AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 emeutes à oran

Aller en bas 
AuteurMessage
batoul

avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: emeutes à oran   Mer Mai 28, 2008 5:47 pm

c'est avec grande tristesse que je devoile la misére de ma ville No
suite à la defaite du mouloudia d'oran et sa chute en D2 , les Hamrawas ont saccagé la ville , brulés des pneus , renversé des voitures, devalisés les magasins , les stations d'escences , les marchés et meme 2 banques où ils ont voles les materiels informatiques , des boutiques ont ete devalisées , les poteaux lumineux et cabines telephoniques cassés , et bien entendu jettent des blocs de pierre sur toute voiture qui s'aventure dehors . resultat la ville est paralysée ya plus de transport en commun . Oran est une ville fantome , et certains quartiers ressemblent à kaboul .
mais tout ça vous ne le verrez jamais sur "el anbaa el moussawara "
et le malheur c'est que la police est depassée , la gendarmerie absente et l'armée inexistante .................................................au secours affraid affraid affraid affraid

https://www.youtube.com/watch?v=xbejv_euTeQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Mer Mai 28, 2008 6:17 pm

je viens de voir les émeutes sur youtube ....quelle tristesse !!! c'est affreux !!!....je ne crois pas que cela soit le foot , les jeunes étouffent , les gens ont en marre ...et les causes tout le monde les connait ...nul n'a besoin d'être sociologue ,ou psychologue
Pleure ô mon pays bien aimé....quel avenir pour nos enfants ! cette question me terrorise ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djamal



Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 1:56 am

La relégation du mco est un des signes de la dégradation des choses dans ce pays. Quand on sait que c'est la deuxième plus grande ville du pays et que celle-ci n'est même pas capable de maintenir son club en première division, il y de quoi se poser des questions. Quant aux émeutes, je ne pense pas qu'elles soit liés directement à cet échec, car comment expliquer les événements du Chlef alors que cette ville, beaucoup moins importante qu'Oran, abrite une des meilleures équipes de foot en division une? Et les émeutes de Berriane, qui n'a jamais été connue pour avoir une équipe et me semble qui lui importe peu d'en posséder une.
Et il me semble que le problème concernent surtout les jeunes qui en même temps posent un autre problème et c'est celui d'Elharga qui est traduit d'émigration clandestine, et que je ne partage pas cette manière de la décrire et c'est plutôt une crise de confiance de la part des jeunes et delà la décision de quitter le pays avec tous les risques que cela comporte. Pour du côté européen, ils ne font pas non plus part de la solution car je pense que cette migration est encouragée contrairement à ce que l'on nous laisse entendre. Et personne ne nous donne par exemple le taux de réussite de ces opérations car elles doivent être assez importantes pour que ces jeunes-là osent s'aventurer dans ces hautes mers; et surtout ne pas les sous-estimer leur intelligence car l'alternative n'offre pas de solutions aucunes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 38
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 10:16 am

Après quarante-huit heures d’émeutes
Oran dans l’incertitude

Alors que le calme est revenu dans la majorité des quartiers de la ville, une poche d’émeutiers du quartier Yaghmoracen (ex-Saint Pierre) a tenu en haleine la population et les services d’ordre.

Hier matin, la vie reprenait son cours normal avec les bus en circulation, les magasins qui ouvraient et le service de nettoiement qui commençait à enlever les débris de verre et les pierres. Mais vers 10h30, les émeutes ont repris dans cette partie de la ville délimitée par la rue d’Arzew, une des artères principales. Aux premiers incidents, l’information, enflée par la rumeur, a fait le tour des quartiers avoisinants et rebelote. Les commerces ont baissé rideau, le transport était presque paralysé et la ville s’est vidée. Dans ce quartier réputé difficile, des échanges de tirs lacrymogènes et de jets de pierres n’ont pas cessé pendant une bonne partie de la journée. Les assaillants se rassemblent dans la rue parallèle Cheriet Ali Cherif (ex-Cavaignac) et tentent des incursions par les ruelles adjacentes. Les renforts sont arrivés vers 14h et ce n’est qu’à partir de là que les émeutiers de Saint Pierre ont pu être dispersés. Un calme relatif est revenu. Un dispositif de sécurité a été dressé tout au long de cette grande artère qui traverse le centre-ville d’est en ouest. Déjà dans la matinée, les arrêts de bus saccagés, les enseignes et les lampadaires qui pendent, certaines vitrines défoncées étaient l’image qu’offrait ce lieu d’affrontement. Globalement, pour les deux jours d’émeutes, en même temps que 140 agents de l’ordre blessés, le chiffre de 157 arrestations d’émeutiers en majorité des mineurs a été avancé dans la journée, mais il a dû être revu à la hausse, car plusieurs arrestations ont été effectuées entre temps dans cette partie de la ville, y compris dans l’après-midi. Aucune estimation des dégâts n’a été en revanche communiquée. Devant le siège de la sûreté de wilaya, des mères de famille se sont rassemblées hier au deuxième jour consécutif pour demander des nouvelles de leurs enfants (en général des mineurs) arrêtés depuis le début des événements. On estime à une centaine de personnes rassemblées ici dans l’espoir d’avoir des nouvelles de leurs enfants qui ne sont pas rentrés. Les émeutes ayant coïncidé avec le jour de l’examen de fin de cycle primaire, ce sont officiellement 468 élèves qui n’ont pas pu passer leur examen, les centres d’examen étant, en plus, situés loin de leur lieu de résidence, parfois dans des quartiers chauds comme El Hamri. Les élèves d’un centre situé à la rue Chakib Arslane, pas loin des Halles centrales où on a enregistré des incidents, n’ont été libérés que tard dans la journée de mardi. Ailleurs, la CNEP Banque du quartier Es Seddikia où ont également eu lieu des échauffourées avec la police a subi des dégâts importants. Une troisième voiture a été également entièrement calcinée dans la mêlée. A propos de voitures, les stations-service de la ville étant restées hors service à cause des risques encourus dans ce genre de situation, les automobilistes ont dû se rabattre sur les stations des localités voisines comme Es Senia où on n’a signalé aucun incident. Pourtant, alors que les actes de vandalisme se sont généralisés mardi à plusieurs quartiers, les incidents ont touché plusieurs quartiers périphériques épargnés jusque-là, comme Sidi El Bachir, à la sortie est de la ville d’Oran. Sans doute par mimétisme, les images renvoyées par les émeutes d’autres horizons, certains jeunes, dans le feu de l’action (jets de pierres), se cachent le visage pour ne pas être reconnus. C’est cette image qui a sans doute été apparentée à la bande des encagoulés qui a, à plusieurs reprises, sévi à Oran. Des bandes de jeunes, livrées à elles-mêmes, ont sillonné en début de soirée de mardi plusieurs quartiers dans des cités lointaines implantées vers l’est. Dans certains endroits, selon des témoignages, ce sont les résidents eux-mêmes qui ont dû se rassembler pour dissuader les intrus de pénétrer dans les parkings en plein air. Un témoin affirme que même à Arzew, mardi vers 21h, des bandes de jeunes des cités ont voulu atteindre le centre-ville. Selon les mêmes témoignages, un quadrillage sécuritaire a été mis en place et aucun incident n’a été signalé. La désagrégation de la vie politique explique en partie le côté absurde de ces émeutes d’Oran qui ne sont liées à aucun slogan ou revendication. Les représentants des partis politiques sont restés aussi perplexes que le reste des citoyens qui, dans plusieurs endroits, passés les moments de panique, regardent de loin, les bras croisés, les affrontements comme un spectacle de rue.

Djamel Benachour


EL WATAN 29-05-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 38
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 10:17 am

Actualités : AU 3e JOUR DES ÉMEUTES, LES AFFRONTEMENTS S'INTENSIFIENT
Oran, ville fermée

Hier mercredi 28 mai 2008, alors que tout semblait calme et rentrer dans l’ordre, même si rares sont les commerces qui avaient ouvert, les Oranais vaquaient à leurs occupations tout en évoquant les événements de la veille, quand soudainement, vers 10h30, un mouvement de panique s’est de nouveau emparé de la ville.
Amel B. - Oran (Le Soir) - Des voitures venant à une folle allure conseillant aux passants de rentrer chez eux, ces derniers pris de panique couraient dans tous les sens. De suite, les quelques magasins ouverts ont vite baissé rideau, mais nul ne savait ni ne comprenait d’où venait la menace. La tension persiste. Après un tour en ville, nous constatons que les «lanceurs» de pierres sont revenus à la charge dans plusieurs quartiers et les brigades antiémeutes leur bloquaient le passage pour tenter de les canaliser et éviter leur dispersion comme ce fut le cas les deux premiers jours des émeutes. C’est le cas de la place d’Armes, de Saint- Pierre, où des jeunes dissimulaient des bouteilles de vinaigre, ce qui n’augurait de rien de bien rassurant. Les banques publiques étaient toutes fermées ainsi que les institutions de l’Etat ; toutes craignaient d’être la cible des casseurs qui en voulaient aux symboles de l’Etat. Au deuxième jour de l’émeute, la rue oranaise a vécu des moments d’une rare violence qui est montée d’un cran vers 18h notamment au niveau du centre-ville, à la rue Larbi-Ben M’hidi, qui faut-il le signaler avait subi il y a quelques jours le retrait par les autorités locales des fils électriques pour on ne sait quelle raison, dès lors la rue était plongée dans le noir, un noir qui a surtout profité aux émeutiers rendant difficile l’intervention des services de sécurité. Cette rue qui donne sur plusieurs chauds quartiers tels que Cavaignac et Saint- Pierre a connu une certaine forme de «solidarité des clans» entre les jeunes de ces quartiers qui d’ordinaire sont des bandes rivales. Alors que l’annonce faite au JT du 20h de mardi d’un éventuel «championnat à blanc permettant au MCO d’être maintenu en première division devait calmer les esprits, la nuit a profité aux pilleurs qui, constatant le retrait partiel de la police, se sont mis à piller les commerces du centre-ville ainsi que ceux de Choupot, une artère très commerçante. Dans la soirée de mardi, deuxième jour des émeutes, les scènes auxquelles les citoyens ont assisté, impuissants, face à la colère et au déchaînement d’une rare violence, sont sans précédent. Des feux allumés, des pneus brûlés, des cabines téléphoniques arrachées, des jets de toutes sortes de projectiles… les émeutiers étaient, et pour un bon moment, «les caïds» de la rue. Ce n’est qu’aux environs de 19h30 qu’un renfort important des forces de sécurité est intervenu pour rétablir l’ordre. Ce ne fut pas une mince affaire puisqu’elles devaient leur courir après dans tous les sens et devaient parfois défoncer les portes des immeubles où certains émeutiers s’étaient réfugiés. Après l’annonce au 20h de l’ENTV, d’un éventuel championnat à blanc et de l’ouverture d’une enquête sur la gestion des finances du club, les manifestations ont repris de plus belle. Les Hamraoua ont investi de nouveau la rue… La donne semblait pour un bref instant changée et force de l’ordre et émeutiers avaient cessé de s’affronter et les jeunes scandaient des slogans de victoire arrachée, estimaient- ils, grâce à leur révolte : «vive MCO à nous la reconquête de la première division, vive El Hamraoua…». A 21h, le calme semblait revenu, seule la désolation et les grandes pertes financières et morales sont restées ancrées dans les esprits. Malheureusement, il ne s’agissait que d’un leurre car quelques minutes plus tard (21h15), on remarque un mouvement suspect de bandes de jeunes munis de barres de fer et de barricades et qui semblaient décidés à aller jusqu’au bout d’une révolte peu commune. La nuit promettait d’être assez mouvementée, et les pillages faisaient sûrement partie de leur plan. La plupart des propriétaires des commerces ont amené leurs propres vigiles pour veiller sur leurs biens, certains ont même préféré y passer la nuit, car les rôdeurs en moto n’auguraient rien de rassurant. Il était clair qu’ils guettaient les commerces au grillage fragile et s’informaient sur le type de marchandises s’y trouvant. D’autres commerçants ont tout simplement vidé leurs magasins jusque tard dans la nuit. L’information s’est vite confirmée puisque l’on saura vers 22h que plusieurs quartiers connus pour leurs magasins de prêt-à-porter ont été pillés notamment à la rue Larbi Ben M’hidi, Khemisti ou encore l’avenue Choupot où les citoyens étaient impuissants face à ces scènes de vandalisme. Leurs appels incessants à la police n’ont pas empêché les pilleurs d’agir. Vers 23h, la lourde tâche est revenue aux éboueurs qui s’affairaient à nettoyer les rues du mieux qu’ils pouvaient car ce n’était pas si évident d’y parvenir tant les dégâts, les détritus et autres débris de la casse étaient éparpillés partout. Au lendemain des affrontements d’hier, Oran s’est réveillée dans un piteux état. Alors que les citoyens pensaient que les choses étaient rentrées dans l’ordre, dans la matinée, la rumeur d’une nouvelle émeute sans précédent circulait et la rue a de nouveau été désertée et les commerces fermés. Les ménages ont eu du mal à s’approvisionner et un vendeur de viande nous confie «les habitants ont fait de grandes provisions comme si une guerre allait éclater !». Une ménagère nous interpelle pour nous dire qu’«au lieu de piller, qu’ils parlent de la cherté de la vie nous n’en pouvons plus !» une autre nous dira que «les boulangeries sont toutes fermées, on dit qu’il n’ y a plus de farine mais que se passe-t-il, Oran est livrée à un triste sort !». Une remarque qui a été faite par plusieurs citoyens qui estimaient que la présence policière n’était pas aussi importante face à l’insécurité et à l’anarchie qui profitaient aux émeutiers. «Pourquoi n’ont-ils toujours pas fait appel à des renforts plus importants ? Qu’est-ce qu’ils attendent ? On ne se sent pas en sécurité !» A midi, une ambiance très tendue était perceptible et les affrontements ont repris entre les forces de l’ordre et les émeutiers, qui étaient de plus en plus nombreux au niveau du quartier de Saint-Pierre et de la rue d’Arzew (rue Ben- M’hidi) où des renforts importants de police ont commencé à affluer au niveau de ces quartiers et se sont déployés dans les ruelles pourchassant les émeutiers et effectuant des arrestations. D’épais nuages de bombes lacrymogènes obscurcirent le ciel et seul le recours au vinaigre, pouvait apaiser l’effet de ce gaz. Jusqu’aux environs de 16h, le déploiement des services de sécurité était maintenu et les émeutiers tentaient de revenir à la charge avec des jets de pierres et des insultes. La tension a atteint un degré de non-retour qui fait craindre le pire.
Des renforts de police quadrillent le centre-ville
Vers 17h, le redéploiement des forces de sécurité et les multiples arrestations commençaient à restaurer le calme même si certains tentaient toujours de revenir à la charge. La situation n’était pas totalement maîtrisée puisqu’à chaque fois que les forces de sécurité quittaient les lieux, les émeutiers se regroupaient de nouveau et allumaient le feu tout en lançant des projectiles. Ainsi, la police est resté en position au niveau des quartiers chauds pour empêcher le retour de la violence. Ailleurs, nous apprenons que le calme est revenu même si des attroupements étaient toujours signalés. Au niveau du commissariat central, un autre attroupement a été signalé, mais il s’agissait des familles des jeunes arrêtés, venues s’enquérir du sort réservé à leurs enfants, mais leurs tentatives se sont avérées vaines. Concernant le nombre des arrestations, aucune information ne nous a été communiquée même si de toute évidence, le nombre a dû augmenter en ce troisième jour d’émeute. Vers 17h30, même si une certaine accalmie s’était installée depuis l’arrivée des renforts, les commerçants n’ont pas voulu prendre le risque de rouvrir leurs magasins, une attitude qui sera, nous diton, maintenue jusqu’à samedi quand la situation sera plus calme et surtout plus stable. Toutefois, les Oranais espèrent que le marché des fruits et légumes ainsi que les boulangeries seront ouvertes, faute de quoi, ils auront du mal à s’approvisionner. Tous souhaitent le retour au calme et l’apaisement.
A. B.


LE SOIR D'ALGERIE le 29-05-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 38
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 10:19 am




LE SOIR D´ALGERIE le 29-05-2008 par le HIC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
djamal



Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 11:59 am

Je ne prétends pas être un expert en sport en général et en football en particulier mais j'ai quelque observations à présenter sur le sujet de la relégation du club oranais en 2eme division. Souvenez-vous du match qui c'est déroulé entre usma et le club du borj, la rumeur avait circulé que ce fût un "match vendu" en faveur du club du borj. Et le commentaire de la chaîne III l'avait confirmée. Ce jour-là je recevais la visite d'un parent très intéressé au foot et lui-même m'en avait parler et ensuite un autre parent qui est dirigeant au sein d'un club très connu m'a de nouveau confirmer en mentionnant un certaine somme d'argent déboursée par l'équipe du borj. Alors qu'on suivit le match, j'ai remarqué le nombre de juniors et tout débutants que l'entraineur de l'usma a fait jouer lors de la rencontre, alors que son équipe était perdante. On n'applique jamais cette stratégie et il ne faut pas être sorti de Saint Cyr pour le savoir. Il était aussi apparent que les usmistes ne fournissaient aucun effort pour gagner et n'avait même pas contesté un penalty douteux.
Le résultat de ce match décida sur deux choses : premièrement la garantie au club du borj de rester en première division. Mais en même temps défavorisant d'autres clubs menacés d'être relégués en seconde division, parmi ces clubs le mco d'oran.

Maintenant, on voit mieux les choses et pourrait attribuer le mécontentement des supporters oranais à cette transaction illicite entre l'usma et l'équipe du borj. Mais où est l'intervention de la fédération? zilch, nada, niet, none en tout les langues du monde pour exprimer le négatif. Même pas une enquête encore moins une poursuite en justice des responsables concernés dans cette fraude soupçonnée.
Quand on ne réagit pas d'une manière responsable il faut s'attendre au pire des malheurs et c'est ce qui s'est passé à Oran, une ville qui n'attendait qu'une excuse de la sorte pour déraper à la violence. Car il faut se demander, et si l'usma avait remporté le match ou avait fait un nul? est-ce que le mco serait toujours en division une ou pas? Je demande là l'avis d'un des experts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 35
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 2:36 pm

expliquer ça comme etant colére populaire ? je ne croix pas vraiment mais je dirais plûtot du banditisme parce que ces voyoux ont trouver que la casse de masse rapporte beaucoup et a moindre risque sinon comment expliquer que les cibles privilegié sont les magasin de portables et les bijouteries et si c'etat vraiment une colére contre la pauvreté et le chomage comment expliquer le fait que des gens particulier ont été prisent comme cibles (voiture incendié et magasins sacager) Question Question Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 28
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Jeu Mai 29, 2008 10:34 pm

Citation :
si c'etat vraiment une colére contre la pauvreté et le chomage comment expliquer le fait que des gens particulier ont été prisent comme cibles

l'oisiveté est la mère de tous les vices quand à 30 ans tu n'as pas encore commencé ta vie actives et que tu n'as plus l'espoir de la commencer un jour , tu n'est à l'abri d'aucune tentation y compris te jeter à la mer ( harga).

l'aisance des autres est interprétée comme la cause de notre pauvreté et de nos malheurs le reste n'est que réaction en chaîne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 35
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Ven Mai 30, 2008 1:03 am

djamal a écrit:
Le résultat de ce match décida sur deux choses : premièrement la garantie au club du borj de rester en première division. Mais en même temps défavorisant d'autres clubs menacés d'être relégués en seconde division, parmi ces clubs le mco d'oran.
Car il faut se demander, et si l'usma avait remporté le match ou avait fait un nul? est-ce que le mco serait toujours en division une ou pas? Je demande là l'avis d'un des experts.
pour repondre a ta question Oui le MCO se serai maintenu mais faut pas oublier que le Mco aussi a acheter des match et corompu des arbitre (comme tu a l'air de ne pas suisvre le foot en algérie c'est la loi du mieux offrant) lors du dérniér match Blida a offert plus d'argent a chlef que le MCO et voila le resultat Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djamal



Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Ven Mai 30, 2008 1:58 pm

[quote="pititchi"]expliquer ça comme etant colére populaire ? je ne croix pas vraiment mais je dirais plûtot du banditisme parce que ces voyoux ...

Qu'en pense-tu du comportement de la part des équipes en matière de corruption n'est-ce pas du banditisme? Et le rôle complaisant de la fédération qui est supposée contrôler ses activités mafieuses de la part des équipes.
mais comme je disais ce n'est pas seulement une affaire de foot : une corruption à tout les niveaux à l'image de tout le pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 38
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Sam Mai 31, 2008 11:52 am

Emeutes : 82 mandats de dépôt à Oran

par H. Barti Et J. Boukraâ
Près de 200 participants présumés aux émeutes ayant émaillé la ville d'Oran, entre lundi et mercredi, ont été présentés, avant-hier, devant le juge d'instruction près le tribunal d'Es-Seddikia pour les chefs d'accusation d'attroupements, troubles à l'ordre public et destructions de biens de l'Etat et d'autrui, alors qu'une centaine d'autres personnes devront être présentées, aujourd'hui, pour les mêmes griefs au même tribunal.

Ce sont, précisément, de 197 émeutiers présumés, dont 28 mineurs, qui ont été auditionnés, jeudi, par le juge d'instruction. Ces présentations qui se sont déroulées en présence d'un important dispositif sécuritaire mis en place aux abords immédiats du tribunal où les membres des familles des prévenus étaient venus en force, se sont poursuivies jusqu'aux premières heures de vendredi. A l'issue de ces audiences, quelque 66 personnes et 16 mineurs ont été placées sous mandat de dépôt, affirment des sources proches du tribunal, précisant que le reste, soit 115 mis en cause, ont bénéficié de la citation directe.

A noter, par ailleurs qu'une centaine d'autres prévenus, impliqués dans ces mêmes émeutes devront être entendus, aujourd'hui, par le juge d'instruction près le tribunal d'Es-Seddikia, alors que des sources concordantes font état du transfert vers la chambre d'accusation de la cour d'Oran d'une dizaine d'autres dossiers, mettant en cause des individus poursuivis pour le chef d'inculpation d'«incendie volontaire», infraction qualifiée de crime par le Code pénal. Même si le calme est revenu, jeudi à Oran, après trois jours de violence, des sources concordantes affirment que des casseurs présumés, dont le nombre n'a pas été précisé, sont actuellement vivement recherchés par la police qui aurait réussi à les identifier grâce aux enregistrements des caméras de surveillance.

A noter, également, que dans la nuit de mercredi à jeudi un bureau de poste situé dans la localité de Haï Nedjma (ex-Chteibo) a été saccagé et brûlé. En outre, le lycée de Zouia, dans la commune de Hassi Bounif a été saccagé et des micro-ordinateurs auraient été volés.


Les réparations au détriment des projets


Pas de budget spécial pour remettre en état les biens publics saccagés, lors des émeutes déclenchées suite à la relégation du club du Mouloudia d'Oran. Le wali d'Oran a affirmé, mercredi dernier, lors de son intervention sur les ondes de la radio locale «El-Bahia» que «la réfection du mobilier urbain et des biens dégradés, lors des derniers incidents qu'ont connus plusieurs quartiers d'Oran, suite à la relégation du club de MCO en seconde division, se fera au détriment d'autres projets». «Les émeutiers se sont attaqués le plus aux mobiliers urbains, à savoir les plaques et les feux de signalisation routière, les abris de bus, l'éclairage public et les publiphones. Jusqu'à l'heure actuelle, nous ne disposons pas de bilan définitif des dégâts. Une chose est sûre, le remplacement et la réparation des installations touchées par les actes de vandalisme coûteront au Trésor public des sommes d'argent colossales. Cet argent sera prélevé à partir d'autres projets», a-t-il expliqué.

Le premier responsable de l'exécutif a ajouté que d'autres actes de vandalisme ont ciblé des agences de la Caisse nationale d'épargne et de prévoyance et quelques banques, où un important dispositif de sécurité a été mis en place pour parer à toute éventualité. «Les supporters de MCO sont innocents et ne sont pas responsables de ces actes de dégradation. On a affaire à des pilleurs et des casseurs qui ont profité des évènements pour voler» a, par ailleurs, affirmé le wali, qui avait saisi l'occasion pour lancer un appel au calme.

«La ville d'Oran ne mérite pas ce qui lui est arrivé. Ces actes ne peuvent que nuire à la ville et à ses citoyens, ce qui va donner lieu à d'autres besoins», donc d'autres dépenses. «Il faut laisser les autorités faire leur travail. Des négociations sont en cours avec la FAF et le Comité olympique algérien (COA), pour trouver un arrangement. Des mesures devraient être prises dans les prochains jours», a-t-il indiqué.

«La relégation du Mouloudia en deuxième division, ne réduit en rien son importance. Ce n'est pas simplement l'équipe d'Oran, mais celle de tout l'Ouest, de toute l'Algérie», a ajouté le wali.

Le wali avait, par ailleurs, reçu une délégation composée d'anciens dirigeants du club, des notables et des opérateurs économiques qui ont exprimé leur souhait pour aider le club à sortir de sa crise. D'autre part et selon une source hospitalière, environ 160 personnes ont été blessées depuis le début des émeutes dont une centaine de policiers. Des chiffres qui restent provisoires. A noter qu'environ 150 véhicules dont 20 bus, ainsi que 20 publiphones ont été saccagés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
karimovich89

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 29
Localisation : Tlemcen
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: emeutes à oran   Mar Juin 03, 2008 2:19 pm

had les emeutes on etait benifique a tlemcen car aucune equipe ne sera relegué .. merci les wharna !! fermacha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.karimovic89.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: emeutes à oran   

Revenir en haut Aller en bas
 
emeutes à oran
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Création Club Philatélique d'Oran
» Flamme D'Oran
» Oran
» Retour à Oran
» recherche philatilistes pour achat timbres sur oran ou alger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: