AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chawki Amari

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
menouba



Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Chawki Amari   Dim Mar 09, 2008 12:56 pm

Bonjour à tous

Je crée ce post pour que nous réagissions, j'espère en masse, à la tentative d'écrasement du talent journalistique et satirique.

Je suis personnellement choquée, en colère, contre cet état de fait, qui enferme des citoyens qui ne font que s'exprimer, et qui pardonne à d'autres qui ont tué et s'en félicitent!!

La "rahma" ne s'applique donc pas à ces "pauvres" journalistes "égarés" sur la voie de la parole libre et décomplexée?

Puisqu'il est prévu une révision de la constitution, nous pourrions suggérer d'ajouter aussi la garantie réèlle de la liberté d'expression, on peut réver, n'est ce pas!?!!


Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 09, 2008 1:55 pm

La liberté d'opinion et d'expression est généralement considérée comme une liberté fondamentale à l'homme.

Elle est citée à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme comme suit:

« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 09, 2008 1:56 pm

Mais ce qu'il y a de particulièrement néfaste
à imposer silence à l'expression d'une opinion, c'est que cela revient
à voler l'humanité : tant la postérité que la génération présente, les
détracteurs de cette opinion davantage encore que ses détenteurs. Si
l'opinion est juste, on les prive de l'occasion d'échanger l'erreur
pour la vérité ; si elle est fausse, ils perdent un bénéfice presque
aussi considérable : une perception plus claire et une impression plus
vive de la vérité que produit sa confrontation avec l'erreur.

  • De la liberté (1859), John Stuart Mill (trad. Laurence Lenglet), éd. Gallimard, coll. Folio, 1990 (ISBN 2-07-032536-9), p. 85
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 11:33 am

Reporters sans frontières s'est dit "préoccupée par l’inculpation et le placement sous contrôle judiciaire, le 4 mars 2008, de Noureddine Boukraa, du quotidien Ennahar, par le tribunal général d’Annaba , suite à une plainte déposée par le responsable de la sécurité publique dans la région."

Noureddine Boukraa a été placé sous contrôle judiciaire le 4 mars 2008, après avoir été provisoirement inculpé de “divulgation du secret de l’instruction par l’utilisation de documents classés confidentiels", d’"atteinte à l’honorabilité d’un corps constitué" et de "diffamation", en vertu du code pénal. Suite à la publication de son article, Noureddine Boukraa avait été interpellé et placé en garde à vue pendant une nuit au quartier général de la police judiciaire. Il avait été entendu par un juge d’instruction avant d’être relâché.
Le procureur avait requis l’incarcération préventive. Dans l’attente de son procès, le journaliste devra se présenter une fois par semaine au parquet d’Annaba. Il n’est pas autorisé à quitter la région.Contacté par Reporters sans frontières, Noureddine Boukraa a affirmé avoir été entendu à plusieurs reprises par la police au cours des derniers mois pour s’expliquer sur les malversations qu’il avait dénoncées dans un article publié le 12 novembre 2007 dans le quotidien arabophone Ennahar. Se basant sur des documents confidentiels, le journaliste avait accusé des membres des services de police de trafics d’influence. Il s’est déclaré surpris par cette inculpation et par la gravité des faits qui lui sont reprochés. La plainte a été déposée par Draï Messaoud, chef de la sécurité publique.

“Cette affaire témoigne des fortes pressions pesant sur les journalistes qui révèlent l’implication de personnalités proches du pouvoir dans des trafics d’influence. Ces pressions sont encore plus fortes en province, où les affaires de presse sont moins médiatisées et où les journalistes sont plus exposés aux potentats locaux”, a déclaré l’organisation.

dans le matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 2:20 pm


POINT ZERO DU 12.03.2008

La vie lamentable de Safia

Safia n’est même pas née quand dans le ventre de sa mère, elle entend son père hurler en apprenant par l’échographie que c’est une fille, qui plus est de sexe féminin. Safia apprend par ailleurs que des bombes explosent et que le pays où elle va naître n’est pas de tout repos. Elle demande un troisième mandat pour rester un peu plus dans le ventre de sa mère, ce qui lui est catégoriquement refusé par le conseil médical. A 1 an, Safia doit se battre pour avoir une place au sein de sa mère, une fetwa ayant autorisé l’allaitement pour les collègues masculins de bureau. A 2 ans, elle comprend que le lait ne sera pas éternellement subventionné. A 5 ans, Safia est frappée par son frère pour avoir montré un bout de mollet aux voisins, ce qui ne se fait pas, selon les voisins. A 6 ans, son père lui fait porter un voile en zinc, officiellement pour des raisons de sécurité. A 7 ans, Safia fait une grave une allergie à la tête et on lui retire son voile, officiellement pour des raisons de santé. A 13 ans, Safia est pubère et les vrais problèmes commencent. A 17 ans, Safia comprend qu’elle est la proie potentielle de viols collectifs, d’agressions et d’insultes masculines. A 22 ans, son fiancé la frappe parce qu’elle a parlé avec un épicier pour acheter des oranges. Son père la frappe juste après pour avoir été frappée par un homme et avoir fait entrer la honte à la maison. Les oranges sont partagées entre les mâles. A 25 ans, Safia abandonne sa vie de jeune fille, elle se marie avec un ex-menuisier, un homme sans mains, pour éviter les coups. Le lendemain de sa nuit de noce, son mari la frappe avec les pieds. A 30 ans, Safia a trois enfants, dont une fille. A 5 ans, elle lui raconte la vie et sa vie. Safia est heureuse et ne regrette qu’une seule chose, d’être née du mauvais côté de la barrière. En théorie, elle avait une chance sur deux à l’origine.

(*) Vous avez été nombreux à m’écrire après la non-parution hier de votre chronique dans cet espace. Je vous rassure, je n’ai ni fui le pays ni été victime d’un quelconque acte de censure. Seul un problème technique a été à l’origine de cette absence momentanée.


Chawki Amari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anakine

avatar

Nombre de messages : 152
Age : 37
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 2:26 pm

N'est ce pas un peu caricatural ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 4:07 pm

Idea L'aspect caricatural , voir decallé , Chawki AMARI l'a toujours revendiqué et porté . Tellement fort d'ailleurs que ça lui vaut aujourd'hui ce que l'on sait !Idea

Exclamation D'ailleurs voici un bon lien pour decouvrir ou connaitre un peu mieux le monsieur .
Exclamation

_________________________________________________________
_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 9:48 pm

merci forzi pour le lien je connaissais le visage , je connaissais le nom mais j'ai jamais fait le lien (c'est le cas de le dire) il me plais ce monsieur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Mer Mar 12, 2008 11:53 pm

OH! mille merci forzi pour le lien , je relis et relirais encore!.... pur moment de meditation !!!
ps: je remercie très très rarement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
widedangel

avatar

Nombre de messages : 1827
Age : 37
Localisation : devant mon PC
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Jeu Mar 13, 2008 11:07 am

Reporters sans frontières publie une liste noire
Quinze pays ennemis d’internet

Le Zimbabwe et l’Ethiopie viennent de rejoindre la liste noire des pays « ennemis de l’internet » établie par Reporters sans frontières (RSF), organisation de défense de la liberté de la presse basée à Paris, et rendue publique hier.

La liste comprend d’autres pays comme l’Arabie Saoudite, la Tunisie, Cuba, la Chine, la Birmanie, l’Iran, l’Egypte, le Bélarus et la Corée du Nord. RSF(www.rsf.fr) a publié un rapport sur chaque pays. « La censure n’est pas déguisée en ‘‘problème technique’’ et les filtres saoudiens indiquent clairement les sites censurés. Le royaume a décidé de réglementer la diffusion des informations sur la toile, et le contrôle de l’information se fait en toute légalité », constate RSF. Selon elle, le site syrien Elaph n’est pas accessible en Arabie Saoudite depuis 2006, « suite à des pressions de la part de religieux conservateurs ». Si le nombre de providers dépasse les 200, l’Egypte n’est pas un paradis pour le web. Une nouvelle loi autorise le blocage et la fermeture de sites internet « susceptibles de représenter une menace pour la “sécurité’’ nationale ». « Des officiers sont chargés de veiller au trafic des informations sur le web. Les cybercafés doivent obtenir une licence du ministère des Télécommunications sous peine de fermeture », rapporte RSF. Ordre a été donné aux propriétaires de cybercafé de relever et d’archiver le numéro de carte d’identité des clients. En Tunisie, de nombreux sites d’opposition sont bloqués. « Les sites les plus connus en matière de défense de droits de l’homme ainsi que les principaux proxies comme Anonymizer et Guardster sont inaccessibles », relève l’organisation. Elle cite le cas de l’avocat Mohammed Abbou qui a été emprisonné pour avoir publié sur internet un article dénonçant la torture. « Les cybercafés sont surveillés, leurs gérants sont responsables des activités de leurs clients », ajoute-t-elle. En Iran, le gouvernement a, d’après RSF, instauré une réglementation qui ordonne aux responsables de sites de s’enregistrer auprès des autorités et a créé un « organe de surveillance d’internet » dépendant du ministère de la Culture. « Les fournisseurs d’accès doivent vérifier que des contenus ‘‘interdits’’ ne sont pas publiés par leurs serveurs. Les sites de partage de photos FlickR et de vidéos YouTube sont inaccessibles, car certains documents qu’ils contiennent sont jugés ‘‘immoraux” », relève l’organisation qui souligne que des blogueurs sont pourchassés. A Cuba, où 23 journalistes sont emprisonnés, le gouvernement mise sur la dissuasion pour contrôler les contenus disponibles en ligne. « Un internaute risque jusqu’à vingt ans de prison pour avoir publié un article ‘‘contre-révolutionnaire’’ sur des sites étrangers et cinq ans de prison pour s’être connecté au net de manière illégale », relève RSF. Elle note l’existence d’un réseau national qui donne accès à une adresse électronique permettant d’envoyer des e-mails à l’étranger mais pas de surfer sur le net. « Le régime s’assure qu’aucun ‘‘message subversif’’ n’est transmis », est-il constaté. La Chine reste, selon RSF, le pays le plus avancé en matière de filtrage d’internet. « Les autorités suivent avec attention les évolutions technologiques pour s’assurer qu’aucune n’ouvre une nouvelle fenêtre de libre expression », est-il noté. En Corée du Nord, quasiment personne n’a accès à internet. « Seuls des étrangers et quelques membres du gouvernement peuvent jouir d’un internet non filtré grâce à une liaison par satellite avec des serveurs internet basés en Allemagne », rapporte l’organisation. Au Zimbabwe, le web n’est, selon elle, pas assez consulté sur le territoire pour que le gouvernement procède à une censure massive. Cependant, les internautes sont ouvertement surveillés par le pouvoir, « qui se focalise sur le contrôle des e-mails ». Dans le pays de Robert Mugabe, une loi autorise l’Etat à intercepter les communications téléphoniques et les correspondances par email, dans le but de « garantir la sécurité nationale ». Au Bélarus, l’Etat conserve le monopole sur les télécoms et « n’hésite pas à bloquer l’accès aux sites d’opposition et de médias indépendants lorsqu’il le juge nécessaire ». RSF, qui a organisé hier une journée pour la liberté sur internet, a mis « sous surveillance » d’autres pays, à l’image de la Libye, les Emirats arabes, du Bahreïn, du Yémen, de la Malaisie et de la Gambie. « Désormais, tous les 12 mars, nous mènerons des actions pour dénoncer la cybercensure dans le monde », promet RSF qui évoque la répression croissante des blogueurs et qui regrette le retrait de l’Unesco de la campagne contre la censure sur internet. « L’Unesco ne sort pas grandie de cette affaire », estime-t-elle.

Faycal Metaoui

El Watan - de 13-03-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=Xsp3_a-PMTw
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Jeu Mar 13, 2008 12:26 pm



@ EDITION DU 13.03.2008 @

ALGÉRIE

"Un régime qui reste foncièrement antidémocratique"

Chroniqueur d'El-Watan et correspondant de Courrier international, Chawki Amari rentre dans son pays pour purger une peine de prison. Il explique les raisons de son choix.



COURRIER INTERNATIONAL : Le tribunal de Jijel a confirmé en appel, le 4 mars, votre condamnation et celle d'Omar Belhouchet, le directeur d'El-Watan, à deux mois de prison ferme et à une amende de 10 000 euros pour diffamation et injures. Pourquoi un verdict aussi lourd ?
CHAWKI AMARI : La sévérité fait partie de l'arsenal juridique algérien. En ce moment même, des fonctionnaires sont poursuivis en justice pour avoir fait grève et sont menacés de licenciement. D'autres journalistes sont sous la menace de condamnations, et des personnes arbitrairement incarcérées. Le régime algérien reste foncièrement antidémocratique, convaincu que toutes les forces de revendication sont ses ennemies. C'est un père autoritaire, abusif, qui frappe ses enfants et les enferme dans le placard pendant que tout se monde se moque de lui dehors et que sa femme le trompe. Si je peux me permettre cette image qui entre dans le cadre de la diffamation.


D'autres journaux ont également évoqué des affaires de corruption dans la préfecture de Jijel (à 350 km à l'est d'Alger) ? Comment expliquez-vous que seuls les journalistes d'El-Watan aient été condamnés à de la prison ferme ?
Beaucoup de journaux ont écrit sur la préfecture et ses dépassements. Il faut savoir que l'Algérie, à l'instar d'autres pays riches et autoritaires, est bien classée dans l'échelle mondiale de la corruption. Celle-ci est infiltrée dans les rouages de l'Etat, où des réseaux très puissants et solidaires pompent l'argent public comme dans le désert on pompe du pétrole. Plusieurs procès sont en cours, dans cette préfecture et ailleurs. Il faut attendre. Pour l'instant, à part nous, un autre journaliste a été condamné à 4 millions de dinars d'amende (40 000 euros), et il y a encore d'autres procès avec la wilaya de Jijel qui n'ont pas encore été sanctionnés. Mais il faut savoir que, par le passé, d'autres préfets ont été accusés par les journaux, ces derniers se sont retrouvés en justice et, en bout de course, les préfets eux-mêmes sont allés en prison ou ont été démis. Le délit est donc d'en parler trop tôt, avant que le pouvoir central ne se décide à lâcher ces préfets, qui sont, comme en France, nommés par le président et ne sont pas élus, à l'image de ce qui se fait dans d'autres pays.

Est-ce un message envoyé à la presse pour la museler dans un contexte politique difficile (le projet de réforme constitutionnelle pour permettre à Bouteflika d'effectuer un nouveau mandat) ?
C'est possible. Avec cette affaire, on peut éventuellement faire voter l'amendement de la Constitution lors de la session parlementaire de mars, au lieu de passer par la case référendum. Mais je n'y crois pas trop, surtout que rien n'est joué pour l'adoption de la réforme constitutionnelle ; le régime hésite à se moquer aussi ouvertement de la population. El-Watan pose souvent des questions qui fâchent et apporte des réponses qui énervent. Pour le régime, qui aime faire croire que tout fonctionne dans le meilleur des mondes, ce journal est gênant, tout comme d'autres titres privés qui entravent "la marche vers la stabilité". Faire payer El-Watan, un syndicat libre ou un militant des droits de l'homme relève du même esprit. "Tous ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous et ceux qui sont avec nous ont intérêt à bien l'être, de façon visible." En revanche, cette affaire survient au moment où le ministre de la Communication rencontre les journalistes et les patrons de journaux privés pour leur annoncer un nouveau contrat de confiance mutuelle et la promesse de dépénaliser les délits de presse, en éliminant les sanctions pénitentiaires pour les journalistes. Pour lui, cette affaire tombe très mal. Mais, en Algérie, on a l'habitude d'entendre les gouvernants dire une chose et faire son contraire. Un pas de côté, deux pas en arrière, un pas en avant. C'est connu, les Algérien(ne)s sont de très bon(ne)s danseur(se)s.

El-Watan évoque "un hiver des libertés démocratiques". Peut-on parler d'un recul de la liberté de la presse en Algérie ?
Pour reculer, il faut d'abord avancer. Depuis 1988, date de l'ouverture du secteur de l'information aux acteurs privés, il y a eu de timides avancées. Puis un gel par cryogénisation délibérée, qui dure depuis l'apparition du terrorisme, en 1992. C'est un cas assez classique : sous couvert de sécurité, on sacrifie les libertés. Etat d'urgence, monopole de l'Etat sur les médias, surveillance, contrôle et infiltration des journaux par les services de sécurité, écoutes, etc. Toute la panoplie d'un régime autoritaire qui, pour tout contrôler, n'a trouvé que la solution des barrières et des miradors. L'autre problème est qu'il n'y a pas de réel contre-pouvoir constitué pour défendre la liberté d'expression. La justice est aux ordres dans les affaires politiques et l'Assemblée regroupe un gros pourcentage d'apparatchiks qui adorent les voitures de luxe et les bonus de fin de mois.
Il n'y a finalement que quelques partis politiques, des syndicats libres et des forums ou groupes de citoyens qui se sont intéressés à notre affaire. Le progrès viendra peut-être d'eux. Est-on dans un hiver des libertés ? Oui, un hiver qui dure et qui n'est pas seulement la création du président Bouteflika. Sauf qu'au pays du soleil ça fait encore plus froid dans le dos.

La presse algérienne a souvent été présentée comme la plus libre du monde arabe. Est-ce toujours une réalité ?
On ne fait pas trop de vagues et, en face, on ne frappe pas trop fort. C'est comme une mer un peu plate avec des surfeurs qui font semblant de pratiquer un sport à risque dans une eau peu profonde. D'un côté, on a l'alibi démocratique d'une presse relativement libre et, de l'autre, un semblant de stabilité politique. Avec une répartition d'argent plus ou moins honnête et équitable, la machine tourne. Mais elle n'avance pas. Les presses libanaise et marocaine sont peut-être plus libres aujourd'hui. De toute façon, contrairement à ce que l'on pense, la liberté d'expression, en Algérie ou ailleurs, ne suit pas un développement linéaire, mais alterne entre cycles de fermeture et d'ouverture. Actuellement, nous sommes dans un cycle de fermeture. Alors, soit on se repose, soit on va chez le serrurier. Soit on casse la porte.


Vous pourriez rester en France pour échapper aux poursuites judiciaires ? Pourquoi prenez-vous le risque de retourner en Algérie ?
Je crois que, pour l'instant, ma place est en Algérie, aux côtés de tous ceux qui se battent pour un avenir meilleur. L'Algérie a pratiquement tout ce dont peut rêver un pays, des cadres instruits, des hommes et des femmes formés, une classe moyenne relativement progressiste, du pétrole, de l'argent et de la terre. Manquent les libertés. Un truc concret qu'on pourrait laisser à nos enfants, si toutefois on l'arrache à nos parents. En gros, je crois qu'il n'y a pas vraiment d'abus de pouvoir, il n'y a souvent que des abus d'obéissance.
Cela étant dit, personnellement, je vivrais bien en short dans des îles du Pacifique, entouré de jolies créatures et lisant un journal par an pour faire les mots croisés. En attendant ce devenir, je préfère rester à Alger. Un enfer sympathique, géré par de méchants gardiens de prison, mais où les détenus sont encore capables de tendresse. Il faut juste "licencier" les gouvernants. Cette dernière phrase entre évidemment dans le pur cadre de la diffamation. Ou de l'apologie de la violence ?


Propos recueillis par Pierre Cherruau.
________________
_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
menouba



Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Mar 15, 2008 11:50 am

Bonjour

Même ses réponse à une interview sont superbes!! Il y a de la poésie dans sa manière de dire des choses si douloureuses!!
C'est un pur talent!! J'espère vraiment qu'il continuera à écrire.

Effectivement, son propos est très souvent caricatural, mais c'est sa signature. Mais, il tombe souvent (pour ne pas dire toujours, il ne faut pas trop en faire!!) très juste, pile où ça fait mal. C'est pour cela que nos politiques devraient le lire tous les jours, ils auraient surement une idée plus réèlle du pays qu'ils dirigent (hic!)!! Mais est ce réèllement leur soucis?

Merci Chawki, bon courage!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Mar 15, 2008 2:18 pm


POINT ZERO DU 15.03.2008

La couleur préférée de l’univers

D’abord, un peu de symbolique des couleurs. Le bleu est la couleur du futur ou celle de la police, le rose celle de la féminité, l’ocre celle du désert, le violet est la teinte du coucher et l’ultraviolet rend plus sombre ceux qui veulent bronzer artificiellement. Le gris est la couleur de la transition démocratique, celle d’un costume à l’APN ou de l’horizon 2009. L’orange est l’ancienne couleur de la Mitidja, la teinte préférée de Sonatrach et de la Hollande. Le noir est la couleur de la nuit, de l’obscurantisme et la couleur des caisses qui servent à payer les fidélités. Le blanc est la couleur de la pureté, celle des œufs, du cessez-le-feu et du lait subventionné. Le rouge est la couleur de la passion, du sang versé et de la honte, agrémenté du noir, il devient fasciste ou usmiste, agrémenté du vert, il devient chnawi. Le jaune est la couleur du soleil et de la lumière, agrémenté du vert, il devient kabyle, de quelques taches sombres, il devient celui de la pomme de terre et prend une tout autre valeur. Le vert est la couleur de la nature, de l’armée populaire et des herbes folles. Les Verts, mouvement écologiste né en Allemagne, savaient-ils que le vert est aussi la couleur de l’Islam ? Savaient-ils qu’en 2008, le ministère de l’Environnement algérien allait envoyer des imams en Allemagne pour les former à l’écologie et pouvoir ensuite prêcher la bonne parole dans leur pays ? Probablement pas, mais en dehors de ce croisement historique et paradoxal de couleurs, on peut se poser des questions sur l’utilité de l’opération. Les imams n’ont jamais prêché contre la corruption, la torture ou la fraude électorale, et en dehors des jupes des filles, n’ont jamais été scandalisés par le manque d’hygiène et la saleté des villes. A quels résultats doit-on s’attendre ? Et puis d’abord, combien d’imams parlent allemand ?

Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ych

avatar

Nombre de messages : 1181
Age : 27
Localisation : constantine
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Mar 15, 2008 8:56 pm

Citation :
Et puis d’abord, combien d’imams parlent allemand ?

de toutes les façons kebir est là-bas il va leurs traduire et peut être même leurs donner des instructions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pititchi

avatar

Nombre de messages : 1321
Age : 34
Localisation : face a mon pc a qasantina
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Sam Mar 15, 2008 11:45 pm

moi aussi le point zero d'aujourd'hui et j'allais mais on peut pas devancer FORZI Smile Smile.
c'est vraiment un artiste sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 2:31 am


POINT ZERO DU 16.03.2008

Blix et Benx

Quel rapport entre les deux ? Aucun, à part le son. Mais le premier, Hans Blix, s’est rendu célèbre pour avoir dénoncé les faux prétextes de l’Amérique et de l’Angleterre pour envahir l’Irak. Blix était d’ailleurs à Alger il y a quelques jours et tout le monde en a profité pour rappeler que l’Algérie officielle est très attachée à la légalité internationale. Et c’est vrai, l’Algérie a toujours défendu le droit et la justice à l’échelle de la planète, même si pour elle, ces notions s’arrêtent à sa porte. A l’intérieur des frontières, pas question d’être la Suède, le Canada ou encore la Corée du Sud. D’ailleurs, Blix doit s’en douter un peu puisqu’il était là : mauvais traitements comme à la prison d’El Harrach, persistance de nombreuses atteintes à la légalité, fonctionnement globalement antidémocratique, justice à deux vitesses, corruption organisée, harcèlement des militants des droits de l’homme ou syndicalistes, manipulation de la constitution à la limite de la légalité, croche-pieds et entorses à la cheville. Blix s’en doute mais l’essentiel est que l’Algérie signe les protocoles extérieurs et qu’il puisse rentrer chez lui. Benx, c’est gratuit. Le régime algérien ne perd rien et ne s’engage en rien à ratifier les protocoles internationaux, à soutenir la légalité internationale, à protéger les baleines de l’Arctique et les droits des Indiens d’Amérique. Il pourrait par contre beaucoup perdre s’il s’attachait à la légalité nationale. Il pourrait perdre son statut, sa puissance, ses réseaux, ses commissions, ses avantages, ses salaires, ses clientèles et ses marchés. Depuis des décennies, un groupe qui n’est pas franchement représentatif de la société élit des présidents, des ministres, signe les grandes orientations, destitue et institue. C’est aujourd’hui globalement toujours le même. Pourquoi changer ? Tout benx. Blix le sait-il ?

Chawki Amari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 2:45 am



Condamnation de Omar Belhouchet et de Chawki Amari
Universitaires et intellectuels réagissent

Nous avons appris avec stupéfaction et consternation la condamnation en deuxième instance de Chawki Amari et Omar Belhouchet à deux mois de prison ferme pour dommages causés par un billet satirique au wali de Jijel paru en dernière page du quotidien El Watan.

La répression mise en œuvre contre la liberté de la presse nous rappelle des temps révolus où la justice coloniale fonctionnait comme un instrument de répression des mouvements politiques nationalistes. Tout comme en ces temps funestes, l’élection est pervertie et vidée de son sens par les manipulations systématiques de l’administration centrale. La presse est muselée par des codes restrictifs et n’exprime qu’une partie de l’opinion. D’une manière générale, la majorité de la population est privée de ses droits à la citoyenneté ou se dispense de les exercer, connaissant à l’avance le sort qui leur est réservé. Elle reste soumise à un droit et une justice qui puisent leurs sources ailleurs que dans les principes démocratiques. De nos jours, la justice apparaît comme une arme venant s’ajouter à beaucoup d’autres mises entre les mains du pouvoir exécutif. Elle est utilisée de manière efficace seulement quand elle s’attaque aux droits fondamentaux des citoyens de s’exprimer et de s’organiser librement. Elle apparaît comme un instrument parmi d’autres, mis à la disposition du gouvernement avec pour vocation spécifique le démantèlement de toute forme d’organisation autonome ou toute sorte de contre-pouvoir. Ainsi, depuis des décennies, se développe une justice aux limites de la légalité ou carrément hors de la légalité. Aucun conflit ne surgit entre autorités militaires, judiciaires et politiques sur son fonctionnement. Malgré des logiques divergentes, tous s’accordent sur les nécessités de la répression. Cela crée les conditions du rejet de la fonction judiciaire de l’Etat d’autant plus que ses détenteurs, en étant les seuls bénéficiaires, auront grandement aidé à cultiver toutes sortes de ressentiments chez ceux qui en sont exclus. En se préoccupant d’abord d’en faire son instrument, le pouvoir exécutif a fini par couper la société du droit de l’Etat. C’est ce lourd héritage du droit et de la justice d’exception en territoire d’exception que va avoir à endosser l’Algérie de demain.


Signataires :

*Louisa Aït Hamou (universitaire), Daho Djerbal (universitaire), Ali Bensaad (universitaire), Mohammed Hachemaoui (universitaire), Selma Hellal et Sofiane Hadjadj (éditeurs, Editions Barzakh), Yassine Temlali (journaliste), Ghania Mouffok (journaliste), Adlène Meddi (journaliste et auteur), Fayçal Métaoui (journaliste), Sid-Ahmed Semiane (journaliste), Abdellah Benadouda (éditeur), Kamel Daoud, (journaliste-chroniqueur), Mohamed Larbi Merhoum (architecte), Leïla Oubouzar (architecte), Ghanem Laribi (architecte- paysagiste), Kaouther Adimi (étudiante), Yasmine Kacha (étudiante), Sofia Djama, Hakim Guettaf, Achouak Bahloul, Ali Redouane Chetouh, Amel Aïssaoui, Sarah Kharfi, Abdelkrim Badjadja (consultant en archivistique, Abu Dhabi), Cherifa Bouatta (universitaire), Aïssa Kadri (universite de Tours, docteur de l’IME), Nagette Aïn-Séba, Azeddine Layachi (St John’s University of New York), Ourida & Yasmina Chouaki (USTHB d’Alger), Farid Cherbal (USTHB d’Alger), Nacer Djabi (université d’Alger, Bouzaréah), Hassan Remaoun (CRASC d’Oran), Nacéra Benseddik (archéologue), Farida Aït Hamou (maître de conférences, USTHB), Nedjari Ahmed (Professeur, USTHB d’Alger), Amarouche Nassima (biologiste), Malika Hachid (anthropologue), Mahmoud Belhimer (journaliste), Brahim Hadj Slimane (journaliste).

*Je commence toujours la lecture d’El Watan par la dernière page puis je reviens à la première juste pour Chawki Amari. J’ai aussi un grand respect pour M. Belhouchet qui me rappelle étrangement feu Abderahmane Mahmoudi.Vous marquez l’histoire du journalisme algérien et on est fiers de vous, de votre combat inlassable envers et contre tous. Et il en faut plus à ces Tristus pour nous enlever le côté Rigolus. Soyez sûrs que si vous mettez à la disposition des lecteurs un compte spécial pour aider au paiement de ces sommes astronomiques des amendes, nombreux sont les donateurs, chacun par sa contribution qui étonneront ces responsables qui n’ont aucun sens de l’humour. Et la flamme qui vous anime restera notre seule lueur d’espoir dans ce vide absolu . Moussaoui Youcef, Annaba

*Les soussignés, professeurs de l’enseignement secondaire et technique de la wilaya de Annaba, scandalisés par l’inéquitable sentence prononcée par la justice à l’encontre du directeur du quotidien d’information Omar Belhouchet, et le chroniqueur du même journal Amari Chawki, pour avoir en toute honnêteté osé publier une information qui, semble-t-il, ne plaît pas à « n’importe qui ». Aussi, les soussignés, solidairement et en toute sincérité, apportent leur soutien indéfectible à ces deux militants des « causes justes » victimes de cet inacceptable excès de pouvoir. Boudjerra Makkoudi (PET en retraite), Djenaoui Abdeslem (PES).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 12:02 pm

ych a écrit:
Citation :
Et puis d’abord, combien d’imams parlent allemand ?

de toutes les façons kebir est là-bas il va leurs traduire et peut être même leurs donner des instructions !
De toutes les façons tu dois parler de kebir le narrateur de khanfouss et khanfoussa qui faisait mon bonheur ...
Tu dois parler de celui qui a osé casser le tabou "des meres celibataires " avec un documentaire- bombe en ces temps de fleurettes .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RyMantys

avatar

Nombre de messages : 655
Age : 39
Localisation : Alger
Date d'inscription : 29/07/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 2:25 pm

Parodie a écrit:
tu dois parler de kebir le narrateur de khanfouss et khanfoussa qui faisait mon bonheur ...
Tu dois parler de celui qui a osé casser le tabou "des meres celibataires " avec un documentaire- bombe en ces temps de fleurettes .....

J'ai travaillé avec lui il y a quelques mois, pour la pièce Khanfoussa (qu'on a représenté d'ailleurs à l'auditorium de la chaine 3). Je me suis chargée de l'affiche, des costumes, masques et décors de la pièce. Vous pouvez les voir sur ma gallerie http://rymantys.deviantart.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rymantys.canalblog.com/
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 2:48 pm

RyMantys a écrit:
Parodie a écrit:
tu dois parler de kebir le narrateur de khanfouss et khanfoussa qui faisait mon bonheur ...
Tu dois parler de celui qui a osé casser le tabou "des meres celibataires " avec un documentaire- bombe en ces temps de fleurettes .....

J'ai travaillé avec lui il y a quelques mois, pour la pièce Khanfoussa (qu'on a représenté d'ailleurs à l'auditorium de la chaine 3). Je me suis chargée de l'affiche, des costumes, masques et décors de la pièce. Vous pouvez les voir sur ma gallerie http://rymantys.deviantart.com

Ah d'accord!!! Bravo!!! cheers je me disais aussi qu' autant de délicatesse , de courtoisie et de compréhension ne pouvait que cacher une âme d'artiste !
Total respect Ryma!!!
Ps :quelle chance de pouvoir travailler avec un grand homme hada KEBIR sah !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parodie

avatar

Nombre de messages : 2481
Age : 54
Localisation : constantine
Date d'inscription : 06/01/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 2:58 pm

Merci forzi pour l'info
Je vois que Ali bensaad est présent dans la pétition , il a dit une fois... une phrase(qui m'est restée gravée dans l'esprit ) devant moi alors que je buvais ses mots à un rythme impossible ...il a dit " quoi qu'en dise de moi je suis un maçon Mrs ! et sachez qu'un un maçon de détruit jamais ! un maçon construit toujours !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nad1



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Dim Mar 16, 2008 3:46 pm

dur dur de parler de liberté d'expression d démocratie des acquis qui s'arrachent au prix de vie humaines !!!

On doit ts se mobiliser en condamnant oui ,en signant des pétitions ,mais beaucoup plus en agissant !Banissons la langue de Bois. Vive l'Algérie pas celle d'aujourd'hui mais celle de demain que nous construisons !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forzi

avatar

Nombre de messages : 2588
Localisation : La ville d'art et d'histoire
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Mar 17, 2008 2:22 am


POINT ZERO DU 17.03.2008

Elire aussi les ministres

De la fonction des ministres en particulier. D’abord celui de l’Intérieur, qui a envoyé une instruction aux associations, leur interdisant tout contact avec l’ambassade des Etats-Unis. Comme un père qui interdit à ses garçons de fréquenter les enfants du quartier parce qu’ils peuvent vendre de la drogue ou à ses filles de fréquenter tout court parce que tout peut arriver quand on est une fille en face d’un garçon. Pourtant, l’Algérie officielle négocie et traite avec l’Amérique, voire sous-traite pour les questions de sécurité, une base américaine activerait même dans le Sahara. Ce qui est valable donc pour les gouvernants ne serait pas valable pour les associations. Pourquoi ? Peut-être cet aveu, lâché par le président algérien lui-même : « Nous ne sommes pas de taille à affronter l’Amérique. » D’accord, mais Saïd Sadi, de Washington, a été très méchant avec les officiels du pays, ministres y compris. Va-t-il être emprisonné à son retour à Alger pour avoir parlé aux Américains sans l’autorisation de la mairie ? On ne le sait pas mais ensuite, autre ministre, le ministre des ministres, Abdelaziz Belkhadem, qui se trouve obligé, entre deux attributions de logements ou de terrains, d’expliquer la position algérienne : « Nous ne sommes pas concernés par l’affaire des otages autrichiens. » Etrange, quand on sait qu’aux dernières nouvelles, les ravisseurs seraient au Niger, sont passés par l’Algérie, et comme le GSPC-Al Qaïda Maghreb, sont Algériens pour la plupart et demandent la libération d’islamistes algériens détenus en Algérie, dont Abderrezak El Para. L’Algérie n’est pas concernée ? Si, au premier lieu. Mais comme pour le ministre de l’Intérieur, il est bon d’oublier ses responsabilités. A-t-on le droit, exception algérienne, de demander à élire nos ministres ? Après, troisième ou quatrième mandat, finalement, ce n’est plus aussi important.


Chawki Amari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwitzach

avatar

Nombre de messages : 3498
Age : 42
Localisation : Au sud de nulle part
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Mar 17, 2008 7:55 pm

RyMantys a écrit:
J'ai travaillé avec lui il y a quelques mois, pour la pièce Khanfoussa (qu'on a représenté d'ailleurs à l'auditorium de la chaine 3). Je me suis chargée de l'affiche, des costumes, masques et décors de la pièce. Vous pouvez les voir sur ma gallerie http://rymantys.deviantart.com

Ahhh bravo ! Je suis en train de parcourir ta galerie et j'aime bien ce dessin :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tinhinane

avatar

Nombre de messages : 87
Age : 44
Localisation : face au mexique
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Chawki Amari   Lun Mar 17, 2008 8:05 pm

a propos de chawki amari ;j'ai pu me denicher deux romans a lui au salon du livre


aux editions chihab ; apres demain et les lunes impaires , et je m'estime heureuse vue

qu'ils sont introuvables meme chez les bons libraires comme dirait karim amiti que l'on

salue bien bas lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chawki Amari   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chawki Amari
Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» TabMeister :: le maître des onglets
» Programme des émissions philatélique année 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: REC :: Réactions à l'actualité-
Sauter vers: