AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 On en apprend tous les jours, la chronique de Chawki Amari

Aller en bas 
AuteurMessage
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: On en apprend tous les jours, la chronique de Chawki Amari   Jeu Juil 10, 2008 10:58 am

Jeudi 3 juillet, alors que Belkhadem expliquait les raisons de son limogeage en affirmant que « le président n’a pas à fournir d’explications », on apprenait que le même jour, un citoyen de 42 ans s’immolait par le feu en pleine rue à Tiaret. Les deux informations n’ayant aucun lien entre eux, la gendarmerie a quand même ouvert une enquête, pour le cas de Tiaret du moins. Pour savoir d’où lui est venu son bidon d’essence, s’il n’est pas un partisan de Belkhadem ou si sa conversion au Christianisme, dans ce haut lieu de Jésus qu’est Tiaret, a posé problème ? Les réactions ne se sont pas faites attendre, on apprenait que le vendredi, le FLN finalisait son redressement, le vieux parti, gros sac sans fond en peau de crocodile, n’a pas pleuré longtemps son chef du gouvernement. Objectif annoncé, limoger Belkhadem, tombé en disgrâce après son éviction par le chef de l’état, tout comme il l’avait fait pour Benflis dès qu’il a perdu les faveurs du pouvoir, ou Mehri, un peu avant. Dans le même ordre hiérarchique pourrait-on dire, samedi, on apprenait que le président Bouteflika se rendait au ministère de la défense à l’occasion de la fête de l’indépendance. Dans la foulée, 22 généraux sont nommés, contre 21 l’année d’avant au 5 juillet 2007, soit pour parler comme les économistes, une croissance de 0,05%.

Dimanche, la presse décodait le discours du 5 juillet et les intentions du président. On apprenait que Bouteflika laissait les portes de la repentance grandes ouvertes, les clés ayant été perdues dans la confusion des genres. Et à l’adresse de tous les jeunes à l’occasion de ce qui est aussi la fête de la jeunesse, il a simplement demandé de la patience aux émeutiers, harragas ou kamikazes, ce qui a été interprété comme l’annonce d’une prochaine distribution massive d’anxiolytiques sur tout le territoire national, dont le nombre de wilayas va augmenter prochainement. Pour toute réponse, lundi, les jeunes de Messâad dans la wilaya de Djelfa, remportaient la palme de l’émeute. Alors que des mouvements de contestations se produisent un peu partout pour l’eau, le travail, le gaz ou les routes, les jeunes de Messaâd sombraient dans l’émeute à cause d’une soirée programmée dans le cadre du festival de la chanson naïlie, annulée à la dernière minute par les autorités. La maison de la culture a été détruite, ce que l’on peut comprendre, puis la station essence, ce qui n’a pas été compris, sauf que l’on apprenait dans le même temps que Naftal perdait son monopole de distribution de carburant à l’issue d’une nouvelle loi. Pas de commentaires pourtant du président sur la patience puisque le même jour, il était au Japon pour régler les problèmes du G8. On apprenait par contre par la voix de Sarkozy que le président algérien allait à Paris. Pas au Val–de-Grâce mais pour le sommet de l’Union pour la Méditerranée, régler les problèmes de flux autour de la grande flaque d’eau bleue. Justement, on apprenait mardi, que les Oranais n’ont de l’eau qu’un jour sur deux mais heureusement pour eux, la plus grande usine d’Afrique de dessalement d’eau de mer allait être construite dans la région. Alors qu’à l’Est, du côté d’El Tarf, une cinquantaine de femmes bloquaient la route au wali, pour protester contre le manque d’eau. Armées de jerricans, elles ont obligé la délégation à faire demi-tour et de ce fait, constituaient la première émeute 100% féminine.

Mercredi, on apprenait que l’ex-président de l’Assemblée nationale, Amar Saïdani, un ancien berrah de fêtes à El Oued, qui a gravi patiemment les échelons du FLN, était refoulé et empêché de partir à Paris, impliqué dans une grosse affaire de détournement, pas de voix mais de vrai argent. Le même jour, le procès du meurtre de Matoub Lounès, tué à l’inverse à son retour de Paris, s’ouvre, encadré par un millier de policiers, dans une ambiance très tendue. Pour rien puisque l’on apprenait jeudi que le juge a annoncé dès son arrivée le report du procès à une date indéterminée puis est rentré chez lui, sans parler à personne. Pourquoi ? Par manque de témoins. On en apprend tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On en apprend tous les jours, la chronique de Chawki Amari
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Autin-Grenier, Pierre] C'est tous les jours comme ça
» [SOFT] APPS GRATUITES 365 : Découvrez tous les jours une nouvelle application [Gratuit]
» Mon compagnon de tous les jours
» [SOFT] APPGRATUITES : Des applis gratuites tous les jours [Gratuit]
» j'en apprends tous les jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: