignaient qu'on le fasse sortir avant l'exécution. Après l'exécution, ils ont mis son cadavre dans un cercueil et a été enterré dans un endroit inconnu.
On m'a dit, par la suite, que Ben Bella s'apprêtait le lendemain à partir au Caire et lorsqu'il a lu dans les journaux l'annonce de l'exécution de Châabani, il s'est écrié : "Dommage ! comment ils ont exécuté un jeune officier comme Châabani ?"

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réaction de khaled Nezzar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réaction de khaled Nezzar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Travailler à moteur action (cascadeur, ...)
» Les cerfs-volants de Kaboul, Khaled Hosseini
» [SOFT] VLINGO WORDS TO ACTION : Application vocale [Gratuit]
» action man/james bond
» TPE 1ereS Action de l'humidité sur le vernis d'un tableau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: