AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chawki Amari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Déc 10, 2008 11:04 am



POINT ZERO DU 10.12.2008.


Les éléments du sacrifice

Le sang a coulé et les forces de l’univers sont officiellement repues devant les sacrifices consentis. Maintenant quoi ? Au lendemain des rites, se posent toujours des questions, pas sur le fondement du rite mais sur la période à venir jusqu’au prochain.

Qui va être sacrifié l’année qui vient ? Le mouton oui bien sûr, puisque c’est l’animal à saigner par excellence. Mais dans la catégorie humaine, qui va devoir payer en 2009 pour assouvir la soif inextinguible des dieux du pays ? Les pauvres et la classe moyenne seront sacrifiés sur l’autel du libéralisme, avec un couteau mal aiguisé parce qu’en réalité, il ne symbolise par la véritable liberté d’entreprendre mais le capitalisme des copains, en ce sens qu’on ne donne pas l’agrément d’une banque, d’une compagnie d’aviation ou d’une usine de clous à n’importe quel Algérien qui en fait la demande et en a les capacités mais aux amis du sérail ou aux étrangers qui savent amadouer la fausse virginité de l’Etat par des bains apaisants à base de dollars, d’euros et de facilités personnelles.

Autres victimes sacrificielles, les libertaires sur l’autel du consensus social, les gardes communaux sur celui de la fausse paix retrouvée et les jeunes sur celui du patriotisme. Mais ce sont surtout les modernistes qui vont être égorgés en 2009. D’abord, parce que depuis plusieurs années, la modernité est devenue un gros mot, un élément de crypto-harkisme entendu, concept suspect qui ressemble à de la laïcité assimilationniste et qui sent la traîtrise. Ensuite la suite, en 2009, le président en exercice, président des équilibres, va continuer à offrir au détriment de tous les autres courants de pensée la société aux islamistes, la rente aux nationalistes et la politique aux opportunistes. Pourquoi ? Pour rester. Ce qui n’est pas une idée moderne mais bien le contraire. Un sacrifice rituel.


Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Déc 13, 2008 3:01 am



POINT ZERO DU 13.12.2008.


Quelle est la plus jolie fille du pays ?

Le chat est parti, l’eau a coulé et la Constitution a été amendée. La neige est tombée, les députés sont rentrés chez eux terminer la construction de leurs maisons et le quartier général de campagne vient d’être installé sur les hauteurs d’Alger, où l’on a pu remarquer le passage de HHC, que tout le monde croyait en enfer. De même que les 48 comités de soutien ont déjà été montés dans chaque wilaya, toutes les structures nécessaires à la reconduction ont été bâties en un temps record, plus vite que la réforme bancaire, plus rapidement que le métro d’Alger et avec infiniment plus de célérité que la démocratisation du pays.

Tout semble donc prêt pour l’élection, même si tout le monde s’accorde à dire qu’il n’y aura aucun enjeu, en dehors de la rémunération des agents des bureaux de vote et de la couleur des rideaux. Seule question, y aura-t-il fraude pour pousser le score à son maximum, le président ayant toujours exigé un indiscutable soutien populaire, quitte à lui inventer un peuple massif de votants ? Si le régime actuel ne brille ni par la transparence ni par l’honnêteté, on peut se poser la question quand on sait qu’il y a quelques jours l’élection de Miss Algérie a été organisée à Alger et que même ce scrutin mineur a été l’objet de manipulations. En effet, à la fin de la compétition, Miss Alger a été élue, mais les membres du jury ont contesté le résultat, criant à la fraude massive et au bourrage des urnes, jurant qu’ils avaient voté pour une autre fille. Faut-il des observateurs internationaux pour surveiller l’élection de Miss Algérie ?

Si c’est le cas, comment gérer alors l’élection de l’homme le plus puissant du pays ? Des observateurs extraterrestres ? On savait déjà qu’on ne savait rien, ni du réel bilan économique, ni de l’assassinat de Mecili, ni des 5 ans à venir. Il faut maintenant admettre qu’on ne sait même pas qui est la plus jolie fille du pays.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Déc 14, 2008 4:00 am



POINT ZERO DU 14.12.2008.



1000 Leïla et le pays des sans réponses

En se levant du mauvais pied – bien qu’elle n’en ait qu’un seul depuis qu’elle a sauté sur une bombe artisanale en allant acheter un hijab et un tournevis – Leïla s’est demandée pourquoi elle est née ici. La veille, sa voisine Leïla lui expliquait encore que face à la mondialisation, les nationalités devraient pouvoir s’acquérir par une carte à gratter à l’âge de 15 ans, qui donnerait le résultat du pays de manière aléatoire et pour plus de justice, car Leïla se demande souvent pourquoi elle n’est pas Norvégienne.

Elle s’est traînée jusqu’à la cuisine en se demandant pourquoi il faut se lever tous les jours alors que les journées sont exactement les mêmes. Bien qu’elle ne fume pas, Leïla a allumé une cigarette et s’est demandée pourquoi les Algériens fumaient autant, alors que les pavillons des cancéreux sont saturés.Puis Leïla est allée travailler, bien qu’elle n’ait plus de travail, licenciée pour avoir refusé d’aller faire un tour en forêt avec son patron. A midi, au 142e café et toujours chez elle, Leïla s’est demandée pourquoi elle en buvait autant et comment se fait-il qu’on ne crée pas d’emplois dans un pays où tout est à construire. Pourquoi un pays aussi riche, doté de ressources, de bonnes terres et de cadres n’arrive-t-il pas à décoller ? Pourquoi les libertés posent-elles autant de problèmes ? Pourquoi les Algériens détestent-ils les femmes alors qu’ils adorent leurs mères ?

Pourquoi un troisième mandat alors qu’il suffit d’un seul pour comprendre que la méthode n’est pas la bonne ? Quand le Président évoque la volonté du peuple, pourquoi ne lui demande-t-il pas son avis ? Après s’être demandée si le peuple avait un avis et un projet et le Président une oreille et un cœur, Leïla s’est couchée, comme chaque soir, avec la même question : comment faire pour s’endormir alors qu’elle sait pertinemment qu’elle aurait pu être ailleurs et avec le même sexe ?



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Déc 15, 2008 2:00 am



POINT ZERO DU 15.12.2008.



Les meurtres sans meurtriers

Dans l’affaire Hasseni-Mecili, brouillée par de fausses pistes et noyée par des indignations nationalistes, il y a un problème de fond, sous la forme d’une question bien simple : l’Algérie officielle défend-elle l’assassinat d’un opposant algérien ? Comme à l’école, il n’y a que deux réponses possibles : si c’est oui, c’est-à-dire que ce crime est une opération qu’il fallait monter, le régime assume – position idéologique à la mode – l’assassinat par les services officiels de l’Etat d’un Algérien opposant, avocat et militant, sur un territoire étranger.

Il n’y a donc rien à faire de son point de vue, si ce n’est protéger les commanditaires du meurtre. Si c’est non, et la responsabilité de cet assassinat planifié étant trop lourde à porter, le régime refuse donc d’assumer ce crime et devrait commencer par condamner l’assassinat officiel d’un citoyen algérien par les services de l’Etat, ce qu’il n’a pas encore fait. Dans la même idée, s’il réprouve ce crime, pourquoi alors ne mène-t-il pas l’enquête lui-même en écartant le parasitage de la justice française et puisqu’il avance encore la thèse de l’homonymie, pourquoi ne rend-il pas publique l’identité du vrai commanditaire ? Parmi les deux, il semble évident que c’est la première réponse qui est la bonne.

Le régime algérien assume ce crime et fera tout pour bloquer l’enquête en se réfugiant derrière l’erreur judiciaire et l’arrogance d’une puissance colonisatrice méprisante. La gestion de ce dossier par la partie française ne devrait pourtant pas nous concerner, c’est à Alger qu’il faut d’abord régler le problème ; on peut comprendre que des services protègent les leurs, mais l’Etat algérien doit condamner cet assassinat parce qu’il y va de l’éthique ; si un régime n’avoue pas ses crimes et continue à les faire passer pour une gestion normale de l’opposition, il peut en théorie continuer à tuer n’importe qui.


Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mar Déc 16, 2008 2:08 am



POINT ZERO DU 16.12.2008.


L’hiver des solitudes

Un Aïd saignant. Pour le budget des ménages aussi. Puis rien après, un grand vide enveloppé d’un froid glacial. Dans la cour intérieure, une peau de mouton accrochée sur un mur a du mal à sécher. Le vieux n’a plus rien, tout le monde est parti après la fête. Ne lui reste qu’un vieux poste de télévision tremblotant. Dans les montagnes, les burnous et les kachabias cachent mal une profonde solitude face à un Etat absent qui ne s’occupe que de batailles de sérail. Dans les campagnes, des âmes en peine, recroquevillées pour éviter les vents de face, errent à la recherche d’une bouteille de gaz butane. A la télévision, le ministre de l’Energie assure que tout va bien, le pétrole ne peut plus baisser. Des maisons de pauvres, mal entretenues, s’effondrent chaque jour, minées par les pluies incessantes, emportant avec elles des victimes, souvent des enfants.

A la télévision, le ministre des Ressources en eau assure que tout va bien, les barrages sont remplis. Près de Sidi Bel Abbès, des manifestants sont allés protester devant l’APC pour demander du travail. La police a fait le sien : elle les a arrêtés en attendant que le procureur fasse aussi le sien. Devant son poste de télévision, le vieux a vaguement regardé Ahmed Ouyahia, triomphant, souriant, assurant que tout va bien en énumérant une suite interminable de chiffres abstraits. Il y a quelques jours, une autre émeute, à quelques kilomètres d’Alger cette fois, près de Tessala El Merdja, est aussi passée inaperçue. Les journaux, même privés, installés dans la rente et dont les patrons sont milliardaires en ne vendant presque pas d’exemplaires, ronronnent en assurant que tout va bien, rivalisant avec l’APS dans la non-information. A la télévision, la revue de presse confirme que tout va bien, ce sont les journaux qui le disent. Le vieux a attendu la publicité. Puis a éteint le poste. Et s’est éteint. Il fait trop froid.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Déc 17, 2008 12:40 pm



POINT ZERO DU 17.12.2008.


Petit jogging à l’Assemblée

Hier à l’Assemblée, les députés repus ont tenté de redorer leur image, ternie par l’adoption en masse de la présidence à vie, quelques jours après que leurs salaires aient été massivement augmentés. Pour se faire pardonner de ne penser qu’à manger, ils ont un peu révisé, à l’occasion de la journée parlementaire consacrée au plan d’action du gouvernement. Cette séance retransmise à la télévision pour expliquer aux Algériens pourquoi les députés gagnent-ils autant d’argent fait partie de leurs prérogatives, et ils en ont profité pour poser des questions dont personne n’attend de réponse et élaborer des remarques dont personne n’attend qu’elles soient prises en compte. Pourquoi ? Parce que l’Assemblée n’est plus qu’un restaurant où les clients sont aussi serveurs, a fortiori depuis que les députés ont voté eux-mêmes une Constitution qui leur donne moins de prérogatives.

Et parce que le gouvernement tend l’oreille en la laissant bien fermée. Il ne va pas entamer la réforme de la justice pour la rendre indépendante puisqu’il a besoin d’elle en tant que dépendance. Il ne va pas entamer la réforme des banques puisqu’il a besoin de leur état archaïque pour donner des prêts à ses amis. Il ne va pas régler le problème du logement puisqu’il en possède plusieurs à louer, à des prix exorbitants. D’une manière générale, le gouvernement n’est pas là pour expliquer pourquoi rien n’avance mais pour se sacrifier à un exercice théorique obligatoire. Quelle est la question qu’un Algérien aurait envie de poser au gouvernement ? Selon un sondage non publié, réalisé sur un échantillon représentatif de la population, c’est la suivante : « Monsieur le gouvernement, pourquoi vous n’aimez pas votre pays ? », suivie juste après de celle-ci : « Que s’est-il passé dans votre enfance ? »



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Déc 20, 2008 3:00 pm

Point de "Point Zéro" ce Samedi mais que cela ne nous empêche pas de lire Chawki Amari dans cette chronique bien de lui :


La rencontre du
Lundi 15.12.08


Les constantes. Le froid reste tenace à Alger, tout comme la panne générale d'imagination et l'absence de restaurants et d'endroits où s'amuser dans la capitale. Heureusement, tout le gaz du pays n'a été encore vendu et les chauffages tournent à plein régime, car contrairement à l'électricité qui a largement augmenté ces dernières années et alourdit vraiment la panoplie de factures, le gaz reste bon marché. Mais ce sont dans ces moments de froid que l'on pense au mariage et l'on songe à se blottir tout contre une ourse dans une caverne à vie pour échapper à la grisaille.

Heureusement, le printemps arrive toujours après l'hiver et les envies d'hibernation couplée s'atténuent à la floraison et au spectacle de la vie qui renait par ces si jolies plantes qui éclosent un peu partout. Mais bref, on est encore en hiver et la déprime générale qui s'est installée après le vote massif en faveur de la reconduction s'est doublé d'une dépression climatique, la baisse de lumière n'aidant pas vraiment à voir plus loin.

En prévision d'un week-end à Tikjda, l'un des rares endroits où l'on peut passer quelques jours sympathiques pas trop loin d'Alger, je suis d'ailleurs allé regarder la météo dans un cybercafé parce que je ne crois plus la météo de l'ENTV, ils sont capables de mentir même sur le temps, du genre « depuis que Bouteflika est au pouvoir, il fait beau ». Du froid et de la pluie au programme selon Yahoo météo. Pas vraiment le temps idéal pour la montagne. Sauf si l'on est accompagné. Et qu'on a de bonnes couvertures.

Au cyber, j'ai rencontré Adlène, un voisin qui justement, passe son temps dans le cybercafé du quartier. Il m'a parlé de cette nouvelle loi en préparation, censée lutter contre la cybercriminalité. Hier encore, un séminaire a été organisé sur la question, et les intervenants, des policiers déguisés en technocrates, ont été unanimes à dire que puisque l'on ferme les robinets d'arrivée d'eau, pourquoi ne pas fermer ceux d'Internet. Pour Adlène, ça ne fait aucun doute, l'Algérie, qui possédait un Internet totalement libre, est en train de revenir sur ces acquis pour adopter la méthode chinoise et tunisienne.

Des sites, des blogs et des forums vont êtres bloqués, et des internautes trop libres vont être poursuivis en justice, tant l'opposition, quasi-absente dans la réalité s'est retrouvée sur la Toile. Adlène a achevé de me déprimer en me disant ça, que les dernières libertés vont être contrôlées par les hommes en costume gris. Je suis sorti du cyber avec la ferme intention de quitter Alger. J'ai donc appelé Nedjma pour Tikjda, avec la ferme intention de l'épouser pour au moins un week-end. Je le savais, sa mère ne la laisse pas sortir, surtout pas le week-end, surtout pas dans la montagne, surtout pas avec un homme comme moi, classifié dans la catégorie des prédateurs. J'ai donc décidé une ex. Dont je tairais le prénom. Parce que elle, c'est son frère qui la surveille. Et c'est un ancien boxeur reconverti gardien de parking.


Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Déc 21, 2008 9:15 am

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Jan 17, 2009 10:27 am

Samedi 17 janvier 2009



Si si, we can


Le clash des civilisations n’a pas vraiment eu lieu, contrairement à celui des télévisions. D’un côté, les médias occidentaux, asservis, filment à partir des collines d’Israël, rayant avec la mention « inutile » les images d’enfants brûlés au phosphore. De l’autre, les médias arabes, émotifs, filment le massacre de l’intérieur du ventre mais avec peu de courage intellectuel. Au milieu, mouchoir à la main, le téléspectateur arabe, le seul qui regarde les deux télés, défend la cause palestinienne comme arabe et musulmane, confortant l’autre dans la position repoussoir qui consiste à ne pas allumer les chaînes arabes.

En pleurs, il garde jalousement le monopole de l’indignation alors que c’est une affaire de droit international, la Palestine étant un pays colonisé au détriment de toutes les résolutions planétaires. Guerre contre l’Islam ? Non, puisque l’Arabie Saoudite et l’Egypte sont les alliées des USA, et donc d’Israël. Problématique arabe ? Non, puisque la plus grande marche organisée pour Ghaza n’est pas le fait des Arabes mais des Turcs. Les télévisions occidentales et arabes se rejoignent pourtant en un point : au lieu de dire la vérité à leurs téléspectateurs, elles conseillent d’envoyer du mercurochrome à Ghaza.

Mais si les TV occidentales sont d’ores et déjà condamnées par l’histoire pour leur lâcheté intellectuelle, pourquoi aucune TV arabe n’ose parler du rôle de l’Arabie Saoudite et surtout de celui de l’Egypte, qui torpille la Ligue arabe et ferme ses frontières pour interdire aux Palestiniens de fuir le massacre programmé avec l’accord de Moubarak ? On ne peut rien faire ? Si, on peut rappeler l’ambassadeur algérien aux USA, pays qui bloque l’ONU, appuie Israël et lui donne des bombes sales qu’il expérimente sur les Palestiniens. On peut aussi envahir l’Egypte, boycotter le Hadj ou appeler son fils Hugo. On peut faire plein de choses, on peut même éteindre la télévision.


Par Chawki Amari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Jan 17, 2009 5:46 pm

Enfiiiiiinnnnnn !!!!

Il est là !!! Chawki AMARI est de retour ! Et quel retour !!

Moi , en tout cas , sa chronique ma beaucoup manqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Jan 18, 2009 12:18 pm



POINT ZERO DU 18.01.2009


Les listes électorales de A à Y

Pas marcher, que personne ne bouge. C’est la devise du ministre de l’Intérieur algérien, inamovible gardien de parking qui n’aime pas le mouvement, comme dans une classe où pour compter tous les élèves, il faut que ceux-ci restent assis. Car en cette veille d’élection, l’essentiel est bien le comptage des voix en présence et des électeurs potentiels. Il ne s’agit pas encore du double fond de l’urne ou de sa mystérieuse capacité à se reproduire sans accouplement mais d’évaluer le nombre d’Algérien(ne)s qui vont de leurs propres mains assurer la continuité du système. Compter les vivants, rayer les morts des dernières inondations, barrer les harraga partis se perdre en mer et les repentis remontés au maquis et retirer des listes les émeutiers condamnés, privés de leurs droits civiques. Une fois compté, il va falloir s’assurer que le troupeau aille voter. S’ils ont été des centaines de milliers à marcher pour Ghaza, combien seront-ils à aller marcher vers le bureau de vote pour valider un choix déjà opéré ?

Quand les trois partis de l’Alliance, censés représenter la majorité des Algériens, ont eu de la peine à remplir de petites salles pour leurs meetings contre l’agression israélienne, ils ont été 100 fois plus nombreux à l’appel de Qaradaoui pour marcher dans les rues. Celui-ci, heureusement, n’est pas candidat, même si l’une de ses femmes est algérienne. Mais Ghaza aura éclipsé au moins un événement important : l’annonce de la non-candidature de Liamine Zeroual, sorte d’observateur étranger qui aurait pu crédibiliser un scrutin à sens unique. C’est dommage. Il aurait dû se porter candidat quitte à démissionner la veille du scrutin, juste pour empêcher la machine de tourner en rond. C’est le ministre de l’Intérieur qui a dû être content. Il aurait été obligé de trouver une parade, comme refaire les formulaires de candidature de A à Y pour éliminer la lettre Z.



Amari Chawki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Jan 19, 2009 8:50 am



POINT ZERO DU 19.01.2009


Khaled et Enrico sont à Ghaza

Faut pas rire avec ça. Mais il faut aussi savoir prendre des distances avec la planète, comme un extraterrestre extrasolaire qui regarde les humains en se demandant pourquoi ils font autant de guerres. C’est grave mais peut-être que ce délire, vrai ou faussement consensuel sur Ghaza, abcès de fixation du monde arabe qui a toujours préféré manifester pour les autres que pour ses propres problèmes, lui-même géré par des dirigeants autoritaires qui discourent plus facilement sur la problématique amazonienne ou aborigène que leurs propres déficits de liberté et de civilisation, ne cache que l’impossibilité de créer son propre pays.

Donnons des chiffres sans âme, comme sait si bien le faire Ahmed Ouyahia ; 1000 morts-martyrs à Ghaza ne sont finalement en numéraire pas plus nombreux que les 1000 morts des inondations d’Alger, morts en un seul jour d’intempéries et qui n’ont d’ailleurs fait l’objet d’aucune marche ou meeting du FLN, du Hamas local ou du RND nationaliste. Mais c’est vrai, ne confondons pas la cruauté de la nature avec celle des hommes. Les Israéliens qui massacrent les Palestiniens avec l’impunité d’un rapport de forces planétaire conjoncturel sont des Juifs armés qui tuent des Arabes désarmés, les premiers ayant formé un pays monoethnique créé par l’ONU, les seconds tentant encore de faire un pays pluriel déjà validé par l’ONU.

A partir de là, il y a de quoi devenir antisémite, mettre tous les Juifs dans le même sac casher et détester à vie Enrico Macias l’Algérien qui, le premier jour de cette énième agression israélienne, est allé courir devant l’ambassade à Paris manifester sans condition pour le sionisme. Par culpabilité, la même qui a poussé cheb Khaled qui, de Paris, a promis d’aller à Ghaza en portant les armes. Mais Khaled est beaucoup plus sympathique que Enrico et d’autant plus recevable que sa musique, vue d’ici ou d’ailleurs, est autrement meilleure. Bien sûr, Khaled n’ira jamais à Ghaza et Enrico n’ira plus à Alger. Et alors ?



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mar Jan 20, 2009 2:48 am



POINT ZERO DU 20.01.2009


La force est probablement dans les pieds

Comme une urne préélectorale algérienne, Ghaza est fermée, personne ne peut y entrer ni en sortir. Résultat, Israël a massacré tout le monde à huis clos et va se retirer comme on se retire d’une femme violée, laissant les dégâts à l’intérieur de la victime. Après la trêve décidée unilatéralement par la puissance occupante, il va donc falloir résoudre un problème : comment réduire les prétentions israéliennes pour ne pas que son armée fasse la même chose la prochaine fois ? Comment la stopper efficacement et autrement que par des appels à la raison, des cris d’indignation ou des plaintes en 5 exemplaires sur le bureau de l’ONU ? Les Arabes ayant préféré acheter des lavabos en or plutôt que des avions de chasse pour bâtir une armée digne de ce nom, ils ne peuvent attaquer Israël de face, si tant est qu’ils en ont l’envie. Que reste-t-il puisque ni la raison, ni la force, ni le droit international ne peuvent empêcher Israël de revenir sur les lieux du crime et massacrer ce qui reste comme femmes et enfants ? Pas grand-chose, sauf attendre le prochain orage en renforçant sa toiture, ce qui n’est pas une attitude offensive mais défensive. Une idée donnée comme ça par un cordonnier du square Port Saïd, un bombardement de chaussures au-dessus d’Israël. Des milliers de chaussures jetées du ciel comme autant de signes de mépris, des baskets, des sandales, des claquettes, des espadrilles, des blighates, des qebqabs, des millions de chaussures qui pleuvent sur Israël, fabriquées par les pays arabes sur la base de quotas comme ceux du pétrole et estampillées par la Ligue arabe. Elément du front du refus, l’Algérie aurait bien sûr son quota, même si elle importe aussi les chaussures. Le million de logements ou d’emplois n’ayant pas été atteint en Algérie malgré les promesses présidentielles, construire un million de chaussures paraît plus à la portée de la formidable équipe dirigeante du pays.

Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Jan 21, 2009 10:17 am



POINT ZERO DU 21.01.2009

Tactique bubonique


Selon un journal anglais, The Sun, les groupes terroristes évoluant en Kabylie serait touchés par une maladie très grave, d’après une source sécuritaire algérienne citée par le quotidien. Cette maladie serait la peste noire ou peste bubonique, affection mortelle qui a décimé l’Europe au Moyen-âge. La peste aurait déjà fait une quarantaine de morts parmi les terroristes, toujours selon le même journal et, de par sa nature très contagieuse, connaîtrait une évolution rapide. Question très algérienne : s’agit-il d’un faux scoop de tabloïd, d’une campagne d’intoxication du DRS pour saper le moral du GSPC ou d’une guerre bactériologique discrète, appuyée par les laboratoires militaires américains ?

On n’en sait rien mais si c’est vrai, là où les militaires n’ont pas réussi, les rats, dont les puces sont les vecteurs de la peste noire, ont réussi ; il suffira d’attendre l’épidémie pour que le terrorisme cesse de lui-même. Pourtant, le problème n’est pas là, chacun souhaitant d’une manière ou d’une autre la fin du terrorisme pour enfin pouvoir aller se promener avec sa fiancée à Yakouren ou à Thala Guilef. Le problème est que si l’information s’avérait exacte, c’est tout le processus de réconciliation qui serait remis en cause. Pourquoi ? Eh bien ! si les repentis descendent des maquis avec la peste en allant serrer les mains de tout le monde pour enterrer la hache de guerre et entamer une réconciliation fraternelle et générale, ce serait toute l’Algérie qui serait en voie de disparition.

Serrer la main d’un repenti contagieux ? Impensable, même sur l’ordre du Président qui, lui-même, n’a jamais touché un repenti de sa main, ceux-ci n’étant que des numéros dans un dossier très bureaucratique. Un conseil : si vous voyez un repenti et même si votre wali exige que vous l’embrassiez pour le grand pardon, faites un grand geste de la main, de loin. Et dites : « J’aime beaucoup ce que vous faites. »


Par Chawki Amari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Jan 24, 2009 8:45 am



POINT ZERO DU 24.01.2009


Le pouvoir électoral de l’animal

Un coup d’avance, comme aux échecs, mais un coup attendu, comme dans une partie qui défile à l’envers et dont l’issue est prévisible. Pour répondre aux questions qui vont se multiplier après la consécration du roi par défaut, Abdelaziz Belkhadem a bien expliqué que « s’il n’y a pas de cavaliers pour affronter le président Bouteflika, ce n’est pas de notre faute ». Il y a quelques jours, il s’agissait encore de trouver des lièvres, aujourd’hui on parle de chevaux, signe d’une indéniable accélération dans la recherche évolutive darwinienne ; si les électeurs sont des moutons, il faut des chevaux en face. Si le président est un renard, les candidats seront des lièvres et si avancée démocratique il y a, elle est semblable à la course d’une tortue. D’abord, il faut bien expliquer qu’une élection n’est pas une course de chevaux et qu’un bureau de vote n’a pas grand-chose à voir avec un hippodrome, si ce n’est que dans celui de Kharouba, les résultats sont souvent connus d’avance.

Ensuite, si l’ex-chef de gouvernement a toujours excellé dans le brossage des étalons, évidemment dans le sens du poil, il feint d’oublier que la plus grande stratégie du régime consiste à étêter la société, à éliminer tout leader potentiel et à acheter ou faire imploser de l’intérieur toute configuration qui peut faire émerger un rassembleur qui n’est pas du sérail. Le résultat recherché est évident : il n’y a pas de candidats puisqu’ils sont éliminés en amont, avant même qu’ils ne deviennent des adversaires potentiels. Deuxième effet recherché, l’argument à la reconduction : « C’est Bouteflika puisqu’il n’y a personne d’autre. » La société n’est pourtant pas à dédouaner. Cela n’a rien à voir, mais dernièrement, on a pu apprendre dans les journaux que 3300 chardonnerets de contrebande ont été saisis en 2008. Le meqnine est l’oiseau favori des Algériens. Il chante si bien en cage.


Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Jan 25, 2009 3:40 am



POINT ZERO DU 25.01.2009


Au fond de l’Oued Temmar

Keynes est mort mais aux dernières nouvelles, Abdelhamid Temmar est toujours vivant, il occupe d’ailleurs le poste de ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements. Si Keynes est connu de par le monde pour ses théories mises en pratique, Abdelhamid Temmar n’est pas très célèbre et, dans les milieux officiels algériens, on dit même que l’économiste le plus décrié d’Algérie ne possède qu’un bilan qui parle pour lui : 10 ans de pouvoir et des milliards de dollars, avec comme résultat de faibles investissements directs, une industrie inexistante, une économie sous perfusion et le dinar, déjà monnaie la plus faible du Maghreb, qui a encore été dévaluée dans une infinie discrétion au début de cette année.

Qu’en penser au fond ? Avec ses coûteuses audits à répétition confiées à des étrangers, qui ont pour but de savoir où se situe le problème économique de l’Algérie, Abdelhamid Temmar sait-il finalement pourquoi un pays qui a tout pour réussir, des capitaux et des hommes, des ressources et des experts, n’y arrive pas ? On ne sait pas. Mais discret et peu bavard, le ministre vient pourtant de dévoiler son nouveau plan : créer 13 grandes entreprises publiques, juste après en avoir fermé 44 et privatisé 447. Pourquoi ? On ne sait pas. Dans quel domaine vont activer ces méga-entreprises publiques ? Essentiellement dans le BTP, bâtiments et travaux publics.

Les gros chantiers étant été confiés aux Chinois, à quoi vont servir des grosses entreprises de BTP algériennes ? On ne sait pas. On sait juste que les performances économiques de l’Algérie sont parmi les plus faibles. On sait aussi que Abdelhamid Temmar est un ami de longue date du président Bouteflika. C’est tout. Un troisième mandat pour Temmar ? Bien sûr, il y a de l’argent, on ne va pas se disputer sur ce détail de 150 milliards de dollars d’un plan de relance qui n’a rien relancé.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Jan 26, 2009 2:12 pm



POINT ZERO DU 26.01.2009


L’attention flottante

A la base, c’est un concept de photographe, tout voir sans ne rien voir, être partout et nulle part, avoir le doigt sur le déclencheur mais sans rien attendre de particulier. L’attention flottante résume cette attitude de disponibilité relative, voyeuriste sans l’être vraiment, observateur sans être guetteur, prêt à tout voir mais sans rien chercher. Le cadre est global, les détails sont essentiels, même si l’essentiel est dans le général, pas celui au pouvoir mais l’autre, le tout qui fait le détail et qui explique bien le général. Une fois énoncé, cet énoncé reste obscur. Soyons plus clairs : quelle est l’attitude d’un Algérien face à l’Algérie ? D’un électeur face à l’élection ? Une fois passé le cas du harrag, abondamment décrit dans les médias comme un exilé malheureux qui préfère mourir en mer plutôt que d’affronter un wali sur terre, restent deux catégories de citoyens ; celui qui va voter, pensant qu’avec son bulletin, il va avoir son certificat de résidence plus vite ou un poste à la daïra plus rapidement, et l’autre, celui qui ne votera pas parce qu’il sait que ce n’est pas lui qui va choisir.

C’est le cas le plus intéressant. On a reproché à l’Algérien de ne pas prendre en charge son histoire, client d’un taxi à qui il ne demande que de l’amener à destination, prêt même à accepter le retard et la non-arrivée, cause accident,Dieu ou l’inconscience humaine. C’est pourtant cette attitude flottante qui pousse les pouvoirs publics à se dire que s’il peut voter et à faire campagne fortement pour un fort taux de participation, annoncé à 10% par l’opposition. Pour cette élection présidentielle à venir ou pour tout autre manifestation de l’autorité politique, rappelons une chose, elle n’a pour but que celui de maintenir le rapport de forces en l’état. Le reste est de la sociologie, comment dire du mal de Bouteflika en privé, comment dire du bien de lui en public.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mar Jan 27, 2009 7:10 am



POINT ZERO DU 27.01.2009


Le grand retour du tracteur gris

C’était une époque aérienne et légère, une Algérie qui s’ouvrait par le centre, traversée par un vent frais de modernisme et d’efficacité. A la Khalifa Bank, une pièce d’identité et 1000 DA suffisaient pour ouvrir un compte bancaire en quelques minutes. Les opérateurs de téléphonie mobile dépoussiéraient des méthodes bureaucratiques stérilisantes et en finissaient avec le syndrome du « trois exemplaires légalisés à la mairie de naissance de la grand-mère ». Il n’était plus nécessaire de connaître le ministre des télécoms, son chauffeur ou sa cousine pour avoir une puce ; quelques dinars, une pièce d’identité et en dix minutes, chacun pouvait repartir avec un téléphone portable et parler dedans. Puis, tapi dans le garage mais jamais tout à fait mort, le tracteur gris est ressorti, alimenté au mazout et à la nostalgie, replaçant toute l’économie dans sa position préférée, l’état fœtal. L’inertie venait de gagner de nouveau le pays, qui redevenait cette terre étriquée où le planton et le guichetier géraient comme des rois un empire de lois absurdes. Pour ouvrir un compte, une tonne de bureaucratie, quand on n’est pas obligé d’amener son propre père. Quand on a un compte, il faut attendre trois mois un chéquier quand il ne faut pas le commander en Turquie. Dernière innovation : pour acheter une puce de téléphone, il faut désormais une photocopie légalisée de la carte d’identité. C’est-à-dire se lever le matin, trouver une photocopieuse qui marche, aller faire la queue à la mairie et passer devant deux guichets. Pour le reste, c’est à peu près la même chose. Que ce soit le régime de Belkhadem, pure création de papier, ou celui de Ouyahia, grand pondeur de circulaires, il faut des mois pour monter une société et des années pour obtenir l’agrément de n’importe quoi. Comment s’appellent déjà les ministres chargés de la réforme ? Oui, Ouyahia. Ils s’appellent tous Ouyahia.


Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Jan 28, 2009 10:15 am



POINT ZERO DU 28.01.2009


De l’autre côté de la terre

On parle beaucoup de harraga en ce moment, tout le monde, sauf les harraga, qui préfèrent agir plutôt que de discourir. Quelle est la bonne analyse ? Il n’y en a pas ou il y en a beaucoup, ce qui revient au même. Une des dernières en date est la lettre de Yasmina Khadra l’écrivain à Abdelaziz Belkhadem le gouvernant, chargé officiellement par Bouteflika du problème des harraga. Le premier, exilé lui-même, volontaire et par avion, a répondu au second, lui-même responsable sans l’être mais payé aussi, a expliqué que la réponse du second, « on ne peut rien faire », devrait pousser à la démission, ce qu’il n’a aucune intention de faire.

L’Algérie nous a habitués à la surenchère, entre-temps, beaucoup de harraga ont coulé sur les ponts et comme le rapporte El Khabar d’avant-hier, 600 corps d’Algériens sont actuellement en attente d’être brûlés en Espagne, les corps n’ayant été réclamés par personne, pas même par Zerhouni, le corps électoral et l’élection présidentielle. Ce drame récent n’a pas empêché le dernier intervenant en date de dire n’importe quoi. Tayeb Belaïz, puisqu’il s’agit de lui, ministre de la Justice par ailleurs et qui a contribué à pénaliser l’exil en rendant passible de prison toute personne qui part sans l’autorisation du ministère des Transports, a eu cette réponse : « Nous n’avons pas réussi à identifier les raisons qui poussent les harraga à partir. »

Pourtant, on ne demande rien au ministre, pas même de faire le tour d’Algérie en imposant des symposiums, on lui demande simplement, en Conseil des ministres, de demander à ses collègues pourquoi leurs enfants sont à l’étranger, en études ou dans des postes confortables. Les ministres, s’ils en ont le courage, le lui diront, tout comme ils lui conseilleront de faire la même chose pour ses enfants, si ce n’est pas déjà fait. Mais en avion, billet payé en première classe. C’est toujours mieux qu’une barque dont le fond n’est assuré par personne.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Jan 28, 2009 2:02 pm

C'est drôle !!! C'est très fréquent que Kamel Daoud et Chawki Amari abordent les mêmes sujets !!! les grands esprits se rencontrent !!!

Merci Parodie et Forzy pour ce boulot fastidieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Jan 28, 2009 2:05 pm

Merci surtout aux auteurs !!

Intertextualité quand tu nous tiens !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Jan 31, 2009 12:00 pm



POINT ZERO DU 31.01.2009


Abou Ghraïb et ses filles

Une information peut en cacher d’autres. Exemple : « Le directeur de la CIA à Alger, accusé de viol sur deux Algériennes, sous le coup d’une enquête américaine. » Il y a dans cette phrase reprise par une foule d’organes d’information plusieurs niveaux de lecture. Si l’on est d’emblée indignés qu’un étranger viole nos femmes dans notre propre pays et sur nos propres matelas, rappelant dans l’inconscient collectif, Abou Ghraïb, Ghaza ou la Bataille d’Alger, il y a autre chose, passée l’émotion. D’abord, on apprend dans cette phrase, bon exemple du langage compressé informatif, que la CIA est à Alger et qu’elle y a même un directeur. Ensuite, on apprend que ce directeur utilise des moyens illégaux pour assouvir des désirs censés être en vente libre aux USA. Enfin, on apprend que ce sont les Américains qui ont déclenché l’enquête, et pas les Algériens.

Quelle est l’information la plus grave dans la hiérarchie de la douleur ? Que des femmes soient violées ou que la CIA est à Alger ? Que les Américains torturent sexuellement nos filles ou que la justice algérienne s’en moque ? En fait, cela dépend de ce que l’on cherche. On peut même penser que l’information la plus importante cachée dans la phrase « le directeur de la CIA à Alger, accusé de viol sur deux femmes algériennes, sous le coup d’une enquête américaine » est celle-ci : on pensait qu’un Américain pouvait avoir le consentement de n’importe quelle fille à Alger, celles-ci repoussant les Algériens, détestables à raison, préférant l’étranger, plus doux, au local, trop compliqué. Mais si les Américains sont obligés de violer les Algériennes, c’est que les Algériens ont encore toutes leurs chances. Messieurs les harraga, vous pouvez revenir. Même si comme l’a dit Tayeb Belaïz, trop juste ministre de la Justice, « nous n’avons pas encore identifié les raisons qui poussent les Algériens à partir ». Et les Algériennes ?



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Fév 01, 2009 2:10 am



POINT ZERO DU 01.02.2009


Enquête sur un régime au dessous de tout soupçon

Rapport de police parallèle : la CIA viole des femmes en Algérie, le régime algérien viole la Constitution chez lui. Mais contrairement aux deux victimes de l’agression sexuelle américaine, la Constitution algérienne n’a pas porté plainte. Résultat, pas d’enquête, donc pas d’inculpé, pas de crime. C’est du moins la version de Liamine Z., cité comme expert en criminologie présidentielle. Mais si pour les deux Algériennes, l’enquête est toujours en cours, pour la Constitution, un autre élément est apparu, par l’intermédiaire de Chadli B., un témoin capital qui rodait du côté de l’APN au moment du crime.

En fait, il y a des coupables. Ce sont les députés, auteurs du viol collectif, qui ont d’ailleurs avoué leur forfait juste après le crime. Devant 30 millions de témoins, dont 15 millions de femmes, qui n’ont rien dit. Il y a donc jurisprudence. Une autre pièce à conviction est arrivée par l’intermédiaire du collectif des avocats de la défense, maître Ahmed O., Abdelaziz B. et Abou G .S. Arrivés avec le code sexuel à la main, ils ont bien expliqué que si la victime est consentante, il n’y a pas viol mais relation entre adultes. Donc pas de délit, ni de crime. Sauf que l’on pourrait faire remarquer que c’est un cas d’adultère puisque la Constitution est mariée au peuple algérien et que les députés représentent très peu le peuple algérien.

Mais quand le juge d’instruction a demandé à Houari B. de venir comme témoin à décharge, les jurés se sont mis à rire. De même qu’ils ont pleuré quand le juge a demandé à voir Mohamed B. Il n’y a pas eu procès, Yazid Z. ayant étrangement décidé d’annuler toutes les procédures en cours et vidé la salle. De toute façon, comme l’a rapporté le greffier en début de rapport, il est écrit que la Constitution n’a pas porté plainte. Elle serait d’ailleurs déjà enceinte et va avoir des enfants. Des enfants de 75 ans.



Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Fév 01, 2009 2:15 am

Encore une fois , il fait fort le Chawki AMARI !!

Je rigole en pleurant ou je pleure en rigolant ( je ne sais pas ! ) lorsque je lis celà car ça résume bien notre réalité et la façon dont le peuple est "géré" !

Bravo Monsieur AMARI !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abdallah

avatar

Nombre de messages : 3489
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Fév 02, 2009 10:43 am



POINT ZERO DU 02.02.2009

Le code Zerhouni



Le ministère de l’Intérieur semble plus affairé à faire passer un troisième mandat par SMS qu’à s’occuper des problèmes. Et avec une capacité d’analyse qui défie toutes les lois de la réflexion. D’abord l’histoire du viol des deux Algériennes. Yazid Zerhouni, puisqu’il s’agit de lui, a eu cette explication : « Il s’agit peut-être d’une affaire d’espionnage. » Depuis quand viole-t-on des filles pour leur soutirer des révélations, si tant est que ces deux filles en détenaient ? En général, on les séduit et on leur offre des bijoux pour qu’elles accouchent de secrets d’Etat. Deuxième affaire. A propos de Berriane où les mêmes affrontements ethnico-religieux ont fait de nouveaux morts, il a eu cette réponse : « C’est une histoire de mafias de quartiers. » Oublions la phrase « c’est un voleur » – à l’encontre de Guermah Massinissa, tué par des gendarmes – qui a mis toute une région à feu et à sang et revenons à l’actualité.

Peut-on faire passer un viol pour de l’espionnage sachant que l’Algérie n’a pas de technologie particulière, économique ou militaire, à part la voiture révolutionnaire de Temmar que personne n’a encore vue et que les USA ont des satellites qui voient tout ce qui se passe dans les couloirs du MDN ? Peut-on faire passer un affrontement entre communautés pour une histoire de gardiens de parking qui a mal tourné ? Comment un ministre de l’Intérieur peut-il prendre avec autant de légèreté des phénomènes aussi graves ? C’est que selon les uns, il est atteint du même syndrome que les autres dirigeants et selon les autres, il termine la construction de sa villa à Oran et a des problèmes avec ses maçons. Il y a une troisième explication : c’est un langage codé qui n’est pas destiné aux Algériens, mais à des extraterrestres qui attendent dans ce code le signal de l’invasion. Demain, si un martien vient pour vous déloger de votre AADL, rien ne sert de lui montrer votre carte d’électeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chawki Amari   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chawki Amari
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» TabMeister :: le maître des onglets
» Programme des émissions philatélique année 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: