AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 7:54 pm

Biskra : Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan

Six individus ont été condamnés par le tribunal de première instance près la cour de Biskra à quatre ans de prison ferme assortis de 100 000 DA d’amende chacun pour « non-respect d’un fondement de l’Islam, le Ramadhan », selon le chef d’inculpation retenu par le juge. C’était la veille de l’Aïd, dimanche 29 septembre.


Si la chose passe inaperçue chez la plupart des Biskris et fait même l’objet d’un consentement en ce qu’elle représente l’occasion de donner l’exemple et de redresser le tort causé aux sentiments religieux de la population, des points de vue juridique et politique, elle risque de constituer une autre violation des droits de l’homme qui vient ajouter une louche à la campagne de moralisation culminant après l’affaire Habiba K., de Tiaret, et la levée de boucliers contre une soi-disant campagne d’évangélisation qui viserait l’Algérie.Selon la version officielle, 27 personnes, dont 2 mineures, ont été surprises et ensuite arrêtées dix jours auparavant par la police au jardin public Djenane El Beylek en train de manger pendant la journée.

Tous ont reconnu les faits avant d’être obligés de signer des décharges exprimant leurs regrets, après quoi ils ont été relâchés. Six autres individus, âgés entre 30 et 50 ans, ont été arrêtés en flagrant délit le même jour, en train de jouer aux cartes et en possession de denrées alimentaires qu’ils consommaient en plein jour et en plein centre-ville, dans un coin, près du cercle du club de football de l’US Biskra. Pour le citoyen lambda, c’est un sacrilège puisque le musulman n’est pas censé manger avant la rupture du jeûne prévue chaque jour du Ramadhan à l’appel de la prière du maghreb. En revanche, compte tenu de la constitution algérienne et de la loi qui en découle, il n’est mentionné nulle part que les citoyens « confondus » dans pareille situation doivent subir des peines.

Selon un spécialiste du droit algérien, l’acte pour lequel ces personnes ont été condamnées ne tombe sous la force d’aucune qualification pénale. Il s’agit d’une première dans les annales judiciaires, affirme-t-il, sachant que la constitution, notamment dans son article 36, garantit la liberté de conscience et la liberté d’opinion. « Le seul cas où des actes pareils sont incriminés a été introduit dans le Code pénal à travers les amendements d’Ahmed Ouyahia en 2001 et concerne exclusivement l’acte journalistique », ajoute notre source. Il s’agit de l’article 144 bis2 qui, sous l’intitulé « Outrage et violence contre les fonctionnaires et les institutions de l’Etat », stipule : « Est puni d’un emprisonnement de 3 à 5 ans et d’une amende de 50 000 DA à 100 000 DA quiconque offensera le prophète ou l’un des envoyés de Dieu ou dénigre les dogmes ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit ou de dessin, de déclaration ou tout autre moyen.

Les poursuites sont engagées d’office par le ministère public. » A partir de là, c’est la qualification même du délit qui a été faussée au départ. Le fait de ne pas jeûner n’est pas reconnu comme crime ou délit par le législateur algérien, ajoute notre source, bien plus que cela, la loi divine elle-même ne prévoit pas de pénalité sévère et même le régime des taliban n’est pas aussi strict. Me Boudjemaa Ghechir, président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH), considère de son côté que « l’interprétation du juge de l’esprit de l’article 144 bis2 n’est pas juste ». Et d’ajouter : « Ces personnes ont été condamnées pour s’être moquées d’un précepte de l’Islam, alors que rien ne prouve qu’il s’agissait de moquerie. »


Par M. Nadjah
el watan 06/10/2008


ps:sans commentaire !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 8:34 pm

dites moi que c'est un simple cauchemar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 41
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 9:10 pm

La religion c'est une affaire d'hypocrisie, c'est pas nouveau... Tu peut te bagarrer en plein ramadan, insulter les gens, être désagréable, délaisser ton travail les gens diront "ma3liche ghalbou ramdhane" accompagné des sourires et de regard entendus. Mais ose manger en plein jour et tu risque la lapidation... Hypocrisie que je vous dis, moi ça me donne envie de vomir :/

« Est puni d’un emprisonnement de 3 à 5 ans et d’une amende de 50 000 DA à 100 000 DA quiconque offensera le prophète ou l’un des envoyés de Dieu ou dénigre les dogmes ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit ou de dessin, de déclaration ou tout autre moyen.Les poursuites sont engagées d’office par le ministère public. »

Allez qui veut porter plainte contre moi ? Twisted Evil


Dernière édition par Kwitzach le Lun Oct 06, 2008 9:35 pm, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 9:12 pm

Non mais ce juge etait vraiment "Saïm" lui !!!

Cet article je l'ai relu deux fois ce matin tellement il me parraissait invraissemblable !

Faudrait vraiment qu'on m'explique sur quelles bases juridiques ce jugement a été rendu !!

Certe, le fait de voir des personnes faire fi du Ramadhan peut choquer plus d'un mais de là à les comdanner a des peines aussi lourdes même pas prévues par la religion elle même que je sache, le pas est vite franchi par cette cour .

Si ce juge voulait attirer l'attention sur lui , il a reussi son coup mais attendons un peu car je suis sûr que dans les jours à venir les faits seront requalifiés ou le juge disqualifié !


Affaire à suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: personnes comdamnees pour non respects du ramadan   Lun Oct 06, 2008 10:02 pm

Biskra : Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan
Six individus ont été condamnés par le tribunal de première instance près la cour de Biskra à quatre ans de prison ferme assortis de 100 000 DA d’amende chacun pour « non-respect d’un fondement de l’Islam, le Ramadhan », selon le chef d’inculpation retenu par le juge. C’était la veille de l’Aïd, dimanche 29 septembre.




Si la chose passe inaperçue chez la plupart des Biskris et fait même l’objet d’un consentement en ce qu’elle représente l’occasion de donner l’exemple et de redresser le tort causé aux sentiments religieux de la population, des points de vue juridique et politique, elle risque de constituer une autre violation des droits de l’homme qui vient ajouter une louche à la campagne de moralisation culminant après l’affaire Habiba K., de Tiaret, et la levée de boucliers contre une soi-disant campagne d’évangélisation qui viserait l’Algérie.Selon la version officielle, 27 personnes, dont 2 mineures, ont été surprises et ensuite arrêtées dix jours auparavant par la police au jardin public Djenane El Beylek en train de manger pendant la journée.

Tous ont reconnu les faits avant d’être obligés de signer des décharges exprimant leurs regrets, après quoi ils ont été relâchés. Six autres individus, âgés entre 30 et 50 ans, ont été arrêtés en flagrant délit le même jour, en train de jouer aux cartes et en possession de denrées alimentaires qu’ils consommaient en plein jour et en plein centre-ville, dans un coin, près du cercle du club de football de l’US Biskra. Pour le citoyen lambda, c’est un sacrilège puisque le musulman n’est pas censé manger avant la rupture du jeûne prévue chaque jour du Ramadhan à l’appel de la prière du maghreb. En revanche, compte tenu de la constitution algérienne et de la loi qui en découle, il n’est mentionné nulle part que les citoyens « confondus » dans pareille situation doivent subir des peines.

Selon un spécialiste du droit algérien, l’acte pour lequel ces personnes ont été condamnées ne tombe sous la force d’aucune qualification pénale. Il s’agit d’une première dans les annales judiciaires, affirme-t-il, sachant que la constitution, notamment dans son article 36, garantit la liberté de conscience et la liberté d’opinion. « Le seul cas où des actes pareils sont incriminés a été introduit dans le Code pénal à travers les amendements d’Ahmed Ouyahia en 2001 et concerne exclusivement l’acte journalistique », ajoute notre source. Il s’agit de l’article 144 bis2 qui, sous l’intitulé « Outrage et violence contre les fonctionnaires et les institutions de l’Etat », stipule : « Est puni d’un emprisonnement de 3 à 5 ans et d’une amende de 50 000 DA à 100 000 DA quiconque offensera le prophète ou l’un des envoyés de Dieu ou dénigre les dogmes ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit ou de dessin, de déclaration ou tout autre moyen.

Les poursuites sont engagées d’office par le ministère public. » A partir de là, c’est la qualification même du délit qui a été faussée au départ. Le fait de ne pas jeûner n’est pas reconnu comme crime ou délit par le législateur algérien, ajoute notre source, bien plus que cela, la loi divine elle-même ne prévoit pas de pénalité sévère et même le régime des taliban n’est pas aussi strict. Me Boudjemaa Ghechir, président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH), considère de son côté que « l’interprétation du juge de l’esprit de l’article 144 bis2 n’est pas juste ». Et d’ajouter : « Ces personnes ont été condamnées pour s’être moquées d’un précepte de l’Islam, alors que rien ne prouve qu’il s’agissait de moquerie. »


alors que de vrais criminels sont libres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 10:11 pm

c'est un doublon, chérie20 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cherie20

avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 10:16 pm

j'avais pas vu,vu

desolee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 10:19 pm

pas grave ! comme ça je vais m'arracher ce qui me reste de cheveux doublement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Lun Oct 06, 2008 11:07 pm

scratch scratch scratch scratch affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
kkader

avatar

Nombre de messages : 281
Age : 36
Localisation : constantine
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 12:21 am

on s'enfonce de plus en plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 1:20 am

fermacha fermacha fermacha fermacha les femmes au moins auraient un bon prétexte !!! si on les attrape en "flagrande" geek geek geek geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 1:30 am

lol! Même pas puisque les règles de bienséance voudraient qu'on ne s'en apperçoive même pas ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 3:32 am

forzi a écrit:
lol! Même pas puisque les règles de bienséance voudraient qu'on ne s'en apperçoive même pas ! lol!

Ben oui ! ça coule de source non ? ! Ah non ! c'est clair comme de l'eau de roche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 9:18 am

Abdallah a écrit:
forzi a écrit:
lol! Même pas puisque les règles de bienséance voudraient qu'on ne s'en apperçoive même pas ! lol!

Ben oui ! ça coule de source non ? ! Ah non ! c'est clair comme de l'eau de roche Very Happy

Manière tres poétique de parler de "ce prétexte "! merci les gars ! c'est trés sympa ! cheers cheers ça nous change un peu ! de Rachid Boudjedra Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 3:15 pm

demain sera au tour des jeunes filles non vierge et aux jeunes hommes non circonsis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dechainé

avatar

Nombre de messages : 2062
Localisation : au dela des frontieres
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 3:20 pm

comme j'ai reagis sur un autre post je reaffirme demain ca sera au tour des jeunes filles non vierges et aux jeunes homme non circoncis.

affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 7:33 pm

dechainé a écrit:
demain sera au tour des jeunes filles non vierge et aux jeunes hommes non circonsis.

Encore heureux ! Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 53
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mar Oct 07, 2008 8:45 pm

Les taliban sont parmi nous !( el watan : Edition du 7 octobre 2008) /Repéres



Au pays du mollah Omar, on n’aurait pas vu pire. Six personnes ont été condamnées à Biskra, la veille de l’Aïd, à quatre ans de prison ferme et 100 000 DA d’amende chacun pour « non-respect du Ramadhan ». L’information est passée inaperçue tant l’attention était focalisée sur les inondations tragiques de la vallée du M’zab. Les personnes ont été arrêtées en possession de produits alimentaires pratiquement le quinzième jour du mois de Ramadhan, puis relâchées. Devant le juge, elles ont reconnu les faits, sans doute parce qu’elles étaient loin de supposer un aussi lourd verdict. Une sentence, c’est le moins que l’on puisse dire, qui a surpris tout le monde. La Ligue de droits de l’homme (LADH), les correspondants locaux de la presse nationale... Non seulement parce que c’est la première fois que le fait de ne pas jeûner durant le Ramadhan est considéré comme un délit passible de prison, mais aussi par l’artifice recherché pour arriver à une telle condamnation. Jamais au grand jamais, depuis que l’Algérie est l’Algérie, la non-observation du jeûne, même si celui-ci est un des cinq piliers de l’Islam, n’a jamais été réprimée par la loi. Pourquoi le serait-il chez nous ou dans d’autres pays musulmans où la tolérance religieuse est officiellement affirmée ?

D’ailleurs, toutes les Constitutions qui ont été adoptées depuis 1962 en Algérie ont reconnu le principe de la liberté du culte, même si l’Islam est proclamé religion d’Etat. Alors, comment un juge du tribunal de Biskra a-t-il condamné des personnes qui étaient « en possession d’aliments » avant l’heure du f’tour, de la rupture du jeûne, puisque le fait de posséder un casse-croûte dans la journée n’est pas un délit au regard de la loi, contrairement à la drogue ou aux autres substances prohibées ? Une situation qui n’est pas sans rappeler de l’affaire Habiba K. de Tiaret condamnée, elle aussi en première instance, pour « prosélytisme religieux » parce qu’elle était en possession d’une Bible ou de plusieurs ; qu’importe. Elle aussi a été arrêtée en « flagrant délit » dans un bus, quelque part entre Tiaret et Oran. Etrange endroit pour faire du prosélytisme, il faut l’avouer, et qui donne à cette affaire un caractère plus que rocambolesque qui n’a rien à envier en matière de ridicule au plus triste canular. N’empêche que rien n’a fait reculer nos zélés « redresseurs de torts » qui se sont efforcés de nous faire croire que le pays tout entier serait menacé par une campagne d’évangélisation menée à partir de l’étranger et dont les objectifs seraient de semer le doute dans les consciences des Algériens et le trouble dans leur foi musulmane. Sans la vigilance de ces fieffés redresseurs, on a du mal à imaginer quelle aurait été la surprise des dirigeants de ce pays, s’apercevant un beau matin que la majorité ou la totalité des citoyens a été évangélisée à partir de l’étranger ! Le pays serait tout simplement, de la manière la plus absurde, « ingouvernable ». Ouf ! On est passé à deux doigts d’un tsunami d’un nouveau genre.

Quant aux six malheureux citoyens surpris en possession de denrées alimentaires, en train de jouer aux cartes dans un jardin public à Biskra, leur sort a été scellé aussi facilement que l’a été celui de Habiba K., il y a quelques mois. Car il est encore plus difficile d’imaginer un flagrant délit de jeux de hasard prohibés par le Code pénal non pas un tripot clandestin, mais bel et bien dans un jardin public au centre-ville de Biskra. Mais le plus absurde, dans cette affaire, c’est que ces malheureux joueurs affamés ont été condamnés en vertu d’une disposition du code pénal qui régit ce que l’on appelle le délit de presse, la hantise des journalistes algériens depuis 2001, année où Ahmed Ouyahia, alors ministre de la Justice, a décidé de durcir davantage le code de l’information dans son caractère coercitif en matière de diffamation en introduisant de nouvelles dispositions dans le code pénal. Et plus exactement en y ajoutant le fameux article 144 bis qui porte comme intitulé : « Outrage et violence contre les fonctionnaires et les institutions de l’Etat. » L’alinéa 2 dudit article stipule ainsi : « Est puni d’un emprisonnement de 3 à 5 ans et d’une amende de 50 000 à 100 000 DA quiconque offensera le Prophète ou l’un des envoyés de Dieu ou dénigre les dogmes ou préceptes de l’Islam, que ce soit par voie d’écrit ou de dessin, de déclaration ou tout autre moyen. Les poursuites sont engagées par le ministère public. » En l’occurrence, le juge de Biskra, loin de considérer ces six joueurs de belote qui avaient choisi de ne pas jeûner ce jour-là, comme des journalistes, a semble-t-il estimé que ces malheureux citoyens ont offensé un des principes de l’Islam. Encore faut-il prouver que l’inobservation de ce précepte est considéré comme une offense aux principes de l’Islam... Un tel précédent a un caractère dangereux. C’est la porte ouverte à d’autres dérives. On peut imaginer demain un autre juge condamnant d’autres personnes arrêtées au moment de la prière du vendredi dans la rue, au lieu d’être à la mosquée ! Rien ne pourra, après la condamnation de Biskra, empêcher le juge de considérer que l’inobservation de ce précepte religieux est en soi une offense réprimée lourdement par la loi. La société souffre de bien d’autres phénomènes que sont la délinquance au quotidien, le grand banditisme, qui sollicitent l’attention des juges de la République, des législateurs et des pouvoirs publics, y compris à Biskra ou Tiaret, plutôt que de s’arrêter sur ce genre d’affaires qui ne font que jeter le discrédit sur les institutions du pays.


Par Reda Bekkat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
biba

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   Mer Oct 08, 2008 12:54 am

affraid priere dites moi que c juste une blague de mauvais gout Sad
wallah que j'ai pleuré!! je me suis rappelé mon grand pere que j'ai mm pas connu:il s'est sacrifié pour que l'Algerie vive!!
et nous ?qu'est ce qu'on en a fait depuis??




Chronique (Mardi 07 Octobre 2008)


Jusqu’au jour où…
Par :Mustapha Hammouche
Lu : (892 fois)

C’est une nouvelle de Franck Pavloff. Elle raconte l’étrange attitude par laquelle les hommes — et souvent les peuples — accueillent le fascisme qui bientôt les étreindra, une attitude où se mêlent la soumission et l’indifférence.
Le narrateur écoute son ami Charlie lui raconter qu’il a dû euthanasier son chien parce que le gouvernement a décidé d’exterminer tous les chiens qui n’étaient pas bruns.
L’événement le choque. Pourtant, le narrateur avait, avant Charlie, comme exigé par le gouvernement, empoisonné son chat parce qu’il n’était pas brun. Mais il croyait que cela allait s’arrêter aux chats. Enfin, il voulait le croire. Il trouvait même qu’il y avait trop de chats pour se donner bonne conscience. De cela d’ailleurs les deux amis parlent avec un certain détachement. “Trop de sensiblerie ne mène pas à grand-chose !”
Quelque temps après, c’est le narrateur qui apprend à Charlie que le journal de la ville a été fermé. Parce qu’il avait parlé de… l’affaire des chiens, une mesure nationale !
Et pour le tiercé, s’inquiétèrent-ils ? Il n’y a qu’à lire Les Nouvelles Brunes ; ils sont forts, côté courses. Et pour se consoler de leurs animaux perdus, ils achetèrent, Charlie un chien brun et son ami un chat brun. Après tout, ils étaient tout aussi affectueux.
Un jour, ils apprirent, par Radio Brune, que les milices, brunes, recherchaient les personnes qui avaient déjà possédé des chats ou des chiens pas bruns. Il était devenu un délit d’avoir déjà possédé un matou ou un clebs qui ne fut pas brun.
L’insouciance devant le sort des chats, des chiens et des journaux “pas bruns” leur avait caché que leur tour allait arriver.
Six personnes sont en prison à Biskra pour quatre ans pour “non-respect d’un fondement de l’Islam”. Le juge leur a appliqué la loi du 26 juin 2001 destinée à réprimer les “outrages et violences à fonctionnaires et institutions de l’État” et qui, dans son article 144 bis 2, punit d’un emprisonnement de trois à cinq ans “(…) quiconque offense le Prophète et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’Islam, que ce soit par voix d’écrit, de dessin, de déclaration ou de tout autre moyen”.
Le propos n’est pas, ici, de commenter l’affaire dans son fond. Il s’agit cependant d’observer que si l’affaire de Biskra fut possible, c’est parce qu’il fut possible d’arrêter et de condamner deux personnes à Béjaïa pour avoir rompu le jeûne et de juger une femme à Tiaret pour avoir été interceptée en possession de Bibles. Le viol de la liberté de conscience est une étape du viol des libertés.
Les condamnées à Biskra étaient certainement loin de penser, en 2001, que cette loi qu’on vient de voter pour mater les journalistes justifierait un jour leur propre emprisonnement.
Pavloff dit de ses personnages : “Ni des héros ni de purs salauds. Simplement, pour éviter les ennuis, ils détournent les yeux. Sait-on assez où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre nous ?”
C’est ainsi que vainquent les totalitarismes. Ils enserrent les sociétés par portions successives. À chaque étape, les gens ordinaires, comme Charlie et son ami, et qui se croient encore indemnes, pensent que les victimes, c’est les autres. Jusqu’au jour où… il est trop tard pour tous.

M. H.
musthammouche@yahoo.fr


--------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Six personnes condamnées pour non-respect du Ramadhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EXCLUSION POUR NON RESPECT
» Naxoo condamnée pour travail au noir !
» Condamnés pour avoir laissé leur chien devenir obèse
» Recettes pour mijoteuse: dossier (68 pages)
» newport chambre famille 6/personnes qui la connait?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Vu, lu et entendu-
Sauter vers: